Collège des Enseignants de Dermatologie de France
ENSEIGNEMENT DU 2EME CYCLE
POLYCOPIÉ NATIONAL
Sommaire
Partie 1 : Modules transdisciplinaires
Module 1 : Apprentissage de l'exercice médical 1
Item 1 : La relation méde...
Module 9 : Athérosclérose, hypertension, thrombose
Item 137 : Ulcère de jambe
Module 10 : Cancérologie, oncohématologie
It...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Item 1 : La relation médecin-
malade
Co...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Table des matières
OBJECTIFS .............
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
OBJECTIFS
ENC :
Expliquer les bases de ...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
I LA RELATION MEDECIN-MALADE
La relatio...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
inévitablement aussi bien l'image que l...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
somatiques autres que dermatologiques. ...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
organique. La « connaissance » de la ma...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
IV L'EDUCATION ET LE CONTRAT THERAPEUTI...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Tout projet de soins implique de la par...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
observance est bien souvent la chance à...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
• L'annonce du diagnostic d'une maladie...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Item 50 : Complications de
l'immobilité...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Table des matières
OBJECTIFS .............
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
OBJECTIFS
ENC :
Expliquer les principal...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
TROUBLES DE LA SENSIBILITÉ
Le sujet qui...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
les talons ;
la région sacrée ;
les rég...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Figure 2 : Escarre sacrée (stade III)
I...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
III PREVENTION
On ne peut parler de tra...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Tableau 2 : Échelle de Norton
Échelle d...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
III.2.3 Diminution des phénomènes compr...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
IV TRAITEMENT
IV.1 TRAITEMENT DE L’ESCA...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Tableau 5 : Types de pansements disponi...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
POINTS ESSENTIELS
• L’escarre est une n...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Item 74 : Risques sanitaires liés
aux i...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Table des matières
OBJECTIFS .............
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
OBJECTIFS
ENC :
Préciser les risques bi...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
I VIEILLISSEMENT CUTANE : ASPECTS CLINI...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Chez les patients de phénotype clair et...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Nuque rhomboïdale et kératoses actiniqu...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Rides et taches actiniques
L'importance...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
I.4 LE VIEILLISSEMENT HORMONAL
La ménop...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Par ailleurs d'autres travaux ont montr...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
De ce fait, la meilleure prévention res...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
• La photoprotection est nécessaire pou...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Item 79 : Ectoparasitoses
cutanées : ga...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Table des matières
OBJECTIFS .............
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
II.4.2.1 Pédiculose du cuir chevelu ......
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
OBJECTIFS
ENC :
Diagnostiquer une gale ...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
une infection sexuellement transmissibl...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
trouver une discrète surélévation corre...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
nodules scabieux périaxillaires (Figure...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
d’une surinfection avec impétiginisatio...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
I.3.2 Traitements locaux
Tableau 1 : Tr...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Pas de désinfection de l’environnement....
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Épidémiologie
Le pou adulte est hématop...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Figure 4 : Pédiculose du cuir chevelu :...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
II.3 PHTIRIASE (POUX DE PUBIS, MORPION)...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Tableau 2 : Tableau des spécialités (à ...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Tableau 3 : Ectoparasitoses (en résumé)...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Au niveau environnemental
Il faut trait...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
POINTS ESSENTIELS
• Penser au diagnosti...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Item 84 : Infections à herpès
virus de ...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Table des matières
OBJECTIFS .............
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
I.7.3.2 Au cours de la grossesse..........
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
La conférence de consensus sur l’herpès...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Physiopathologie
L’HSV se transmet par ...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
La fréquence des récurrences dépend de ...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
I DIAGNOSTIC ET EVOLUTION
I.1 PRIMO-INF...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Figure 1 : Gingivo-stomatite herpétique...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
L’efflorescence des vésicules sur la mu...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
I.1.4 Autres formes symptomatiques
On d...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
I.4 CHEZ LA FEMME ENCEINTE
La primo-inf...
- Support de Cours (Version PDF) -
- © Université Médicale Virtuelle Francophone -
Figure 3 : Herpès récurrent digital
Fig...
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
Poly dermatologie2 pdf
of 638

Poly dermatologie2 pdf

cours 2
Published on: Mar 4, 2016
Published in: Health & Medicine      
Source: www.slideshare.net


Transcripts - Poly dermatologie2 pdf

  • 1. Collège des Enseignants de Dermatologie de France ENSEIGNEMENT DU 2EME CYCLE POLYCOPIÉ NATIONAL
  • 2. Sommaire Partie 1 : Modules transdisciplinaires Module 1 : Apprentissage de l'exercice médical 1 Item 1 : La relation médecin-malade Module 4 : Handicap, incapacité, dépendance Item 50 : Complications de l'immobilité et du décubitus. Prévention et prise en charge : escarre Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item 74 : Risques sanitaires liés aux irradiations. Radioprotection Item 79 : Ectoparasitoses cutanées : gale et pédiculose Item 84 : Infections à herpès virus de l'enfant et de l'adulte immunocompétents : - Herpès cutané et muqueux - Varicelle et zona Item 85 : Infection à VIH : Manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH Item 87 : Infections cutanéo-muqueuses bactériennes et mycosiques : - Impétigo, folliculite/furoncle, érysipèle - Candida albicans - Infections à dermatophytes de la peau glabre, des plis et des phanères Item 94 : Maladies éruptives de l'enfant Item 95 : Maladies sexuellement transmissibles : - Infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) - Syphilis primaire et secondaire Module 8 : Immunopathie, réaction inflammatoire Item 114 : Allergies cutanéo-muqueuses chez l'enfant et l'adulte : - Urticaire - Dermatite (ou eczéma) atopique - Eczéma de contact Item 116 : Dermatoses bulleuses auto-immunes Item 117 : Lupus érythémateux disséminé. Syndrome des antiphospholipides Item 123 : Psoriasis Item 124 : Sarcoïdose Érythème noueux Item 127 : Transplantation d'organes : complications cutanées
  • 3. Module 9 : Athérosclérose, hypertension, thrombose Item 137 : Ulcère de jambe Module 10 : Cancérologie, oncohématologie Item 149 : Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques : - Carcinomes cutanés - Tumeurs à papillomavirus humain (HPV) - Mélanomes - Nævus Item 164 : Lymphomes malins : Lymphomes cutanés Module 11 : Synthèse clinique et thérapeutique Item 174 : Prescription et surveillance des anti-inflammatoires stéroïdiens et non stéroïdiens Item 181 : Iatrogénie. Diagnostic et prévention. Toxidermies ou réactions cutanées médicamenteuses Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë Partie 2 : Maladies et grands syndromes Item 223 : Angiomes cutanés Item 232 : Dermatoses faciales : - Acné - Rosacée - Dermatite séborrhéïque Item 288 : Troubles des phanères : - Alopécie - Onyxis Partie 3 : Orientation diagnostique devant : Item 314 : Exanthème Érythrodermie Item 327 : Phénomène de Raynaud Item 329 : Prurit Item 330 : Purpura chez l'enfant et chez l'adulte Item 343 : Ulcération ou érosion des muqueuses orales et/ou génitales
  • 4. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 1 : La relation médecin- malade Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011
  • 5. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Table des matières OBJECTIFS ......................................................................................................................................... 3 INTRODUCTION................................................................................................................................ 3 I La relation médecin-malade ...................................................................................................... 4 II Particularités des maladies cutanées......................................................................................... 4 II.1 La qualité de vie ............................................................................................................5 II.2 Importance du retentissement sur la qualité de vie des affections dermatologiques5 II.3 Retentissement psychoaffectif des maladies dermatologiques..................................5 III Les maladies graves en dermatologie et leur annonce au patient.......................................... 6 III.1 Les dermatoses graves ..................................................................................................6 III.2 L'annonce d'un diagnostic de maladie grave..............................................................6 III.3 L'annonce du diagnostic de dermatose grave.............................................................7 IV L'éducation et le contrat thérapeutiques.................................................................................. 8 IV.1 Qu'est-ce que c'est ?......................................................................................................8 IV.2 Outils de l'éducation thérapeutique ............................................................................8 IV.3 Formation du patient atteint de maladie chronique................................................10 IV.4 Les consultations de suivi ...........................................................................................10 Points Essentiels ................................................................................................................................. 10
  • 6. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - OBJECTIFS ENC : Expliquer les bases de la communication avec le malade. Etablir avec le patient une relation empathique, dans le respect de sa personnalité et de ses désirs. Se comporter de façon appropriée lors de l’annonce d’un diagnostic de maladie grave, d’un handicap ou d’un décès. Elaborer un projet pédagogique individualisé pour l’éducation d’un malade porteur d’une maladie chronique en tenant compte de sa culture, ses croyances. SPECIFIQUE : Expliquer les bases de la communication avec le malade. Etablir avec le patient une relation empathique, dans le respect de sa personnalité et de ses désirs. Se comporter de façon appropriée lors de l'annonce d'un diagnostic de maladie grave, d'un handicap ou d'un décès. Prendre en compte le milieu socio-professionnel, la culture, et les croyances d'un patient porteur d'une maladie chronique pour élaborer un projet thérapeutique individualisé tenant compte de ses attentes et pour mettre en place une éducation thérapeutique individualisée en fonction de ses capacités de compréhension. INTRODUCTION La plupart des dermatoses chroniques ne mettent pas en jeu le pronostic vital. En revanche, elles ont souvent un impact majeur sur l'état psychologique des malades, leurs relations sociales, et leurs activités quotidiennes. Les dermatoses imposent souvent des traitements contraignants par leur mode d'administration topique, par leur tolérance à court ou à long terme et par leur utilisation au long cours. La relation médecin-malade en dermatologie devra donc particulièrement prendre en compte le point de vue du malade dans l'évaluation de la gravité de son état. La prise en charge se faisant à long terme, elle devra laisser une part prépondérante au dialogue et à l'éducation concernant la maladie et son traitement. Il s'agira d'établir un climat de confiance permettant l'adhésion à un projet thérapeutique en tenant compte de ses limites.
