Pleuven
LA POPULATION DE PLEUVEN
IL Y A 100 ANS
Un recensement de la population de
PLEUVEN est à l'origine, d’un "Etat
dét...
aujourd'hui dûment officialisé et comptant
14 numéros de maisons ou l'emplacements
de maisons tient son nom le Joseph
KERA...
Corentin BERROU, 45 ans,
cultivateur à Ty Keravec, et Anne
KERAVEC, 37 ans. 6 enfants de 16 à 4
ans.
- Auguste CAP, 47 ans...
- Un lattier.
- Un chiffonnier.
- Un barattier.
- Un commerçant, au bourg: Yves
JOURDAIN, dont l'activité, sans doute
poly...
Le
Conseil
Municipal
comportait
normalement douze membres :
- 1. Joseph HÉLIAS. 55 ans,
cultivateur et propriétaire à Kerv...
anonyme des autres pleuvénois. Citons, à
titre d'exemple et sans prétendre être
exhaustif, les CARADEC, CLORENNEC,
HELIAS,...
of 6

Population fouesnant-phpq5 wznd

Published on: Mar 4, 2016
Source: www.slideshare.net


Transcripts - Population fouesnant-phpq5 wznd

  • 1. Pleuven LA POPULATION DE PLEUVEN IL Y A 100 ANS Un recensement de la population de PLEUVEN est à l'origine, d’un "Etat détaillé" du 24 avril 1891, conservé aux Archives Départementales sous la cote 6M-503. Nous en présentons ici l'essentiel, l'éclairant au passage de quelques indications par ailleurs en notre possession. En 1891 il y avait à PLEUVEN 862 habitants (803 en 1886, 883 en 1896), tous de nationalité française. La population masculine comptait 429 personnes et la féminine 433: cette population répartie en 184 ménages et 172 maisons. Ce qui donne une moyenne de 4,68 personnes par ménage et guère plus d'un ménage par maison. L’état détaillé répartit les habitants de PLEUVEN en "agglomérés au bourg" et "résidant dans les écarts", ceux-ci étant à leur tour sous répartis en cinq sections dont le découpage avait peut-être une utilité pratique, mais qui ne manque pas d'étonner par sa fantaisie géographique. Population - agglomèrée au bourg : 116 - rèsidant dans les écarts . Section dite "du bourg". celui-ci en étant exclu : 74 . Section de Moulin du Pont: 236 . Section de Saint-Tudy : 161 . Section de Sainte-Anne : 148 . Section de Saint-Thomas : 127 Total de la population éparse 746 Total général : 862 Soit 62.96 habitants au Km2. Les écarts les plus peuplés étaient : - Moulin du Pont : 78 hab. Cette importance peut s'expliquer par le fait qu'en des temps anciens le Moulin du Pont était un embranchement routier. Les voyageurs venant de Quimper et se dirigeant vers Concarneau s'y séparaient de ceux se dirigeant vers Fouesnant. - Toul ar Bic : 46 hab. - Pra.jou : 39, - Creac'h-Queta : 37. (manoir et moulin, non compris les propriétaires qui n'ont pas été recensés à PLEUVEN). - Keraris et ses satellites: 36 - Lesquidic : 34 - Kergrimen : 33 - Trodernec : 24 - Kerliverien : 21 - Kerivoal : 20 - Lesvez : 18 - Kercou : 18 - Pen an Coat St. Thomas: 17 - Le Rest, La Croix du Rest: - Kerorgant : 17 - Noguellou : 15 - Kerguilavant : 15 - Kervennos : 14 - Kergredo : 13 - Styvel : 12 - Kervoal : 12 - Roscoler : 11 - Kerlevot : 11 - Kerjacob : 11 - Prataré : 10 -.Kerourin : 10 Le recensement de 1891 apprend au passage que le lieu dit "Ty Kéravec Guillaume Le NOAC'H, 47 ans cultivateur à Kerourin et Marie-Jeanne HELIAS. 41 ans, 8 enfants de 18 à 1 an. Cette famille Le NOAC'H n’a séjourné que peu de temps à PLEUVEN. 1/6
