Dl rIVAlUATION
DIS NAGIURS
Dl HAUT NIVIAU...
Georges CAZORLA
Programme Évaluation
Mission Recherche
INSEP
1 Richard.MONTPE...
186
Jusqu'en 1976, le choix des candidats
aux sections Natation-études se fon-
dait uniquement :
- sur un dossier scolaire...
Détection en natation
ont une action directe sur 1'état de
forme ou de méforme du sujet. C'est
pourquoi nous les définisso...
188
EntraÎnement
Les nageurs s'entraînant un mtm-
mum de dix fois et parcourant plus
de quarante kilomètres par semaine
ob...
Détection en natation
des épaules et des chevilles . Ceci nous
a permis de déterminer des normes
précises (moyennes, écart...
190 Travaux et Recherches no 71 Spécial Évaluation
n • 10 RI'SISTA.'fl RI ~~ I 5TA"CI'
Jeunes Gens A !tt/S
PO I DS
IIASSF....
Détection en natation
fond du bassin jambes droites, est
chronométrée au 1/ 10 de seconde
(tabl. 5).
Niveau de Durée
flott...
192 Travaux et Recherches n o7 1 Spécial Évaluation
tent significativement à une fonction
linéaire (fig. 5A - 5B). L'extra...
Détection en natation 193
RESULTATS - FORCE NAXIMALE
SUJET SEXE uc· FORCE 11AX. CORRELATION
__(1!iL_ (sl
1 F 11 9,47 0,991...
194 Travaux et Recherches n °71 Spécial Évaluation
- HEClAOCARO IOCiRAPHE
11
CH[N I Il ( ''ou 0 ( NA G(
Figure 7 - Apparei...
Détection en natation 195
ESPOIRS n = 144 É LITES n = 30
Filles Garçons Filles Garçons
Nombre 21 21 15 6 8 20 Il 27 15 15 ...
196
.....1
z
:::!
_j
x
<(
:::!
N
0
·>
5.0 -
4.5
3.5
3.0
2.5
l '* 0 •• ,,
** ELITE• Jo
• * ESPOIRS n 1u
12 13 14 15 16 17
A...
Détection en natation
- protocole (tabl. 10) :
Le test est nagé en crawl par les dos-
sistes, papillonneurs et crawleurs, ...
198
ques de l'acide lactique ont été mesu-
rées. Elles nous ont permis de mieux
discriminer métaboliquement les
types d'ef...
Détection en natation
ration biologique, ou bien si les meil-
leurs résultats des nageurs espoirs ne
sont pas dus aussi à ...
200
l
'
v
MISSION RECHERCHE
PROGRAMME EVALUATION
N 0 M : DUPONT
EVALUATION ·~~s~~~f
AGE CIVIL (mois) 182
AGE OSSEUX (mois...
Détection en natation
mances à venir. Si on se réfère aux
statistiques, celles publiées par Bul-
gakowa (1) indiquent bien...
202
FEDERATION FRANÇAISE DE NATATION
FICHE DE DETECTION PREMIER GROlJ'-'l 0 AGE
.- ,--------••-~-..-,-,-.-,k-.-~-,------~-...
Détection en natation
fiques comme la vitesse maximale de
nage, le niveau de flottaison, la
glisse, l'amplitude articulair...
204
gressé bénéficient, dans le cadre de
leur suivi, d'un stage d'évaluation du
type décrit ci-dessus, qui se déroule à
l'...
Détection en natation
par l'analyse factorielle correspond
un système de tris successifs (fig. 17)
dont le principe est si...
206 Travaux et Recherches no 7 1 Spécial Évaluation
1. 00
FLOTTABILITE
DETENTE VERTICALE
1Lu .
~1<( 1
~10
o::: •
~11
TAILL...
Détection en natation 207
Tris successifs à partir des variables sélectionnées (68 G)
Ordre standard
1. 5. 8. 14. 16. 22. ...
208
viduelle du développement des para-
mètres mesurés pendant une saison
sportive.
- une étude de leur évolution en
fonct...
of 24

De l'évaluation des nageurs de haut niveau... à la détection des jeunes talents

De l'évaluation des nageurs de haut niveau... à la détection des jeunes talents
Published on: Mar 3, 2016
Published in: Sports      
Source: www.slideshare.net


Transcripts - De l'évaluation des nageurs de haut niveau... à la détection des jeunes talents

  • 1. Dl rIVAlUATION DIS NAGIURS Dl HAUT NIVIAU... Georges CAZORLA Programme Évaluation Mission Recherche INSEP 1 Richard.MONTPETIT ····· 1 Département d'Éducation Pt1ysiqué 1 Université de Montréal · Patrice PROKOP Diraction Technique .•·· Fédération Française de Natation AlA DITICTION ·.·_:::: DIS JIUNIS "TAliNTSJJ or Je~n~Pl;tt!':Ç~R)!g]~~;·!::: ··· ·: ·/>.Medeoirf' Département rné~~pa{.de I'IN~FP.)! Combien de fois n'ai-je pas entendu cette prédiction enthousiaste dans fa bouche d 'un entraîneur: «Ce petit, vous en entendrez parler dans quelques années». Les années ont passé et l'on n 'a très souvent rien vu, soit que fe gamin ait abandonné fa natation sportive, soit que ses performances, son assiduité à l'entraînement n'aient pas été celles que son entraîneur espérait. Tout éducateur physique est un jour confrontéà fa néces- sité de prédire un avenir sportif à un jeune à partir de l'observation et de l'analyse de ses potentialités, de son comportement «sur le terrain», de sa capacité d 'adapta- tion aux problèmes techniques rencontrés. Ce n'est pas d'aujourd'hui que des chercheurs ont tenté de mettre en évidence les facteurs de la valeur physique. Belin du Coteau avait ainsi déterminé dans les années 30 que les composantes de la valeur physique étaient consti- tuées de l'addition et de la conjonction chez le même individu des valeurs de vitesse, adresse, résistance, force (V.A.R .F.). C'était déjà la notion de tests généraux qui était ainsi révélée, sachant qu'ensuite restaient posés les problèmes individuels d'adaptation à une technique sportive spécifi- que. La natation s'était toujours située très en retard dans l'analyse des facteurs de la performance, car on a long- temps pensé que, dans un sport peu pratiqué en compéti- tion, les qualités dites de «glisse» (sans d'ailleurs pouvoir définir ce que recouvrait objectivement cette notion) étaient les seules capables d'induire la meilleure perfor- mance. L'observation des meilleurs nageurs du monde en com- pétition ou à l'entraînement devait d'ailleurs conduire un observateur attentif à douter que ce fût la seule donnée de fa réussite. Dès 1976, sur ma demande, Georges Cazorla, alors professeur-sessionnaire à 1'/.N.S.E.P., se mit au travail avec les moyens du bord, ses connaissances en physiolo- gie et en natation mais aussi avecson enthousiasme, pour tenter de nous aider à y voir clair et atteindre un certain nombre d'objectifs, à savoir : 1 - Déterminer les facteurs de la performance en nata- tion. 2 - Élaborer dans différents domaines des tests simples permettant de classer les individus entre eux indépen- damment d'un acquis technique. 3 - A partir des résultats obtenus, renseigner les indivi- dus et leur encadrement sur leurs chances d'atteindre le plus haut niveau de la compétition. Très vite, Georges Cazorfa sut intéresser à sa démarche diverses personnes ayant des compétences dans différents domaines et notamment l'équipe du professeur Rieu, Directeur du Laboratoire de physiologie de l'Université Paris V (Cochin), qui l'aida d'autant mieux qu'il put uti- liser.fes services de 1'/.N.S.E.P.. La direction de l'établis- sement inscrivait en 1977 la détection de la valeur physi- que au centre de ses préoccupations et se mettait ainsi en mesure de rendre les plus grands services auxfédérations, en fonction de leurs sollicitations. Dès lors, à l'artisanat de départ fit place un processus d'expérimentations et d'analyses associant chercheurs et techniciens, processus dont les résultats permettent désormais, avec le recul nécessaire, à la F.F.N. de se fonder sur les résultats obtenus pour renseigner les nageurs, leurs parents et feurs entraîneurs sur leurs véri- tables chances et donc d'optimiser les résultats sportifs à terme. La prochaine étape que doit sefixer la F.F.N., en liaison avec 1'/.N.S.E.P., est de permettre la décentralisation de «l'outil évaluation», pour aboutir à une meilleurefidéli- sation de notre clientèle «espoir» qui a besoin de niveaux de compétitions variables pour éviter le découragement et entretenir les motivations que permettent les potentia- lités de base et fa capacité de travail physique de chacun. G. CAROFF* • Directeur Technique National de la Fédération Française de Natation au moment de la rédaction de l'article
  • 2. 186 Jusqu'en 1976, le choix des candidats aux sections Natation-études se fon- dait uniquement : - sur un dossier scolaire contenant en outre quelques informations médi- cales mais à caractère confidentiel, - et sur les meilleures performances réalisées. La performance, conséquence de l'état de forme ou de méforme dans lequel se trouve le sujet au moment où il la réalise, laisse apparaître son caractère aléatoire surtout lorsqu 'elle est retenue comme élément unique de prédiction sportive. Compte tenu de l'intensification de l'entraînement et des contraintes sans cesse accrues que requiert la pratique à un haut niveau, ces seuls critères ont vite montré leurs limites. Le nombre restreint de plei- nes réussites en a souligné la préca- rité. En 1977, avec la création du Centre Nationa l d'Entraînement de l'I.N.S.E.P., le problème s'est reposé dans toute son acuité. Dans l'intérêt des jeunes eux-mêmes, et de la société qui les prend en charge, avait-on le droit de les laisser s'orienter sans de meilleures garanties préalables vers la pratique intensive et contraignante du haut niveau? Consciente de la nécessité d'une sélection fondée sur des critères plus rigoureux, la Direction Technique Nationale de la Fédération Française de Natation a demandé la collabora- tion de nos services pour étudier et mettre en place un système permet- tant, à court terme, de mieux choisir les candidats aux sections Natation- Études et au Centre National d'Entraînement de I'I.N.S.E.P. et, à plus long terme, de repérer parmi les jeunes nageurs de notre pays, les éventuels «talents». Dans cette dernière perspective, il est apparu comme prioritaire de choisir ou même d'élaborer des outils de mesure pertinents et valides qui, pour être utilisés le plus largement possi- ble, devaient aussi s'avérer simples et de passation facile, tout en conser- vant une bonne fidélité. Leur perti- nence était donc fonction des diffé- (1) Voir figure in CAZORLA (G.).- De l'évaluation en activité physique et sportive.- Dans le présent document. Travaux et Recherches no 7 1 Spécial Évaluation rentes exigences de la natation prati- quée à un haut niveau. Analyse des exigences de la haute performance en natation Il s'est agi ici d'identifier, parmi les qualités fondamentales requises par toute pratique sportive (morphologi- ques, organiques, psychologiques, sociologiques) (note 1), celles qui sont exigees spécifiquement par l'activité natation. La mise au point de cette analyse a nécessité le travail en commun d'équipes multidisciplinaires incluant : entraîneurs, psychologues, médecins, physiologistes, biomécani- ciens, statisticiens et informaticiens (note 2). L'objet de nos premières réflexions a été d'inventorier les facteurs dont l'interaction conditionne l'état dans lequel se trouve le nageur au moment FACTEURS DÉTERMINANTS FACTEURS STATIQUES Hérédité + Antécédents : sociologiques psychologiques médicaux sportifs... 1111 111 1111111 11 111 111 111 11 FACTEURS DYNAMI UES Hygiène de vie : diététique sommeil... ENTRAÎNEMENT ENVIRONNEMENT affectif socio-professionnel matériel... 2 Ill où il réalise sa meilleure perfor- mance. La performance, prise ici comme principal critère de cet «état» est sous l'étroite dépendance, non seulement de l'entraînement, mais aussi de tous les facteurs qui ont infléchi ou qui continuent d'infléchir cet état (fig. 1). Les facteurs statiques Ils comprennent des données, d'une part d'ordre génétique, et, d'autre part, se rapportant aux antécédents biographiques, médicaux, sportifs, sociologiques et psychologiques appartenant au passé du nageur. Ils constituent ainsi les facteurs statiques qui sont à l'origine et peuvent expli- quer l'évolution de la performance du sujet. Les facteurs dynamiques Par rapport aux précédents, d'autres facteurs - hygiène de vie, environ- nement et surtout entraînement - Figure 1- Proposition d'un modèle de l'interaction des contingences principales qui conditionnent la performance 1 - Éléments du passé qui ont déterminé et 2 - Éléments du présent qui déterminent l'état de forme ou de méforme du sujet 3 - Conséquences de l'état de forme ou de méforme : performance et résultats aux tests 4- Situation des outils d'un programme évaluation dont le but est de mieux cerner tous les facteurs qui sont intervenus et qui interviennent pour modifier l'état dans lequel se trouve le sujet au moment où il réalise sa performance (2) L'ensemble de ces travaux a été mené conjointe· ment au Canada sous la responsabilité du Centre d'Éducation Physique de l'Université de Montréal et 1 Paris avec la collaboration de toutes les unités de la Mission Recherche, du Département Médical, des entraîneurs et cadres techniques de I'INSEP et de la Fédération Française de Natation.