  • 7. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - I LA RELATION MEDECIN-MALADE La relation médecin-malade est une relation faite d'attentes et d'espérances mutuelles. Le malade attend un soulagement et si possible la guérison, mais il faut bien admettre que le médecin attend aussi une reconnaissance de la part de son malade, une vérification de son pouvoir soignant. La relation médecin-malade est une relation inégale. Elle a pour point de départ la demande d'un sujet souffrant adressée à un sujet disposant d'un savoir. La relation médecin-malade est une relation paradoxale. Elle a le corps pour objet mais passe le plus souvent par la parole, ce qui peut être source de malentendus et d'incompréhension. Enfin, la relation médecin-malade est marquée par l'idéalisation : le médecin idéal est pour le patient celui qui pourra être à la hauteur de ses multiples espérances, le patient idéal est, pour le praticien, celui qui lui permettra au mieux de satisfaire sa vocation ; c'est à dire à la fois ses attentes conscientes et ses désirs inconscients. Une relation médecin-malade harmonieuse permet une démarche diagnostique efficace, une amélioration de la qualité de vie par la prise en compte du point de vue du malade et une bonne observance thérapeutique. Les réflexions sur la relation médecin-malade se sont développées à partir, entre autres, de la psychanalyse, de la psychologie sociale, des théories de la communication. La psychanalyse a, par exemple, montré l'importance de la prise en compte de l'influence du malade sur les sentiments inconscients du médecin. La notion de contre-transfert désigne les mouvements affectifs du médecin en réaction à ceux de son patient et en relation avec le vécu de son histoire familiale et personnelle. La notion de transfert, quant à elle, se situe du côté du patient. Elle consiste en la répétition de modalités relationnelles vécues dans l'enfance, conduisant le malade à imposer certains styles de relation à son médecin. Les médecins savent bien qu'écouter le malade et l'entourage affectif de ce dernier est un aspect fondamental de la relation médecin-malade. Ils ont commencé à apprendre l'importance de s'écouter eux-mêmes, de reconnaître les sentiments induits par le malade, et qui pourraient entraver les démarches diagnostique et thérapeutique. II PARTICULARITES DES MALADIES CUTANEES La peau n'est pas un organe comme un autre. C'est un organe privilégié de la vie de relation, lié à la vie affective et au plaisir, et ce dès la naissance, par l'intermédiaire, en particulier, des échanges tactiles avec la mère. La peau a donc une valeur symbolique importante. Par ailleurs, les lésions cutanées sont visibles et la maladie se trouve donc affichée aux yeux des proches voire de tout le monde. Les dermatoses altèrent donc
  • 8. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - inévitablement aussi bien l'image que le sujet a de lui-même que l'image qu'il offre à autrui. Cette altération s'accompagne d'une perte de l'estime de soi réalisant une profonde blessure narcissique. Aussi, même si la plupart des dermatoses ne mettent pas en jeu le pronostic vital, elles ont souvent un impact majeur sur l'état psychologique des malades, leurs relations sociales, et leurs activités quotidiennes c'est à dire sur ce qui peut être défini comme la qualité de vie. La fréquente chronicité des dermatoses ajoute les difficultés d'observance des traitements à l'impact sur la qualité de vie. II.1 LA QUALITE DE VIE Elle est définie dans une perspective de santé publique comme la perception qu'a un individu de sa place dans l'existence, dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lesquels il vit, en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes. La qualité de vie liée à la santé présente un caractère multidimensionnel. Quatre dimensions sont généralement identifiées : l'état physique du sujet (autonomie, capacités physiques) ; ses sensations somatiques (symptômes, conséquences des traumatismes ou des procédures thérapeutiques, douleurs) ; son état psychologique (émotivité, anxiété, dépression) ; ses relations sociales et son rapport à l'environnement familial, amical ou professionnel. Les échelles de qualité de vie sont des questionnaires construits pour mesurer l'impact d'une maladie tel qu'il est perçu par le patient. II.2 IMPORTANCE DU RETENTISSEMENT SUR LA QUALITE DE VIE DES AFFECTIONS DERMATOLOGIQUES Les maladies cutanées peuvent être aussi invalidantes que d'autres maladies mettant en jeu le pronostic vital. Les malades atteints de psoriasis font état d'une réduction de leur autonomie physique et d'une altération de leur fonctionnement psychologique comparables à ce que l'on rencontre dans les cancers, les rhumatismes, l'hypertension artérielle, les maladies cardiaques, le diabète et la dépression. II.3 RETENTISSEMENT PSYCHOAFFECTIF DES MALADIES DERMATOLOGIQUES Il est majeur. Ainsi la prévalence de l'idéation suicidaire active chez les malades atteints de psoriasis ou d'acné est-elle plus élevée que chez les malades souffrants de maladies
  • 9. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - somatiques autres que dermatologiques. Il est donc important de dépister la dépression chez les malades atteints de dermatoses, d'autant que les troubles en apparence bénins tels que l'acné modérée peuvent être associés à une dépression et à une idéation suicidaire marquées. D'autre part le caractère particulièrement chronique et affichant d'une dermatose ne doit pas faire minimiser, dans l'intensité de son retentissement socioprofessionnel et psychoaffectif, le rôle de facteurs psychologiques préexistants. Les sujets ayant une mauvaise image d'eux-mêmes et qui ne s'estiment pas vont être, en toutes circonstances, plus sensibles au regard d'autrui, vite blessés par un regard, un geste, une parole, cherchant sans cesse chez autrui approbation, intérêt et amour, et ayant tendance à fortement réprimer leur hostilité par crainte de perdre l'amour d'autrui. III LES MALADIES GRAVES EN DERMATOLOGIE ET LEUR ANNONCE AU PATIENT III.1 LES DERMATOSES GRAVES Ce sont celles qui s'accompagnent d'une mortalité significative, et celles ayant un fort impact sur la qualité de vie des patients. Parmi les maladies à mortalité significative, la plus fréquente est le mélanome. Si la plupart des malades opérés d'un mélanome ne mourront pas de leur cancer, un certain nombre d'entre eux sont à haut risque de récidives. Les données pronostiques sont statistiquement fiables sur les grandes populations, mais le dermatologue ne dispose pas de marqueur ou de facteurs prédictifs permettant d'attribuer à un individu donnée un pronostic précis. Les maladies chroniques ayant un fort impact sur la qualité de vie, sont la dermatite atopique, le psoriasis, le vitiligo, la pelade, les dermatoses bulleuses, les maladies auto- immunes, et les très nombreuses dermatoses génétiques. III.2 L'ANNONCE D'UN DIAGNOSTIC DE MALADIE GRAVE L'annonce du diagnostic d'une maladie au pronostic défavorable est un traumatisme psychologique indépendamment de toute souffrance physique. Cette annonce peut réveiller des blessures et/ou des situations de souffrances anciennes conduisant donc à un double traumatisme issu du présent et du passé. Ce traumatisme peut se caractériser par une souffrance psychique mais également somatique. La souffrance psychique se traduira par des troubles de l'humeur et du comportement, tristesse radicale inhibant et supprimant toute forme d'intérêt pour le monde extérieur. Cette souffrance peut atteindre le registre somatique. L'angoisse de la situation se manifeste à travers un ressenti douloureux notamment dans la zone meurtrie du corps. La plainte peut se référer à un malaise corporel intense et l'anxiété est si fortement somatisée qu'elle revêt l'apparence d'une douleur
  • 10. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - organique. La « connaissance » de la maladie devient donc source de souffrance. Il est incontournable de prendre en considération l'histoire personnelle du sujet dans la compréhension de ce désordre psychologique. Les expériences émotionnelles passées vont, en effet, conditionner le comportement du malade face à sa pathologie et donner naissance à une représentation symbolique qui peut prendre le pas sur la réalité. Il en résultera une confusion entre la réalité et la « réalité psychique » du patient. Ceci se traduira par un décalage entre la parole concrète du médecin et ce que peut en entendre ou veut en comprendre le malade. Les réactions induites par l'annonce du diagnostic sont très dépendantes des relations de transfert et de contre-transfert engagées entre le malade et le médecin. C'est ainsi que ces réactions psychologiques aussi impressionnantes soient-elles au début, évoluent grâce à une bonne relation médecin-malade. III.3 L'ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE DERMATOSE GRAVE L'annonce du diagnostic de mélanome nécessite une explication minutieuse. Si le mot de cancer doit être prononcé, le praticien devra moduler l'angoisse induite par l'annonce du diagnostic en fonction du pronostic évalué de la lésion. Dans le cas d'un mélanome de faible épaisseur, le bon pronostic après traitement chirurgical devra être souligné. En revanche, le risque de récidive des mélanomes épais devra être précisé. La nature et le mode de récidive est généralement source de questions de la part du malade. Ce questionnement permettra de concrétiser l'événement par des explications, notamment en lui donnant des perspectives prenant réalité dans un programme de suivi gommant le sentiment d'abandon. L'annonce du diagnostic d'une dermatose chronique et de ce que la chronicité va impliquer dans sa vie quotidienne sont rarement d'emblée bien compris par le malade. Le malade peut, en effet, refuser de manière plus ou moins inconsciente, une vie avec la maladie. Ce refus compréhensible a souvent pour conséquence le manque d'observance thérapeutique et le « nomadisme » de malades à la recherche d'un traitement « miracle » immédiat et définitif. Il est donc essentiel d'inscrire l'annonce du diagnostic dans une perspective thérapeutique intégrant ses limites et sa durée : c'est la rémission et non la « guérison » qui est l'objectif proche. Les consultations de suivi seront l'occasion d'explications sur ces thèmes laissant au malade la possibilité d'exprimer un fléchissement vis-à-vis d'un projet thérapeutique, la tentation souvent légitime du nomadisme médical, le désir de changer d'équipe ou de demander un avis qu'il espère contradictoire. C'est particulièrement vrai dans des maladies comme le psoriasis, la dermatite atopique, le lupus, la dermatomyosite ou le pemphigus qui outre leur caractère chronique ont en commun de lourdes contraintes thérapeutiques.
  • 11. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - IV L'EDUCATION ET LE CONTRAT THERAPEUTIQUES IV.1 QU'EST-CE QUE C'EST ? L'éducation thérapeutique est un processus continu, intégré aux soins et centré sur le patient. Il comprend des activités organisées de sensibilisation, d'information, d'apprentissage et d'accompagnement psychosocial concernant la maladie, le traitement et l'ensemble des soins prescrits. Il vise à aider le patient à maintenir ou améliorer sa qualité de vie en le rendant capable d'acquérir et de maintenir les ressources nécessaires pour gérer de manière optimale sa vie avec la maladie. L'objectif est de rendre le patient aussi autonome que possible dans la co-gestion de sa maladie avec son médecin. Ce processus d'apprentissage sera adapté à l'évolution de la maladie et de l'état de santé du patient. IV.2 OUTILS DE L'EDUCATION THERAPEUTIQUE Le projet de soin est issu d'une négociation. Toute négociation suppose une série d'aller- retour, une démarche par étape qui demande du temps, la recherche d'un compromis pouvant convenir aux deux partenaires et par rapport auquel il n'y a ni gagnant, ni perdant. Toute négociation implique donc un « marchandage » entre les intéressés et par conséquent une prise de décision partagée. Cela justifie que chacun prenne le temps de comprendre les motivations de l'autre. Il faut que le malade intériorise les principes du raisonnement médical. Il faut aussi que le médecin réalise ce que peut être la vie quotidienne du malade, en fonction de son histoire, du contexte familial et social et de ses croyances, et qu'il accepte d'enrichir progressivement sa pratique en intégrant dans ses schémas de pensée les solutions, astuces ou trouvailles, qui permettent à chaque malade de composer avec sa maladie, ses symptômes, ses contraintes thérapeutiques (c'est l'attitude empathique du médecin). L'éducation thérapeutique passe par une communication de qualité. Bien communiquer ne se résume pas à bien informer, rester concis, compréhensible, et vérifier que le message est passé. Cela implique : de supporter qu'un malade exprime jusqu'au bout ses croyances, ses inquiétudes ou ses doutes (par exemple sur le bien fondé d'un traitement) ; d'accepter de répondre aux questions embarrassantes (par exemple sur le risque de rechutes) ; d'encourager à revenir, dans un temps ultérieur, sur une explication déjà donnée ; d'inciter de façon explicite le malade à poser des questions qui n'auraient pas été abordées (par exemple l'éventualité d'une atteinte rhumatologique lors du psoriasis).