  • 2. aujourd'hui dûment officialisé et comptant 14 numéros de maisons ou l'emplacements de maisons tient son nom le Joseph KERAVEC, né à Clohars Fouesnant. Ancien journalier, il habitait toujours l'endroit, hébergé chez ses enfants. Mr. et Mme. BERROU .De même "Ty Flatrès", aujourd'hui 4 numéros, tient ; on nom d'Yves FLATRÈS né à Fouesnant vers 1843. Les 862 habitants de Pleuven portaient 188 noms de famille, donc très diversifiés. Les noms les plus portés étaient - Le MEUR : 27 fois Soit 3.13 % de la population - BODIVIT : 26 fois 3.01% - HELIAS : 23 - BERTHOLOM : 22 - Le NOAC'H : 22 - COATMEN : 19 - COSQUERIC : 18 - CHRISTIEN : 17 - JAN : 17 - RIVIÈRE : 16 - BERROU : 15 - CARADEC : 15 27 noms de famille n’apparaissent que 2 fois. 70 noms une fois seulement A côté de très nombreux et inévitables Marie et Jean, on portait des prénoms bretons ou plus strictement locaux: - Anne, Anna, Marie-Anne ou Anne-Marie : 91 fois, soit 21,01 % de la population féminine. - Yves: 51 fois, soit 11,88 % de la population masculine. - Corentin : 45 fois (10,48 %). - Alain: 37 fois. - Yvonne ou Maryvonne : 12 fois. - Herve : 7 fois. - Tristan: 5 fois. - Guénolé : 3 fois. - Mathurin : 3 fois. (référence possible à Saint Mathurin. Patron de la paroisse). - Thomas: 1 fois. (référence possible à Saint Thomas Becket. patron d'une chapelle construite sur la commune). - Tudy n'était pas porté comme prénom, bien que le Saint de ce nom ait eu lui aussi sa chapelle à PLEUVEN. Seuls 4 pleuvenois avaient, lors du recensement, dépassé les 80 ans : - Michelle Le RHUN, 83 ans, veuve BERTHOLOM, dite "cultivateurchef de famille". Elle vivait seule chez elle à Kersant, dans le quartier de Saint Thomas. -.Yves JOURDAIN, 83 ans sans profession, au bourg chez son autre fils" autre Yves JOURDAIN", devait décéder en 1892. -.Yves KERAVEC, 82 ans, déjà mentionné à Ty Keravec, n'avait plus que quelques semaines à vivre au moment du recensement: il est décédé le 23 juin 1891. - Marie NIGER 82 ans, veuve Le CALVEZ dite "cultivateur" bien que "rentière" au précédent recensement, vivait à Kernevez chez sa fille Marie-Louise Le CALVEZ, veuve VIOL. Marie NIGER est elle aussi décédée en 1891. Un recensement ne saurait à lui seul renseigner sur la fécondité des familles. Il signale seulement le nombre d'enfants qui, à un moment donné, vivent sous un toit parental. Ainsi, à PLEUVEN, le 24 avril 1891, dans 15 familles on a recensé 6 enfants ou davantage. Chez : Corentin BODIVIT, 45 ans cultivateur à Kercou et son épouse Marie NAHUEC, 42 ans, 10 enfants de 20 ans à 2 mois. Guillaume COSQUERIC, 41 ans, cultivateur à Lesvez-Traon et Madeleine GOURMELEN, 33 ans. 9 enfants de 12 ans à 3 mois. Jean-Louis DUIGOU, meunier au moulin de Creac'h-Queta et Marie-Yvonne SIZORN, 43 ans, 9 enfants de 21 à 4 ans. Les sept aînés ainsi que deux ouvriers travaillaient à l'entreprise de meunerie ! Charles RIVIERE 46 ans, cultivateur à Kerguilavant, et Philomène CLORENNEC, 42 ans, 7 enfants de 13 ans à 2 mois. 2/6
  • 3. Corentin BERROU, 45 ans, cultivateur à Ty Keravec, et Anne KERAVEC, 37 ans. 6 enfants de 16 à 4 ans. - Auguste CAP, 47 ans, menuisier au Moulin du Pont, et Marie-louise LENARD, 42 ans. 6 enfants de 18 ans à 11 mois, Autour de la table familiale prenaient également place deux ouvriers et un apprenti. - Alain Le CORRE,32 ans cultivateur au Moulin du Pont, et MarieAnne GALLOU, aussi 2 ans, 6 enfants de 11 ans à 2 mois. - Noël COSTIOU, 49 ans, cultivateur à Keraris-Traon, et Marie-Anne GOARIN. 40 ans. 6 enfants de 14 à 3 ans. - Louis GALLOU, 40 ans, meunier au Moulin du Pont et Française GUYADER, 39 ans. 6 enfants de 13 à 1 an. - Joseph HELIAS. 