  • 3. Détection en natation ont une action directe sur 1'état de forme ou de méforme du sujet. C'est pourquoi nous les définissons comme facteurs dynamiques. L'ensemble de ces renseignements a été réuni dans des dossiers informati- sés rapidement exploitables, qui com- mencent à fournir de précieux rensei- gnements sur quelques uns des déter- minants de la haute performance (note 3). A partir de cette approche globale commune à toutes les activités sporti- ves, notre deuxième souci a été de mettre en évidence les qualités spéci- fiques requises par la haute perfor- mance en natation. Les facteurs spécifiques Le nageur de haut niveau est en pre- mier lieu un athlète au développe- ment harmonieux ne présentant aucune contre-indication à la prati- que intensive. Un examen médical approfondi et une évaluation de sa «sphère» psychologique se sont avé- rés indispensables à ce niveau. 'li lui faut ensuite être doté d'une flot- tabilité et de dimensions corporelles optimales lui permettant de réduire sa résistance à l'avancement (ou meil- leure «glisse») et de rendre sa propul- sion plus efficace. Cette dernière doit pouvoir être entretenue à son inten- sité maximale le plus longtemps pos- sible, ce qui requiert un approvision- nelJient énergétique optimum. Flottabilité, formes corporelles, pro- pulsion et approvisionnement énergé- tique semblent constituer les facteurs déterminants de la réussite du nageur à la condition que son niveau de motivation, sa résistance aux stress, et sa volonté (note 4) soient à la 11ot i var i on HésiuléJIIC't' au :.t rr~n .......,. '-" Affert 11 GLISSE Poids spC>rifique Taille , Formes corpore l l ca ,Qualité de ' 1 ' ~p iderme . .. , volonlé .. ... . ... . '' 1 PROPULSION ' ...., . Surfacea propuJsi vcn . Rapports segmPntaires ' ,1 APPORT 1 ENERGETIQUE / A•JrOIJi C Anat'•rob i e -u lactiquc -l:wtiquc ....____ . ' Force maximal e propul oive spr'ci fique Cadence optimale du mouvement Figure 2 - Interaction des différentes composantes qui entrent en jeu dans la performance en natation (3) - Enquête sociologique Pierre DANSE (unité de Sociologie de la Mission Recherche de l'INSEP). - Dossier MEDSPO (Laboratoire de Physiolo- gie de Cochin Port-Royal). (4) Les options méthodologiques utilisées par l'Unité de Psychologie de l'INSEP sont décrites dans l'article de Marc LEVEQUE.- L'évaluation à partir de critères psychologiques (dans le présent document). 187 mesure de ses qualités biologiques (fig_ 2). C'est donc cet ensemble de facteurs spécifiques qu'il nous a semblé sou- haitable d'évaluer chez le nageur de haut niveau afin d'établir, par les standards obtenus, une «image cible» ou «image de référence» vers laquelle devraient tendre les «pro- fils» des jeunes futurs espoirs. L'expérience acquise et les connais- sances des spécialistes sportifs (notamment entraîneurs et cadres techniques nationaux) ont largement contribué à cette analyse qui a permis de mettre en évidence les variables à mesurer. Celles-ci précisées, il nous a fallu choisir et quelquefois créer leur outil de mesure, ce qui a constitué la deuxième étape. Choix des mesures, élaboration d'outils adaptés et premiers résultats obtenus Notre recueil de données, qui, dans un premier temps, inclut des mesures communes à toute activité sportive et d'autres plus spécifiques de la nata- tion, est obligatoirement lourd à l'étape initiale de sa mise en place. Grâce aux différentes analyses statis- tiques et prospectives, il nous permet ensuite de ne retenir que les informa- tions les plus pertinentes. 0 LES MESU RES GÉNÉRALES ET LEURS P REMI ERS RÉSULTATS La somme des données recueillies constitue un volume très important. La totalité de ce document ne suffi- rait pas pour présenter l'ensemble de leur exploitation, aussi n 'avons-nous sélectionné que celles présentant 1'intérêt le plus immédiat. Environnement Il est remarquable de constater que l'élite française (équipe de France, sélectionnés aux Jeux olympiques et aux Championnats du monde) est en grande partie issue des classes socia- les les plus aisées et de zones géogra- phiques bien déterminées : Nord, Est, Couloir rhodanien, Sud-Est, Bassin parisien, et de quelques locali- tés bien p réc ise~ : Tours, Poitiers, Dinard.
  • 4. 188 EntraÎnement Les nageurs s'entraînant un mtm- mum de dix fois et parcourant plus de quarante kilomètres par semaine obtiennent les performances signifi- cativement les plus élevées. La même différence est remarquée chez les jeu- nes filles mais pour la distance char- nière de trente cinq kilomètres. En outre, les meilleurs résultats sont observés chez celles qui ont ajouté à leur entraînement aquatique au moins trois séances hebdomadaires de renforcement musculaire «à sec ». Pelformances Seuls les niveaux du 200 rn et 400 rn nage libre approchent celui des per- formances mondiales (exprimés en pourcentage du niveau de celles-ci ils atteignent respectivement 3 et 3,2 OJo). Le niveau des autres spéciali- tés et celui des jeunes filles demeurent en revanche très éloignés, notam- ment dans le quatre nages et dans les distances longues. 0 MESURES SPÉCIFIQUES ET PREMIERS RÉSULTATS La bonne pénétration dans l'eau - ou glisse - , dont dépend partiel- lement la dépense d'énergie et en con- Style libre 100 rn 1500 m c:> c::JI• @20· Ô2 0'03 03 {)Qs (),o~ ·Ç} ()7 ·0 0• •0 0 1 Dos c::::::J• 92 o·03 },os f}1 01 '3 1 Dau- phin ~· o2o· 03 (}sQs 01 ()• o• Travaux et Recherches n °7 1 Spécial Évaluation séquence la performance, est condi- tionnée par plusieurs facteurs. Cer- tains d'entre eux sont mesurables, d'autres ne peuvent être appréciés que subjectivement : - le poids dans 1'eau et les formes corporelles qui déterminent la sur- face du maître couple (note 5), appartiennent au premier groupe; - la qualité de l'épiderme et la manière dont chaque nageur organise ses particularités morphologiques pour minimiser la résistance rencon- trée, au second. Poids dans 1'eau Chaque nageur est pesé en immersion complète avec possibilité de respirer par l'intermédiaire d'un tuba. La mesure du poids spécifique est explo- rée à partir d'un système de jauges et d'un amplificateur du signal obtenu. Les courbes enregistrées sur table tra- çante à partir des différentes influen- ces des phases respiratoires ont per- mis de constater une grande disparité entre les nageurs : alors que les jeunes (5) Nous savons que plus cette surface est grande, plus importantes sont les forces qui s'opposent à la translation du nageur. filles en général et les nageurs de lon- gues distances sont en moyenne plus «légers» dans 1'eau, cette qualité de flottaison ne s'observe pas chez les nageurs d'autres spécialités. Cette différence de poids spécifique entre sujets peut nous amener à deux types de réflexion : - hormis pour les distances longues, le poids spécifique ne semble pas être un facteur limitant la performance ·du nageur; encore faut-il que son importance soit compensée par d'excellentes capacités hydrodynami- ques, propulsives et énergétiques; _,_ sur un plan pédagogique, on peut s'interroger sur le bien-fondé des techniques d'enseignement qui rejet- tent systématiquement et a priori tout matériel d'aide à la sustentation dans l'apprentissage de la propulsion. Existe-t-il de bons ou de mauvais matériels ou de bons ou de mauvais , utilisateurs? Mesures anthropométriques Aux mesures classiques habituelles taille, poids, rapports segmentaires, circonférences, diamètres, plis cuta- nés, nous avons ajouté des mesures plus spécifiques de la natation, notamment 1'amplitude articulaire Dos Dau- Bras- 4 Brasse 4 Style libre nages C)' ~· 02 02 o,O' 03 0~ Os0 1 o,os g, 0' o· ()• a• ()• 100 rn 400 m 1500 m phin se nage!> •• • ! t '' Figure 3 - Profils biométriques de nageurs de haut niveau en fonction de la spécialité. (D'après Bulgakowa 1978, confirmés par nos propres mesures) A gauche : sections : 1 bideltoïde, 2 bras, 3 avant-bras, 4 taille, 5 bicrêtal, 6 cuisse, 7 genoux, 8 jambe, 9 cheville. A droite : longueurs : 1 bideltoïde, 2 bras, 3 avant-bras, 4 main, 5 tronc, 6 cuisse, 7 jambe, 8 pied.
  • 5. Détection en natation des épaules et des chevilles . Ceci nous a permis de déterminer des normes précises (moyennes, écarts-types, minimum-maximum) par sexe et par spécialité : -conformément aux résultats publiés par Bulgakowa (fig. 3), (!)* les tailles et rapports segmentaires les plus importants caractérisent nos nageurs de vitesse en nage libre, dos et quatre-nages; - nageurs de dos, de quatre-nages et de longues distances présentent une plus grande amplitude articulaire au niveau scapulaire, tandis que cette caractéristique est enregistrée au niveau des chevilles chez les brasseurs (flexion et rotation externe tibia tar- sienne) et chez les sprinters de crawl et de dos (extension tibia-tarsienne); - les valeurs moyennes des pourcen- tages de graisse sont significative- ment plus élevées chez les jeunes filles (19 OJo ± 4) que chez les garçons (JI % ± 3.8), ce qui pourrait partiel- lement expliquer la meilleure flotta- bilité des premières. Chez les garçons comme chez les filles, les valeurs de masse maigre les plus importantes ont été relevées chez les sprinters des distances les plus courtes : 50 et lOO rn nage libre et à un niveau moin- dre en brasse, ce qui semble indiquer que la flottabilité a plus d 'impor- tance pour obtenir de meilleurs résul- tats sur les distances longues (800 et 1500 rn), alors que la masse maigre joue un rôle non négligeable dans la propulsion de forte puissance et de courte durée. Mesure de la traînée résultante ou résistance passive Grâce à un appareillage incluant un moteur électrique relié par un système de courroies et poulies démultiplicatrices à l'axe d'un tam- bour autour duquel s'enroulait un câble de 25 mètres, nous avons tracté à différentes vitesses des nageurs en position horizontale passive (2-4). La résistance opposée au déplace- ment était mesurée par 'un capteur à jauges monté sur une poulie libre dans la gorge de laquelle coulissait le câble de traction (photo 1, fig. 4A et 4B). • Les chiffres entre { ) renvoient aux notes bibliogra- phiques 189 Bien que la force de traînée résultante ainsi obtenue ne représente que par- tiellement la résistance totale du sujet au cours de la nage réelle (5-9), nos résultats confirment la meilleure pénétration dans 1'eau des nageurs de longues distances et des jeunes filles (tabi. 1 et 2). Résistance à T. Résistance à T . 1 m/s (kg/ F) 2 m/s (kg/F) 1 - - Jeunes filles M = 5.58 1 > Il M= 11.2 1 1 > Il toutes spécialités 0 = ± .82 T = 3.36 0 = ± 1.01 T = 5.94 Il = 21 S.à(P<.OI) S. à (P < .001) Il - - Jeunes gens M = 6.32 1 et III M = 12.92 1>I II tou tes spécialités 0 = ± .68 N.S. 0 = ± 1.00 T = 2.56 n = 28 S. à (P < .02) Ill - - Jeunes gens M = 5.92 II > III M = 12.02 II> III longues d istances a · = ±.56 T = 2.07 0 = ± .88 T = 3.07 Il = 15 S. à (P < .05) S. à (P < .01) Tableaux 1 et 2 - Différences des résistances hydrodynamiques o btenues en tractant en position allongée passive des nageurs(ses) de spécialités différentes Photo 1 - Appareillage permettant l'évaluation de la résistance hydrodynamique du nageur au cours d'une traction passive à plusieurs vitesses Le nageur est tracté par l'intermédiaire d'un fil en acier s'enroulant autour d'un tambour dont la vitesse de rotation peut être modulée Flll.JU~ : ~ OC l'ir'fFJ;II.IACI'IITILISI.. Figure 4A - Les résistances correspondant aux différentes vitesses sont obtenues grâce à une poulie libre (solidaire d'un capteur), dans les gorges de laquelle coulisse le fil acier >~I ~SI.I T,IML ~loT[ ~ :M •ft n •• , _.,....., 61MJ...,.. ' ' uod i•ft.t.,. •-rort,..u lo • i- l _..;u,f f it«l -1, ,. " ""' "((f• ~;-;,::.·;~;7:~:.=7·!:·:-:::.~'t'".;.!:.!"'..:':~,::"::!,:.!~'·· Figure 4B - L'enregistrement est obtenu sur table traçante
