Corneliu LEU’s books Previews and presentations Corneliu LEU’...
In the Romanian litterature, Corneliu Leu is wellknown as an author ofhistorical novels, also as a real expert in the medi...
house among the plains, script for a movie) - Teatru comentat (Leu’s commentedplays ) - Sufletul locului (The land’s soul)...
"Communication" because it proved to be a very perfect weapon...
Dracula and the beginingsof the printed newsletter a study of Cor...
In the Romanian litterature, Corneliu Leu is wellknown as an author of historical novels, alsoas a real expert in the medi...
Wellknown Romanian novelist, launching a new style for the historical novel based on genuine documents by bestsellers like...
autoproclamé Empereur, alors qu’il était Président de la République – pour lui confirmerdonc la réconciliation par laquell...
un revenu digne de leur rang. C’est pour cette raison que Charles, de qui on parle, a pleuré surmon épaule à cause d’Anna ...
- Oh, que c’est beau, très beau comme réalisme politique ! – elle ne cacha pas du toutl’admiration, cette femme encore bel...
- Vraiment ?- Vraiment, mon petit ! – répondit gaiement la distinguée dame ne résistant plus à la tentationet lui caressan...
que les russes nous ont envahis et ils nous ont donnés un « Règlement organique » semblableà leur absolutisme et non à nos...
l’essor bonapartiste de devenir une famille sérénissime ne valaient plus un sou – elle, avec sonintelligence libérale, éta...
et affirma en toute sincérité, non pas comme une allusion, mais plutôt émuesentimentalement, dans l’éco d’un infini regret...
- Je vous suis si reconnaissant que vous me partagez vos raffinées observations dignes d’unevraie écrivaine ! – et c’est s...
Mais, tel que le voulaient les bonnes manières, elle lui donna une petite gifle surtoutencourageante et, pour interrompe p...
bientôt, n’est pas ? Vous allez revenir prochainement – et elle a eu du mal à me laisserpartir… »- Écoutez cela : elle a e...
- Ha, ha, ha !... Madame, ma chère dame Hortense, votre allégation est géniale ! Mais oui, ilssont ainsi : Ils se marient ...
étaient alliés pour la "cause" et toujours certain de cette cause qui semblait être unique ;constamment sans indulgence en...
The “Bishop Grigorie Leu Foundation” and the writerCorneliu Leu presentTHE LIFE AND THE SUFFERINGS OF THE FIRST BISHOP OFT...
in exile, was very sick and paralyzed in a sanatorium in Switzerland. Atkinson, the representative both ofthe Ecumenical C...
condemnation to death”, declared Bishop Victor-Vasile Leu at the public session of the District MilitaryLaw Court in Bucha...
a documentary novel of Corneliu Leu BASED ON THE HISTORICAL DOCUMENTS, MEDIA EXCERPTS PUBLISHED AT THE TIME, DIPLOMATIC ...
To be a child escaped from the comunists terror, without a father, a mather, a country and,at the end of your life to be c...
aujourd’hui d’exemples au monde, proviennent de l’immonde, des entrailles du mal et des gangrènes lesplus terribles. C’est...
soi-disant beau monde, le tout New York, vers la crème de la société et le haut du panier, la fine fleur(tout une restant ...
entendre Cioran, qui affirme qu’il aurait mieux fait de rester chez lui, avec les bergers de Coasta Boacii, entout cas il ...
published on 11/19/2009 About The Book A novel in four parts and an epilogue which analyses with lucidity, sarcasm...
LIFE LIKE THE MOVIES or THE 13-TH WAGGON a novel of Corneliu Leu a new ...
Pretul dragostei, al credintei si al urii - "The price of the love, of the trust, of the hate" ...
prezentari 15 opere de Corneliu Leu
prezentari 15 opere de Corneliu Leu
prezentari 15 opere de Corneliu Leu
prezentari 15 opere de Corneliu Leu
of 34

prezentari 15 opere de Corneliu Leu

prezentari 15 opere de Corneliu Leu
Published on: Mar 4, 2016
Published in: Education      
Source: www.slideshare.net


Transcripts - prezentari 15 opere de Corneliu Leu

  • 1. Corneliu LEU’s books Previews and presentations Corneliu LEU’s books may be ordered at the followings addresses: www.corectbooks.com > autori > L > Corneliu Leu http://www.amazon.com/s/ref=nb_sb_noss?url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=Corneliu+Leu free of charge copies: www.cartesiarte.ro > VITRINA EDITURII ON LINEHISTORICAL NOVELS In the Romanian litterature, Corneliu Leu is wellknown as an author of historical novels, also as a real expert in the medieval history of the ruller-princes. His book is one of the well-informed on the historical realities. Although a modern novel addressed to the present-day reader, Dracula’s executioner is a real history based on non fictional genuine documents and fictional deductions concerning some paranormal forces; but, in any case, no vampire as the formula used by a lot of authors begining with Bram Stoker. The main character is the real Dracula, ruling prince of Wallachia (15-th century) famous by its cruelty and its superhuman forces. Other characters in the novel are the first master printers of Nurnberg and the kgnights of the last order of the crusades, the Order of the Vanquished Dragon, located in Frederick the Great’s castle, also the Pope Pius and Mohamed the second, Mathias Corvinus, Stephen the Great and the Executioner, which is a very good medium for the Dracula’s telepathyc mind and psychical forces to appear in different places in the same time and to have long distance capacities to communicate or to attack. In them telepathyc contacts and communications, both, the prince and the executionner, are a genuine unconquerable and sanguinary couple. The fiction alternate with authentic documents. The artistical imagination of a lot of chapters alternate with historical documents of the time, which help reconstitute a genuine backdrop. Thus, the book draws closer to the non-fiction genre while the novel’s formula is much more modern and full of action. Purchase from Amazon! Draculas executioner (Volume 1) by Corneliu Leu published on 11/13/2010 About The Book
  • 2. In the Romanian litterature, Corneliu Leu is wellknown as an author ofhistorical novels, also as a real expert in the medieval history of the ruller-princes family named: Draculesti. For this reason, his book is one of thewell-informed on the historical realities concerning the famous character ofDRACULA, contradicting a lot of fictions provoqued by the Bram Stokersbook. Although a modern novel addressed to the present-day reader,Draculas executioner features the following new elements: 1. The maincharacter and the author of the pages writen at the first person is the realDracula, ruling prince of Wallachia (15-th century) famous by its cruelty andits superhuman forces, but as a warrior, not as a vampire. 2. Othercharacters in the novel are the first master printers of Nurnberg and thekgnights of the last order of the crusades, the Order of the VanquishedDragon, located in Frederick the Greats castle, also the Pope Pius andMohamed the second, Mathias Corvinus, Stephen the Great and theExecutioner, which is a very good medium for the Draculas telepathyc mindand psychical forces to appear in different places in the same time and tohave long distance capacities to communicate or to attack. In themtelepathyc contacts and communications, both, the prince and theexecutionner, are a genuine unconquerable and sanguinary couple. 