55 ans, cultivateur, à Kervennos et maire de PLEUVEN, veuf de Jeanne CLORENNEC. 6 enfants de 15 ans. - Tristan JAN, 47 ans, cultivateur à Kerliverien, veuf de Marie GAC, puis de Marie GUYADER et Jeanne HELIAS. 30 ans, 6 enfants de 26 à 1 an. - Sylvestre Le MEUR, 39 ans, cultivateur à Keraris, et Anne BERROU aussi 39 ans. 6 enfants de 13 ans à 9 mois. - Jean-Louis MONFORT, 40 cultivateur à Kerorgant et Marguerite Le QUINQUIS, 38 ans, 6 enfants de 13 à 5 ans. - Jérôme QUÉMÊRÊ, 35 ans, cultivateur à Trodernec, et Jeanne STÊPHAN, aussi 35 ans, 6 enfants de 7 ans à 8 mois. - Un notaire, numéro 1 des recensés : Ernest LESHEVEN, licencié droit, notaire à PLEUVEN de 1875 à 1895, fils, neveu et petit-fils d'autres notaires à PLEUVEN. Il hébergeait sous son toit un jeune clerc, Yves RANNOU, 14 ans, et une servante, Catherine BACCON. 74 ans. - Un instituteur: Français PIRIOU, 29 ans, né à Brest, titulaire du Brevet élémentaire et du Certificat d'aptitude Pédagogique. Il avait précédemment enseigné à Guerlesquin,à Crozon et à Quéménéven. Après son séjour a PLEUVEN de 1890 à 1900, il a enseigné de nouveau à Crozon, puis au Juch et a terminé sa carrière comme Directeur d’école à PLOMELIN. Epoux de Marie Anne LE BOUR, ménagère. - Une institutrice: Marie-Delphine CARRON, 26 ans, n'a enseigné que 2 ans à PLEUVEN. En 1894, elle a définitivement disparu du personnel enseignant dans le Finistère. Au moment du recensement, la construction d'une école neuve touchait à sa fin. Les travaux ont été réceptionnés le 24 juin 1891. Les relations des instituteurs entre eux et avec le maire étaient excellentes. - Un secrétaire de mairie: Eugène MARTIN. 27 ans, époux de l'institutrice. Les MARTIN avaient à leur service une employée de maison, Anne KERAVEC, 16 ans. Avec les époux PIRIOU, ils se partageaient les deux appartements d'une unique maison. - Un prêtre desservant ou recteur: François-Louis Le PORS, 43 ans, né à Berrien; à PLEUVEN depuis 1890, il avait été vicaire à Plougonven et en 1897 est devenu recteur de Loctudy où il est décédé. Il employait un jardinier, Louis QUÉMÉNER, 22 ans, et une cuisinière. Marguerite PROUFF, 50 ans, née à Plougonven, et qui a suivi son maître à Loctudy. - Un boulanger, mais pas de boucher. C'était encore fours dans les villages et l’abattage familial généralisé. Professionnellement, PLEUVEN comptait en 1891 ; 3/6
  • 4. - Un lattier. - Un chiffonnier. - Un barattier. - Un commerçant, au bourg: Yves JOURDAIN, dont l'activité, sans doute polyvalente, n'est pas davantage précisée. - Un couvreur en chaume. - Deux meuniers. - Deux menuisiers. - Deux forgerons et quatre charrons. - Deux couturières. - Trois repasseuses cols et coiffes prenaient de l'ampleur - Trois tailleurs d'habits - Trois tisserands. - Trois maçons. - Six scieurs de long. (La commune n’était pourtant pas particulièrement boisée.) Pas de cantonnier, pas davantage de facteur. Le précédent recensement en comptait un: Jean Guillaume SERGENT, né à Beuzec-Cap-Sizun, devenu en 1891 "cultivateur chef de famille". Il y avait, par contre, inattendu, un "agent d'assurances" : René Le HAM, 19 ans. Il avait précédemment travaillé chez le notaire de PLEUVEN et était "pensionnaire" chez Yves JOURDAIN au bourg. Un autre "pensionnaire" est aussi mentionné: Jean-Marie PENNEC, 79 ans, chez la veuve JACO, née Marie BERTHOLOM, à Trodernec-Bihan. Le corps socioprofessionnel le plus important était constitué par 