  • 6. 190 Travaux et Recherches no 71 Spécial Évaluation n • 10 RI'SISTA.'fl RI ~~ I 5TA"CI' Jeunes Gens A !tt/S PO I DS IIASSF. IIAIGRE SURFACE CORPORELLE TA ILLE TA I LLE ASS IS ENVERGURE liT. Y:nllRCiiETTE S T I.: R~AL E liT. F.PINF. 1LJ,QUE 1• • AC RO~II O~ ­ MEOIUS PO I ~T STY li E~- ~S HEOIUS LO~G . POIXT RADIAL IIEDIUS LARG . ~lAI ~ UT. PI.ATEAU Tl BIAL liT . LONG. PI ED I.ARf'Jl iR !tiAtlltii. IJ :.ltGil!R HICRr ll '1~)1" . 11kllt. l.RGI UJ{ 1'01 ~"'I:T 1.r.Grur. fJ_I.u I.A'tGJ:U~ OII:VII.ll. Cl ROJNFERE.Œ BJ ~:LTO I DIE.');'1' c1Rm~Eru;-.œ llOR>.X DISPIRAT. CI!<OlXFF.RI~F 11D!tA.X EXPIRATION Cl RCO~~TRI:.~E BRAS Rl' u0 O. C l P.CONF1 :JtE~L BAAS ffi'ITRACTI' C1RCOJFEREX f: AVA.Vf BRAS CIRa>NFF.RE.:F. RASSI~ FES..c;;l r R CII<COOFERI''D: CUIS.<;J: R,J.SJS'I'At'l RI.SJSTAlT Ill/$ :m/ '!o Il • Il J C'Uil('" llllt•.. 1 ~ 111~ ~;um ACT mw"fll'tn - " 1111 1 1IJ Il .',l"o 1'' lltiJII!I ;n. w•t'Ulll rn "'II 'N 1 1 Hl . IPI1 I l J.'~11 u:taut 'l''' Hr. I'I ~HI.11 rllH1. trr. l't Hil.l.I:OIJI IU. '''''O.lllJR l'lin IARGillR BIOCIDfJA- IJ LVU~ UR tHOUTl 11 11)1"{:ll. l l ùi'X'< 1.Ht:IUI! IHJ(~'lT 1.lt<;,.u~ Gll'liJ 1.IIGIIR CII .'II.LI ('11«:0Hl !J:_l:l l ll ll l.llllll l t~1 <:JIUli1"1"111.'CI Tillll. 1..W . Cft«Thlll~-'tl lllll't.X 1X!' . Cl RC:Il11 1~ ~t:l Wl."' r Jnro,rr~~ru ,.r T l~lt."i t' llt.0Fl .~:I :U HA.o.;S l ~ H_'-.'Lc::; r 1RmFl"'l:'n tli(S..o:;l rt~ln ~ -~:t ' t1.1JT Rl'oS I STA.C~ HSISTANCE A 1 r./s A 2 tl/s Tableau 3 - Grille de corrélations entre mesures anthropo- métriques et résistance à la traction dans l'eau (Jeunes gens de niveau national) Tableau 4 - Grille de corrélations entre mesures anthropo- métriques et résistance à la traction dans l'eau (Jeunes filles de niveau national) D'autre part, il existe à 1 m/s des cor rélations intéressantes entre certaine dimensions corporelles (taille, poid dans l'eau, circonférences bideltoï- dienne et bassin-fesses, longueur des membres inférieurs, surface corpo- relle...) et la force hydrodynamique ainsi enregistrée. A 2 m/ s, ces corré- lations sont modifiées (tabl. 3 et 4) ce qui peut indiquer qu'à cette vitesse le nageur trouve un meilleur profil hydrodynamique ou/et que la force de portance déjauge le corps - notamment les membres inférieurs -ce qui réduit d'autant le maître-couple et module 1'impor- tance de certains rapports segmentai- res. La traînée ainsi mesurée est unejonc- tion du maître-couple, du poids dans l'eau, de plusieurs caractéristiques morphologiques et plus particulière- ment de la taille, de la circonférence bideltoidienne et bassin-fesses. Remarque L'idée couramment admise, selon laquelle la meilleure forme hydrodynamique serait repré- sentée par des épaules larges, ne cor- respond pas à la réalité. En effet, plus la surface du maître-couple est augmentée frontalement, plus les résistances enregistrées augmentent. La largeur des épaules est la consé- quence du type de propulsion qui sol- licite électivement les membres supé- rieurs et qui est à l'origine de l'aug- mentation des masses musculaires des épaules. Applications au plus grand nombre Parallèlement aux tests dont les mesures nécessitaient un appareillage sophistiqué et coûteux, pour tenter d 'évaluer les mêmes dimensions, nous avons chaque fois proposé des épreuves ou mesures de terrain sim- ples et accessibles au plus grand nom- bre. Dans le domaine hydrodynamique, cette démarche nous a permis de vali- der trois tests simples utilisables par tous les éducateurs soucieux d 'éva- luer les capacités aquatiques des nageurs en formation. o Premier test ou test de flottabilité Ce test peut être proposé à tous, nageurs et non nageurs. Il se déroule de préférence dans un endroit du bas- sin où le niveau de l'eau atteint la poitrine du sujet. Celui-ci est placé sur le dos en position horizontale sur l'eau par un aide (professeur ou autre élève) qui le maintient dans cette position en plaçant une main sous ses cuisses et 1'autre au niveau de ses omoplates. Les bras de l'évalué demeurent droits le long du corps, les paumes des mains à plat sur le côté externe des cuisses. Les membres inférieurs sont serrés et maintenus tendus durant tout le test. Après blocage d'une ins- piration forcée complète, au signal de l'éducateur, l'aide lâche l'évalué. La durée qui est nécessaire pour retrou- ver la position verticale, pieds au
  • 7. Détection en natation fond du bassin jambes droites, est chronométrée au 1/ 10 de seconde (tabl. 5). Niveau de Durée flottabilité (secondes) médiocre au-dessous de 4 moyenne de 4 à 7 bonne de 7 à JO excellente au-dessus de JO Tableau 5 - Évaluation de la flotta- bilité horizontale : durée nécessaire aux membres inférieurs pour passer de la position horizontale à la position verticale dans l'eau. o Deuxième test ou test du niveau de flottaison Exécuté en eau profonde, ce test est réservé aux évalués sachant nager. Comme précédemment, les bras du sujet sont placés le long du corps, les paumes des mains contre les cuisses, mais la position est ici verticale. Après blocage d'une inspiration for- cée, on note le niveau de flottaison (tabl. 6). Flottabilité Niveau de flottaison nulle tête immergée médiocre front moyenne nez bonne menton . excellente cou Tableau 6 - Évaluation du niveau de flottaison verticale o Troisième test ou test de «glisse» Le test se déroule dans la ligne d'eau la plus proche d'un des bords du bas- sin préalablement étalonné de 5 en 5 cm. Après l'arrêt complet d'une coulée et glissée ventrale consécutive à une répulsion maximale des membres inférieurs contre Je bord du bassin, on mesure la distance qui sépare l'extrémité des pieds du bord où a été effectuée la répulsion. Pendant toute la durée du test, les bras du sujet sont en avant et sa face immergée. Nous n'avons établi ici que les stan- dards des nageurs de haut niveau. Ceux des nageurs débutants et espoirs d'âges et de sexes différents font actuellement l'objet de nouvelles études dont les résultats seront pro- chainement publiés. Évaluation de la force de propulsion Des études préalables ont mis en évi- dence l'absence de relation entre la force de traction des bras mesurée à sec et dans l'eau (24). Pour respecter le plus possible la spécificité de la nage, nous n'avons retenu dans cette étude que les forces de traction déter- minées dans l'eau selon deux proto- coles : statique et qynamique. Les résultats respectifs montrent de fortes corrélations entre les deux, ce qui permet de retenir indifféremment l'un ou l'autre. o Technique du nageur attaché (pho- tos 2A et 2B) Par l'intermédiaire d'une ceinture et d'un câble qui n'exercent aucune 191 entrave aux mouvements de nage, le sujet est relié à un capteur à jauges, prolongé d'une chaîne électronique de mesures (fig. 4A - 4B) dont 1'ensemble enregistre les forces de traction exercées au cours de la nage sur place. L'inconvénient de cette technique est d'ordre biomécanique. La nage sur place oblige le sujet à rechercher des «appuis» difficiles dans un environnement sans cesse perturbé et le style s'en trouve modi- fié. C'est pourquoi nous avons mis au point une nouvelle technique mieux adaptée aux cor.ditions réelles de nage. o Technique des charges différentes à tracter (6) (photo 3) Il est demandé au sujet de nager au maximum de ses possibilités pendant plusieurs séquences de 7 à 8 secondes chacune. Au cours de celles-ci, il tracte horizontalement une charge différente maintenue suspendue sur un chariot dont la vitesse de déplace- ment sur le bord du bassin est rigou- reusement assujettie à celle que peut développer le nageur. La charge est ainsi maintenue au même niveau. La vitesse du nageur est mesurée' par un cinémographe constitué d'une cellule photo-électrique et d'un tambour libre que le nageur déroule par l'intermédiaire d'un fil de nylon qu'il tracte aussi au cours de la nage. L'ensemble des couples de points obtenus : vitesses-charges, s'ajus- Photo 2A - Évaluation de la force de traction Grossissement du capteur et de l'appareillage utilisé Photo 2B - Technique du nageur attaché Le sujet nage sur place, ce qui modifie sensiblement sa technique Les forces sont enregistrées par l'intermédiaire d'un capteur communiquant avec la même chaîne de mesures que celle utilisée pour obtenir la résistance à la traction passive
  • 8. 192 Travaux et Recherches n o7 1 Spécial Évaluation tent significativement à une fonction linéaire (fig. 5A - 5B). L'extrapola- tion de la droite linéaire ainsi calcu- lée, au point de vitesse nulle, donne la charge maximale théorique que le nageur est capable de tracter ou force propulsive maximale. Les calculs informatisés sont effectués sur le bord du bassin par microprocesseur, ce qui permet de donner immédiate- ment les résultats au nageur et à son entraîneur. Résultats 1) Une bonne corrélation existe entre la distance de nage habituelle et la force propulsive maximale. Les meilleurs spécialistes (masculins et féminins) de distances courtes obtien- nent les valeurs les plus élevées. 2) Les plus grandes forces de trac- tion ont été enregistrées chez les spé- cialistes de brasse, de crawl (distances courtes) et de papillon. Les plus fai- Photo 3 - Évaluation de la force de propulsion Technique des charges différentes à tracter : un chariot, se déplaçant sur le bord d'un bassi:1 à la même vitesse que le nageur, permet de supporter les différentes charges. Vitesses de dépla- cement et charges sont enregistrées pour permettre le calcul de la force maximale du nageur (fig. 5A et 5B) bles, chez les spécialistes de dos et de distances longues. 3) Les nageurs(ses) pratiquant la musculation à sec présentent de meil- leures performances sur distances courtes et une force propulsive maxi- male significativement plus élevée que ceux (celles) ne la pratiquant pas. Remarque L'efficacité de la propulsion peut être appréciée par l'entraîneur en notant d'une part le nombre de cycles pro- pulSifs des bras d'un sujet, et d'autre part la vitesse exprimée en mis réali- sée au cours d'un vingt mètres (départ lancé sur cinq mètres) nagé à vitesse maximale. Plus le rapport nombre de cycles 1 vitesse de nage (en mis) est faible, meilleure est l'effica- cité. - exemple 1 - 20 m en 10 s = 2 mis avec 12 cycles de bras =R= 6 2 - exemple 2 - 20 m en 10 s avec 10 cycles de bras =lQ_ = 5 2 De ces deux exemples, le second indi- que le nageur qui présente la meil- leure efficacité propulsive. Évaluation des potentiels énergéti- ques Du point de vue énergétique, le nageur idéal serait celui qui pourrait disposer à la fois de fortes puissances anaérobies et aérobie et d'une capa- cité de les maintenir à leur niveau le plus élevé pendant le plus longtemps possible. En "fait, toutes ces qualités, qui sont subordonnées à la réparti- tion des différentes fibres musculai- res, à leur approvisionnement énergé- tique et à leurs pouvoirs enzymati- ques, se trouvent rarement réunies chez un même sujet. Il est alors opportun de déterminer son aptitude dominante pour l'aider à s'orienter vers les distances sur lesquelles il pourra davantage satisfaire à ses ambitions sportives. Étant donnée l'interaction constante entre les qualités hydrodynamiques, biomécaniques, psychologiques et énergétiques, il nous a fallu définir des tests spécifiques explorant en situation les différentes capacités métaboliques. 0 Fibres musculaires Il est désormais possible d'établir une
  • 9. Détection en natation 193 RESULTATS - FORCE NAXIMALE SUJET SEXE uc· FORCE 11AX. CORRELATION __(1!iL_ (sl 1 F 11 9,47 0,991 1.5 2 F 8 3.82 0.994 F 8 8.20 0.990 8 11.55 0,998 È _ 1.0 1·1 9 10.85 0,957 w 6 1·1 13 15 .57 0,968 " 13.66 0.988.. M 10z w 8 1·1 12 17.16 0.9930 0.5 (J F, m a.. I S, 6 kg w 9 M 10 15.64 0,992~ ~ F. m• • : a.a ...~··... w Q 10 M 9 16.46 0.988~ '•, > '• 11 11 8 16.24 0.980 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 12 11 18.19 1.000 CH A R G E ( kO) MOYEI'liiES: 9,51 KG • ,IOiôBRE DE CHARGES 15.47 KG Figure 5A - Extrapolation de la charge maximale théorique que le nageur peut tracter à vitesse nulle. Elle correspond à sa force propulsive maximale Figure 5B - Nombre de charges utilisées par sujet pour obte- nir l'ajustement linéaire (charges - vitesses de déplacement) relation directe entre la répartition prédominante d'un type de fibres, le métabolisme préférentiel et l'aptitude énergétique requise par une distance de nage (fig. 6). Les sujets dotés de muscles à fort pourcentage de fibres à contraction rapide ont plus de chances d'exceller sur les distances courtes (50-100 rn). Au contraire, ceux dont le pourcentage de fibres à contraction lente est nettement plus élevé ont plus d'avenir sur les distan- ces longues (800- 1500 rn). Bien que cette répartition dépende du patrimoine génétique, il semble que le type d'entraînement auquel les sujets se soumettent puisse modifier assez considérablement 1'aspect fonc- tionnel de leurs fibres. C'est donc dans cette double perspec- tive que nos recherches furent entre- prises au Centre d'Éducation Physi- que de l'Université de Montréal (18). Des échantillons musculaires furent prélevés par biopsie dans le triceps brachial chez quelques nageurs de haut niveau. - Sur le ·plan histologique, seuls les nageurs de sprint présentaient effecti- vement un pourcentage plus élevé de fibres à contraction rapide. Aucune différence significative ne fut relevée chez les autres. - Sur le plan biochimique, il fut remarquable de constater, indépen- 100 ,..: "' 90 Q) ...., 80 •cQ) 70.... • •c •0 60........., • - _._----- - - - T- - - - - - - - • / .<J (1) 50......., c 0 40<J .(1) 1.1'1 30 w 0: co 20..... ..... Q) 10'0 à~ 1 •( • - ,.,,.. 200 • 400 • 1 600 800 1000 1200 1400 Figure 6 - Pourcentage de fibres à contraction lente chez quelques nageurs spécia- listes de différentes distances de compétition (D.L. Costi/1, 1980) damment de leur spécialité, un fort développement de tous les enzymes intervenant dans le métabolisme anaérobie, et ce, au niveau des deux types de fibres (S.T. et F.T.). Ce résultat est probablement da à la forme d'entraînement (12 à 18 kilo- mètres nagés quotidiennement à des intensités variables, souvent élevées). On peut alors se demander si, à terme, le développement des poten- tiels aérobies de toutes les fibres ne se fait pas au détriment de leur vitesse de contraction, ce qui serait de nature à défavoriser les sprinters. Bien que l'étude des fibres présente d'indiscutables avantages au niveau de la recherche, les biopsies qu'elle requiert ne permettent pas une utili- sation pour l'évaluation de tous les nageurs de haut niveau et a fortiori pour la détection d'éventuels futurs talents. C'est pourquoi nous n'avons retenu dans notre protocole que les mesures indirectes des différents métabolismes cellulaires.