3. Thefiction alternate with authentic documents. The artistical imagination of a lotof chapters alternate with historical documents of the time, which helpreconstitute a genuine backdrop. Thus, the book draws closer to the non-fiction genre while the novels formula is much more modern and full ofaction.About the AuthorCorneliu Leu BIBLIOGRAPHICAL CHRONOLOGY 1948 -2010 NOVELS: -Ochiul dracului (The Devils Eye ) - Virsta de aur (The Golden Age ) - Puterea (The Power) -Plangerea lui Dracula (Draculas Complaint) - Pretul dragostei, al credintei al urii (The Price of Love,Faith and Hatred) - Romanul unei zile mari (The Novel of a Great Day) - Patriarhii (The Patriarchs) -Insulele (The Islands) - Romanul de februarie (The Novel of a Night in February) - Ranile (TheWounds of the Victorious Soldiers) - Romanul unui mare caracter (The Novel of a Great Character)- Faptele de arme ale unor civili (The Feats of Arms of Some Civilians" or What Power Means. ATrilogy ) - Poetul ca o floare (The poet like a flower) - Drumul spre Damasc ( The way toDamascus) - Spionii birocrati ( The bureaucrat spies) - Iarna iubirii (The loves winter) - Carteaepiscopilor (The book of crusaders bishops) – - Calaul lui Dracula (Dracula’s executioner) -Opere definitive –Romane istorice 1 si 2 (Definitive Works – Historical Novels 1&2) -Vecinul cel bun (The kind neighbour) - Femeia fie ea regina (The woman being she aQueen) - Roma termini (Roma terminal) STUDIES, ESSAIS, MEMORIES: -Reintroducere in Personalism ( Reintroduction in the Personalist Philosophy) - StudiiPersonaliste (Personalist studies) - Amintiri din Casa Scriitorilor (Remembers of TheWriters’ House) - Civil Society – Real Democracy - Despre meritocratie (AboutMeritocracy) - The human person and the development’s pragmatism - Afinitatielective (Electives affinities) PLAYS & SCRIPTS : - Vremea Viteazului – (The Brave’stime – broadcasted historical stories) - Cu toata viteza (Top speed) - Poveste de iarna(A winter story–The Romanian’s television starting performance1957) - Familia (Thefamilly) - A doua dragoste (The second love) - Fiara ( The Wild Beast–3 acts) - Asediul(The Siege-script of the homonym movie) - Femeia fericita (The happy woman) -Teatru (Theater«Rampa» collection) - Fata buna din cer (The kind-hearted girl fallingof sky) - Idem («Cota 2516») ( idem, script for a movie) - Casa dintre campuri (The
  • 3. house among the plains, script for a movie) - Teatru comentat (Leu’s commentedplays ) - Sufletul locului (The land’s soul) - De groaza si de ras (Into fright andlaughters a book of scripts & stories) - Omul succesului (The succesfull man) -Generalul si gainarul (The general and the rogue) - Damaroaia-story (Damaroaia-suburb-story) - Opere definitive (Definitive Works-Plays) DRACULA’S EXECUTIONER or THE COMPLAINTS’ NOVEL is the frightening story of Lord Vlad Dracula and the craftiness or the hold With which his great handicraft of magnetism and speech closed the distance that in our language today would require much more than just
  • 4. "Communication" because it proved to be a very perfect weapon unsettling and in fact killing innocent souls together with unclean souls In the Romanian litterature, Corneliu Leu is wellknown as an author of historical novels, also as a realexpert in the medieval history of the ruller-princes family named: Draculesti. For this reason, his book isone of the well-informed on the historical realities. Although a modern novel addressed to the present-day reader, Dracula’s executioner is similar instructure to Bram Stoker’s book in the following: 1. The fictional happenings in the main character’s life alternate with other happenings related at the first person; 2. The mistery atmosphere and the presentation of supernatural powers are rosted in the same folklore, but better investigated by the contemporary author. Unlike the formula used by Stoker in his novel, Dracula’s executioner features the following newelements: 1. The main character and the author of the pages writen at the first person is the real Dracula, ruling prince of Wallachia (15-th century) famous by its cruelty and its superhuman forces, but as a warrior, not as a vampire. 2. Other characters in the novel are the first master printers of Nurnberg and the kgnights of the last order of the crusades, the Order of the Vanquished Dragon, located in Frederick the Great’s castle, also the Pope Pius and Mohamed the second, Mathias Corvinus, Stephen the Great and the Executioner, which is a very good medium for the Dracula’s telepathyc mind and psychical forces to appear in different places in the same time and to have long distance capacities to communicate or to attack. In them telepathyc contacts and communications, both, the prince and the executionner, are a genuine unconquerable and sanguinary couple. 3. The fiction alternate with authentic documents. The artistical imagination of a lot of chapters alternate with historical documents of the time, which help reconstitute a genuine backdrop. Thus, the book draws closer to the non-fiction genre while the novel’s formula is much more modern and full of action.
  • 5. Dracula and the beginingsof the printed newsletter a study of Corneliu Leu A new historical discovery: Draculas connections with the firsts printings. The main character of many booklets printed in the XV century, innaugurating the printed newsletter in Europe, was the prince Dracula. The "in sexto" pages created at the beginings of the printing industry are developping the Draculas adventures becoming the firsts commercial printings in Europe. Such, this new book presents in English, French and Romanian a kind of "mediatisation avant la lettre" in short stories and engravings.The scanning of these images affirms the funny idea that the firsts paparazzis works were engraved.New genuine documents about Dracula. In the Romanian litterature, Corneliu Leu is wellknown as an author of historical novels, also as a real expert in the medieval history of the ruller-princes. His book is one of the well-informed on the historical realities. The main character is the real Dracula, ruling prince of Wallachia (15-th century) famous by its cruelty and its superhuman forces. Other characters in the novel are the first master printers of Nurnberg and the kgnights of the last order of the crusades, the Order of the Vanquished Dragon, located in Frederick the Great’s castle, also the Pope Pius and Mohamed the second, Mathias Corvinus, Stephen the Great and the Executioner, which is a very good medium for the Dracula’s telepathyc mind and psychical forces to appear in different places in the same time and to have long distance capacities to communicate or to attack. In them telepathyc contacts and communications, both, the prince and the executionner, are a genuine unconquerable and sanguinary couple. The fiction alternate with authentic documents. The artistical imagination of a lot of chapters alternate with historical documents of the time, which help reconstitute a genuine backdrop. Thus, the book draws closer to the non-fiction genre while the novel’s formula is much more modern and full of action.Vecinul cel bun - The kind neighbor a novel of Corneliu Leu
  • 6. In the Romanian litterature, Corneliu Leu is wellknown as an author of historical novels, alsoas a real expert in the medieval history of the ruller-princes family named: Draculesti. Forthis reason, his book is one of the well-informed on the historical realities concerning thefamous character of DRACULA, contradicting a lot of fictions provoqued by the Bram Stoker’sbookAlthough a modern novel addressed to the present-day reader, "The kind neigbor"developping its action in the age of the Roman empire, offers a very contemporary parable inantique atmosphere.Such, the old Dacian kingdom represents a normal european country ofour days, Roma being the great power of the neighbourhood. A military and diplomaticalconfrontation, a philosophical debate and lot of other parables as the antique "Mare nostrum"as the NATO Atlantic Ocean, are offering humorous comparaisons. Femeia, Fie Ea Regina...: "The woman, be it just a queen..." (Romanian Edition) a novel of Corneliu Leu by Corneliu Leu published on 12/17/2009 About The Book Unfortunate in her married life, Elisabeth of Wied and Hohenzollern- Siegmaringen, queen of the Romanian kingdom, is considered by the contemporary commentators as "The Daiana Princess of her time", when, the newspapers of all Europe had payed her a great attention in their news and the engravings or portraits made by the fore-runners of our contemporary paparazzi. Her celebrity as the Poetess Queen was described by Van Gogh, Pierre Loti, Mark Twain, Sarah Bernard, Charles Gounod, Frederic Mistral, Guy de Maupassant; Emile Galle made jewerly for she and the company "His Masters Voice" has recorded poetry with her voice. The new Corneliu Leus novel describes her love-story with a leftist-Carbonaro- politician in her attraction to the liberal politics, opposing her husband, the king. The epilogue of this novel which is in the same time a love-and- espionage-story, but also a philosophical musing on the political compromise, suggests how, another queen, following Elisabeth on the throne, falls in love with another liberal politician, the son of the first. About the Author