116 "cultivateurs - chefs de famille ". Le chiffre est élevé dans une commune de seulement 1369 hectares. Sans doute recouvre-t-il pas mal de journaliers, de semi retraités, ou de cultivateurs à temps partiel par ailleurs artisans ou ouvriers, sans oublier de modestes cultivateurs vivant plutôt mal que bien sur de trop petites exploitations. On n'oubliera pas cependant qu'en cette seconde moitié du XIX siècle, l'agriculture en Cornouaille évoluait tandis que la mortalité et la pauvreté régressaient. Vivaient enfin à PLEUVEN, logés par leurs employeurs, 63 "domestiques" et 37 "bonnes" nous conservons ici ces sont d'époque sans leur attribuer la moindre connotation péjorative. 12 chefs d'exploitation employaient 4 ou davantage de ces salariés logés : - Charles RIVIÈRE, 46 ans, époux de Philomène CLORENNEC, à Kerguilavant : 4 domestiques et 2 bonnes. Jean-Marie CLEMENT, ans, 24 époux de Marie-Anne PHILIPPE à Kergrimen : 4 domestiques et 2 bonnes. Le foyer hébergeait aussi des parents de 60 et 52 ans. - Alain THOMAS, 38 ans, époux de Marie-louise CREDOU, à KERGREDO 4 domestiques et 2 bOnnes. - Yves GLEONEC, 28 ans, époux de Marie Josèphe COTTEN, à Penancoat Saint-Thomas : 3 domestiques et 2 bonnes. - Louis Le ROUX. 43 ans, époux de Jeanne Le NAOUR, à Creac'h-Quéta 4 domestiques et une bonne. - Yves BODIVIT, 33 ans, époux de Jeanne BARILLEC, à Kerlévot : 2 domestiques et 2 bonnes. - Jean-Marie CARADEC, 32 ans, époux de Marie Le FUR, à KerivoalHuella 3 domestiques et une bonne. Le foyer hébergeait également un parent de 70 ans et une parente du même âge. - Alain CLORENNEC, 45 ans, époux d'Anne-Marie Le NOAC'H, à Roscoler : 2 domestiques et 2 bonnes. - Noël GUIFFANT, 71 ans, époux de Marie-louise CHRISTIEN au Rest 2 domestiques et 2 bonnes. Le foyer hébergeait aussi une belle-fille veuve, 5 petits-enfants de 13 à 4 ans, et une parente de 47 ans. - Corentin VIOL, 33 ans, époux de Marie Le CARRE, à Kerliverien : 2 domestiques et deux bonnes. 4/6
  • 5. Le Conseil Municipal comportait normalement douze membres : - 1. Joseph HÉLIAS. 55 ans, cultivateur et propriétaire à Kervennos. Maire depuis 1876, et précédemment de 1863 à 1870. Il paraît avoir été peu porté à multiplier les réunions de son conseil. Décedé en fonction le 27 janvier 1892, il a été remplacé à la tête de la commune par son gendre Tristan JAN entré pour l'occasion au conseil municipal. 2. Ernest LESNEVEN, 52 ans, adjoint au maire, notaire déjà mentionne. C'est lui qui a signé le document officiel du recensement en tant qu’adjoint délégué". 3. Jean-Louis HAMON, 62 ans, cultivateur à Place-ar-Veil. C'était le doyen d'âge du conseil, et aussi le conseiller le mieux élu: il avait été plébiscité par 154 voix sur 155 suffrages exprimés (205 électeurs inscrits). - 4. François Le MEUR, 32 ans,cultivateur à Kerivoal-Creïs. - 5. René PHILIPPE, 60 ans, hébergé chez ses enfants Jean-Marie CLEMENT et Marie-Anne PHILIPPE à Kergrimen. - 6. Yves GLÉONEC, 28 ans, cultivateur à Penancoat-Saint-Thomas. - 7. Corentin VIOL, 33 ans, cultivateur à Kerliverien. - 8. Charles RIVIERE, 46 ans, cultivateur à Kerguilavant. - 9. Guillaume COSQUÉRIC, 41 ans, cultivateur à Lesvez-Traon. - 10. Alain THOMAS, 38 ans, cultivateur à Kergrédo. - 11. Jean VIOL, 33 ans, hébergé chez sa mère née Marie-Louise CALVEZ, "cultivateur" à Kernevez. - 12. Cette dernière place au conseil municipal était vacante en 1891. Alain CLORENNNEC, de Roscoler, y avait d'abord été