  • 10. 194 Travaux et Recherches n °71 Spécial Évaluation - HEClAOCARO IOCiRAPHE 11 CH[N I Il ( ''ou 0 ( NA G( Figure 7 - Appareillage et technique utilisés pour obtenir la mesure directe de la consommation d'oxygène au cours de la nage Photo 4 - Pièce buccale étanche (embout, valve, tuba et tuyau souple) permettant le recueil des gaz au cours de l'épreuve o Consommation maximale d'oxygène (ou vo2 max) La connaissance des limites de 1'apport et de l'utilisation cellulaire de l'oxygène s'avère d'une grande importance non seulement comme base de prévision d'une performance de longue durée, mais aussi pour ce qui concerne la récupération et sur- tout la planification individualisée des charges d'entraînement à propo- ser au nageur. Dans ces deux derniè- res perspectives, un vo2 max élevé peut donc indirectement favoriser les performances même de moyenne et de courte durée. Des études préalables (2) ont mis en évidence l'absence de relation entre les vo2 max obtenus sur tapis rou- lant et les performances en natation. De plus, l'épreuve de course sur tapis roulant est peu appréciée par les nageurs, surtout dans les phases cru- ciales de leur préparation; c'est pour- quoi il nous a fallu mettre au point une technique totalement originale de mesure directe de la consommation maximale d'oxygène au cours de la nage. • Technique de mesure directe du vo2max au cours de la nage L'épreuve se déroule en bassin de 50 rn (un bassin de 25 rn peut aussi être utilisé), et des paliers de vitesses de nage progressivement croissantes sont imposés par un programmateur électronique commandant la mise sous tension de lampes disposées au fond du bassin (fig. 7). Les gaz expi- rés sont recueillis grâce à un ensemble étanche embout buccal-valve (photo 4) et orientés par un tuyau souple dans des sacs de Douglas transportés par un chariot sur le bord du bassin. La fréquence cardiaque est également contrôlée en continu grâce à des électrodes rendues étanches et reliées à un électrocardiographe placé dans le chariot. Résultats : après validation de la méthode (3) Les valeurs brutes des V02 max exprimées en litres par minute (!.min - 1) nous permettent aujourd'hui d'établir les premières normes par âge, sexe et niveau (fig. 8 et tabl. 7). Les résultats obtenus avec les équipes de France (tabl. 8 et 9)
  • 11. Détection en natation 195 ESPOIRS n = 144 É LITES n = 30 Filles Garçons Filles Garçons Nombre 21 21 15 6 8 20 Il 27 15 15 15 Age (années) 11 -12 13 14 15 12 13 14 15 16-17 16 17 vo2 max 2.68 2.69 2.86 2.8 1 2.77 3.32 3.65 3.89 4.17 3.48 4.79 1/ min ± 0.34 ± 0.38 ± 0.44 ± 0.26 ± 0.8 ± 0.69 ± 0.66 ± 0.38 ± 0.51 ± 0.46 ± 0.34 vo2max 58.3 53.8 54.7 52.6 57.9 63.5 62.7 61.2 62 60.4 65.4 ml/ min/ kg ± 5. 1 ± 6.8 ± 6.6 ± 5.5 ± 7.1 ± 6.2 ± 8.3 ± 5.2 ± 3. 1 ± 4.2 ± 3.9 F.C. 187.5 188.2 185.8 190.2 190.0 188 186 186.8 183.8 177.3 177.4 ± 5.4 ± 6.2 ± 7.8 ± 6.9 ± 6.0 ± 7.0 ± 8.2 ± 6.6 ± 5.6 ± 8.8 ± 7.8 T a blea u 7 - V02 m ax et leurs caractéristiques o b tenues au cours de la nage - Classement par sexe, âge et niveau Ages l.min - 1 ml.min - l.kg F.C. Lactate Vitesse de n b/ min mg/1 nage 100-200 6 x 19.5 3.54 55.03 187. 17 732.83 1.31 Crawl ± 2.95 .38 5.87 5.42 202.32 .04 400-800 3 x 16.33 3.07 58.92 186.67 496. 1.28 Crawl ± 1.53 0.57 9.01 14.43 55.57 0.03 Brasse 4 x 17.25 3.76 65. 15 194.5 738.63 1.10 ± 2.06 .17 5.03 5.26 135.78 0.01 Dos Papillon 1 3.65 63.78 185. 758. 1.39 4 nages Total 14 x 18.3 1 3.50 59.38 188.54 702.88 ± 2.59 .44 7.22 8.07 170.56 Tableau 8- Consommation ma~imale d'oxygène (mesure directe H 20 ) Nageuses Equipe de France Ages l.min - 1 ml.min - l.kg F.C. Lactate Vitesse de n b/ min mg/ 1 nage 100-200 6 x 20.33 4.91 61.62 180.17 714.25 1.46 Crawl ± 2.16 .50 5.08 4.07 107.13 .07 400-800 6 x 16.93 4.67 69.57 181 1.44 Crawl ± .91 .64 10.16 8.37 .05 Brasse 4 x 18.25 4.92 66.38 185.25 1.14 ± 1.71 .19 .69 3.69 .03 Dos 1 x 16. ± 4.79 68.29 185 572 1.42 Papillon 1 x ± 20. 5.57 67.68 180 1025. 1.43 4 nages 1 x ± 16 4.66 69.55 195 1.35 Total 19 x 18.35 4.85 66.14 182.53 691.67 ± 2. 18 .48 7.10 6.32 222.06 (n = 9) - Tableau 9- Consomma tion max!male d 'oxygène (mesu re directe H20) Jeunes gens Equipe de France '------ nous indiquent des valeurs moyennes de 4.85 l.min -1 ± .48 chez les gar- çons et 3.50 !.min - 1 ± .44 chez les filles. Si nous comparons ces valeurs aux normes internationales (3), nos jeunes gens en sont très proches et pour certains les dépassent, alors que nos jeunes filles en sont assez éloi- gnées. Nous n'avons pas trouvé de corréla- tions significatives entre les vo2 max (l.min - 1) et les performances de lon- gues durées; par contre, quelle que soit la spécialité du nageur, des diffé- rences significatives ont été mises en évidence en fonction du niveau : les meilleurs nageurs ont en général des vo2 max plus élevés_ Les pentes des droites V02 - vitesse de nage, et F.C.- vitesse de nage sont significativement moins inclinées chez le nageur de haut niveau, mar- quant ainsi une moindre consomma- tion d'oxygène pour des vitesses infra-maximales données. Cette «économie de nage» pour une vitesse donnée permet donc de prendre en compte non seulement la dimension énergétique aérobie, mais aussi tou- tes les caractéristiques hydro et bio- mécaniques ainsi que le niveau d'entraînement du sujet. Une préci- sion encore plus grande est apportée en ramenant ces valeurs au poids du nageur dans l'eau. La connaissance de ces pentes apparaît comme le com- plément objectif indispensable à l'appréciation habituellement subjec- tive de la technique de nage. Malgré l'indéniable progrès apporté par cette technique, les contraintes requises par sa mise en place, ainsi que les valeurs faussées de la vitesse réelle de nage du sujet dues aux résis- tances supplémentaires imposées par l'appareillage, nous ont incité à pour- suivre nos recherches pour obtenir la vitesse exacte correspondant au vo2 max. Plus que la connaissance pré- cise de ce dernier, la vitesse à laquelle la consommation maximale d'oxy- gène est atteinte permet à l'entraîneur de mieux moduler vitesse infra-max, max, ou supra-max en fonction des objectifs de l'exercice proposé.
  • 12. 196 .....1 z :::! _j x <( :::! N 0 ·> 5.0 - 4.5 3.5 3.0 2.5 l '* 0 •• ,, ** ELITE• Jo • * ESPOIRS n 1u 12 13 14 15 16 17 AGE (a nnees) Travaux et Recherches no 71 Spécial Évaluation - 80 "' Yo:max.;..>C - courbe de re c uoe ra ti on c 60 E 1 _ donnëes b r utes Ë 40 ...0 20 ·> 0 0 0 - vo2max;. "' 2 _sem!. l oga r i thmiques .>C "; c E E N 0 ·> 20 0 120 Durée(s) Figure 8 - Présentation des valeurs de V02 max (1/mn) obtenues par les espoirs par rapport à celles obtenues par les nageurs «élites» Figure 9 - V02 max obtenus par rétro-extrapolation de la courbe de récupération • Calcul du V02 max par extrapolation de la courbe de récupération Pour obtenir la vitesse réelle au cours de l'épreuve, il nous a fallu suppri- mer les contraintes de l'appareillage. Pour ce faire, nous avons utilisé le même protocole que précédemment , mais en poursuivant les prélèvements à 1'issue du dernier palier (19-20). L'air expiré a été recueilli successive- ment dans quatre sacs, à raison d'une durée de 20 secondes par sac. La courbe de décroissance des vo2 de récupération calculée montra la forme classique de celle d'une fonc- tion exponentielle à décroissance rapide puis lente. Le calcul des loga- rithmes des valeurs brutes des vo2 de récupération permet leur ajustement linéaire (r > .98). L'extrapolation au point zéro (fin du dernier palier) de la droite ainsi déterminée redonne les mêmes valeurs de vo2 max mesurées directement au cours de l'épreuve (fig. 9). La vitesse de nage ne subit ici aucune contrainte, ce qui autorise le calcul très précis de l'économie de nage. Nous avons utilisé ce même protocole pour valider un test simple de terrain qui permet à l'entraîneur d'obtenir avec précision la vitesse de nage cor- respondant au vo2 max du nageur (fig. 10). 5.5 • 5. R = .94 V02 max extra = V02 max PC x 1.35 - 1.63 Go. ~ 4 .5 E 0 ·c 3. • vo2 max extrapolée (l.min- 1) ~~----.____.____.___~----~ 3 3.5 4 4.5 5 5.5 Figure 10 - Valeurs de V02 max obtenues par mesure directe et par mesure extra- polée à l'issue d'un test progressif de nage Test de détermination de la vitesse de nage correspondant au vo2 max - matériel : - une piscine de 25 ou 50 rn étalonnée tous les 12,50 rn - une bande sonore pré-enregistrée du test (1) - un magnétoscope et deux amplifica- teurs sous-marins (type natation synchronisée).