  • 12. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Tout projet de soins implique de la part du malade, une prise de conscience, une motivation à s'engager dans le projet et la mise en place de nouveaux comportements de santé. Mais certaines attitudes du malade peuvent être interprétées par le praticien, comme des résistances au projet de soins. Le médecin peut se sentir mis en cause, et il aura alors tendance à choisir une attitude de confrontation : la relation médecin/malade s'engage dans la voie de la compétition et de la rivalité (« qui aura le dernier mot ? ») ; le rôle de l'angoisse du médecin est central (ne pas réagir est assimilé à une « non assistance à personne en danger ») ; l'accent est mis sur les symptômes actuels et/ou sur les dangers encourus ; la non implication du malade est stigmatisée comme un comportement pathologique (« ce n'est pas normal, dans une situation comme la vôtre, de ne rien faire pour changer ») ; l'attitude du médecin est une attitude paternaliste et directive, et peut même être vécue comme un abandon (« maintenant c'est à vous de jouer, la balle est dans votre camp... »). En revanche, dans une approche dite « motivationnelle » : la relation médecin/malade est de type pédagogique. On identifie ce qui sous-tend le manque de motivation ou la démotivation du malade (à se soigner ou à changer de comportements) ; l'entretien est centré sur les raisons personnelles du patient à changer ou à ne pas changer ; les résistances du malade sont prises en considération : il s'agit d'établir une alliance thérapeutique en « composant » avec de telles résistances, plutôt qu'en les combattant de front ; la décision du malade à changer ou à s'impliquer d'avantage est encouragée, et les possibilités personnelles de réussites sont valorisées (« vous êtes tout à fait en mesure de réussir à... »). Cette approche suppose, chez le médecin, une tolérance à l'idée d'une efficacité à court terme, limitée. Cependant à long terme, il s'agit d'une stratégie qui peut s'avérer bien plus payante que la confrontation en raison de la meilleure intériorisation des objectifs thérapeutiques et de la plus grande stabilité des résultats obtenus. Enfin, on n'est jamais suffisamment généreux dans les compliments ou les félicitations prodigués face aux succès, aussi partiels soient-ils. Quant aux erreurs, plutôt que de les condamner, il semble plus recommandable de les réévaluer d'une manière positive, c'est-à-dire de les présenter comme une occasion d'améliorer l'apprentissage de bonnes attitudes. Et, en effet, la mauvaise
  • 13. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - observance est bien souvent la chance à saisir pour que la relation médecin-malade ne se fige pas et ne se borne pas à l'application de « recettes » abstraites. IV.3 FORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE Lors de la première consultation, le dermatologue fera une évaluation de l'état clinique du malade, fera un état des lieux des connaissances du malade sur sa maladie, appréciera ses points forts et ses ressources mais également ses points faibles. Le point de vue du malade est essentiel pour personnaliser la prise en charge : état des lieux (vécu du patient par rapport à sa maladie, souffrance globale du patient, fonctionnement familial, souffrance globale de la famille) ; attentes (disparition totale des lésions, disparition des seules lésions visibles ou socialement gênantes, soulagement des douleurs, du prurit etc.) ; contraintes et risques que le patient est prêt à accepter. La plupart des dermatoses font appel à des traitements topiques très contraignants ou à des traitements systémiques plus risqués. Cette démarche pourra revêtir la forme d'un contrat d'objectifs et de moyens, en amenant le patient à un compromis indispensable entre ses attentes, les possibilités thérapeutiques réelles, les contraintes et les risques thérapeutiques. La formation du malade dermatologique devra viser essentiellement des objectifs d'observance. Le malade doit admettre et être capable de s'appliquer un traitement topique tous les jours, d'utiliser la dose prescrite et d'évaluer la quantité utilisée. Une information sur les facteurs aggravants ou déclenchants des poussées de sa maladie est nécessaire. IV.4 LES CONSULTATIONS DE SUIVI Lors des consultations de suivi, une démarche similaire sera observée par le médecin avec évaluation de la sévérité de la maladie et de la réalisation des objectifs dressés lors de la consultation précédente. Cela peut se faire à l'aide d'un cahier de suivi permettant de comptabiliser les poussées et d'apprécier l'observance thérapeutique. Les points positifs ne seront pas oubliés, notamment l'amélioration après prise en charge éducative. Médecin et malade discuteront de ces éléments, avec comme conclusion de nouveaux objectifs thérapeutiques. POINTS ESSENTIELS • La plupart des dermatoses chroniques ont un impact majeur sur la qualité de vie.
  • 14. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - • L'annonce du diagnostic d'une maladie au pronostic défavorable est un traumatisme psychologique indépendamment de toute souffrance physique. • La formation du malade dermatologique chronique devra viser essentiellement des objectifs d'observance et de fidélisation.
  • 15. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 50 : Complications de l'immobilité et du décubitus. Prévention et prise en charge : escarre Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011
  • 16. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Table des matières OBJECTIFS ......................................................................................................................................... 3 I Étiologie....................................................................................................................................... 4 I.1 Escarre de décubitus..........................................................................................................4 I.2 Escarre : complication.......................................................................................................4 II Clinique........................................................................................................................................ 4 II.1 Siège................................................................................................................................4 II.2 Stades évolutifs ..............................................................................................................5 II.3 Complications................................................................................................................6 III Prévention.................................................................................................................................... 7 III.1 Facteurs de risque .........................................................................................................7 III.2 Mesures de prévention..................................................................................................8 III.2.1 Réduction des durées d’appui........................................................................8 III.2.2 Mesures d’hygiène ..........................................................................................8 III.2.3 Diminution des phénomènes compressifs par un support adapté..............9 IV Traitement................................................................................................................................. 10 IV.1 Traitement de l’escarre proprement dite..................................................................10 IV.2 Traitements des facteurs associés ..............................................................................11 IV.3 Planification des soins posthospitaliers.....................................................................11 Points Essentiels ................................................................................................................................. 12
  • 17. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - OBJECTIFS ENC : Expliquer les principales complications de l’immobilité et du décubitus. Argumenter l’attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Une conférence de consensus sur ce sujet a eu lieu en 2001. Elle est disponible sur le site http://www.has-sante.fr. Une escarre est une nécrose ischémique des tissus compris entre le plan du support sur lequel repose le sujet et le plan osseux. D’autres facteurs complètent l’action nocive de la compression. L’escarre est plus fréquente chez la personne âgée. Selon sa gravité, elle met en jeu la fonctionnalité, le maintien à domicile et le pronostic vital. Il existe 240 000 personnes porteuses d’escarres par an en France, soit 3 % des malades hospitalisés (mais 22 % au-delà de 65 ans). Le coût direct en soins a été évalué à 350 euros par mois et le coût indirect à 15 000 euros par escarre en 1994. L’escarre peut être prévenue dans une grande majorité de cas. Physiopathologie ISCHÉMIE DES TISSUS CUTANÉS L’escarre est provoquée par une compression forte et/ou prolongée des parties molles sur le plan osseux sous-jacent. La compression prolongée des tissus mous, supérieure à la pression de perfusion capillaire, entraîne une ischémie tissulaire superficielle et profonde rapidement irréversible. Des forces de cisaillement peuvent s’associer en particulier lors de position assise instable. Les frottements et la macération rendent la peau plus sensible.
  • 18. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - TROUBLES DE LA SENSIBILITÉ Le sujet qui ne ressent plus la gêne, l’inconfort de la position couchée prolongée, ne mobilise plus spontanément ses points d’appui (rachis, os iliaques, calcanéums). La pression entre les os et la surface cutanée détermine une stase vasculaire et la constitution de thromboses, d’où la nécrose cutanée et le sphacèle. I ÉTIOLOGIE I.1 ESCARRE DE DECUBITUS L’escarre de décubitus est la plus fréquente. Elle est liée à l’immobilisation prolongée. Ainsi un accident aigu, un accident vasculaire cérébral ou une fracture du col fémoral sont responsables de la moitié des escarres du sujet âgé. À tout âge, une immobilisation prolongée peut être responsable d’escarres, en particulier chez les comateux, les paraplégies post-traumatiques (accidents de la voie publique, traumatismes sportifs, chutes…), les malades souffrant d’affections internes graves (soins intensifs, réanimation, gériatrie). I.2 ESCARRE : COMPLICATION L’escarre peut aussi faire figure de complication des atteintes sensitives lors d’affections neurologiques non traumatiques (diabète, éthylisme, autre neuropathie). Elles peuvent être iatrogènes (sous plâtre, postopératoire). Toute maladie entraînant une phase d’immobilisation prolongée ou responsable d’une altération grave de l’état général est à considérer à risque. II CLINIQUE II.1 SIEGE Les zones de prédilection sont représentées par les zones d’appui avec une faible épaisseur de revêtement cutané. Par ordre de fréquence décroissante :
  • 19. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - les talons ; la région sacrée ; les régions trochantériennes et ischiatiques ; les malléoles ; plus rarement atteintes scapulaires, des coudes, de la nuque… II.2 STADES EVOLUTIFS L’escarre évolue en plusieurs phases : stade 0 : peau intacte mais risque d’escarre ; stade I : érythème avec œdème périphérique persistant à la levée de l’appui ; stade II : apparition de phlyctènes sur fond érythémateux (surtout observé sur les régions talonnières). Leur contenu peut être séreux ou hémorragique (Figure 1). Elles correspondent à une atteinte de l’épiderme et du derme. Ces deux stades sont encore réversibles avec les techniques de soins et de prévention ; stade III : stade de l’escarre proprement dite, avec un aspect noirâtre, cartonné du tégument entouré d’une bordure érythémateuse et œdémateuse (Figure 2). Il correspond à une atteinte de toute l’épaisseur de la peau. La lésion n’est pas douloureuse. On distingue parfois un écoulement séropurulent ; stade IV : l’escarre atteint les tissus profonds. Après élimination ou nettoyage des zones nécrosées, la lésion est une ulcération à bords irréguliers, très profonde, au fond de laquelle on peut apercevoir la surface osseuse sous-jacente. Figure 1 : Escarre du talon, avec une bulle hémorragique (stade II)
  • 20. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Figure 2 : Escarre sacrée (stade III) II.3 COMPLICATIONS Les complications à court terme, sont surtout infectieuses, en fonction de la proximité d’émonctoires naturels, de l’état des défenses du malade, du type des soins antérieurs. Comme sur toute plaie chronique, la colonisation par des germes bactériens est constante, sans conséquence obligatoire pour la cicatrisation. Pour le diagnostic d’infection, il faut tenir compte des signes inflammatoires locaux, de la fièvre, de la nature et de la densité des bactéries rencontrées. La biologie (numération-formule sanguine, protéine C réactive) est un argument supplémentaire. La présence de l’os au fond de la plaie ou d’une articulation fait suspecter une ostéite ou une arthrite dont la preuve peut être difficile à établir (radiographies, IRM, biopsie chirurgicale). Des septicémies à point de départ de l’escarre ne sont pas rares. Les complications à moyen terme sont celles de l’hospitalisation prolongée des sujets âgés, avec augmentation de la perte d’autonomie, aggravation de troubles psychiques, en particulier syndrome dépressif, complications iatrogènes, difficulté du retour à domicile et donc augmentation du risque de dépendance, décompensation de « tares » en particulier d’un diabète, décès. À plus long terme, les escarres, selon leur siège, peuvent créer des troubles orthopédiques ou fonctionnels.