élu, mais n'avait pu l'occuper parce que beau-frère de Charles RIVIERE. Une élection complémentaire l'avait remplacé par Pierre GALLOU, cultivateur au Moulin du Pont, qui avait définitivement quitté PLEUVEN avant le recensement. La moyenne d'âge des conseillers municipaux était de 44 ans. A la préfecture du Finistère, le maire et son conseil étaient classés "républicains" ou "progressistes". Un autre courant politique traversait aussi la commune, plus conservateur et plus clérical, mais minoritaire, sans doute même très minoritaire. Il est arrivé à Noël RENOT, du Petit Manoir, de s'en faire le porteparole. Les affaires matérielles de la paroisse de PLEUVEN étaient gérées par un Conseil de Fabrique. Depuis l'avènement de la III République, les fabriques perdaient de leur importance. Faisaient partie du conseil de fabrique: Le recteur, François Louis Le FORS. Comme c'était partout devenu la règle, il était aussi secrétaire du conseil. - Le maire. Joseph HÉLIAS. Depuis 1887, il s'abstenait de participer aux réunions. - Noël doyen GUIFFANT, 71 ans, du Rest, doyen d'âge et président du conseil de fabrique. - Noël RENOT, 46 ans, cultivateur au Petit Manoir, trésorier du conseil. Dans un conseil de fabrique, le rôle du trésorier était beaucoup plus important que celui de président. C’est en 1876, alors que Noël RENOT était maire, que fut construite l'église actuelle de PLEUVEN. - Jean-Louis HAMON, 62 ans, cultivateur à Place Ar Veil, déjà cité au conseil municipal. - Jean CARADEC, 70 ans, hébergé chez ses enfants Jean-Marie CARADEC et Marie Le FUR à Kerivoal-Huella. - Charles RIVIÈRE, 46 ans, cultivateur à Kerguilavant, déjà mentionné au conseil municipal. La moyenne d'âge des conseillers de fabrique était de 56 ans. En 1891, l'année de notre recensement, une cloche neuve a été placée dans le clocher de l'église: la plus grosse, celle qui sonne au sud. Sociologiquement, politiquement, économiquement, plusieurs familles émergeaient de la masse pas forcément 5/6
  • 6. anonyme des autres pleuvénois. Citons, à titre d'exemple et sans prétendre être exhaustif, les CARADEC, CLORENNEC, HELIAS, JAN, RENOT, RIVIÈRE, SOUREN ... D'implantation pleuvenoise plus ou moins ancienne et unies entre elles par de très nombreux mariages, plusieurs de ces familles appartenaient déjà avant la Révolution à une sorte d'aristocratie paysanne dont l'influence aura été à la fois réelle et durable. La population de PLEUVEN en 1891 avait sa personnalité et son originalité qu'une étude élargie à d'autres disciplines permettrait de préciser davantage. Dans son cadre communal elle peut aussi être perçue comme une cellule de base type d'une civilisation rurale et basse bretonne qui ne manquait pas de grandeur et dont on sait aujourd'hui qu'au tournant des XIX et XX siècles elle parvenait à son apogée. Hubert BOUCHÉ. En CORNOUAILLE, au mois d'août, le soir. " Toute la famille se repose des travaux du, jour en se préparant aux travaux du lendemain". Au centre, le patron répare le tranchant d'une faux. Son premier valet en fait de même. Un second valet apporte une faux endommagée. A gauche, un autre domestique prépare une ruche de paille, taquiné par une servante qui file. A droite la patronne cajole son fils sous le regard de la grand-mère. On aperçoit encore un personnage féminin par la porte ouverte de l'habitation. Il s'agit là de l'exemple type d'une ferme de taille moyenne (10 / 15 ha.) Vers 1850. 6/6

Related Documents