  • 13. Détection en natation - protocole (tabl. 10) : Le test est nagé en crawl par les dos- sistes, papillonneurs et crawleurs, en brasse par les brasseurs. - en crawl la première vitesse est = 1 mis soit 50 s au 50 rn - en brasse 0,89 mis soit 56 s au 50 m. • Détermination du V02 max par une épreuve supramaximale de courte durée L'extrapolation de la courbe de récu- pération au temps zéro, tentée à l'issue d'épreuves de courte durée (50, 100 et 200 rn), nous a permis de constater «accidentellement» que les V02 obtenus au cours du premier prélèvement (20 s immédiatement à l'issue du test) étaient identiques, voire très souvent supérieurs aux V02 max classiquement déterminés. Une étude similaire publiée par Di Pram- pero, 1973 (8) conforta cette nouvelle voie de recherche. Les V02 max mesurés au cours de l'épreuve pro- gressive de nage furent comparés aux V02 «supra max» obtenus à partir d'un prélèvement d 'une durée de près de 15 secondes (fin de l'expiration la plus proche de la q u inzième seconde), effectué à l'issue de deux tests maximaux de 100 et 200 rn de nage. Les résultats (tabl. 11) indiquè- rent des valeurs de V02 «supra max 100 rn» supérieures à celles des V02 max «classiques», elles-mêmes supé- rieures à celles de V02 «supra max 200 rn». Bien que les différences ne soient pas significatives, il semble que l'extrac- tion de l'oxygène atteigne sa plus haute valeur immédiatement à l'issue d'un exercice supra-maximal de courte durée. Le temps précis pen- dant lequel les échanges respiratoires demeurent à leur niveau le plus élevé constitue actuellement une nouvelle étape de notre recherche. L'utilisation de cette technique avec un nombre de sujets plus important (n = 42) a confirmé les valeurs plus élevées des V02 supra-max (tabl. 12). De même, des V02 supramax obte- nus à 1'issue d'un test de 50 rn avec neuf autres nageurs soulignèrent encore cette différence (tabl. 13). L'examen de ces résultats nous 197 Dllll'l' (c.xprirncL' en ')de dtaljlll' palier de.: 50 Ill ( ·rawl Bras~ ~0 · 49 · 4X · 47 · 46 · 45 Mc.:llrc une.: croix sur le 56 . 55 . 54 . 53 . 52 . 51 44 . 43 . 42 . 41 . 40 . 3l) palic.:r atrljtrc.:l ' 'arrélc le 50 · 4'.1 · 4X- 47 - 4(} . 45 3X · 37 · 36 · 35 · 34 · JJ nageur. Il correspond à sa 44 - 43-42-41 - 40 - 3'.1 32. 3 1 · 30 · 29 · 2X · 27 vilcssc de.: vo2max. 3X · 37 · 36 - 35 - 34 · 33 Tableau 10 - Épreuve de détermination de la vitesse de nage correspondant au V02 max vo2 max ('!)classique vo2 «supramax» V02supramax n = 10 mesure direcle 100 Ill 200 Ill Sô (l.min - 1) (l.min- 1) (l.min - 1) 5~ 1 Il Ill x 3.36 3.69 3.28 ± .H4 .97 .97 R 1 Cl Il (spcarman) = .H3 Il. cl Ill = .91 1 Cl Ill = .HO 1 = 9 1 % de Il Il l = Hl) OJo de Il 1: 102.4 o·o de Ill tJ. 1 = N.S. 1 = N.S. 1 = N.S. Tableau Il - Valeurs de V02 max obtenues par mesure directe au cours d'une épreuve progressive de nage et après des épreuves supramaximales de 100 et 200 rn de nage amène à un constat et suscite deux interrogations : - On peut remarquer que plus la durée du test supramax est prolongée (200 rn), plus la décroissance des V02 de récupération apparaît tôt. - Le test progressif de longue durée et le matériel qu'il requiert permettent-ils au nageur d'exprimer tout son potentiel aérobie? - Que doit-on considérer comme la valeur maximale de consommation d'oxygène : celle obtenue au cours d'un «plateau» stable lors d'une épreuve progressive, ou celle résul- tant d'une «crête» à 1'issue d'un test maximal de courte durée? Si cette dernière hypothèse se vérifie, comme les premières indications de recherches en cours nous le font pen- ser, il sera désormais possible d 'utili- ser cette technique chaque fois qu'une information rapide sera sou- haitée ou lors de l'évaluation d'un grand groupe de nageurs. 0 Analyse sanguine Dès lors que l'apport d'oxygène aux muscles mis en jeu devient insuffi- sant, l'organisme du nageur fait appel à la filière anaérobie lactique. Seules les concentrations plasmati- n = 42 vo2 max (?) vo2 «supramax» 19 ô «classiques» IOO m 23 ~ mesure directe J.min - 1 J.min- 1 1 Il x 3.1 1 3.27 ± ± .80 ± .81 R r!J. 1 = 95 Ofo de Il t = N.S. Tableau 12 - Comparai~on des V02 max test progressif et V02 «supra- max» obtenus à l'issue d'un test de 100 rn sprint avec 42 nageurs n = 9 V02 max VQ2 «SUpramax» «classiques» 50 rn mesure directe l.min - 1 l.min - 1 1 Il x 2.98 3.24 ± ± .82 ± .90 R (spearman) .97 lJ. 1 = 95 Ofo de 11J t = N.S. Tableau 13 - Comparai~on des V02 max, test progressif et V02 «supra- max» obtenus à l'issue d'un sprint de 50 rn de nage (Chalard, Cazorla, données non publiées)
  • 14. 198 ques de l'acide lactique ont été mesu- rées. Elles nous ont permis de mieux discriminer métaboliquement les types d'effort en terme de durée et d'intensité. Plusieurs épreuves, infra puis progressivement maximales et supramaximales à paliers de vitesse de nage standardisée, nous ont per- mis de déterminer individuellement le seuil à partir duquel le lactate s'accu- mule dans l'organisme (17-IO) et la limite extrême de chaque sujet (11). Pour ce faire, à l'issue d'épreuves codifiées, cent microlitres de sang étaient prélevés au lobe de 1'oreille préalablement vasodilaté. Résultats Quelle que soit la spécialité, le nageur de haut niveau est capable de suppor- ter, tout en maintenant son effica- cité, les concentrations d'acide lacti- que plasmatique les plus élevées. Les concentrations de lactate sont tou- jours plus élevées à l'issue d'une compétition importante qu'à la fin d'une «épreuve test » analogue d'entraînement, ce qui semble indi- quer que certains facteurs psycholo- giques, telles la motivation et la résis- tance aux stress, peuvent repousser les limites de la fatigue induite par une forte acidose musculaire. Les concentrations de lactate varient aussi très significativement entre .les différents nageurs de haut niveau; certains présentent des concentra- tions faibles pour des performances élevées et vice versa. Il est probable que la nature des fibres et leur équi- pement enzymatique sont à l'origine de telles disparités. Comme d'autre part le lactate diffuse irrégulièrement dans les différents compartiments liquidiens de 1'organisme, à partir desquels il est soit transformé, soit éliminé, il serait aléatoire de retenir cette technique pour comparer les nageurs entre eux. Elle peut cepen- dant apporter de précieux renseigne- ments dans le suivi de l'état d 'entraî- nement des sportifs au cours d'une saison. Nous avons aussi effectué des micro- prélèvements sanguins chez des jeu- nes nageurs de différents âges à l'issue d'un même test anaérobie (4 fois 2 x 50 rn (r = lO s) avec un repos intermédiaire de 2 minutes), et, malgré la grande disparité des résul- Travaux et Recherches n °7 1 Spécial Évaluation tats obtenus, les taux moyens signifi- cativement les moins élevés ont été relevés chez les nageurs.Ies plus jeu- nes . Rapportés à l'âge osseux et au kilogramme de masse maigre, ces taux se sont encore montrés significa- tivement plus faibles chez les sujets de 12 ans, en comparaison de ceux obtenus chez les nageurs de 16 ans et plus. Ceci semble indiquer que les concen- trations de lactate peuvent aussi dépendre de l'âge des sujets. Les plus jeunes montrent les concentrations les moins élevées traduisant : - soit un meilleur métabolisme aérobie du lactate produit, - soit/et une moindre production d'acide lactique due, comme le sug- gèrent Eriksson et coll. (12-13), à un manque de maturation de certains enzymes intervenant dans la glycolyse anaérobie. Ces résultats, bien que d'interpréta- tion difficile, nous indiquent cepen- dant que priorité devrait être accor- dée chez les jeunes au développement du métabolisme aérobie, et qu'il serait vain de vouloir commencer trop jeune un entraînement à base d'exercices de type anaérobie lacti- que. Estimation de l'âge biologique La natation étant par excellence un 1 sport où les meilleurs résultats sont atteints par des sujets relativement jeunes, il est indispensable de déceler si les bons résultats obtenus dans le~ tests et performances ne sont pas aussi le fait d'une maturation physio- logique plus précoce. Pour pondérer chacun des résultats obtenus au cours des épreuves d 'éva- luation, 1'âge osseux est déterminé chez tous les jeunes évalués de moins de seize ans. Exprimant très correctement le niveau de maturation physiologique, 1'âge osseux est estimé à partir de la technique développée par Tanner et Whitehouse (T.W. Il) qui fait appel à l'utilisation de radiographies du poi- gnet et de la main gauche. Résultats (tabl. 14) : Parmi les jeunes sportifs que nos ser- vices évaluent, les nageurs espoirs et les postulants aux sections Natation- études constituent deux populations assez distinctes. Le niveau de perfor- mance est généralement nettement plus faible pour le deuxième groupe. Le tableau 14 met en évidence un âge biologique sensiblement plus avancé chez les garçons espoirs que chez les candidats aux sections Natation - études; cette même différence appa- raît aussi chez les jeunes filles. On peut alors se demander si l'entraîne- ment intensif peut accélérer la matu- 2 Âges (en mois) Jeunes gens Jeunes filles Jeunes gens Jeunes filles n - 32 n - 32 n - 25 n = 15 Civils x 180.39 169.00 170.64 162.77 = 14.32 12.71 32.23 9.32 1980 Osseux x 187.81 168.56 195.64 175.27 + 14.72 12.02 13.42 17.92 A 7.42 - .44 25 12.5 n = n = n = 20 n = 19 Civils x 173.9 164.7 ± - - 12.39 11.10 1981 Osseux x - - 186.65 166.8 + 11.96 17.4 " 12.75 2.1 n. total 32 32 45 34 6 7.42 - .44 15. 11 6.59 p > .01 NS p > .001 p > .02 Tableau 14 - Différences entre âges civils et âges osseux de jeunes nageurs(ses) 1 - candidats aux sections Natation-études (niveau moindre) 2 - espoirs
  • 15. Détection en natation ration biologique, ou bien si les meil- leurs résultats des nageurs espoirs ne sont pas dus aussi à une plus grande avance biologique. Dans cette deuxième hypothèse, à performances et âges égaux, nous préférons sélectionner les candidats biologiquement moins âgés, qui pré- sentent probablement de ce fait la marge de progrès la plus importante. Traitement des résultats La totalité des résultats des différen- tes opérations précédemment décrites s'élève à plus de 200 données par sujet. Il est évident que leur traite- ment a nécessité l'usage de l'informa- tique. Nous avons élaboré dans un premier temps des programmes per- mettant leur stockage pour pouvoir ensuite assurer leur traitement selon trois objectifs. - Le premier a été d'apprécier la pertinence des mesures et épreuves proposées. Pour ce faire, les trois niveaux de nageurs évalués (équipes nationales françaises et canadiennes, espoirs et candidats aux sections Natation-études) permettent une pre- mière sélection. Les tests qui ne mar- quent pas de différences significati- ves entre les niveaux sont écartés. De même, parmi les mesures fortement corrélées entre elles, donc redondan- tes, ne sont retenues que les plus faci- lement accessibles et les plus liées à la performance, ce qui à nouveau réduit leur nombre. - Le deuxième objectif nous a con- duit à étudier dans leurs inter- relations les différents facteurs qui conditionnent la performance immé- diate et surtout future des jeunes nageurs. L'établissement d'une «fiche profil» (voir modèle fig. 11) objective les résultats des mesures et tests retenus. Les indices attribués à ~Âges moyens (en années) U.S.A. Jeux olympiq~ F. H . Munich 1972 17.4 20.3 Mo ntréal 1976 18.3 20.5 chaque mesure sont calculés à partir de 1'ensemble des résultats enregistrés depuis quatre ans. Ils situent le nageur par rapport aux sujets de même groupe d'âge biologique et de même spécialité. Cette fiche permet de repérer facilement les points forts et les points faibles de l'évalué, d'estimer si un point faible peut ou non être compensé par 1'hyper déve- loppement d'un autre facteur, avant de retenir ou d'écarter trop hâtive- ment une candidature. A ce titre, elle apparaît comme l'aide précieuse du Directeur Technique National, seul habilité à établir le choix final des candidatures, et peut aussi aider à orienter plus finement le nageur vers la spécialité dans laquelle il aura le plus de chance d'exceller. - Enfin, à partir des caractéristiques précédentes, le troisième a été d'éta- blir par âge, sexe et spécialité les stan- dards qui déterminent le profil réfé- rentiel du nageur de haut niveau, indispensable à l'étape suivante : la détection. Étape de la détection L'étape de la sélection nous a permis de mettre objectivement en évidence les qualités requises par la pratique de la natation à un haut niveau et d'élaborer les outils les mieux adap- tés à leur mesure. A partir de ces con- naissances, l'étape de la détection nécessite l'évaluation simple et acces- sible de ces qualités, permettant de repérer, parmi le plus grand nombre possible de jeunes débutants, ceux qui présentent les meilleures poten- tialités en natation. Plusieurs problèmes se sont alors posés : - à quel âge commencer la détec- tion? - quels tests et mesures retenir ? R.D.A. U. R. S. S. F. H. F. H. 16.4 19.8 18.3 19.3 16.6 19.3 18.8 18.2 Tableau 15 - Âges des participants aux Jeux olympiques (USA - RDA - URSS) 199 - comment organiser leur passation et leur recueil sur le plan national ? - comment envisager leur traite- ment? - comment confirmer la valeur du pronostic sur lequel repose toute détection ? 