  • 7. Wellknown Romanian novelist, launching a new style for the historical novel based on genuine documents by bestsellers like "Draculas executionner", "The way to Damascus", "The novel of a great day", "The book of the Crusaders Bishops",etc Complete bio-bibliography at the end of the book or at the internet address: http://cartesiarte.ro/index.php?pid=9 La femme même reine… Les premiers chapitres d’un roman de Corneliu Leu Passée de ces deux cinq, c’est-à-dire celui de l’âge, qui marqua sa moitié du siècle ainsi quecelui qui lui additionna d’autres années, l’hôtesse à l’esprit vif du plus mondain salonparisien, consciente en même temps de l’autorité et de l’attraction exercées sur le monde desidées et des arts du deuxième Empire était, cependant, consciente aussi, de son âge ; unechose assez rare pour les femmes gâtées, même très intelligentes. A part le froissement devêtements en soie très chère et l’ostentation de montrer son visage fardé avec insistance,acceptée pour l’épouse d’un peintre recherché pour décorer les constructions somptueuses,somptueuse elle aussi par ses manières et par la liberté des idées qu’elle n’hésitait pas àaffirmer en public, elle savait souligner par ses opinions osées son rang intellectuel mais, enmême temps, se garder, comme une dame arrivée à un certain âge et à des influencespolitiques. Elle ne dépassait jamais les limites, comme n’importe quelle française elle savaitprovoquer et accepter les compliments mis en valeur par son art de flirter, sans pour autant sepermettre des coquetteries de mauvais goût, comme les petites vieilles vaniteuses etgourmandes qui oublient qu’elles ne sont plus des petites filles et se laissent pousser vers desespoirs d’amour dans ce Paris si prometteur qui, avec la grande science de la frivolité, estparvenu à lever les standards amoureux bien au-dessus des coutumes habituelles. Ce Paris-là,sans préjugés, offrant des midinettes voluptueuses pour les vieillards presque dingues, maisjouissant du terme italien de gigolo conféré aux beaux gosses qui ne se souciaient pas despeaux pendantes de celles qui, en dépits de leur âge, voulaient jouer encore les courtisanes.C’était une vraie reine dans son salon bondé des grandes célébrités de l’époque et, en mêmetemps, d’idées d’avant-garde qu’elles adoptaient, et n’hésitant pas à cultiver avec audacecelles les plus révolutionnaires, ce qui lui avait donné la force de renoncer aux quatremillions de francs que, pour lui confirmer la réconciliation absolue, l’empereur Napoléon IIIles lui avait offerts. Certains disaient qu’ils étaient frère et sœur, sa mère à elle étant lanourrice de celui qui est arrivé empereur. D’autres en doutaient, la différence entre euxétant d’un peu plus d’un an. Une seule chose semblait claire : l’actuel empereur avait étédésigné comme parrain lorsque la famille de Louis Bonaparte, le roi des Pays Bas, avaitdécidé de baptiser la fille de ses servants. De ce fait, voué dans son enfance à être sonparrain, alors que sa mère donna son propre nom, Hortense, à la fille de la servante choisied’être sa femme de chambre, il fut aidé dès son jeune âge par celle-ci et son époux, lepeintre Cornu, dans la période pendant laquelle Louis Philippe l’avait condamné à la prison àvie, étant fâché sur elle, plus tard, lorsqu’elle s’était ralliée à ceux qui le huaient pour s’être
  • 8. autoproclamé Empereur, alors qu’il était Président de la République – pour lui confirmerdonc la réconciliation par laquelle il l’avait attirée comme brillante dame de compagnie etsoutien intellectuel à la Cour, Napoléon s’est offert de lui subventionner les dépenses de sonélitiste salon. Puisque l’Empire aussi, acquérant l’importance européenne donnée par sastabilité, détermina de nombreux révolutionnaires de 1848 de vouloir s’approcher à nouveaude leur ancien combattant qui se couronné en les trahissant mais, en même temps, NapoléonIII avait des ambitions d’auteur, publiant son Traité sur l’artillerie, dont le langage a étécorrigé par cette distinguée littéraire et, maintenant, il voulait écrire un livre sur Jules César,peut-être juste pour se comparer avec celui-là. Il avait donc besoin du talent d’écriture deMadame Hortense Cornu ou bien, peut-être, à travers celle-ci, même de celui d’autres bienplus grands écrivains, desquels il pourrait emprunter un style de génie ayant sa signatureimpériale et de combattre Victor Hugo qui, depuis son exil à Londres, ne voulait pas lepardonner ni abandonner le sarcasme des pamphlets dans lesquelles il le nommait « Napoléonle petit ».Hortense Cornu, née Delacroix de la servante de sa mère, la reine Hortense de LouisBonaparte mis par Napoléon Ier sur le trône de Pays Bas, en héritant l’intelligence naturelle etla soif d’ascension de la famille très simple de laquelle elle provenait et, par-dessus tout,bénéficiant aussi de l’éducation aux côtés des enfants des familles princières, du talentlittéraire et d’intelligence politique qu’elle avait déjà prouvés à elle-même, elle aurait pu luiêtre d’un grand usage. Comme une bonapartiste de deux génération au moins, les honneurs dela Cour ne lui étant pas indifférentes, elle avait accepté d’aider Napoléon à écrire son livremais, moralement comme matériellement, elle avait calculé un bien plus grand gain que lasomme offerte : une autorité politique de ses idées. Elle refusait donc celle-ci, en répondant àl’empereur avec une malicieuse persuasion : « Je veux être libre, Majesté, afin de pouvoirvous faire part des vérités dont vous avez si besoin »… Etant, à une époque, des enfants quijouaient ensemble, ensuite des jeunes antiroyalistes au temps de la Restauration, puis dessouteneurs des libertés de 1848, ils ont trouvé suffisamment d’éléments de réconciliation etl’Empereur, ainsi que celle qui lui devenait égérie, en remportant une prestance aux Tuilerieset agrandir, de cette manière, la prestance de son propre salon littéraire.Digne, intelligente, ayant un bien plus fort sens féminin de relations bien réglés que celui decoquetteries superficielles qui ne nous sied pas au-delà d’un certain âge, pouvant dire qu’elleest non seulement supérieure aux autres femmes, mais même que les hommes la sentaientbeaucoup plus qu’une égale, elle savait s’impliquer dans les arrangements politiques, noncomme une courtisane, mais comme un vrai tireur de ficelles, féminin juste par la délicatessede ses gestes parfumés avec lesquelles elle traitait des affaires parfois compliquées, depuis lesgrandes commandes de peinture officielle pour son époux et tous les compères artistes,jusqu’à l’influence du deuxième Empire sur d’autres pays et maisons royales.Dans un sens pareil, peut-être, elle dit à celui qui était assis sur le prétentieux fauteuil setrouvant devant elle, posé et détendu, sans agacement, mais aussi poli, sans le manqued’intérêt montré par ces êtres nonchalants de salon qui savent exposer l’élégance bien plusque leurs bon sens :- C’est bien !...C’est bien que je résous aussi le problème d’un pays comme le vôtre, mais enmême temps résous pour ma chère petite Joséphine la situation des princes appauvris. Parceque le prince, son mari, Charles-Antoine, est pareil à son nom, tel deux morceaux de boisrigides ! Il est radin, peut-être dû au fait qu’il est issu d’une branche plus pauvre de safamille ; il n’est pas si capable d’être un grand commandant ou d’arriver à nouveau Ministre ;il est obséquieux avec son cousin le roi Wilhelm, pour qu’il lui donne un petit gagne-paincomme celui de Düsseldorf, mais il n’hésite pas à piquer quelques sous de la vente des secretsà Napoléon; il essaie des affaires des voies ferrés, mais il a été trop peu de temps chef duGouvernement pour pouvoir aboutir financièrement et il ne peut donc pas donner aux garçons