  • 21. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - III PREVENTION On ne peut parler de traitement de l’escarre de décubitus sans insister sur l’importance de la prévention et des mesures prophylactiques. Toute personne s’occupant de malade à risque a un devoir d’alerte. La prévention de l’escarre est une urgence, sa présence indiquant un défaut de vigilance. III.1 FACTEURS DE RISQUE À côté des deux facteurs majeurs que sont une mobilité réduite et des troubles sensitifs, de nombreux autres facteurs favorisent l’apparition des escarres (Tableau 1). Tableau 1 : Facteurs de risques pour la survenue d'escarres Les facteurs de risque peuvent être évalués selon des échelles. La plus simple est l’échelle de Norton (Tableau 2).
  • 22. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Tableau 2 : Échelle de Norton Échelle de Norton. Appliquer le score correspondant à chaque case. Un score < 16 indique un patient à risque de développer une escarre. III.2 MESURES DE PREVENTION Les mesures prophylactiques doivent être systématiquement envisagées dès que l’état de santé d’un malade nécessite un décubitus prolongé. Elles doivent tenir compte du pronostic fonctionnel chez le malade, de ses perspectives de verticalisation, de son état de déchéance éventuel. Le personnel infirmier doit être prévenu de ces mesures et de leur importance ; c’est lui qui aura l’essentiel de la responsabilité de la prophylaxie. Trois mesures apparaissent nécessaires. III.2.1 Réduction des durées d’appui Il ne faut pas tolérer une immobilité totale de plus de 3 heures au lit, 2 heures en fauteuil, et donc faire procéder à une mobilisation passive du patient par le personnel de soins de façon très régulière. Les positions de références sont : décubitus dorsal, décubitus semi-latéral gauche et droit, position assise. Les positions de décubitus semi-latéral doivent être stabilisées par des coussins de mousse. La position assise doit être stabilisée et faire que l’appui concerne aussi les faces postérieures des cuisses. III.2.2 Mesures d’hygiène Il faut assurer la propreté minutieuse du lit et l’hygiène rigoureuse du patient, le changer dès qu’il se souille, pour éviter macération et pullulation microbienne. Les massages des zones d’appui à type d’effleurage, longtemps préconisés en prévention sur peau saine n’ont pas fait la preuve de leur efficacité. Les massages « effleurés » ou appuyés sont plus dangereux qu’utiles dès que la peau est altérée (stade I et au-delà).
  • 23. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - III.2.3 Diminution des phénomènes compressifs par un support adapté Tableau 3 : Matériel de prévention des escarres Tableau 4 : Critères de choix d'un support de lit (Conférence de consensus 2001) Les surmatelas à eau, à gonflement alterné d’air ou à air statique sont utilisés. Ils sont à réserver aux malades ayant un risque important d’escarre (score de Norton < 10). Ils ont chacun des inconvénients et leur mauvais emploi peut être préjudiciable. Les mousses découpées sont confortables, d’installation facile et assurent une bonne répartition des pressions. Les coussins en mousse sont utiles chez les patients assis au fauteuil.
  • 24. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - IV TRAITEMENT IV.1 TRAITEMENT DE L’ESCARRE PROPREMENT DITE Les mesures de prévention continuent à s’appliquer, un support adapté doit être systématiquement utilisé (cf. Tableau 4). Il peut s’agir d’un support statique ou dynamique (lit à coussins d’air, lit fluidisé). Le lit fluidisé est utile chez des patients avec escarre constituée ou après chirurgie. Il s’agit d’une cuve remplie de microsphères de céramique qui sont sans cesse brassées par un courant d’air chaud permettant, ainsi, une répartition harmonieuse et utile de l’appui. L’air chaud assèche les lésions suintantes et a aussi un effet antiseptique. Ce lit fluidisé est difficilement adaptable à la prévention de l’escarre à domicile, mais sa location permet une utilisation plus large. Le traitement local est celui d’une plaie profonde. Les soins d’hygiène sont pratiqués au mieux sur des lit-douches qui permettent une meilleure préhension du malade et une ergonomie adaptée pour les soignants. La détersion utilise des alginates, des hydrogels ou des hydrofibres en complément d’une détersion au bistouri ou au ciseau des tissus nécrotiques. Les autres pansements sont utilisés en fonction de l’état de la plaie (Tableau 5). Ils ont été validés par des études comparatives. Les berges saines doivent être protégées. La chirurgie permet de combler partiellement ou totalement l’escarre par des lambeaux. Elle nécessite une structure de suivi adaptée. Des greffes sont utiles pour diminuer le temps d’épidermisation. Après cicatrisation, il faut rester vigilant chez ces malades exposés au risque de récidive, en raison de la diminution d’épaisseur de la zone cicatrisée et de la sensibilité aux traumatismes.
  • 25. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Tableau 5 : Types de pansements disponibles en fonction de l'état de la plaie IV.2 TRAITEMENTS DES FACTEURS ASSOCIES Il faut surveiller les troubles hydroélectrolytiques et corriger les états de dénutrition. Ceci nécessite un apport alimentaire d’au moins 2 000 cal/j chez l’homme, de 1 600 cal/j chez la femme, enrichi en protéines (au moins 1g/kg/j). Elle est faite par l’alimentation normale, avec éventuellement des compléments nutritifs, voire par sonde gastrique. IV.3 PLANIFICATION DES SOINS POSTHOSPITALIERS L’éventuel retour à domicile est préparé en concertation entre les acteurs de santé de l’hôpital et du domicile, et la famille. Il faut favoriser la participation du patient et de son entourage à la prévention des escarres par une information et des actions éducatives ciblées en fonction du caractère temporaire ou permanent du risque d’escarre (autosurveillance, autosoulèvement).
  • 26. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - POINTS ESSENTIELS • L’escarre est une nécrose ischémique par compression de la peau et des tissus mous sous-cutanés. • Elle suppose deux facteurs pathogènes : immobilité et non perception de la douleur. • C’est le plus souvent une complication du décubitus chez une personne âgée alitée pour une maladie aiguë. • Des échelles de prédiction (échelle de Norton) permettent le repérage des malades à risque de développer une escarre. • Sa prévention est une urgence de la vigilance du personnel soignant. • Le traitement préventif comporte 3 mesures bien codifiées : changements de position, mesures d’hygiène, adaptation des supports. • L’infection (fréquente) doit être différenciée de la colonisation bactérienne (constante). • Dans l’escarre constituée le traitement curatif est indissociable de la poursuite des mesures préventives.
  • 27. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 74 : Risques sanitaires liés aux irradiations. Radioprotection Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011
  • 28. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Table des matières OBJECTIFS ......................................................................................................................................... 3 I Vieillissement cutané : aspects cliniques .................................................................................. 4 I.1 Le vieillissement intrinsèque ou chronologique..............................................................4 I.2 Le vieillissement actinique ou héliodermie......................................................................4 I.3 Le vieillissement lié au tabac.............................................................................................7 I.4 Le vieillissement hormonal ...............................................................................................8 II Biologie de l'héliodermie. Effets des radiations naturelles ..................................................... 8 III Prévention et traitement du vieillissement cutané................................................................... 9 III.1 Prévention ......................................................................................................................9 III.2 Traitement ...................................................................................................................10
  • 29. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - OBJECTIFS ENC : Préciser les risques biologiques liés à l’irradiation naturelle ou artificielle et savoir en informer les patients. Expliquer les risques liés aux principaux examens radiologiques. Appliquer les principes de la radioprotection. SPECIFIQUE : Les objectifs de ces deux questions situées dans des modules différents ont été regroupés pour traiter plus spécifiquement du vieillissement lié aux radiations naturelles (UV) : risques biologiques, traduction clinique, information des patients quant aux risques et à la prévention. Le vieillissement cutané est déterminé par des facteurs génétiques et environnementaux. On distingue ainsi : le vieillissement intrinsèque ou chronologique qui correspond aux modifications inévitables liées à l'âge ; il affecte la peau comme les autres organes, le vieillissement extrinsèque qui est lié aux facteurs de l'environnement. Le terme de « vieillissement actinique ou héliodermie » correspond à des modifications cliniques, histologiques et fonctionnelles caractéristiques de la peau liées à l'exposition solaire chronique et siégeant donc sur les zones photo-exposées. Les facteurs nutritionnels, le tabac et l'intoxication alcoolique représentent d'autres facteurs significatifs participant au vieillissement cutané extrinsèque. En fait au niveau des zones photo-exposées les deux processus, déterminisme génétique et facteurs extrinsèques, surviennent simultanément et se superposent. L'importance attribuée au vieillissement cutané est liée d'une part aux aspects esthétiques et psychosociaux qui découlent de ces modifications physiques directement visibles, et d'autre part à la relation qui existe entre le vieillissement cutané, et en particulier vieillissement actinique, et la survenue des cancers cutanés. En effet l'héliodermie et la photocarcinogenèse ont en commun certaines modifications moléculaires et cellulaires liées à l'irradiation solaire et de ce fait leurs voies de recherche sont proches.