0 A QUEL ÂGE COMMENCER LA DÉTECTION? Si on se réfère à l'âge auquel les meil- leures performances sont atteintes (tabl. 15), en tenant compte de la durée nécessaire de préparation physique générale et spécifique (6 à 8 ans), il semble que le meilleur âge pour débuter l'entraînement se situe vers 11-12 ans chez les garçons et vers 10-11 ans chez les filles . Pour être efficace, la détection doit débuter en même temps que l'entraî- nement car, plus le jeune s'entraîne, plus ses potentiels initiaux se trans- forment. Dans le cas d'une évalua- tion tardive, il est difficile de discer- ner ce qui dépend des effets de l'entraînement de ce qui résulte du potentiel moteur initial. D'autre part, sur le plan physiologi- que, la tranche d'âge 10-11 ans est une période de relative stabilité biolo- gique et psychomotrice. Plus tard, c'est-à-dire vers 12-13 ans, débute la puberté qui rend très aléatoire toute comparaison d'adolescents entre eux. Tout pronostic déduit de l'évaluation de paramètres, souvent en pleine évo- lution, devient alors très difficile. Plus tôt, c'est-à-dire avant 9-10 ans, 1'enfant traverse plusieurs étapes d'acquisitions psychomotrices essen- tielles au cours desquelles, même dans la perspective d'une pratique future de haut niveau, il est indispen- sable de respecter les stades ontogé- nétiques de son développement, et de répondre à son énorme appétit de jeux et d'apprentissages par la propo- sition d 'une nourriture cinétique riche, abondante et variée. Il ne faut surtout pas, avant dix ans, que la natation soit la seule activité motrice de 1'enfant. La trop grande répétition du même geste, par les stéréotypes qu'elle engendre, peut être préjudiciable à son développement moteur (14) et donc nuire à la qualité des perfor-
  • 16. 200 l ' v MISSION RECHERCHE PROGRAMME EVALUATION N 0 M : DUPONT EVALUATION ·~~s~~~f AGE CIVIL (mois) 182 AGE OSSEUX (mois) 186 !AILLE (cm) 188 TA.II.LE ADULTE prévue 192 % de GRAISSE 11 MOTIVATION 1 6 ACTIVITE 6 coNTR15u 7 RELATION 3 POIDS dans l'EAU (g) 2800 FORCE MAX.dans l'EAU 22 ( kg) IND. HYDRODYNAMIQUE 1.82 IND.des EXTREMITES 698 IND. du TRONC 1602 vo2 max (ml/mn/Kg) 78 vo2 /Poids dans l'eau i? ,80 ( 1/kg ) v0 2. / D ~2.41 TEST PROGRESSIF m/s 1.42 IND. PERFOP.MANCE .96 IND.PERF./A.OSSEUX .94 P~ENOM ''Points 0 68 t..J -c: ...70 t..J ~ 0 -43 cc 61 .t..J -60 c.!l 0 ...J 63 0 :: w >- 42 Vl 0.. .71 t..J ::) 0 ....z 57 < u l.:J ~ 70 0 0: 0 >- 59 :: 72 -t..J .... 50 c.!l 0 ...J c .... 61 Vl >- :r 0.. 59 69 ci~ oc..; L.... 68 5~ 0.. Travaux et Recherches n °7 1 Spécial Évaluation I. N. S. E. P. EVALUATION NATAT IO~ PROFIL INDIVIDUEL Jean 10 20 30 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 ! 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 SPECIALITE AVANT STAGE 400 40 ORIE~TATION RECOMMANDEE 100 - 200 50 60 70 BO 1 1 1 1 1 .1 : 1 ... ····+.... 1•···········... 1 ...··... 1 ~ 1 1 '- 1 ..p•1 ······ 1 •···· .... 1 1 : 1ft•••••••••• ······ ·····'*•• ··1 •: 1 ···:••• 1 ·: 1 ·.·:· ···,.. .. •······· 1 .. 1··. 1 ··~ 1 • 1 __! ··1 :1 • 1 90 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 - _L .·* 1 TRACTIONS 12 59 !:!::! 1 •DETENTE VERTICALE 70 '- 58 5g 1 (Cl:l) t..J c.. 12 t:m COURSE (m) 3200 58 ...J 1 ••<::;:. INDICE 68.9 72 GENERAL 1 1 1 Figure Il - Profil d'un nageur de bon niveau à orienter plutôt vers le 100 et 200 rn (poids spécifique important compensé par un vo2 max et une force max. élevés) 1 1 ... 1 1 1 0 1 1
  • 17. Détection en natation mances à venir. Si on se réfère aux statistiques, celles publiées par Bul- gakowa (1) indiquent bien qu'il sem- ble inutile de vouloir commencer l'entraînement intensif avant dix ans pour atteindre les plus hautes perfor- mances (tabl. 16). li est plus oppor- tun de proposer à cet âge une activité multiforme dans laquelle la natation devra contribuer aussi au développe- ment harmonieux de tous les poten- tiels moteurs. Alors pourra être entreprise avec efficacité vers 10-11 ans une détection d'éventuels talents. 0 QUELS TESTS ET MESURES PROPOSER? L'image cible ou «image de réfé- rence» établie, a fait apparaître plu- sieurs qualités essentielles : - psychologiques : motivation et résistance au stress, - ~ioénergétiques : valeur absolue de vo2 max et consommation d'oxy- gène par kilo de poids dans l'eau et par mètre parcouru, - biomécaniques : a) glisse : taille surface corporelle, certaines dimen- sions anthropométriques et poids dans l'eau, b) propulsion : force maximal~ de . tr~ction dans l'eau, amplitude articùlaire, - neuro-musculairès : vïtesse, détente, endurance musculaire des bras. Certaines de ces qualités peuvent être appréciées par des tests simples de terrain. Bien qu'il ne faille pas atten- dre de ceux-ci une aussi grande préci- sion que celle apportée par les épreu- ves spécifiques précédemment décri- tes, ils autorisent néanmoins un clas- sement approximatif des sujets en fonction de la qualité à évaluer. D'autre part, il est démontré (25 - 26- 27) que les facteurs qui sous-tendent la motricité spécifique du sportif, très liés entre eux et donc non différenciés chez le jeune enfant, évoluent ensuite avec l'âge et surtout en fonction de l'activité ·pratiquée. C'est pourquoi, plus le sujet est jeune et non spécia- lisé, plus il faut les évaluer globale- ment. Enfin, les comparaisons établies chez les nageurs entre les résultats d'épreuves sophistiquées de labora- toire et les résultats de tests simples 201 Ag~ du Nom J.O. Distance Place début de l'entraînement Prozumentschikowa- XVIII 200 brasse l Il Stepanowa . ...... ..... . XIX 100 brasse 2 XIX 200 brasse 3 XIX 100-200 br. 2.3. Babanina ............ . . XVIII 200 brasse 3 13 Prokopenko .... . .... . . XVIII 200 brasse 2 14 Tutakajew ............. XVIII 200 brasse 4 15 Masanow . . .. .. .. ...... XVIII 200 dos 6 JO Kusmin .. ........ . .. . . XVIII 200 papi!. 5 12 XIX 200 papi!. 4 lijitschew ... . .... .. . . .. XIX 100 crawl 5 Il Kulikow ....... . .. . . . .. XIX 100 crawl 6 13 Belitz-Geiman ...... .. .. XIX 200 crawl 7 10 Grebennikowa ......... XIX 200 brasse 4 12 Kosinskij .... .... . .... . XIX 100 brasse 2 12 200 brasse 3 Pankin .... .. . . ...... . . XIX 100 brasse 3 10 200 brasse 4 Michailow .... .... . . .. . XIX 100 brasse 5 13 200 brasse 5 Dobroskokin . . . ... . . . .. XIX 200 dos 6 10 Suzdalzew .. . . ......... XIX 100 papi!. 6 14 Nemschilow ... . .. . . . . . XIX 200 papi!. 4 12 Scharygin ............. XIX 200 papi!. 7 13 Barbier ... ..... .... . ... XVII 100 crawl 5 13 Gawrisch ......... .. . . . xv 200 brasse 6 13 Junitschew ......... . . . XVI 200 brasse 3 13 Bure . ... ,...... ..... . . . . xx 100 crawl 3 13 Griwennikow .......... xx 100 crawl 5 I l 100 dos 6 Sucharjow ............. xx 200 4 nages 6 12 Tableau 16 - Âge de début de l'entraînement des meilleurs nageurs soviétiques classés de 1 à 6 aux J.O. (Bu/gakowa, 1978) de terrain nous ont permis de retenir ceux d'entre eux qui montrent les plus fortes liaisons. C'est l'ensemble de ces considérations qui ont présidé aux choix des épreuves et mesures de la première fiche «d'évaluation - détection», dont le traitement des résultats a ensuite permis la réduction et la simplification de la deuxième (figures 12 et 13). Celle-ci s'adresse principalement aux jeunes nageurs de 11 ans qui partici- pent aux épreuves de triathlon corres- pondant à ce groupe d'âge. Elle com- prend : - des informations sur l'identité et les conditions de la pratique du sujet qui peuvent parfois expliquer la qua- lité de la performance, - des mesures biométriques mini- males qui interviennent dans la glisse, la propulsion et permettent de calcu- ler la surface corporelle, - les performances réalisées au triathlon, - les tests généraux qui ont pour intention d'évaluer les facteurs bio- énergétiques et neuromusculaires qui sous-tendent toute motricité quelle que soit sa spécificité. Remarque: Bien que la course de 12 minutes (Cooper) ne soit que faible- ment corrélée avec la performance en natation, à défaut d'une mesure plus fiable du vo2 max, elle peut appré- cier l'aptitude à solliciter le métabo- lisme aérobie pendant une longue durée ce qui, en natation, présente un intérêt certain, - et enfin, des tests et mesures spéci-
  • 18. 202 FEDERATION FRANÇAISE DE NATATION FICHE DE DETECTION PREMIER GROlJ'-'l 0 AGE .- ,--------••-~-..-,-,-.-,k-.-~-,------~--_f-o-,-. 1 ---,-, -.-.-.-.-. -,-,.-.,-,.,-.-..-.••--. z 0 >- <( u >- z w 0 ,.~ - •.... No,.clel'(ntul" '"'' c............., 1 s... Adru n PtfiOfl•tUt Mucu lin l2.J ft llllnbl 1 ...............:.• •·"'"' 1 1 . 1 re do,.lq"'t dt Nage Compo~tmtlll Pe,t.hOIOf•CIIotf' P U 0 U 8 U C U Ana.~lt U Motlw1tkln L! Ptr U 'IIttlluU Travaux et Recherches n o7 1 Spécial Évaluation L fr;~,.ttoon• Compltl t l lt••~rtlne w GENERAUX SPÉCIFIQI JI S TOUTES lu C..o•u~u dt- ..~gt tf looU df'PI"I dafiJ I't•u fiOihbolote 'l••tic;•le '""'lpu;olio" IGtttl' "••• ltloott du co•p• ..:ll•llor d ela$ • ~R3 mntn!fit2Sml 1 fltt t lJ P, O. 8 . C . • - - 3 --Moydtl$ ~ , . ~ I ll t2. 1] t·::.:...::·.:·:::··J~ [Î '" 3 · CONSIGNES TESTS L.!J W I_I_I W L U l ll Vil. llbtolut h ll 25M '"'Dy du) o U l Figure 12- Fiche «Évaluation - Détection» -premier groupe d'âge- 1980 - (recto-verso) NAGE P~(f(REE t«....... U M CM VCMfltlil c:to =:J 00 • c SPEEDC1 ~ i1 1 ] • 25mCR · l rm tnllt th.aque~ml 11 • t2 • tl "' moyelll'ledet25m --,.---- =.- wu1110 Menre 11 cn.tllt cOfttS(IOII(il nli .. ~t PAP : 1 · DOS 2 · BRASSE 3 CR AWL 1 FLOTIA.BILITE V[~TICALE lrn$01•11•on fooc:H. bfn ~lon<;~ du c:Ofpll t cheJte ôtl .t !l ' D j 1 T.11 otl'lll'llrg&. 2 : '"""'"tl"fron1; 3 """"" N11, i 4 : ,..,......, ~lOft.. S Ute ëmetgH .~----------------------~ : HYORQOYNAMISME 2 0rt.Wtet glwft IIII'IUI!I ! :,"~~tOUtUt .t pat"bo d"unt""""" dll~ ! u wj,____ _ _ _ _ ___, 3 - CONSIGNES SPEED(1 ~ 6 &50mol'l'o4 1R : l011 lempt 1o1el d'-1 :JOO m u w u1110 f lOTTABILITE HORIZONTAL E ~llf'I'IPS nfctu.JIII PQIf p.l-"lf d"UII4t P0"1~ hoi iiQn• 1111 ""~ .t urot DQihon ,.rt•CIIt ' Muu rt dlll durh dr, (.1ult <111 ttrnbul IJ IO SOUPl ESSE ·· UlJ ·- w ··· UlJ · Ecrire en MAJUSCULE, chiffres et lelltes, un par un par case. · Compléter par un zéro une prerntère CISe inutiti~e- Figure 13 - Fiche «Évaluation - Détection»- 11-12 ans - 1981- (recto-verso)