  • 9. un revenu digne de leur rang. C’est pour cette raison que Charles, de qui on parle, a pleuré surmon épaule à cause d’Anna Murat qui s’est mariée au duc de Noailles, alors que la pauvreJoséphine, qui est une Beauharnais comme sa mère, Stéphanie, descendante de Joséphine duNapoléon le Grand, n’arrive pas à le guérir de son amour néfaste, dans lequel tombent leshommes sans imagination. Ceci est propre aux allemands et c’est pourquoi j’avais traduit« Les souffrances de jeune Werther » : il s’en lamente comme s’ il n’existait pas une autrefemme !...Mais Goethe était génial et a donné beaucoup de poésie au drame, en tant que ceux-ci, les banaux gourmands d’argent de Sigmaringen, l’on descendue au niveau d’affairessournois : Charles, l’amoureux, a joué en bourse pour s’enrichir et il a perdu quelquecinquante-cinq mille francs ; Antoine, le père radin, a fait une crise et l’a consigné audomicile, avec un comptable veilleur en le forçant à produire de l’argent à partir de rien ; touts’est réduit, comme leur âme sèche, à l’argent et aux affaires, avec aucune des hautesémotions de Goethe ! Des allemands stupides, mesquins et délurés… Ce jeune-homme-là aaussi eu peur de perdre de l’argent et n’a maintenant plus envie d’amour.- Et celle qui soufre, est votre amie Joséphine de Hohenzollern –Sigmaringen.- préfiguraBrătianu ces choses ou bien il eut l’intelligence d’offrir une excuse à sa partenaire dediscussion.- Bien sûr ; elle est bien une Beauharnais quoi !... Je pense qu’elle se mariée à l’allemand parnécessité et son ainé ressemble assez bien à notre Empereur. Tu sais, entre cousins cela arriveparfois et cette famille de Bonaparte est mélangée, exactement comme cela, à desprogénitures de Joséphine du Napoléon le Grand. Mais le roi Louis, le père du Napoléon IIIétait le frère du Napoléon Ier mais, en même temps, c’était aussi son gendre, parce-queHortense, ma marraine, était la fille du premier mariage de Joséphine, adoptée légalement parNapoléon Ier !...- Ah ! –cria Brătianu cette interjection moins bien contrôlée et, se rendant compte, se corrigearapidement : Au fond, je voulais dire, chère Madame, je commence à comprendre ces raisonsimpériales.Puis elle, sans se montrer bouleversée, renonçant à son comportement contrôlé, demandacomme au marché :- Quoi donc, ne croyez-vous pas que ceci est un avantage pour le soutien dont votre pays abesoin ?!Chevalier parfait du jeu politique, Brătianu préféra se taire et lui faire un baisemainaffectueux.Sans lui déplaire, l’élégante dame se permit un geste vif et coquète, pointant son doigt vers lecharmant homme, apparemment sanguin, au visage dédaigneux, qui se complète bien avec sesgestes de bon sens, d’un homme sûr de soi et expérimenté en relations. Elle précisa :- Vous avez, donc, une double mission, Monsieur Brătianu, pour porter sur votre dos un roipareil, qui vous sera reconnaissant !... Étant donné que vous allez également lui présenter lessecrets de son nouveau pays mais aussi, peut-être, les secrets d’une femme qui parviendrait àle sortir de cette mélancolie piteuse de l’homme qui tombe au premier coup amoureux etpense qu’il n’existe plus une deuxième femme au monde… Qu’en dites-vous ?... Il seraitimpossible que vous ne trouviez pas une petite roumaine pétillante et pleine de vie; ça fera dubien à votre politique d’homme dédié au pays !Brătianu répondit avec politesse, très équilibré dans ses mouvements sûrs et, ayant l’air decelui qui sait ce qu’il veut, tenta une résistance éloignée :- Avec tout le respect, Madame, je vous informe que nous, depuis dix ans avons proposé unprince étranger, pour la simple raison de ne pas l’unir par mariage à une de nos propresfamilles et ainsi de rester objectif, comme souverain de tous les Roumains, sans préférencespour les uns ou pour les autres.
  • 10. - Oh, que c’est beau, très beau comme réalisme politique ! – elle ne cacha pas du toutl’admiration, cette femme encore belle qui l’observa avec d’agréables et intéressants regardscet homme, plus jeune qu’elle – Et reformula sa tactique : Eh ! Nous allons trouver. Quoi, netrouve-t-on pas de femmes dans ce monde ?!...Qu’il en soit capable ! – et, à nouveau, ellemanifesta ses convictions ou ses expériences de parisienne méprisante envers les hommesgringalets : Qu’il ne soit pas trop allemand ! Vous savez, je pense qu’il est aussi rigide etenfermé que son père ; c’est bien le sort des hommes maladroits avec les femmes !... – Puiselle ajute vite : Mais, celui-ci ne peut pas être considéré comme défaut pour un princesouverain, mais tout le contraire! Vous allez apporter sur le trône un gérant sobre qui, étantaussi un chevalier, ouvre des portes vers dautres maisons royales et cela, dans votre avantage.Pour tous ces détails, ne vous inquiétez pas, je m’en occupe avec Joséphine qui, comme jevous le disais : est une Beauharnais et compense l’insipide prussien. Sa mère, Stéphanie, a étéla cousine de ma marraine adoptée par le grand Bonaparte…Polit, l’homme aux regards droits et gestes réservés, sûr de lui, sans aucune inaptitude, aubelles joues, saines, comme chez les enfants que t’as envie de baiser, se permettait, d’unemanière très spécifique, celle de se démontrer à lui-même qu’il n’a pas peur de la sincérité dedemander ce que, au fait, le torture depuis très longtemps.- Dois-je comprendre, donc, Madame et distinguée protectrice, que, en parlant de Philippe deFlandre, les choses sont…- C’est ne pas la peine. On lui avait dit quil est hors de question.- « On » ?- Oui, on lui avait dit.- L’empereur ?- Peut-être bien plus que l’empereur !- Pourrait-il être question de ce qu’on dit sur le Loges ?- Et que c’est qu’on dit sur les Loges ? – demandait-elle amusée, scrutant son visage d’hommerobuste avec les mêmes agréables-intéressants regards.- Quil est la seule tête couronnée ayant une influence aussi sur les Loges.- Possible – répondit elle en démontrant qu’elle n’était pas contre une telle affirmation –possible que tous ces changements de l’Europe puissent imposer une pareille chose. Mais il nefaut pas oublier ce rituel écossais ni le fait quil y a une maison royale qui est aussi àl’Écosse !- Bon, mais…Coquetant, peut-être d’une mise en branle innée, peut-être pour changer la discussion, faiblemais révélatrice, elle lui toucha la main laissant le geste se prolonger comme si elle avaitattendu de transmettre la chaleur de l’impulsion :- Mon cher, sur ce thème, je ne sais rien de plus. Je suis une femme et, comme vous le savez,je n’ai pas accès au Loges. – Et elle fit un jeu de mots : C’est à peine maintenant que l’Europedécouvre « les vertus de lesprit féminin »… Je ne peux vous dire quune seule chose : Que leroi de la Belgique est apparenté à la maison d’Orléans, l’ennemie qu’on a éloignée du trône,en conséquence l’Empereur ne vous recommande pas son frère.- Dès lors, il nous recommande quelqu’un provenant de la famille de Wilhelm de Prusse, aveclequel Napoléon a été et sera en conflit ?- Mais pourquoi pensez-vous juste à l’insipide prince paternel qui, assez pingre, ne semble pasêtre indifférent à ce quil peut tirer de Napoléon contre certains services ? Pourquoi ne pensez-vous pas à Joséphine, à qui son sang crie « Vive la France » ?!... Ou, au mois, pensez au jeuneprince, qui a fait une passion troublante pour la nièce de celui qui a été notre glorieux Muratet, sil navait pas été stoppé, toujours par son même trouillard de père qui, lui a tout de suiteannoncé qu’il n’a pas assez d’argent que pour vivre à Paris avec une femme du grand monde,il aurait été rapidement disposé à devenir citoyen Français.