  • 30. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - I VIEILLISSEMENT CUTANE : ASPECTS CLINIQUES I.1 LE VIEILLISSEMENT INTRINSEQUE OU CHRONOLOGIQUE Il correspond aux modifications observées sur les zones protégées du soleil chez tous les individus mais avec des variations interindividuelles génétiquement déterminées. Il se caractérise par : une atrophie dermique et épidermique, une sécheresse cutanée, souvent génératrice d'un prurit, une réduction de l'élasticité cutanée, des ridules et de fines rides, une fragilité capillaire et cutanée marquée par la survenue, au moindre traumatisme, d'ecchymoses qualifiant le purpura de Bateman ainsi que de plaies qui cicatrisent très lentement. Cette fragilité est particulièrement marquée au dos des mains et sur les avant-bras. Avec l'âge on note également une diminution du nombre de follicules pileux, et les follicules restant apparaissent plus petits en diamètre et poussent plus lentement, et une diminution des glandes annexes de la peau avec en conséquence une réduction de la sudation et de l'hydratation cutanée. I.2 LE VIEILLISSEMENT ACTINIQUE OU HELIODERMIE Il se superpose au vieillissement intrinsèque au niveau des zones chroniquement exposées au soleil. Ce type de vieillissement est devenu une préoccupation importante dans nos sociétés du fait du culte du bronzage et de l'augmentation des activités sportives en plein air. Sur la peau chroniquement insolée (visage, dos des mains et des avant-bras) apparaissent d'abord des tâches pigmentées, des rides et des télangiectasies. Lorsque les dommages s'aggravent la peau devient épaissie, jaunâtre, plus sèche, les rides se creusent ; la peau est aussi le siège d'une pigmentation irrégulière associant des tâches hyper- et hypo-pigmentées. Il existe également des cicatrices blanchâtres en forme d'étoile (qualifiées de ce fait de pseudo-cicatrices stellaires) en particulier au niveau des avant-bras où elles se constituent à la suite de traumatismes minimes.
  • 31. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Chez les patients de phénotype clair et de phototype à risque (phototype II ou III) la peau, surtout celle du visage et du cou apparaît plutôt érythémateuse, télangiectasique et est parsemée d'éphélides sur le dos. Au contraire, chez des patients de phénotype plus mat (phototype IV) la peau prend un aspect épaissi et une coloration jaunâtre la faisant ressembler à une peau de citron (d'où le qualificatif de peau citréïne) ; au maximum la peau prend l'apparence de cuir en particulier sur la nuque. Certains aspects caractéristiques et spectaculaires de l'héliodermie ont été décrits sur le visage et le cou : élastoïdose à kystes et comédons de Favre et Racouchot, au niveau des régions temporo-malaires, caractérisée par un faux aspect de lésions d'acné avec l'apparition de kystes et de comédons ; Élastose solaire et érythrose des faces latérales des joues nuque rhomboïdale avec une peau cuirassée, citréïne, parcourue de rides profondes décrivant des losanges ;
  • 32. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Nuque rhomboïdale et kératoses actiniques rythrosis interfollicularis coli, noté plus volontiers sur les faces latérales du cou de la femme, caractérisé par un fond érythrosique couvert de petites papules jaunâtres reproduisant de manière caricaturale l'aspect de peau de poulet déplumé. Atrophie cutanée et kératoses actiniques des faces dorsales et des mains
  • 33. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Rides et taches actiniques L'importance de ces modifications varie considérablement entre les individus même pour des individus de même âge et de même phototype témoignant de différences individuelles importantes de vulnérabilité au soleil. Par ailleurs sur cette peau chroniquement insolée siège de l'héliodermie apparaissent de multiples lésions tumorales bénignes et malignes. On voit en particulier se développer des kératoses actiniques, des lentigos et enfin des carcinomes baso- et surtout spino-cellulaires. I.3 LE VIEILLISSEMENT LIE AU TABAC Il représente un autre exemple de vieillissement extrinsèque. La peau du tabagique est blafarde, jaunâtre d'aspect proche de la peau d'héliodermie avec sur le visage une multiplication des télangiectasies. La formation de rides est également très accélérée par rapport à un sujet non tabagique du même âge.
  • 34. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - I.4 LE VIEILLISSEMENT HORMONAL La ménopause est responsable de modifications voisines de celles induites par vieillissement chronologique et différentes de celles du vieillissement photo-induit. Ainsi on peut schématiquement dire que le vieillissement hormonal de la peau aggrave et accélère le vieillissement cutané chronologique. A l'heure actuelle le vieillissement hormonal de la peau est considéré comme étant uniquement dû à la carence œstrogénique. Il n'existe pas d'études prouvant le rôle de la carence en progestérone dans le vieillissement cutané. II BIOLOGIE DE L'HELIODERMIE. EFFETS DES RADIATIONS NATURELLES Le vieillissement cutané résulte de phénomènes complexes déterminés tant génétiquement (théorie génétique du vieillissement) que par des facteurs de l'environnement conduisant à des anomalies du génome et/ou de l'organisation cellulaire et tissulaire (théorie stochastique du vieillissement). Ces deux processus sont étroitement associés et dans les deux cas la production d'espèces réactives de l'oxygène (ERO) conduisant à un stress oxydatif semble un élément déterminant du vieillissement de la peau. Les études animales ont montré que les ultraviolets B et les ultraviolets A contribuent aux dommages à l'origine du vieillissement cutané et en particulier aux lésions d'élastose solaire. Le rayonnement ultraviolet, par des phénomènes de photosensibilisation endogène, entraîne un stress oxydatif par une production excessive d'ERO dans toutes les cellules cutanées et au niveau de la matrice extra-cellulaire du derme. Cette production excessive dépasse les capacités des systèmes de défense antioxydante endogène conduisant à un stress oxydant intense. On pense aujourd'hui que ce stress oxydatif, et en particulier celui induit par les ultraviolets A (320-400 nm), joue un rôle essentiel dans la pathogénie de l'héliodermie. Les ERO induisent en effet une peroxydation des lipides des membranes cellulaires, des dommages à l'ADN et des altérations des protéines modifiant leurs capacités fonctionnelles. Les ERO activent ainsi différentes voies de signalisation cellulaire en rapport avec la croissance, la différenciation des cellules cutanées et la dégradation du tissu conjonctif. En particulier, les ERO entraînent l'expression et la sécrétion de métalloprotéinases matricielles qui interviennent dans la dégradation de différents composants de la matrice extracellulaire dermique, expliquant les anomalies morphologiques du collagène et des fibres élastiques qui caractérisent histologiquement l'héliodermie. Le stress oxydatif et les métalloprotéinases jouent un rôle également dans le vieillissement cutané induit par le tabac.
  • 35. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Par ailleurs d'autres travaux ont montré que le stress oxydatif peut induire des mutations de l'ADN mitochondrial et intervenir dans le raccourcissement des télomères, deux mécanismes également proposés comme facteurs impliqués dans les processus du vieillissement normal et de l'héliodermie. Toutes ces données soulignent l'importance qui est aujourd'hui donnée au stress oxydant dans les processus de vieillissement. III PREVENTION ET TRAITEMENT DU VIEILLISSEMENT CUTANE III.1 PREVENTION Dans nos sociétés, les habitudes d'exposition solaire et le vieillissement de la population font que le vieillissement cutané est un motif fréquent de consultation. Le bronzage est toujours considéré comme un élément esthétique essentiel et de nombreuses années d'exposition solaire importante précèdent les signes patents de vieillissement cutané. Il est aussi estimé qu'un individu reçoit 50 % de sa dose de soleil avant l'âge de 18 ans, expliquant l'importance en terme de vieillissement cutané de mesures précoces de photoprotection. La photoprotection repose beaucoup sur l'utilisation de photoprotecteurs solaires qui permettent de satisfaire le comportement social de recherche d'expositions solaires et de loisirs de plein air. Ces produits à base de filtres chimiques ou d'écrans minéraux ont pour but de réduire la quantité de rayonnements solaires atteignant la peau. Si leur efficacité contre le coup de soleil est devenue exceptionnellement performante, celle contre les autres effets du soleil reste plus ambiguë. Les produits antisolaires ont en effet une efficacité supérieure contre les UVB et même si de très gros progrès ont été faits ces dernières années la protection contre les UVA reste inférieure à celle contre les UVB. Or si les effets aigus du soleil relèvent principalement de l'action des UVB, la participation des UVA est beaucoup plus significative contre les effets chroniques comme les cancers cutanés ou l'héliodermie. De fait les produits antisolaires ne paraissent pas pouvoir revendiquer, en l'état actuel, une efficacité protectrice contre ces effets chroniques égale à celle qu'ils peuvent avoir contre le coup de soleil. Ceci explique des résultats troublants d'études épidémiologiques montrant un plus grand risque de survenue de cancers cutanés chez les utilisateurs de produits solaires. L'absence de coup de soleil induit un comportement négatif qui consiste à prolonger les expositions et, la protection contre les UVA n'étant pas suffisante, des dégâts cellulaires se constituent à bas bruit conduisant à terme par leur répétition aux effets chroniques négatifs du soleil.
  • 36. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - De ce fait, la meilleure prévention reste l'éviction solaire et la mise à l'ombre en particulier aux heures les plus ensoleillées (11h-14h en heure solaire). L'utilisation de topiques anti- solaires ne doit être envisagée qu'en complément de la protection vestimentaire et ces produits doivent être choisis en fonction du phototype du patient et de l'importance de ses expositions solaires. Comme nous l'avons dit toutes les radiations ultra violettes participent aux dommages dermiques et il est donc important d'utiliser des photo-protecteurs couvrant à la fois le spectre UVB et UVA. Compte tenu de la place du stress oxydant dans les mécanismes de vieillissement, l'utilisation de molécules anti-oxydantes associées aux filtres et écrans apparaît comme une stratégie intéressante pour la prévention des dégâts dermiques. Ces molécules nécessitent cependant d'être évaluées chez l'homme. III.2 TRAITEMENT En terme de possibilité de réparation des dommages cutanés déjà constitués, il a été bien démontré que l'acide rétinoïque participe à la réparation du vieillissement cutané intrinsèque et extrinsèque et corrige cliniquement l'aspect de rugosité, les troubles pigmentaires (lentigine) et les rides en augmentant la synthèse de collagène. Plus récemment il a également été montré que l'acide rétinoïque topique intervient sur la voie de signalisation des métalloprotéases et présente des propriétés préventives lorsqu'il est appliqué 48 h avant une exposition UV. Il semble donc que l'acide rétinoïque peut non seulement participer à la réparation de dommages dermiques mais également prévenir la survenue de dommages lors de l'exposition aux ultraviolets. La trétinoïne topique est aujourd'hui le seul traitement médical du vieillissement cutané évalué mais elle doit être prescrite avec attention du fait des effets secondaires à type d'irritation et d'érythème qu'elle induit. La composante hormonale du vieillissement cutané est accessible à un traitement spécifique. La preuve de l'efficacité du traitement hormonal substitutif de ménopause sur certains signes du vieillissement cutané a été apportée par plusieurs études. En revanche le DHEA n'a pas démontré une efficacité importante sur les signes du vieillissement cutané. POINTS ESSENTIELS • Part majeure de l'héliodermie dans le vieillissement cutané. • Tous les UV sont néfastes et pas seulement ceux qui induisent les « coups de soleil ».