  • 19. Détection en natation fiques comme la vitesse maximale de nage, le niveau de flottaison, la glisse, l'amplitude articulaire des épaules et des chevilles. Le test mixte 6 x 50 rn (R = 30 s), fortement cor- rélé avec le 200, 400 rn et un peu moins avec le 100 rn et la vitesse atteinte à vo2 max, a été pour ces raisons maintenu dans -la deuxième fiche . Il est évident qu'à ce niveau d'évalua- tion les tests spécifiques doivent être minimisés par rapport aux tests géné- raux qui expriment davantage les potentialités encore peu transformées par l'entraînement et présentent donc une meilleure valeur prédictive. OCOMMENT ORGANISER LE RECUEIL NATIONAL DES DONNÉES? C'est à ce stade que se situe l'un des points les plus délicats, car la détec- tion présuppose non seulement la plus large adhésion des entraîneurs, des cadres techniques fédéraux et des nageurs eux-mêmes, mais aussi une organisation très structurée et une grande rigueur dans le respect des protocoles de passation des différen- tes épreuves; la comparaison des résultats obtenus est à ce prix. Actuellement, le recueil des données est parvenu à un premier stade. Grâce à l'action conjuguée de la Direction Technique Nationale, des Cadres Techniques Régionaux et Départementaux (C.T.R. et C.T.D.), un consensus national semble se dégager. Les deux premières opérations de 1980 et 1981, au-delà de l'indispensa- ble sensibilisation initiale, ont fait apparaître des difficultés, progressi- vement corrigées, et des aspects posi- tifs. La prise de conscience et la réflexion suscitées à tous les niveaux de la pra- tique par les problèmes de l'évalua- tion et de la détection constituent les aspects positifs. Les difficultés sont liées au nombre de mesures à relever et d 'épreuves à faire passer figurant sur la première fiche . Ces fiches n'ont pu être remplies qu'à l'occasion de stages départementaux ou régionaux d'une durée de plu- sieurs jours. Grâce au traitement de leurs résultats, la seconde fiche a été allégée. Actuellement, elle peut même être utilisée au niveau du club et constituer un outil supplémentaire d'entraînement. Au cours de l'année 1981, les secon- des fiches ont été remplies aussi lors de stages départementaux, puis envoyées à la Fédération, et enfin confiées pour leur traitement au Ser- vice Évaluation de la Mission Recher- che de 1'INSEP. Désormais, ce niveau départemental- qui a permis d'établir les premiers barèmes - ne suffit plus. En effet, grâce aux rensei- gnements, critiques et suggestions enregistrés, il semble indispensable aujourd'hui de compléter la structu- ration de cette opération en commen- çant la détection au sein du club dès les premières semaines de la saison d'entraînement. Propositions d'application (fig. 14) Dès les premiers jours d'une saison sportive, les fiches peuvent être dis- tribuées aux parents de jeunes nageurs(ses) de 10-11 ans, afin qu'ils puissent communiquer les informa- tions les concernant (première partie de la fiche). Les tests athlétiques généraux et les mesures de souplesse doivent faire l'objet de deux séances la deuxième semaine. Les tests spéci- fiques de nage et les performances du triathlon peuvent être quant à eux enregistrés au cours de la sixième semaine. Dès lors, les fiches sont confiées au C.T.D. qui, au cours d'un stage départemental prévu en fin de pre- mier trimestre, se charge de rassem- bler les quarante meilleurs triathlo- 203 niens ayant obtenu les totaux les plus élevés à l'ensemble des épreuves. Le total peut être facilement calculé grâce aux barèmes qui doivent accompagner les prochaines fiches. Les performances et les tests sont repassés durant ce stage et leurs résul- tats confiés au C.T.R. qui, de la même manière, retient les quarante totaux les plus élevés de la région. Un stage régional se déroulant à la fin du deuxième trimestre doit permettre une troisième passation des tests et une sélection au niveau national. Celle-ci est établie en examinant autant le total atteint que la cadence de progrès entre la première et la troi- sième passation. C'est à partir de la complémentarité de ces deux infor- mations que l'on peut réduire la pro- babilité d'erreur dans le choix de jeu- nes sujets présentant le plus d'avenir sportif. Un dernier stage national doit être alors prévu à l'INSEP pour confir- mer ou infirmer les informations par- tielles fournies grâce aux mesures plus sophistiquées précédemment décrites. Les conditions habituelles d'entraîne- ment des sujets retenus sont alors examinées. Leur club - structure privilégiée de l'épanouissement spor- tif du sujet - doit permettre une progression qualitative et quantita- tive de leur préparation. Dans le cas où le club se trouve dans l'impossibi- lité matérielle d'assumer un entraîne- ment rationnel, les sections Natation- études régionales ou inter-régionales peuvent prendre le relais. Plus tard, les nageurs des clubs et des sections Natation-Études ayant le plus pro- Niveaux Cadres techniques concernés Nombre de nageurs Club 1entraîneurs,- 1entraîneurs 1 1entraîneurs[ [ entraîneur~] x........ ............_ '-..,. ~ ../ Départemental J C.T.D.j jC.T.D. j jC.T.Dl 3 760 1 Régional @IQ_ jC.T.R . j ..§TIJ 680 'National 1D.T.N. + Service Évaluation I.N.S.E.P. [ 40 Figure 14- Organigramme des opérations «évaluation-détection» du projet d'application
  • 20. 204 gressé bénéficient, dans le cadre de leur suivi, d'un stage d'évaluation du type décrit ci-dessus, qui se déroule à l'INSEP chaque année durant le mois de février. Les nageurs présentant les capacités techniques, psychologiques et biolo- giques les plus élevées peuvent alors postuler s'ils le veulent au Centre national d'entraînement de l'INSEP. 0 COMMENT TRAITER LES RÉSULTATS? Le traitement des résultats des deux premières opérations avait pour objectifs : -de créer une dynamique de l'éva- luation en démontrant tout le béné- fice que chacun pouvait en tirer, -d'affiner l'outil de mesure en sélectionnant les variables les plus pertinentes, 197 Dupont Groupe 68 G OBS Moyenne Ecart-type Taille (cm) 93. 148.69 6.03 Envergure (cm) 94. 149.97 7.39 Taille assis (cm) 94. 77.28 11.48 Poids (kg) 90. 378.52 39.41 Pointure 89. 37.64 1.51 Tracùons barre (nb) 90. 5.64 4.90 Dét. vert. (cm) 98. 34.90 12.14 Multibonds 5 (cm) 98. 877.47 89.60 Course 12 mn (rn) 95. 2549.93 310.63 Flottabilité vert. 95 . 2.48 0.78 Moy. sur 25 rn 76. 174.30 13.72 (1 / 10 s) 75 rn (1 / 10 s) 75. 615.08 60.48 Anxiété 66. 3.62 1.00 Motivation 66. 3.45 0.86 Persévérance 65. 3.35 0.87 Somme psycho. 67. 10.22 2.20 EntraÎ"' (nb ans) 95. 2.81 1.18 Séances hebdo (nb) 94. 4.35 1.59 Heures hebdo (nb) 94. 6.81 2.73 Km hebdo (nb) 94. 15.39 6.32 Muscle hebdo (nb) 17. 1.88 108 Technique papillon 85 . 2.56 0.96 Technique dos 85 . 2.95 0.85 Technique brasse 87. 2.84 0.80 Technique crawl 87. 3.31 0.86 Total technique 85. 11.41 2.95 400 crawl (1 / 10 s) 93. 3635.28 334.98 2.00 4 N (1/10 s) 91. 1946.76 185.08 2.00 dos (1/ 10 s) 78. 1994. 79 178.49 2.00 brasse (1/ 10 s) 81. 2188.26 183.33 100 papillon (1/ 10 s) 70. 1004.54 125.95 8 mn crawl (1/ 10 s) 97. 497.52 57. 15 6 x 50 crawl 96. 2497.27 256.11 (1/ 10 s) Travaux et Recherches no 71 Spécial Évaluation - et d'élaborer les premiers barèmes à partir des variables sélectionnées. Dynamique de l'évaluation Le premier souci a été d'instituer un aller-retour entre les sujets évalués et le système d'évaluation. La déontolo- gie retenue a été de répondre indivi- duellement à tous les participants en faisant parvenir à chacun d'eux 1'analyse de leurs propres résultats sous forme d'un profil qui les situe par rapport au groupe évalué (fig. 15). Les profils sont chaque fois accompagnés d'une notice explicative qui permet à chacun de bien situer ses points faibles et ses points forts afin de mieux préciser l'orientation de l'entraînement. Parallèlement, les premiers standards par sexe et par âge ont été établis ainsi que l'indique le tableau 17. 4 oro 7 o/o 12% - 1.75 - 1.25 - 0.75 Mini Maxi Sujet 1 2 3 137.00 165.00 156 109.00 168.00 154 66.00 123.00 123 300.00 510.00 390 Affinage de l'outil de mesure Les corrélations des résultats calcu- lées deux à deux ont permis l'élimina- tion des mesures redondantes. L'analyse factorielle (fig. 16) a sélec- tionné et hiérarchisé les variables les plus pertinentes par rapport à la per- formance qui doivent ensuite figurer sur la deuxième fiche d'évaluation. A partir de ces variables ont été éla- borées deux techniques de repérages des sujets présentant les plus forts potentiels : - chacun des résultats bruts corres- pond à une échelle de points allant de 0 à 20. La simple addition des points obtenus permet alors de ne retenir que les totaux se situant deux écarts- types au-dessus de la moyenne du groupe; - à la hiérarchie des résultats établis Profil 17% 20 % 17% 12 % 7% 4 % - 0.25 0.25 0.75 1.25 1.75 4 5 6 7 8 9 ~· ·------·_............... 34.00 4 1.00 38 •1.00 40.00 7 - ---- - -- -, ~-;- - -- - -- ·----120.00 77.00 28 650.00 1190.00 870 ~. 1775.00 3600.00 2890 --------~·----1.00 4.00 2 • 143.00 207.00 0 1 490.00 803.00 591 -------~-------1.00 5.00 4 2.00 5.00 5 ·----T1.00 5.00 5 .............-·3.00 14.00 14 -·---------1.00 7.00 3 I-·2.00 10.00 4 3.00 14.00 10 ,----.6.00 35.00 20 . / 1.00 5.00 0 -----.~-------1.00 5.00 2 1.00 5.00 2 1.00 5.00 3 1.00 5.00 4 i~3.00 18.00 Il ------~i- -------3050.00 4900.00 3247 ......--•1520.00 2712.00 1702 ·----1700.00 2633.00 1994 •1864.00 27 10.00 1930 ~~758.00 1383.00 855 350.00 640.00 515 -----+---.2095.00 3340.00 2257 ·-----1Figure 15 - Profil informatisé établi à partir des fiches évaluation 1980 (les scores obtenus aux performances présentées en 1110 de seconde sont à inverser par rapport à l'axe de la moyenne)
  • 21. Détection en natation par l'analyse factorielle correspond un système de tris successifs (fig. 17) dont le principe est simple. Qn retient chaque fois 30 OJo des sujets ayant obtenu les meilleurs résultats par variable. C'est ainsi que 1'on a retenu, en 1, 30 % des sujets les plus grands, puis, sachant 1, 30 % des sujets aux pieds les plus grands, puis, sachant l et 2, 30 % des sujets ayant la meilleure détente verticale, etc. Le sujet résistant à tous les tris successifs, ici le n° 8, est celui qui fait la meilleure synthèse des qualités requises par la performance. Cette Taille (cm) Groupe Nombre Observés Moyenne 68 G 98 93 148.69 69 G 66 59 144.08 70 G 24 22 139. 14 71 G 4 2 137.00 69 F 98 91 144.33 70 F 39 35 138.89 71 F 6 4 133.75 deuxième technique, trop sélective car un seul score faible ou moyen devient éliminatoire, est actuellement complétée par la précédente. Ensem- ble, elles fournissent les renseigne- ments indispensables au repérage. Élaboration des premiers barèmes Ces premiers barèmes, établis par âge et par sexe à partir des opérations 1980 et 1981, constituent aujourd'hui un outil d'évaluation immédiatement disponible. L'entraîneur peut ainsi lui-même établir les profils des jeunes Écart-type Mini Maxi Observés 6.03 137.00 165.00 90 5.67 131.00 156.00 54 5.71 127.00 150.00 20 2.00 135.00 139.00 2 5.91 128.00 164.00 87 6.15 124.00 153.00 35 2.86 129.00 136.00 4 200 rn 4 nages (1 / 10 s) Groupe Nombre Observés Moyenne Écart type Mini Maxi Observés 68 G 98 91 1946.76 185.08 1520.00 2712.00 93 69 G 66 57 2023.40 187.26 1722.00 2525.00 58 70 G 24 22 2146.91 193.48 1788.00 2645.00 22 71 G 4 3 2181.67 206.49 1921.00 2426.00 3 69 F 98 88 2104. 17 197. 11 1584.00 2713.00 90 70 F 39 34 2171.71 233.05 1417.00 263 1.00 35 71 F 6 4 2219.75 240.55 2024.00 263 1.00 3 12 min Course (rn) Groupe Nombre Observés Moyenne Écart-type Mini Maxi Observés 68 G 98 95 2549.93 310.63 1775.00 3600.00 98 69 G 66 61 2439.70 292.93 1200.00 3051.00 65 70 G 24 21 2271.86 313.11 1500.00 2775.00 23 71 G 4 4 2135.75 104.27 2015.00 2250.00 4 69 F 98 90 2272.3 1 262.91 1700.00 3080.00 98 70 F 39 37 2179.05 403.33 500.00 2932.00 39 71 F 6 6 2200.00 332.91 1700.00 2600.00 6 25 m sprint nage (1 / 10 s) Groupe Nombre Observés Moyenne Écart-type Mini Maxi Observés 68 G 98 76 174.30 13.72 143.00 207.00 95 69 G 66 55 181.58 14.82 153.00 227.00 65 70 G 24 18 191.44 18.59 162.00 236.00 22 71 G 4 4 189.75 15.30 166.00 208.00 4 69 F 98 78 199.08 56.35 157.00 667.00 97 70 F 39 31 196.00 16.07 168.00 228.00 37 71 F 6 5 212.80 20.97 192.00 248.00 6 205 nageurs dont il a la charge, repérer les points faibles et les points forts de chacun et signaler au C.T.D. ceux qui présentent les plus fortes poten- tialités. Remarque: l'importance du volume représenté par l'ensemble des barè- mes ne nous permet pas de les faire figurer dans ce document. Ils feront cependant l'objet d'une publication séparée, accompagnée des explica- tions nécessaires pour établir, au niveau du club, les profils des jeunes nageurs. Poids (kg) Moyenne Écart-type Mini Maxi 378.52 39.41 300.00 510.00 352.20 46.63 270.00 460.00 312.85 40.53 250.00 410.00 323.00 37.00 286.00 360.00 352.37 52.28 250.00 520.00 319.60 40.97 247.00 420.00 282.50 39.61 220.00 330.00 400 rn crawl (1/ 10 s) Moyenne Écart-type Mini Maxi 3635.28 334.98 3050.00 4900.00 3768.67 385.26 3174.00 4910.00 3975.27 440.59 3334.00 5127.00 41 10.00 372.22 3584.00 4391.00 4014.67 421.47 3108.00 5142.00 4170. 11 536.84 3280.00 5895.00 4093.33 146.58 3890.00 4230.00 Détente verticale (cm) Moyenne Écart-type Mini Maxi 34.90. 12.1 4 20.00 77.00 30.29 7.86 20.00 65.00 25.00 5.03 9.00 35.00 27.00 2.74 23.00 30.00 30.96 10.84 15.00 71.00 28.62 10.13 12.00 64.00 24.50 5.32 18.00 31.00 Flottabilité verticale Moyenne Écart-type Mini Maxi 2.48 0.78 1.00 4.00 2.38 0.76 1.00 4.00 2.32 0.70 1.00 4.00 2.75 0.83 2.00 4.00 2.45 0.81 1.00 5.00 2.62 0.75 1.00 4.00 2.33 0.75 2.00 4.00 Tableau 17 - Tableau des normes nationales de quelques unes des données recueillies en 1980 - Groupe : année de naissance + sexe - nombre = nombre total des sujets du groupe - Observés : nombre de sujets observés dans le groupe