  • 11. - Vraiment ?- Vraiment, mon petit ! – répondit gaiement la distinguée dame ne résistant plus à la tentationet lui caressant doucement, du bout des ongles, cette joue d’homme vigoureux, élevé commeles arbres des vergers ensoleillés. – Réalisez : le roi, qu’on veuille ou non les prendre enconsidération, ces rois, pour le choisir, il doit être une chance, et non un obstacle. Celui-là aété le favori de Napoléon, le fils d’Hortense, dont je porte le nom, une Beauharnais. Joséphineest aussi une Beauharnais, une sorte de cousine… En plus, je vous le disais : on dit quel’empereur, qui n’est certainement pas un saint… Allez, on va laisser cette histoire, je vaisplutôt vous raconter une autre plus drôle, mon petit : L’empereur, notre ancien de ’48, dittoujours : « Je ne conquiers pas les femmes ; je men défends mais, parfois, je capitule ! »…Ha, ha ! Quen dites-vous ?...- J’ai toujours apprécié l’esprit français ; je peux même dire même que je l’aime, c’est à mongoût ! – répondit lhomme, sans crainte de montrer une attitude coquette, comme il se doitdaborder, humainement, les appréciations dune dame très distinguée.Alors, moyennant une habilité politique, il attaqua par tous ses moyens de franchise etsincérité :- Ma bien distinguée protectrice, comme vous avez relaté cette réflexion osé de « qu’onveuille ou non les prendre en considération, ces rois», je ne vais pas vous cacher ce que vousconnaissez depuis longtemps, que, depuis que j’ai conspiré au même endroit que votre époux,je suis, au plus profond de mon âme, un républicain.- Je sais ; je ne le sais que trop bien, moi-même je nen suis pas bien loin. C’est précisémentpourquoi je me suis dit de vous : Voici ce beau républicain, qui cherche un roi pour son pays !- Je suis aussi un pragmatique, Madame, et je connais la situation actuelle : étant donné quenous n’avons pas la détermination de faire de notre pays une République, à vrai dire derisquer comme chez vous, d’avoir quelqu’un qui met la main sur le vote et puis qui se déclareempereur et dictateur à vie. C’est plus sage de faire une monarchie constitutionnelle. J’ai lesentiment en ce moment, exactement le même que celui d’indignation lorsque votreRépublique sest métamorphosé en Empire. Je pense que cela m’a servi de leçon entre ce queveut l’homme et ce que est envisageable sur cette terre.- Alors j’imagine que je vous ai trouvé exactement le personnage dont vous avez besoin :c’est-à-dire, allons parler entre nous, comme des républicains, un souverain à qui voussoumettre, mais au fond, qu’il obéisse à votre parti et aux idées élevées dont vous disposez.- Êtes-vous persuadée ?- Je connais bien la famille ; c’est la branche la plus déplorable des Hohenzollern et ilsferaient n’importe que pour garder la tête haute.- Quoi même, Madame, face à cet esprit prussien, même celui de la pauvreté opiniâtre, qui n’apas de lien avec notre effervescence latine, aussi fauchée, peut-être, mais de toute façongénéreuse, chaude, enthousiaste dans l’esprit révolutionnaire – comparatif aux prussiens, jeveux dire, non seulement la famille royale belge, mais la Belgique, en tant que telle, estbeaucoup plus proche de nous ; est beaucoup plus proche de notre esprit ; son attestationnationale est un inédit exemple pour ce que nous voulons !- Je serais désolée de vous laisser vous enflammer pour rien – elle tendit sa main avec songant en mousseline de soie, comme si elle avait caressée sa chevelure sculptée qui luiaccentuait son air de lion.Mais il s’emporta :- La Belgique, Madame, il y a seulement trente-cinq ans, a résolut la situation que nousvoulons solutionnée maintenant. Elle a été sous la domination autrichienne, comme une partied’entre nous le reste encore aujourd’hui. Quand ils se sont libérés, en 1830, on l’aurait faitaussi, puisque nous avons commencé la révolution depuis 1821 et les échos de la révolte deParis vers Charles X sont arrivés jusqu’à nous. Mais nous n’avons pas aboutit, étant donné
  • 12. que les russes nous ont envahis et ils nous ont donnés un « Règlement organique » semblableà leur absolutisme et non à nos espérances libérales qui venaient de Paris, où la liberté de lapresse était exigée !... Nous avons essayé à nouveau en 1848 cependant, vous, nos protecteurs,êtes devenus un Empire et les Turques ne nous ont plus laissé actionner. Un souverain qui aconnu les ambitions de la Belgique, nous aidera beaucoup plus à passer ce hiatus qui duredepuis trois décennies, plutôt qu’un officier prussien, formé en ces régiments qui ontagenouillés la Révolution de 1848. Les Allemands ont cédé devant les Habsbourg et n’ont pasachevé leur rêve de devenir un état unitaire ; tandis que La Belgique lest déjà, comme nousvoulons lêtre aussi !... Les miens, au pays, cest certainement pour cette raison quils se sontdépêchés de proclamer Philippe : Comme duc de Flandre il est plus qu’un bourgeon de gothade Saxe-Cobourg tel que le reste le roi Léopold !Elle ne fit qu’affiner son geste de tout à l’heure, en effleurant les boucles et le front du jeunehomme pour le dorloter comme il le mérite:- Mon petit – grand révolutionnaire !... Vous êtes véritablement fascinant, mais vous merendez plus que navrée. Vous devez comprendre que c’est insensé : Le roi Léopold est nonseulement de Saxe-Cobourg, il est également marié à Louise-Marie de Orléans, qui n’est autreque la fille de Louis Philippe, celui contre lequel Napoléon sest révolté, qui a condamnéNapoléon, celui que Napoléon a écarté ; cest la famille la plus rivale de Bonaparte !- Je comprends que c’est déraisonnable, Madame ; J’admets et je vous donne ma parole que jevais le respecter. Il y a autre chose que je n’en comprends pas et je vous avoue, à vous quiavez reconnu que vous navez pas le droit en tant que femme de vous impliquer dans lesLoges, que vous avez le droit, en tant qu’esprit plus aigu que n’importe lequel homme, dedisserter sur leur effondrement et sur les espoirs qui ont été apportés ! - L’effondrement ?- Oui, l’effondrement. C’est un initié qui vous parle…- Je sais : jusqu’au rang de maestro dans « La rose du parfait silence » !- Je savais que vous êtes au courant : le contraire était inconcevable. Ce que vous ne savaitpas, par contre, c’est que ce maestro commence à douter… - et, en soulevant soudain sonfront large, dévoila : La maçonnerie peut avoir des lois, mais pas des tyrans. Votre Napoléon« le petit », veut aussi s’imposer dans la maçonnerie qui l’a honoré avec ses hauts grades. Il atransmis à Philippe de Flandre l’ordre de nous refuser, en tant que maçon et non commerelations entre leurs maisons royales. Cest pour cela que le prince ne veut plus avoir à faire ànous !... Je suis indigné, ma chère Madame et, je vous prie d’être convaincue que j’ai enterréen moi cette indignation, mais devant vous je le reconnais : Il est inconcevable qu’uneorganisation qui a des lois, des grandes lois cherchant le renforcement de l’humanité, soitempiétée par le même homme qui a empiété la deuxième République en se proclamantempereur, précisément parce que les lois de la démocratie ne lui permettaient plus d’êtrecandidat à la présidence… Je suis déçu, Madame, et je me pose des questions si, d’unecertaine façon, nos lois initiatrices n‘essaient pas d’être trahies en conséquence ! Lamaçonnerie est une grande idée, un chemin de perfectionnement humain ; mais si elle tombedans les mains des tyrans qui lui changent le sens…La femme resta perplexe ; même dans son ample intelligence, elle ne s’était pas attendue àceci. Elle n’y a même jamais pensé qu’elle pouvait s’y attendre. Cet homme, d’une maturitéintéressante, gardant son enthousiasme juvénile, se montra si averti, avec la fibre siintensément travaillée le long des décennies dinitiatives et persévérance révolutionnaire,qu’elle en était stupéfaite. Elle, l’amie de Victor Hugo le rival de génie d’Ernest Renan quirévolutionna les termes de la foi, des libres penseurs de la « Revue des deux mondes » et desplus originaux écrivains, depuis le vénérable Dumas jusqu’à la si innovatrice Georges Sand etau fascinant et jeune Gustave Flaubert, en ajoutant la série de plus nouveaux publicistes,passionnés d’idées novatrices, considéraient que la noblesse révolutionnaire et dautant plus