  • 37. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - • La photoprotection est nécessaire pour prévenir le vieillissement cutané et les cancers photoinduits.
  • 38. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 79 : Ectoparasitoses cutanées : gale et pédiculose Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011
  • 39. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Table des matières OBJECTIFS ......................................................................................................................................... 4 I Gale acarienne humaine............................................................................................................. 4 I.1 Définition ............................................................................................................................4 I.2 Diagnostic ...........................................................................................................................5 I.2.1 Forme typique......................................................................................................5 I.2.2 Formes cliniques..................................................................................................6 I.2.2.1 Gale du nourrisson................................................................................ 6 I.2.2.2 Gale disséminée inflammatoire............................................................ 7 I.2.2.3 Gale hyperkératosique (dite « norvégienne »).................................... 7 I.2.2.4 Gale des « gens propres » ..................................................................... 7 I.2.2.5 Formes compliquées.............................................................................. 7 I.2.3 Diagnostic positif .................................................................................................8 I.2.4 Diagnostic différentiel .........................................................................................8 I.3 Traitement ..........................................................................................................................8 I.3.1 Traitement général..............................................................................................8 I.3.2 Traitements locaux..............................................................................................9 I.3.3 Indications............................................................................................................9 I.3.3.1 Au niveau individuel............................................................................. 9 I.3.3.2 Au niveau environnemental ................................................................. 9 I.3.3.3 Au niveau de la collectivité................................................................. 10 II Pédiculoses................................................................................................................................. 10 II.1 Pédiculose de la tête ....................................................................................................10 II.2 Pédiculose corporelle ..................................................................................................12 II.3 Phtiriase (poux de pubis, morpion) ...........................................................................13 II.4 Traitement ...................................................................................................................13 II.4.1 Moyens................................................................................................................13 II.4.2 Indications..........................................................................................................15
  • 40. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - II.4.2.1 Pédiculose du cuir chevelu ................................................................. 15 II.4.2.2 Pédiculose corporelle .......................................................................... 16 II.4.2.3 Phtiriase inguinale............................................................................... 16 Points Essentiels ................................................................................................................................. 17
  • 41. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - OBJECTIFS ENC : Diagnostiquer une gale et une pédiculose. Argumenter l’attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Ce texte prend en compte l’avis du Conseil supérieur d’hygiène publique de France, section des maladies transmissibles (séance du 27 juin 2003). I GALE ACARIENNE HUMAINE I.1 DEFINITION La gale humaine est due à la contamination de la peau par un acarien Sarcoptes scabiei, variété hominis. La réaction de l’organisme contre les sarcoptes et leurs déjections explique la plupart des signes cliniques. Épidémiologie Les modalités de la transmission sont étroitement liées aux caractéristiques de l’acarien. C’est un acarien femelle qui est responsable ; celui-ci a une bonne mobilité pour des températures de 25 à 30°C ; il peut se déplacer facilement à la surface de la peau de plusieurs centimètres par heure. Il est tué très rapidement par des températures de 55°C, perd sa mobilité en dessous de 20°C et meurt en 12 à 24 heures. La période d’incubation est de l’ordre de trois semaines ; elle est plus courte en cas de réinfestation. Le cycle parasitaire a une durée de l’ordre de 20 jours mais en règle générale, la population parasitaire est peu importante, de l’ordre de 10 femelles. La gale est contagieuse et se transmet dans l’immense majorité des cas par des contacts humains directs, intimes et prolongés (cadre familial, couple). Elle est considérée comme
  • 42. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - une infection sexuellement transmissible (IST). La transmission indirecte par les vêtements ou la literie est plus rare sauf dans les formes hyperkératosiques. Elle peut survenir par épidémies dans les collectivités médicalisées et foyers de personnes âgées, dans les milieux sociaux défavorisés ou dans une population aux moyens de défense amoindris (spontanément ou par un traitement local et/ou général). I.2 DIAGNOSTIC I.2.1 Forme typique La forme typique comporte les signes suivants : un prurit diffus à recrudescence nocturne, épargnant le visage. Il a souvent un caractère conjugal ou familial ; des lésions cutanées non spécifiques fréquentes, dues au grattage, et dont la topographie est évocatrice : espaces interdigitaux, face antérieure des poignets, coudes et emmanchures antérieures, ombilic, fesses, face interne des cuisses, organes génitaux externes chez l’homme, mamelon et aréole mammaire chez la femme ; des lésions plus rares, spécifiques , à rechercher systématiquement : les sillons scabieux (Figure 1) : ces lésions sinueuses, de quelques millimètres de long, correspondent au trajet de l’acarien femelle dans la couche cornée de l’épiderme. Ils sont surtout visibles entre les doigts et sur la face antérieure des poignets. Ils peuvent être mis en évidence par coloration à l’encre. Chaque sillon contient les œufs pondus et à l’une des extrémités peut se
  • 43. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - trouver une discrète surélévation correspondant à la position de l’acarien femelle (éminence acarienne), les vésicules perlées : ces petites élevures translucides reposant sur une base érythémateuse, siègent surtout dans les espaces interdigitaux, les nodules scabieux : il s’agit de papulo-nodules rouges ou violacés, prurigineux, parfois excoriés, siégeant surtout sur les régions génitales de l’homme (Figure 2). Figure 1 : Gale : sillon scabieux Figure 2 : Gale de l’adulte : chancre scabieux et lésions excoriées du voisinage I.2.2 Formes cliniques I.2.2.1 Gale du nourrisson Elle est particulière par l’existence de : vésiculo-pustules palmaires et plantaires ;
  • 44. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - nodules scabieux périaxillaires (Figure 3) ; et l’atteinte possible du visage. Figure 3 : Gale du nourrisson : nodules scabieux périaxillaires I.2.2.2 Gale disséminée inflammatoire Caractérisée par le caractère profus et étendu de l’éruption cutanée, (y compris le dos), elle est la conséquence d’un diagnostic tardif, parfois d’un déficit immunitaire (infection par le virus de l’immunodéficience humaine en particulier), ou de traitements inadaptés (corticothérapie locale ou générale). I.2.2.3 Gale hyperkératosique (dite « norvégienne ») Le terrain est particulier : immunodéprimés ou sujets âgés en collectivité. La contagiosité est majeure en raison d’une prolifération parasitaire intense. Le prurit est le plus souvent discret, voire absent. L’aspect est particulier : atteinte de tout le corps y compris le visage, le cuir chevelu et les ongles, voire érythrodermie avec zones hyperkératosiques. I.2.2.4 Gale des « gens propres » Elle est trompeuse car pauci-lésionnelle. Il faut y penser devant tout prurit diffus persistant. Le diagnostic repose sur l’anamnèse et la recherche de lésions spécifiques. I.2.2.5 Formes compliquées Il peut s’agir :
  • 45. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - d’une surinfection avec impétiginisation des lésions ; tout impétigo de l’adulte doit faire rechercher une gale ; d’une eczématisation : secondaire à la gale ou à son traitement ; de nodules post-scabieux : lésions papulo-nodulaires prurigineuses rouges ou cuivrées pouvant persister plusieurs semaines après un traitement efficace. Leur siège est ubiquitaire. Ils ne contiennent pas de sarcopte et sont d’origine immuno- allergique. I.2.3 Diagnostic positif Le diagnostic est, avant tout, clinique et repose sur l’anamnèse (prurit familial à renforcement nocturne) et l’éruption cutanée de topographie évocatrice. Il n’y a pas de signe biologique spécifique. La mise en évidence de l’acarien est difficile en dehors des formes profuses et hyperkératosiques. Il faut gratter un sillon avec un vaccinostyle, recueillir le matériel de ce sillon en prélevant, si possible, l’éminence acarienne. L’examen au microscope permet de voir les œufs ou l’acarien adulte femelle. I.2.4 Diagnostic différentiel Il convient d’éliminer les affections prurigineuses généralisées : la pédiculose corporelle qui se caractérise par un prurit généralisé, notamment du dos, et des lésions de grattage chez des sujets à l’hygiène très défectueuse. Les poux responsables sont facilement retrouvés dans les vêtements ; les gales d’origine animale qui donnent chez l’homme un prurit avec des lésions excoriées, mais pas de sillon. Le diagnostic est fondé sur la notion de présence d’animaux d’élevage ou domestiques au contact du malade ; les prurits métaboliques (cholestase, insuffisance rénale…), le prurit lié à un éventuel lymphome, le prurit en relation avec la sécheresse cutanée, qui comportent surtout des lésions de grattage mais ni sillon, ni topographie particulière. I.3 TRAITEMENT I.3.1 Traitement général Il s’agit de l’ivermectine : 200µg/kg per os en prise unique (sécurité d’emploi non établie chez l’enfant de moins de 15 ans).
  • 46. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - I.3.2 Traitements locaux Tableau 1 : Traitements locaux Il faut traiter toutes les régions du corps y compris le cuir chevelu et le visage s’il y a un doute sur leur atteinte. I.3.3 Indications I.3.3.1 Au niveau individuel Il faut traiter simultanément le sujet parasité et toute personne ayant eu un contact intime avec le malade. En cas de gale commune, à domicile, il faut prescrire un traitement local ou per os (facilité, nombre de personnes important). En cas de gales profuses, il faut : isoler le malade ; prescrire un traitement per os (± local) ; avoir une définition large des sujets contacts ; prescrire une antibiothérapie en cas d’impétiginisation. Il faut traiter à nouveau : les sujets ayant des signes cliniques spécifiques et/ou un examen parasitologique positif 8 à 15 jours après le traitement ; certaines gales profuses ; (les nodules post-scabieux ne constituent pas une indication). I.3.3.2 Au niveau environnemental Laver les vêtements, draps, serviettes (si possible en machine).
  • 47. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Pas de désinfection de l’environnement. Décontamination des lieux de vie à envisager en cas de gale profuse. I.3.3.3 Au niveau de la collectivité Stratégie de prise en charge en concertation avec les autorités sanitaires. Traiter au minimum toutes les personnes en contact et au maximum toutes les personnes vivant, travaillant ou visitant l’institution (traitement per os Prévenir les familles. Enfants : éviction jusqu’à 3 jours après le traitement (gale commune) et jusqu’à négativation de l’examen parasitologique pour les gales profuses. Aller plus loin Devant un prurit persistant (8 à 15 jours après le traitement), penser à : • une irritation par le traitement ; • un eczéma de contact ; • une acaraphobie ; • aux autres causes de prurit ; • un échec du traitement de la gale : diagnostic établi en présence de lésions cliniques évocatrices et/ou d’un examen parasitologique positif. II PEDICULOSES II.1 PEDICULOSE DE LA TETE Elle est due à l’infestation du cuir chevelu par le pou de tête (Pediculus humanus var. capitis) et touche avec prédilection les enfants d’âge scolaire.