  • 22. 206 Travaux et Recherches no 7 1 Spécial Évaluation 1. 00 FLOTTABILITE DETENTE VERTICALE 1Lu . ~1<( 1 ~10 o::: • ~11 TAILLE 1 PERFORMANCES (en s) VITESSE DE NAGE 7 ~ ~ ~--- •-......-----·-.-.-r-•-•-•-~_.W._.0 . 1 6 x 50m 1 POINTURE 1 1 11 .12 min .COURSE 11 1 - 1 .0 0 -1 .00 0 0 1.000 1 Figure 16 - Cercle des corrélations entre les facteurs qui influencent la vitesse de nage (axe 1) et l'hydrodynamisme (axe 2) 0 COMMENT CONFIRMER LA VALEUR DU PRONOSTIC INITIAL? C'est de la justesse du pronostic que dépend l'efficacité de la détection et de la sélection. Pour cette dernière, le pronostic se fonde sur la pertinence des mesures retenues et de la signifi- cation à court terme de leurs résul- tats. Dans le cas de la détection, il faut en plus connaître les lois de l'évolution des qualités motrices avec l'âge et l'influence que l'entraîne- ment peut exercer sur elles. On peut considérer comme éventuels talents sportifs les jeunes nageurs qui pré- sentaient initialement des qualités très au-dessus de la moyenne du groupe d'âge concerné et dont la cadence de progrès s'avère la plus rapide. Une seule évaluation initiale ne suffit pas, car elle peut traduire simplement les effets d'une avance biologique (d'où la nécessité de déterminer l'âge osseux) ou ceux d'un entraînement mal dosé. Dans une période donnée, généralement une année, il est indis- pensable de procéder à une somma- tion d'au moins trois évaluations pour confirmer ou infirmer des pre- miers résultats avantageux. De plus, pour comparer les sujets entre eux, il faut maîtriser les conditions et le con- tenu de l'entraînement, ce qui peut se concevoir entre les différentes sec- tions Natation-études mais est plus difficile au niveau des différents clubs. On peut cependant y accéder par l'information et la suggestion d'une planification générale de l'entraînement en fonction de l'âge du nageur. Au-delà de cette première étape, pour pouvoir suivre ensuite cette évolution tout en évitant une étude longitudi- nale dont l'organisation matérielle serait très difficile, une dernière opé- ration s'avère nécessaire. Il faut très rapidement établir les standards et les barèmes par âge et par sexe de 11 à 17 ans, opération qui, grâce à la col- laboration des entraîneurs et des cadres techniques, ne présente pas de
  • 23. Détection en natation 207 Tris successifs à partir des variables sélectionnées (68 G) Ordre standard 1. 5. 8. 14. 16. 22. 33. 34. 42. 58. 67. 68. 70. 71. 74. 77. 89. 1" Cricère : Taille 1 30 OJo 179. 183. 1. 8. 14. 33. 34. 68. 7 1. 74. 77. 179. 183. Pointure 2 30 "lo sachant 1 1. 8. 7 1. 74. 179. Décence verticale 3 30 % sachane 1. cc 2. 1. 8. 74. 179. Distance 12 min. .... 4 30 "lo sachant 1. 2. ec 3. 1. 8. 74. Flou abilicé ..... 5 30 "lo sachant 1. 2. 3. cc 4. 8. 74. (Temps) 25 rn. .. . . .. 6 30 "lo sachant 1. 2. 3. 4. 5. 8. (Temps} 75 rn ...... . 7 30 "lo sachant 1. 2. 3. 4. 5. 6. 8. (Temps} 6 x 50 rn ... 8 30 "lo sachant 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. (Un sujet semble apparaître comme talent n• 8} 6. 8. 10. Il. 14. 18. 25 . 33. 64. 65. 67 69. 70. 71. 72. 74. 75. 1" Critère : 25 rn 76 196. 8. 10. 14. 18. 33. 65. 67. 69. 70. 71. 72. 75 . 76. 196. 75 rn 8. 10. 14. 18. 65. 67. 69. 70. 71. 72. 76. 196. 6 x 50 rn 8. 10. 196. 12 min 8. 10. Flollabilicé 8. Décence verticale 8. Taille 8. Pointure Figure 17 - Tris successifs permettant de repérer les nageurs faisant la synthèse des qualités requises difficulté majeure. L'étude horizon- tale par années d'âge peut pallier l'absence d'études longitudinales lon- gues et fastidieuses. Elle permet en outre d'observer les écarts par rap- port aux moyennes établies et d'objectiver l'efficacité ou la carence de l'entraînement. Elle constitue donc un outil de mesure supplémen- taire à la disposition de l'entraîneur de demain. Conclusion Située le plus en amont de tout système qui tente de développer les différents secteurs de la pratique sportive, l'étape de la détection des sujets à potentialités élevées pose un problème à la fois technique et éthi- que. Techniquement, le modèle proposé dans la présente étude a permis d'apporter quelques solutions qui ont souvent fait appel à la recherche avant de pouvoir être utilisées par le plus grand nombre. Pour être effi- cace, il s'agit maintenant d 'appliquer rationnellement ce modèle, en con- servant une indispensable cohérence entre les cellules de base : les clubs, et le niveau national ou international. par la haute performance en natation Pour ce faire, six étapes ont été et sont encore nécessaires. A savoir : - une analyse du problème posé par la natation de haut niveau, qui utilise largement l'expérience des cadres sportifs et les connaissances scientifi- ques des spécialistes de la motricité. Cette première étape permet de mieux cerner les variables à mesurer et de choisir ou parfois même créer les outils de leur mesure. - un recueil des données chez des nageurs du plus haut niveau possible, ainsi que chez des sujets de qualifica- tion moindre, afin de sélectionner les tests et les mesures les plus pertinents et d'établir une image de référence ou image cible. - une organisation du recueil natio- nal, chez les jeunes nageurs âgés de 10-11 ans, des variables sélection- nées, ce qui requiert l'emploi de mesures simples, d'utilisation com- mode, mais demeurant suffisamment précises et fiables. - un repérage des jeunes à fortes potentialités par l'analyse statistique des résultats recueillis. Des filtres s uccessifs permettent en outre d'affirmer et de confirmer le choix en mettant en évidence la cadence indi- NOTES BIBLIOGRAPHIQUES (1) BULGAKOWA (N.O.).· La détection et la préparation des jeunes nageurs. Culture physique et sport. Moscou, 1978. (2} CAZORLA (G.).- Contribution à l'étude de la performance en natation. Apport des sciences biologiques. Mémoire pour le diplôme de 1'1NSEP, Paris, 1978. (3) CAZORLA (0.), MONTPET1T (R.). FOUILLOT (J.P.), CERVETTI (J.P.).· Étude méthodologique de la mesure directe de la con- sommation maximale d'oxygéne au cours de la nage. Cinésiologie, mars I982. (4) CHATARD (J.C.), LACOUR (J.R.), CAZORLA (0.).- Caractéristiques hydrodyna- miques du nageur. Influences sur la performance. Journl!e de physiologie du sport - Caen, mai 1982. (5) CLARYS (J.P.}.- The relation of human body form to passive and active hydrodynamic resistance. Communication présentl!e au «6' Congrés de biomécanique de la société internatio- nale de Biomécanique», Copenhague, 1977, pp. 11-14. (6) CONNAN (A.), CAZORLA (0.), LOFI (A.), VAN HOECKE (J.).· Méthode de détermi- nation de la force globale maximale développl!e au cours de la nage. 6• Congrés de la Société de biomécanique. Bruxelles, septembre 1981. (7) COSTILL (D.L.}.- Compte rendu de confé- rences. Spécial Sport Natation.- Paris : INSEP, 1980. (8) DI PRAMPERO (P.E.), PEETERS (L.}, MAROARIA (R.).- Alactic 0 2 debl and lactic acid production after exhausting exercise in man. J. App/. Physiol., 1973, 34, n• 5, pp. 628-632. (9) DI PRAMPERO (P.E.), PENDEROAST (D.R.), WILSON (D.R.), RENNIE (D.W.).- Energeties or swimming in man. J. Appl. Physiol., 1974, 1, n• 5.
  • 24. 208 viduelle du développement des para- mètres mesurés pendant une saison sportive. - une étude de leur évolution en fonction de l'âge et de l'entraîne- ment. Les évaluations à des âges plus avancés permettent aussi, éventuelle- ment, de repérer d'autres sujets n'ayant pas participé aux premières opérations ou présentant un dévelop- pement retardé. - une vérification du pronostic ini- tial. Malgré les quelques résultats positifs déjà enregistrés, il est actuel- lement prématuré de porter un juge- ment sur l'efficacité du modèle pro- gressivement mis en place. Les nations qui nous ont précédés dans cette voie n'ont pu le faire qu'à l'issue de nombreuses années de tra- vail et de patientes recherches... Si les conditions d'accueil et d'entraî- nement suivent et si chacun des cadres sportifs, quel que soit le poste de responsabilité qu'il occupe, se sent concerné par cet important pro- blème, alors il sera possible d 'envisa- ger avec optimisme le premier bilan prévu en 1985, ou 1986. L'adoption de certaines étapes de ce modèle (étapes 1.3.4.5) par d'autres Fédérations (Basket-bali 1980, Escrime et Rugby 1981) démontre 1'intérêt grandissant suscité par la détection, et l'évolution philosophi- que à son égard. En effet, sur le plan éthique, le mot détection a longtemps véhiculé de nombreuses connotations peu valori- santes, car d'aucuns n'en ont retenu et n'en retiennent encore que les aspects négatifs. Pour nous, détecter ne signifie pas Travaux et Recherches n o71 Spécial Évaluation enfermer le jeune dans un système élitiste et limiter son choix mais, au contraire, en révélant ce qui est caché, ouvrir ce choix vers la réalité, mettant consciemment en accord les aspirations et les aptitudes indivi- duelles. Chacun des débutants spor- tifs n'a pas les mêmes chances d'accé- der un jour aux capacités requises par la pçrformance de haut niveau; il faut avoir l'honnêteté de reconnaître ce postulat pour alors permettre à chacun de trouver les moyens les mieux adaptés au plein épanouisse- ment de ses propres potentialités. Dans la perspective d'une pratique mieux équilibrée et plus rationnelle, la détection doit noh seulement per- mettre de repérer les sujets à poten- tiels élevés, mais aussi être capable de leur proposer les conditions d'entraî- nement adéquates. Ceci n'exclut pas mais au contraire, accompagne et complète le développement de tous les autres niveaux de la pratique. En effet, les investissements matériels et investigations scientifiques requis par la détection ne peuvent que contri- buer à la meilleure connaissance du développement de la motricité du jeune sportif et créer des impulsions nouvelles et variées, quels que soient les domaines de l'activité physique et sportive. (10) DUVALLET (A.), MIDDLETON (P.), CERCETTI (J.P.), CAZORLA (G.), RIEU (M.).-Seuil de croissance de la lactatémie. Défini- tion et méthode graphique d'interprétation. Application au suivi d'une équipe de natation. Journ. de physiologie, (Paris), 1981 , 77 p. 6A. (Il) DUVALLET (A.), CERVETTI (J.P.), BARDIN! (N.), RIEU (M.).- Étude de la lactaté· mie en post-compétition chez le nageur de haut niveau. Communication Grenoble, mai 1981. (12) ERIKSSON (8.0.), KARLSON (J.), SAL- TIN (B.).· Muscle metabolites during exercise in pubertal boys. Acta. pead. Scand., 1971, suppl. 217, pp. 154-157. (13) ERIKSSON (8.0.), GOLLNICK (P.D.), SALTIN (B.).· Muscle metabolism and enzyme activities after training in boys 11-13 years old. Acta physiol. scandinavica, 1973, pp. 485-497. (14) FILIPOVICZ (V.I.), TUROVSKI (J.M.).· De l'orientation sportive des enfants et des jeunes et différenciation structurale de leur motricité. Traduit du polonais par Szczesny S. Sport Wyczynowy, 1977, n• Il , pp. 61-67. (15) HOLMER (1.).- Physiology of swimming man. Acta Physiol. Scand., 1974, suppl. 407. (16) HOUSTON (M.E.), WILSON (D.M.), GREEN (H.J.), THOMSON (J.A.).· Physiologi- cal and muscle enzyme adaptations to two diffe- rent intensities of swim training. Europ. J. Appt. Physiol., 1981, 46, pp. 283-291. (17) KEUL (J.), KINDERMANN (W.), SIMON (G.).-La transition aérobie - anaérobie lors de la pratique de certains sports. Comptes rendus du Colloque de Nice : Énergétique et sports de compétition, 4 nov. 1978. (18) LAVOIE (J.M .), TAYLOR (A.W.), MONTPETIT (R.).· Skeletal muscle fibre size adaptation to an eight-week swimming pro- gramme. Europ. J. Appt. Physiol., 44, pp. 161- 165. (19) LÉGER (L.), BOUCHER.· An indirect continuous running multistage field test = The University of Montréal Track Test. (20) MONTPETIT (R.), LÉGER (L.), LAVOIE (J.M.), CAZORLA (G.).- V02 peak during free swimming using the backward extra- polation of the 0 2 recnvery curve. Europ. J. Appt. Physiol., 1981, 47, pp. 385-391. (21) MONTPETIT (R.), CAZORLA (G.).· The influence of force gravity and body drag on the energy cost ofswimming the front crawl. Congrès International de Biomécanique et de Médecine en natation. Juin 1982. (22) MONTPETIT (R.), CAZORLA (G.), LAVOIE (J.M.).· Aerobic energy cast of swim- ming the front crawl at high velocity in interna- tional class and adolescent swimmers. Congrès international de Biomécanique et de Médecine en natation. Juin 1982. (23) PENDERGAST (D.R.), DI PRAMPERO (P.E.), CRAIG (A.B.), WILSON (D.K.), REN- NIE (D.W.).· Quantitative analysis of the front crawl in men and women. J. Appt. Physiol., 1977, 43, n• 3, pp. 475-479. (24) RIA (B.).· Analyse biomécanique de la force propulsive du nageur. Application à un plan d'entraînement à sec. Mémoire pour le diplôme de l'INSEP, 1981.

Related Documents