  • 13. l’essor bonapartiste de devenir une famille sérénissime ne valaient plus un sou – elle, avec sonintelligence libérale, était habituée à toutes les paroles protestataire de son salon où elle trôna.Par contre, ça ne lui a jamais effleuré lesprit que le deuxième Empire se basait, en plus, surles rênes maçonniques accaparés progressivement par ce Napoléon, qui se prouva être plusprofondément dangereux, un combineur plus dissimulé, plus réfléchi, plus monopolisateurque l’habile aventurier qu’il avait été dans sa jeunesse, plus que l’autocrate sans scrupulesqu’il est devenu après 1848. Elle regarda d’une certaine manière à Brătianu, caressa sans gêneson front élargi entre des grands tempes, éloignés, que seulement le reste des boucles coupésrévolutionnaire couvraient, dans une suggestion de romantisme et chuchota désabusée,comme pour elle-même :- Quel dommage ; quel dommage que cet esprit de grande politique, serve juste un petit pays !- J’ai fait une bêtise ? – demanda-t-il plutôt en plaisantant, pour cacher sa flatterie.Elle lui répondit tout à fait autre chose:- Votre intuition en plus de la perfidie de dictateur qui, après avoir soumis sa Républiqueessaie de soumettre sa maçonnerie, a mis le doigt sur le point névralgique de notrelibéralisme. Vous savez bien que je suis une républicaine ; vous savez bien que depuis 1848jusqu’au 1856 je n’ai pas voulu avoir à faire à cet individu dont on raconte qu’il a tété le laitde ma mère. La comtesse Walewska m’a conduit au Tuileries et j’ai vu à nouveau le visage deNapoléon lorsquil est devenu plus humain, après avoir émoussé la terreur de la premièrepartie de son absolutisme sanglant et penchait vers ce qu’on veut nommer aujourd’hui« l’Empire libéral », comme je lui ai suggérée moi-même, pour échapper à l’accusation detyran.- Voulez-vous dire qu’il a adouci son absolutisme officiel, seulement parce qu’il a fortifié sespouvoirs souterrains ?- C’est vous qui dites cela. L’entendre de vous, je me suis expliquée quelques petites chosesdont même les plus extrémistes de mon salon nosent pas parler.Brătianu la regarda en face et sans gêne de prendre ses épaules dans ses mains mais, au lieu dela tirer vers lui, il garda la distance de ses bras tendus, en révélant une chose grave, convaincude lui faire cadeau son plus grand secret :- Vous êtes la seule à qui j’ai fait cette unique révélation d’un fait que moi-même je voudraisessayer doublier : Cette maçonnerie française me fait beaucoup réfléchir car, au lieu dereprésenter les grands desiderata d’une société entière, se laisse dirigée par les intérêts d’uneseule personne ; Encore moins si cette personne est l’empereur. La maçonnerie a des lois trèsstrictes, justement pour satisfaire les engagements sociaux qu’elle s’est assumée afin d’assurerle progrès en aiguilletant l’être humain et en durcissant la solidarité du peuple. Il ne faut pasoublier que je me suis opposé à lui comme empereur.- Vous vous êtes trouvé même parmi les conspirateurs, aux côtés de mon époux.- A cette époque-là je n’ai été pas en droit. Sa trahison ne regardait que les Français.Maintenant, par contre : Qu’il essaie de profiter de hauts rangs de la maçonnerie… C’est cequi en fait mon indignation et non pas le prince allemand.- Que pensez-vous faire ?Je ne sais pas ; j’ai le devoir de me consulter avec ceux de ma Loge ; mais oui, avant deprendre une décision. En tous les cas je serai loyal à l’ordre de mettre sur le trône le princeprussien, mais la décision négative en ce qui concerne le Duc de Flandre ne peut pas êtremélangé aux lois maçonniques. Si nous acceptons ces faits, cela signifie qu’on sert dautresintérêts. Et si on sert dautres intérêts, personne ne peut nous demander de les respecter tout enayant confiance, de croire en eux.Se réjouissant néanmoins de cette embrassade distante, qui lui transmettait la chaleur desmains de l’homme obstiné par l’injustice faite à ses croyances, la délicate dame devint femme
  • 14. et affirma en toute sincérité, non pas comme une allusion, mais plutôt émuesentimentalement, dans l’éco d’un infini regret :- Quel dommage !... Quel dommage que je ne suis pas plus jeune, pour avoir le droit moral detomber amoureuse de vous !... – Et le questionna soigneusement : Cela vous torture, n’estpas ? Vous sentez qu’on vous a fait une injustice.- Je hais le totalitarisme, Madame ; je ne veux pas qu’on nous ordonne, ni que nousordonnions, je veux que chacun obéisse au même statut.- Oubliez le Duc de Flandre, comme moi-même j’oublierai l’instant interdit quand j’ai parléd’amour.- Il n’est pas interdit, Madame !... En ce qui concerne le Duc, rien ne me lie à lui. J’ai étéindigné par le procédé autocrate à travers lequel on change les sens du carbonarisme que j’aiaimé autrefois. Cependant, me convainquant que votre préféré a la priorité, je tenterai de leservir aussi dans les desseins de mon pays.- Il n’est pas nécessairement mon préféré. Il est la meilleure solution pour vous, croyez-moi.Si vous voulez une tête couronné, vous avez besoin d’un homme agréé à de nombreusesCours. – En changeant le ton de sa voix, elle redevint la parisienne malicieuse : Moi, enparlant de Prussiens, j’ai une mauvaise perception concernant les hommes, et non les princes ;je l’agrée pour le trône, non pour le lit !- Vous avez raison ; il est important d’être bien vu par Napoléon.- Tandis que vous, comme la personne qui a conspiré contre lui, jamais vous n’allez trouver laporte ouverte chez Napoléon ! – précisa-t-elle bien calculée – Pensez-y à cela : je veux êtresincère, justement parce que vous ne m’êtes pas indifférent. Manié avec habileté, Charles peutêtre un tampon entre vous et les rancunes de l’empereur… Et répéta : Je vous ai dit que vousne m’êtes pas indifférent.En se libérant de tout ce qui lui avait réveillé le frémissement outré de son éloignement d’unengagement qu’il considéra ferme, mais en même temps encouragé par le fait qu’elle serépétait l’intime révélation, Brặtianu redevint galant :- Chère Madame, ma gentille dame, puisque vous m’avez fait l’honneur d’une grandesincérité concernant les têtes couronnés, je vais vous répondre à ce que vous m’aviez dit plustôt de la boutade de l’empereur relatif à la capitulation envers les femmes : Pour des dames sibelles que vous-même, je capitulerais aussi !La coquinerie marcha, l’atmosphère d’intimité s’accentua ; la femme raffinée trouva lamodalité élégante d’apostropher sans un sentiment de rejet et l’humilia juste assez que pourl’encourager :- Vous vous y connaissez. J’ai vu comme vous appréciiez ma soubrette quand on nous a servile thé. Vous ne pensez pas qu’un révolutionnaire tenace comme vous, connu, homme d’actiontant évident en gestes, s’il échappe un seul regard de plus de ses yeux fougueux, il bouleversela vie de ces malheureuses filles ?!- Je suis naïf, Madame – dit-il tendrement – ne m’attribuez pas tant de…- C‘est la vie qui vous les a attribués… et l’expérience. Vous, ces hommes qui commencez àgrisonner après avoir vécu une jeunesse tumultueuse et plaine de volonté…- Nous méritons d’avoir le droit à un peu de complaisance, n’est pas ?- Vous savez la prendre tous seuls !... Vous savez la provoquer d’ailleurs, ou bien cela faitpartie de votre instinct – affirma-t-elle en matière de connaisseuse comme femme et commeécrivaine très attentive de retourner au plus vite à son sujet: Il aura quoi apprendre de vous ceprussien qui est bien plus sans imagination que sans argent, de la même manière qu’il a héritéles complexes de son père ; aussi, il est bien plus pleurnichard que sentimental, ce qui peut lerendre introverti, au point qu’il devient brutal.Brătianu fit un geste de courtoisie en lui baisant la main et avouant :