  • 48. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Épidémiologie Le pou adulte est hématophage ; la femelle adulte pond les œufs à raison de 10 à 20 par jour, à proximité de l’émergence des cheveux. L’éclosion est assez rapide (une semaine). En raison de la pousse des cheveux, une lente située à plus de un centimètre de l’émergence est considérée comme non viable. Le pou de tête ne transmet pas de maladie. L’épidémiologie se caractérise par une transmission interhumaine directe (contact des têtes surtout chez les enfants en milieu scolaire) ou plus rarement interhumaine indirecte par les bonnets, les peignes, les brosses… Le diagnostic est basé sur la notion d’un prurit du cuir chevelu, diffus ou à prédominance rétroauriculaire pouvant s’étendre vers la nuque. L’examen clinique met en évidence des lésions de grattage du cuir chevelu et de la nuque et/ou des lésions croûteuses surinfectées associées parfois à des adénopathies cervicales. Tout impétigo de la nuque ou du cuir chevelu doit faire rechercher une pédiculose. Le diagnostic de certitude repose sur la découverte des poux vivants (visibles à l’œil nu et très mobiles). La présence de lentes vivantes oriente également le diagnostic : il s’agit d’œufs visibles à l’œil nu, collés aux cheveux et ne coulissant pas le long de la tige pilaire (Figure 4). Elles sont plus faciles à mettre en évidence dans les régions rétroauriculaires.
  • 49. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Figure 4 : Pédiculose du cuir chevelu : lentes fixées sur les cheveux II.2 PEDICULOSE CORPORELLE Épidémiologie La pédiculose corporelle est beaucoup plus rare que la pédiculose du cuir chevelu. La transmission est interhumaine directe (promiscuité des asiles de nuit) ou due aux vêtements. Le pou circule sur le corps le temps de se nourrir ; il se réfugie ensuite dans les vêtements et pond ses œufs sur les fibres. Elle est due à l’infestation du corps par le pou de corps (Pediculus humanus var. corporis) et touche avec prédilection les sujets en état de précarité. Le tableau clinique est stéréotypé : prurit ; lésions de grattage disséminées sur le tronc et la racine des membres, pouvant être hémorragiques ou se surinfecter. Le diagnostic de certitude est fondé sur la découverte de poux sur le corps lors du déshabillage ou sur les vêtements. Le pou de corps est responsable de la transmission de maladies infectieuses : fièvre récurrente cosmopolite, typhus exanthématique, fièvre des tranchées (Bartonella quintana). Cette dernière a connu une recrudescence récente dans les populations à conditions de vie précaires des grandes métropoles urbaines. Elle est responsable de septicémie et d’endocardite.
  • 50. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - II.3 PHTIRIASE (POUX DE PUBIS, MORPION) Il s’agit d’une ectoparasitose due à Phtirius inguinalis. Le diagnostic repose sur la notion d’un prurit pubien associé à des lésions de grattage qui peuvent être impétiginisées et s’accompagner d’adénopathies inguinales. L’examen attentif révèle les poux adultes sous la forme d’une petite tache grise près de l’orifice des poils. Les lentes sont à la limite de la visibilité sous la forme d’une petite masse arrondie, collée au poil. Les poils des régions périanale, axillaire, et pectorale peuvent être touchés. La colonisation des cils est possible. Contrairement au pou de tête et au pou de corps qui sont très mobiles, l’adulte vit accroché aux poils de la région génitale près de leur émergence. Il pond les œufs sur la pilosité génitale. La phtiriase est une infection sexuellement transmissible (IST). II.4 TRAITEMENT II.4.1 Moyens Le Tableau 2 détaille les principales spécialités recommandées, commercialisées ayant une autorisation. Toutes sont pédiculicides et lenticides. Les shampooings et les poudres sont moins efficaces que les solutions, lotions ou crèmes (Tableau 3).
  • 51. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Tableau 2 : Tableau des spécialités (à titre informatif)
  • 52. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Tableau 3 : Ectoparasitoses (en résumé) II.4.2 Indications II.4.2.1 Pédiculose du cuir chevelu À l’échelon individuel Il faut traiter rapidement le sujet parasité avec un produit à la fois pédiculicide et lenticide : présenté sous forme de solution, lotion à préférer à la crème ; pas de traitement présomptif ; en cas d’examen de contrôle positif (poux vivants à J2 ou J12) retraiter : J2+ : changer de classe pharmacologique (résistance probable), J12+ : produit initial. Les poux de tête sont à traiter en première intention avec des lotions à base de malathion (Prioderm). L’application raie par raie doit être maintenue pendant 12 heures, puis suivie d’un shampooing non traitant, d’un rinçage à l’eau vinaigrée et d’un peignage soigneux. Ce traitement doit être refait 8 jours plus tard pour tuer les lentes qui auraient éclos dans l’intervalle. La décontamination des vêtements et de la literie est à effectuer grâce à un lavage à 50°C ou à l’utilisation d’un aérosol (A-par). L’éviction scolaire n’est pas systématique. Le traitement de la fratrie et de l’entourage n’est pas indispensable. Le traitement préventif, notamment par les shampoings, n’a aucun intérêt. Les shampooings ne sont jamais curatifs. Il faut traiter les personnes parasitées vivant dans le foyer du cas index.
  • 53. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Au niveau environnemental Il faut traiter les vêtements et la literie en cas d’infestation massive : lavage en machine (programme cycle long) des oreillers, peluches, bonnets… La désinfection des locaux est inutile. Au niveau de la collectivité d’enfants Il faut : faire pratiquer un examen du groupe par une personne formée ; prévenir les parents par écrit (examen des membres de la famille, parents compris). Aller plus loin Les causes d’échec du traitement sont : • l’incompréhension, l’ignorance, la négligence ; • le coût ; • la réinfestation (à partir de l’environnement) ; • la durée et/ou la fréquence d’utilisation insuffisantes ; • l’application d’une quantité insuffisante de produit ; • une forme galénique inappropriée ; • l’acquisition de résistance des poux. II.4.2.2 Pédiculose corporelle La décontamination du linge et de la literie est le plus souvent suffisante. II.4.2.3 Phtiriase inguinale Les poux de pubis relèvent du même traitement que la pédiculose du cuir chevelu, en sachant que les poils peuvent être rasés. Il faudra dépister une autre IST associée et traiter les partenaires.
  • 54. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - POINTS ESSENTIELS • Penser au diagnostic de gale devant tout prurit de topographie évocatrice. • Diagnostics difficiles : gale des « gens propres » ; formes très profuses et hypekératosiques ; gale du nourrisson : des vésicules palmaires et/ou plantaires chez un nourrisson doivent évoquer une gale. • Un impétigo de l’adulte doit faire suspecter une ectoparasitose. • Recrudescence de « fièvre des tranchées » à Bartonella quintana transmise par les poux de corps dans les populations victimes de la précarité. • En cas de gale, il faut traiter simultanément les sujets atteints et contact sans oublier la désinfection du linge et de la literie. • Schéma thérapeutique précis à détailler au malade par écrit. • Pas de traitements répétés abusifs. • Apparition de résistance des poux aux insecticides.
  • 55. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 84 : Infections à herpès virus de l’enfant et de l’adulte immunocompétents : herpès cutané et muqueux Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011
  • 56. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Table des matières OBJECTIFS ......................................................................................................................................... 3 I Diagnostic et évolution ............................................................................................................... 7 I.1 Primo-infection herpétique...............................................................................................7 I.1.1 Formes inapparentes...........................................................................................7 I.1.2 Primo-infection buccale (gingivo-stomatite herpétique aiguë) (HSV1)..........7 I.1.3 Primo-infection herpétique génitale (HSV2 >> HSV1)....................................8 I.1.4 Autres formes symptomatiques........................................................................10 I.1.5 Formes graves....................................................................................................10 I.2 Chez l’immunodéprimé...................................................................................................10 I.3 Chez l’atopique ................................................................................................................10 I.4 Chez la femme enceinte ...................................................................................................11 I.5 Chez le nouveau-né ..........................................................................................................11 I.6 Herpès récurrent..............................................................................................................11 I.6.1 Forme habituelle................................................................................................11 I.6.2 Formes cliniques................................................................................................12 I.6.2.1 Selon le siège ........................................................................................ 12 I.6.2.2 Selon la gravité .................................................................................... 14 I.6.2.3 Selon l’évolution.................................................................................. 15 I.7 Diagnostic .........................................................................................................................15 I.7.1 Diagnostic direct................................................................................................15 I.7.1.1 Culture virale....................................................................................... 15 I.7.1.2 Recherche d’antigènes ........................................................................ 15 I.7.1.3 Détection du génome par PCR........................................................... 15 I.7.1.4 Cytodiagnostic de Tzanck .................................................................. 16 I.7.2 Diagnostic indirect (sérologie)..........................................................................16 I.7.3 Indications des examens biologiques ...............................................................16 I.7.3.1 En dehors de la grossesse.................................................................... 16
  • 57. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - I.7.3.2 Au cours de la grossesse...................................................................... 16 I.7.3.3 À l’entrée en travail ............................................................................ 17 I.7.3.4 Chez le nouveau-né ............................................................................. 17 II Traitement................................................................................................................................. 17 II.1 Moyens thérapeutiques...............................................................................................17 II.2 Indications....................................................................................................................17 II.2.1 Herpès orofacial.................................................................................................17 II.2.2 Herpès génital ....................................................................................................18 II.2.3 Herpès ophtalmique ..........................................................................................19 II.2.4 Herpès néonatal .................................................................................................19 II.2.5 Herpès de la femme enceinte ............................................................................19 II.2.5.1 Primo-infection.................................................................................... 19 II.2.5.2 Récurrence........................................................................................... 19 Points Essentiels ................................................................................................................................. 20 OBJECTIFS ENC : Diagnostiquer et traiter une poussée d’herpès cutané et muqueux. Diagnostiquer et traiter une varicelle et en connaître les complications. Diagnostiquer et traiter un zona dans ses différentes localisations. Préciser les complications de la maladie herpétique chez la femme enceinte, le nouveau-né et l’atopique. SPECIFIQUE : Diagnostiquer et traiter une poussée d’herpès cutané et muqueux. Préciser les complications de la maladie herpétique chez la femme enceinte, le nouveau-né et l’atopique.