  • 15. - Je vous suis si reconnaissant que vous me partagez vos raffinées observations dignes d’unevraie écrivaine ! – et c’est seulement après qu’il dévoila son but, en insistant : - La finessed’une pareille constatation psychologique peut énormément aider un politicien rudimentaireque je suis. Je vous prie…Cependant elle se révéla maîtresse de la conversation et lui souligna la faveur :- Écoutez, pour qu’on ne dise pas que je parle dans le dos de gens, je vais vous donner unexemple devenu publique : Vous connaissez bien Frantz Joseph, l’empereur qui semblemaintenant équilibré, être sur le trône depuis un certain temps déjà, choisi par les siens en1848 et non révolutionnant puis renversant la révolution, comme l’a fait Napoléon.- Nous le savons tous trop bien.- Puisqu’il règne depuis dix-huit ans. Juste pour cela. Qui est-il, comment est-il, personne nele sait !... Le monde ne se rappelle plus qu’il a été un immature quand sa mère l’a mis sur letrône en promettant une autre constitution aux révolutionnaires. Qu’elle a donnée, qu’elle leura aussitôt reprise, mais pas brutalement, comme l’a fait Napoléon. Néanmoins, contrairementà Napoléon, Frantz Joseph est un guignol. S’il n’y avait pas eu le scandale avec la folie de safemme, l’impératrice Élisabeth, Sissi de son diminutif, de qui on raconte qu’elle a des accèsdélirantes, mais qu’on a promu comme la vedette de l’Europe, celle qu’on retrouve dans tousles journaux comme la beauté de toutes les beautés royales et impériales et celle qui, avectoutes ses toilettes, lance la mode dans le monde entier, s’il n’y avait pas eu toute cetteloufoquerie, on n’en aurait rien su. Cependant, en déclenchant le scandale, cette véritéconcernant la stupidité de ces zigues de nobles allemands a éclaté : car la femme qu’onsuppose heureuse et que l’on retrouve dans tous les journaux lançant la mode, est folle. Elleest devenue instable psychiquement à cause de cet abruti de Frantz Joseph qui l’a violéequand elle n’avait que quatorze ans, en ignorant la manière de caresser une fille. Sa mère l’apoussé à s’unir à une autre, mais lui, le balourd, en se sachant empereur qui commande, asauté sur celle-là et lui a ordonné de lui faire amour. C’est tout ce qu’il a eu dans la tête, alorsque sa mère l’avait mis sur le trône ; ou bien c’est justement cette raison qui l’a persuadé quetout s’obtient en donnant des ordres. Il avait abusé d’elle et, pour dissimuler le scandale, ilsont vite célébré leurs noces. De plus, ils ont eu aussi des enfants !... Dès lors, on pourrait direde cette fille qu’elle a eue le bonheur d’arriver impératrice, tous les peintres se dépêchantdavantage de lui faire le portrait en la déclarant la beauté du monde. Mais voilaqu’aujourd’hui, lorsqu’elle este devenue célèbre par sa splendeur et vedette de tous lesjournaux, la petite fille violé a culbuté ; elle manifeste ouvertement sa folie et n’a pas undélice plus grand que celui de se moquer des frivolités impériaux de son violateur. Qui,l’abruti, en tant qu’empereur, s’il avait su la caresser, il l’aurait eu à vie. Seulement voila quecet imbécile grandi à la caserne, a cru qu’il est empereur et qu’il peut commander. Et il l’abrisée pour la vie. C’est ce qui arrive quand on ne sait pas se conduire avec les femmes !...Vous avez compris ?- J’ai compris ; j’ai compris cette parabole, ma chère dame ; vous pouvez en être sure.- La femme, vous pouvez la rendre reine, vous pouvez la rendre impératrice ; si vous ne larendez pas heureuse, en vain ! Qu’en dites-vous ? Pour un homme expérimenté et sanguin,comme vous-même, - dit-elle avec un soupçon d’allusion, de subtilité avertie – ce serait unechance de donner des leçons d’hardiesse à ce monarque que vous allez avoir. Hardiesse dansle sens de la découverte des secrets de la virilité, car lui aussi monte sur le trône en étantcélibataire. Vous allez épargner ce jeune homme de sa godiche envers les femmes et il vousserra reconnaissant à jamais.En lui baisant avec acharnement les mains qui consentaient ce fait, Brătianu répliquacroquignolet, dans la libertine et parisienne manière:- Il va falloir, sans doute, répéter ensemble, très chère Madame !
  • 16. Mais, tel que le voulaient les bonnes manières, elle lui donna une petite gifle surtoutencourageante et, pour interrompe pour le moment la ruse :- Sage, mon petit !... Êtes-vous convaincu que je souhaite vous conseiller, vous aider ?!- Convaincu est peu dire ! Je suis votre vassal, Madame !Elle le regarda dans les yeux en prenant soin de lui attirer l’attention et levant son doigt ensigne d’admonestation sans pour autant s’empêcher de lui montrer le cadeau qu’elle luifaisait, en omettant par contre de lui dire ce qu’aurait du être la récompense :- Ces comportements, soi-disant sentimentaux qui, au fond sont sexuels, en disent beaucoupdes hommes, Monsieur Brătianu ! Dans mon salon, des célébrités académiques ont commencéà développer cette théorie qui, je suis certaine, deviendra dans le futur une science essentielleconcernant le comportement est les besoins humains… Mais oui, c’est pour cette raison que jeme suis décidée : je vais vous révéler un secret, chose que je ne devrais point faire.Seulement, c’est une habitude entre les conspirateurs et moi j’ai l’excuse que nous conspironsune belle chose pour votre pays… Et, au fond, pourquoi ne le dire-je pas ?!... Même pour vosambitions de révolutionnaire aux belles pensées…A ce moment-la, elle se leva en faisant ressortir son allure élégante de femme qui sait cequ’elle doit mettre en valeur et alla vers une écritoire jetant un œil sur un tas de lettres, sanspour autant cacher sa curiosité d’épier son regard afin de vérifier s’il la contemplait avec lesmêmes critères d’égard associés aux mouvements de la soubrette.- Vous êtes bien plus distinguée que dans le portrait réalisé par votre époux ! – lui dit Brătianucomme si, par cet à-propos il lui aurait démontré qu’il comprenait tout ce jeu habile.Malgré cela elle était devenue attentive à la partie grave de choses :- J’espère ne pas avoir à regretter ce secret qui restera le notre. Peu importe le moule, si nousdeux le sculpterons à notre manière, le roi ne pourrait que parfait !... Lisez-moi cela et vousverrez que c’est à vous de lui donner une part de cette fibre volontaire et vigoureuse qui est lavôtre ! La lettre était datée d’il y a plus de deux ans, plus précisément du 2 décembre 1863 : « Ma chère et tendre Hortense,Revenu depuis peu à Berlin, je me dépêche de vous exprimer mes plus sincères remerciementspour la grande amabilité que vous avez eue envers moi le dernier jour de mon séjour à Paris.Il est merveilleux pour moi le souvenir d’avoir été reçu avec tant de bienveillance par machère Hortense. Ce dernier jour, ces dernières heures à Paris, ont été décisifs. Vousconnaissez bien le proverbe allemand : Les dés ont été lancés… »- Celui-là, ou bien il souffre d’orgueil gotique, ou bien il ne s’est pas documenté sur ce qui sedit du Rubicon- s’amusa Brătianu mais, en agitant une autre lettre, elle lui fit signe decontinuer :- Lisez, en partant de chez moi il s’est rendu chez Anna Murat, mais il a été incapable de seconduire en homme. Ehe, voici la raison pour laquelle les yeux des allemandes pétillent enpensant aux hommes ! Il va finalement se convoler avec l’une de celles-ci et va annoncer demanière protocolaire, avec deux semaines d’avance, qu’il a programmé une partie de sex.C’est comme ça qu’on se moque, Joséphine et moi, de son père.