  • 58. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - La conférence de consensus sur l’herpès cutané et muqueux date de novembre 2001. Épidémiologie L’Herpes simplex virus (HSV) est un virus à ADN dont on connaît deux types, HSV1 et HSV2, ayant un grand degré d’homologie mais différenciés par des critères structuraux et épidémiologiques. Classiquement, HSV1 infecte plutôt la partie supérieure du corps et HSV2 plutôt la région génitale, responsable d’une infection sexuellement transmise (IST) et de l’herpès du nouveau-né contaminé au passage de la filière génitale. Cette distinction n’est pas absolue car on peut isoler HSV1 de lésions génitales (20 % des récurrences et près de 50 % dans les primo-infections). La prévalence des infections à HSV2 est en constante augmentation depuis une quinzaine d’années, pouvant atteindre 15 à 30 % de la population générale, 50 % chez les hétérosexuels ayant une IST, 70 % chez les homosexuels. L’herpès génital est actuellement la première cause d’érosion/ulcération génitale dans les pays développés. La contamination survient surtout dans les deux premières décennies de la vie sexuelle. Les facteurs de risque d’infection à HSV2 sont : • le sexe féminin ; • la précocité du premier rapport sexuel ; • le nombre de partenaires sexuels ; • les antécédents d’IST ; • l’infection à VIH (une sérologie VIH doit être systématiquement proposée à un patient consultant pour herpès génital) ; • un niveau socio-économique bas. L’impact de l’herpès génital est majeur sur la vie affective, sexuelle et sociale des sujets atteints. L’épidémiologie de l’herpès néonatal est abordée plus loin.
  • 59. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Physiopathologie L’HSV se transmet par contact direct muqueux ou cutanéo-muqueux avec un sujet excrétant du virus. Elle est favorisée par des altérations du revêtement épithélial. Primo-infection La primo-infection herpétique est le premier contact infectant muqueux ou cutané, symptomatique ou asymptomatique, avec les virus HSV1 ou HSV2.Le virus pénètre par une brèche cutanéo-muqueuse et se multiplie dans les cellules épithéliales. Puis il disparaît et va, après cheminement dans le nerf sensitif, se localiser dans le ganglion nerveux correspondant où il reste quiescent en apparence (latence virale), car la transcription du génome viral n’aboutit pas à l’expression des protéines virales. Dans la primo-infection, la durée de l’excrétion virale est en moyenne de 8 jours mais peut atteindre 20 jours. Dans son repère ganglionnaire, le virus herpétique est très peu accessible au système immunitaire et aux thérapeutiques. La primo-infection génitale : Réactivation Les réactivations sont des périodes de réplication virale, séparées par des périodes de latence. Elles surviennent sous deux formes : • la récurrence qui est l’expression clinique d’une réactivation virale chez un patient préalablement infecté par le même type viral ; • l’excrétion virale asymptomatique qui se définit comme la détection d’HSV1 ou HSV2 en l’absence de signes fonctionnels ou de lésions visibles par le patient ou le médecin. L’excrétion virale asymptomatique est intermittente mais constitue également un mode de transmission démontré de l’herpès génital (notamment chez des femmes ayant plus de 12 récurrences par an) et de l’herpès néonatal. À tout moment, sous des influences diverses, l’état de latence peut être rompu et le virus vient par voie axonale centrifuge recoloniser le territoire cutanéo-muqueux où avait eu lieu la primo-infection. Il y provoque des lésions plus limitées (récurrences), mais volontiers récidivantes. La durée de l’excrétion virale est de 2 à 4 jours en cas de récurrence. La fréquence des récurrences est plus élevée en cas d’herpès génital à HSV2 qu’à HSV1.
  • 60. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - La fréquence des récurrences dépend de la qualité des défenses immunitaires, cellulaires surtout. Les ultraviolets en inhibant les fonctions immunitaires cutanées favorisent les récurrences herpétiques lors des expositions solaires. Infection initiale non primaire Une infection initiale non primaire est le premier contact infectant symptomatique ou asymptomatique avec le virus HSV1 ou HSV2, chez un sujet préalablement infecté par l’autre type viral. La présence d’une infection préalable par l’un des deux types d’HSV n’empêche pas une infection par l’autre type. Les symptômes cliniques sont alors généralement moins sévères. HSV1 semble mieux adapté à l’infection et aux réactivations dans le territoire orofacial et HSV2 à l’infection et aux réactivations génitales. Transmission mère-enfant L’herpès néonatal est grave avec un risque de mortalité et de séquelles neurosensorielles élevé chez le nouveau-né à terme. La fréquence des infections néonatales est d’environ 3/100 000 grossesses en France (20 cas par an). L’infection néonatale est due à HSV2 dans environ 2/3 des cas. La prématurité augmente le risque de contamination fœtale et néonatale. Le nouveau-né peut se contaminer de trois façons : • in utero ; • à l’accouchement ; • pendant la période postnatale, par la mère ou par un autre membre de l’entourage.
  • 61. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - I DIAGNOSTIC ET EVOLUTION I.1 PRIMO-INFECTION HERPETIQUE I.1.1 Formes inapparentes Les formes inapparentes sont les plus fréquentes. Ainsi, la plupart des adultes sont porteurs d’anticorps sans avoir aucun souvenir de l’herpès initial. I.1.2 Primo-infection buccale (gingivo-stomatite herpétique aiguë) (HSV1) Elle survient le plus souvent chez le petit enfant à partir de 6 mois, quand les anticorps maternels ont disparu. Après une incubation de 3 à 6 jours, précédée d’algies, de dysphagie, d’hypersialorrhée, elle apparaît dans un contexte de malaise général avec une fièvre dépassant souvent 39°C. Sur les gencives tuméfiées et saignantes et sur la muqueuse buccale se développent des érosions grisâtres, serties d’un liséré rouge, coalescentes en érosions polycycliques, couvertes d’un enduit blanchâtre (Figure 1).
  • 62. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Figure 1 : Gingivo-stomatite herpétique aiguë Quelques vésicules groupées en bouquet ou croûteuses sont visibles sur les lèvres ou le menton. L’haleine est fétide, l’alimentation impossible. Il existe des adénopathies cervicales sensibles. Malgré ces caractères impressionnants, l’évolution est favorable en 10 à 15 jours. Le diagnostic est parfois difficile avec : un syndrome de Stevens-Johnson ; une aphtose ; une stomatite candidosique ou à virus Coxsackie. I.1.3 Primo-infection herpétique génitale (HSV2 >> HSV1) Chez la femme jeune c’est une vulvovaginite aiguë, extrêmement douloureuse et brutale, accompagnée de fièvre, d’un malaise général.
  • 63. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - L’efflorescence des vésicules sur la muqueuse vulvaire tuméfiée est éphémère et l’on constate surtout des érosions arrondies à contours polycycliques, parfois aphtoïdes, s’étendant aussi vers l’anus (Figure 2). Des lésions herpétiques coexistent souvent sur les parois vaginales et le col, mais les douleurs rendent l’examen gynécologique quasi impossible. Elles débordent fréquemment sur le versant cutané, vers la racine des cuisses, le pubis et les fesses. Figure 2 : Primo-infection herpétique génitale Les adénopathies inguinales sensibles sont constantes, la rétention d’urine fréquente, l’exacerbation des douleurs par la miction très pénible. La cicatrisation spontanée demande 2 à 3 semaines. Chez l’homme, la primo-infection herpétique est moins intense et souvent confondue avec un herpès récurrent. Une atteinte anale isolée ou une anorectite érosive aiguë sont possibles dans les deux sexes : elles sont fréquentes chez l’homosexuel masculin, souvent d’aspect atypique.
  • 64. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - I.1.4 Autres formes symptomatiques On distingue les formes : cutanée : discrète, elle évoque une récurrence, étendue et de topographie parfois radiculaire, elle fait discuter le zona, à l’âge adulte, c’est parfois une contamination professionnelle (médecin, infirmière, dentiste), au doigt, l’herpès est souvent confondu avec un panaris bactérien ; oculaire : kératoconjonctivite unilatérale aiguë, avec quelques vésicules sur les paupières œdématiées et une adénopathie prétragienne. La kératite est souvent superficielle et guérit rapidement s’il n’y a pas eu de corticothérapie locale intempestive ; ORL : angine herpétique, ou rhinite aiguë associant une obstruction nasale, des vésicules périnarinaires et des adénopathies cervicales. I.1.5 Formes graves Elles sont liées au terrain. I.2 CHEZ L’IMMUNODEPRIME Presque toujours dues à HSV1, les lésions cutanéo-muqueuses sont étendues, nécrotiques, persistantes. Elles peuvent se généraliser et se compliquer d’atteintes viscérales. I.3 CHEZ L’ATOPIQUE La gingivo-stomatite est particulièrement intense. Un syndrome de Kaposi-Juliusberg peut se développer par greffe du virus herpétique sur un eczéma profus. Des vésicules hémorragiques et des pustules classiquement ombiliquées s’étendent rapidement du visage à l’ensemble du corps, dans un contexte d’altération de l’état général. L’évolution est favorable sous traitement antiviral parentéral. Le syndrome de Kaposi-Juliusberg peut être dû parfois à des récurrences.
  • 65. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - I.4 CHEZ LA FEMME ENCEINTE La primo-infection comporte un risque accru d’hépatite fulminante ou d’encéphalite. I.5 CHEZ LE NOUVEAU-NE L’herpès est rare mais grave. En cas de transmission du virus in utero, on observe avortement, retard de croissance intra-utérin, atteintes oculaires, neurologiques, cardiaques. L’herpès néonatal se présente sous trois formes : cutanéo-muqueuse (pas de mortalité) ; neurologique (mortalité dans 15 % des cas, séquelles fréquentes) ; systémique (mortalité dans 40-70 % des cas). I.6 HERPES RECURRENT I.6.1 Forme habituelle Au moins 80 % de la population adulte héberge l’HSV à l’état latent et seuls 20 % présentent des récurrences cliniques, favorisées par de nombreux facteurs déclenchants : infection générale fébrile ; UV ; règles ; stress ; traumatisme ; chirurgie régionale ; injection de morphine intrathécale ; rapports sexuels (pour l’herpès génital). Des prodromes (sensation de cuisson, picotements ou prurit), une plaque érythémateuse précèdent de quelques heures l’apparition de vésicules en tête d’épingle, groupées en bouquet (Figure 3 et Figure 4), qui confluent parfois en formant une bulle, puis se rompent laissant place à une érosion suivie d’une croûte qui tombe en quelques jours. La guérison spontanée se fait en 1 à 2 semaines. Les signes d’accompagnement sont absents ou minimes (fébricule, petite adénopathie).
  • 66. - Support de Cours (Version PDF) - - © Université Médicale Virtuelle Francophone - Figure 3 : Herpès récurrent digital Figure 4 : Herpès récurrent périoculaire L’herpès récurrent peut siéger n’importe où, mais pour un malade donné la récidive a lieu au même endroit, déterminé par le siège de la primo-infection herpétique. La fréquence des récurrences diminue avec l’âge. I.6.2 Formes cliniques I.6.2.1 Selon le siège On distingue : l’herpès labial, « bouton de fièvre », à cheval sur la demi-muqueuse et la peau, parfois plus étendu (Figure 5) ; l’herpès nasal ou narinaire pouvant simuler une folliculite ; la stomatite herpétique avec ses érosions douloureuses (Figure 6) ;

Related Documents