« Après vous avoir abandonnée, je me suis rendu, comme vous le savez, avenue Montaigne,afin de faire mes adieux. La pensée de devoir quitter Paris m’était pénible à supporter. Jevous ai relaté, chère Hortense, la manière avec laquelle la princesse Anna s’est séparée demoi, en me bouleversant tellement, au point qu’il fut arrivé un moment où je me suis retrouvétout à fait renversé. Elle a serré ma main en me disant : J’espère que nous nous reverrons
  • 17. bientôt, n’est pas ? Vous allez revenir prochainement – et elle a eu du mal à me laisserpartir… »- Écoutez cela : elle a eu du mal à le laisser partir et lui… - s’amusaient-ils ensemble trouvantun moyen de plus grande intimité dans cet amusement.« M’en allant, je pansais la revoir bientôt afin de s’unir à elle à jamais. J’ai été très heureuxde pouvoir demeurer un jour à Düsseldorf chez mes parents, auxquels j’ai tout dit : ma mèreest ravie et mon père, il semble ne pas s’y opposer… Maintenant, il faut faire les démarches.Si nous attendons trop longtemps, la princesse Anna va penser qu’elle ne m’a fait aucuneimpression, d’autant plus que j’ai été assez réservé devant elle à la Compiègne… Je vous aidit, chère Hortense, je l’aime de tout mon cœur et elle est la seule qui peut me rendreheureux. »- Qu’en dites-vous ? : Anna va le rendre heureux, mais elle n’en sait rien. Parce que, au lieud’avoir le courage de le lui dire à elle, le pauvre garçon sot, me le dit à moi, en tant qu’amiede sa mère ; avez-vous saisi !? – demanda-t-elle approchant de lui son parfum et changeant lespapiers se trouvant dans sa main – et regardez ici comme le prince-père ne s’y oppose pas, ceprussien bien calculé. Encore, je suis sincère, je te les montre tels qu’ils sont : Le fils est untimide, complexé sentimentalement davantage à cause de son obtus esprit et s’avérant êtresans personnalité. Ce que, soyez attentif, Monsieur Brătianu, ce n’est pas plus mal pour unmonarque constitutionnel dirigé par un politicien si malin comme vous l’êtes !... Aussi, lepère est un paria de la grande famille, qui cherche à décrocher le gros lot mieux que son filsafin de débourser l’argent en compagnie d’une parisienne prétentieuse ; puisque ces princesd’aujourd’hui ne doivent pas être perdus dans ces grandes capitales où l’on dépense des sous,mais doivent devenir une bonne affaire pour leurs familles ; ne voyez-vous pas qu’on lesvend, aux divers pays qui s’émancipent, comme on vend les chevaux de race ?!... De cettefaçon devraient être regardées toutes ces choses par les politiciens réalistes ; ce que, denouveau, pourrait vous être convenable à vous, les hommes, qui voulez un avenir pour votrepays.« Je me fais même quelques reproches d’avoir écouté Charles » - écrivait Charles Antoine àMadame Cornu. « La jeune personne (Anna Murat), habituée à vivre au centre du luxe et dumonde le plus brillant, pourrait-elle se contenter avec ce que Charles peut lui offrir, qui estun tempérament pur germanique et, plus que tout, allemand ?... Saurait-elle apprécier ce quenous tenons le plus au cœur, la vie de famille ? Voudra-t-elle demeurer presque toute la vie àla campagne, pour créer là-bas un petit centre d’occupations subordonnées ?...Charles ne peut disposer que de 50 000 francs de revenu annuel, que moi-même je ne peuxpas accroître à cause des autres enfants et des impôts élevés que je dois supporter… On ditque la princesse est très riche et dotée, mais sa fortune n’a rien à voir à ce que mon orgueilme dicte, que l’épouse doit vivre de revenus de son mari… La rente de Charles jamais nepermettra une pareille chose ; elle ne lui permettra même pas de vivre marié à Berlin ou dansune autre grande ville, il ne pourrait vivre qu’à la campagne, exceptant les voyages et lesvisites… »- « Un tempérament pur germanique et, plus que tout, allemand » - cita Brătianu en s’amusantet faisant rire la dame à qui il avait à nouveau commencé à lui baiser les mains d’une manièreencore plus intime.
  • 18. - Ha, ha, ha !... Madame, ma chère dame Hortense, votre allégation est géniale ! Mais oui, ilssont ainsi : Ils se marient pour annoncer à leurs épouses que, en vertu des engagementsconjugaux, dans deux semaines, à une certaine heure, ils vont faire un peu d’amour…- Vous aimez cela, n’est pas ? – caressa-t-elle ses joues, en se laissant bercée dans toutl’amusement qui les rendait heureux et les rapprochait. Pour s’arrêter tout à coup, attentive àce qu’elle avait de plus urgent à fialiser: Allons, donc, mettre les choses au point, étant donnéque Bǎlǎceanu est sur le point d’arriver et nous devons l’envoyer chez Napoléon, avec laleçon apprise par cœur !...- Nous l’enverrons ; nous l’enverrons aussi vite que possible – l’assura Brǎtianu en saisissantla gaieté de ses pensées et en souriant avec complicité. IIDe là où il fut déposé par la chaise de poste, prés des auberges de l’Evêché, la rue del’Académie se trouvait assez prés, dès lors Brǎtianu pris un bagage léger, abandonnant lesautres au chef de la poste afin qu’il les lui envoie à Piteşti et commença à marcher tout enrespirant insatiable l’air de Bucarest avec des jardins noyés dans la nuit et des sifflements degendarmes dialoguant au clair de lune à intervalles fixes. Cela, de même que la rotation deslanternes des tours marquait l’ordre nocturne de la ville, tandis que l’odeur des fleurs decerisiers ou de pommiers et l’autre dialogue, celui des chiens au-dessus des taudis, avait desondes chaotiques, tantôt discrètes, tantôt intempestives, répondant peut-être à certainssignaux des étoiles qui clignotaient par-dessus la ville au ciel bas, de campagne, en restantfixes seulement quand, de plus prés, du pont de Mogoşoaia qu’on sentait au dessous de petitesruelles délimitées par des clôtures au végétations bourgeonnantes, on distinguait les voix despassants, des portes des estaminets ou encore le son des sabots des chevaux attelés auxcalèches qui portaient les premiers fêtards à la maison ainsi que les pétulants vers des endroitsencore plus obscures que ceux dans lesquels ils avaient festoyé jusqualors.Malgré son arrivée hâtive et précipitée, en marchant sur ces pavés il paraissait nager dans lafamiliarité de l’atmosphère qui était la sienne ainsi quà sa ville. Seulement la sienne et à cetteville dans laquelle il avait fait des affaires et des soirées et des choses politiques et desrévolutions, avait tenu des discours graves sur la liberté, avait accompli des fonctions dunegrande responsabilité et attention, avait encaissé des injures, des accusations voire même desarrestations ou encore il s’était amusé avec ses confrères en sortant joyeux des soirées et enprovocant les cochers qui restaient en file, la nuit, pour gagner un sou de plus :- Cocher, êtes-vous libre ?- Oui, m’sieur.- Vive la liberté !Parce que chez eux tout gravitait autour de l’idée de liberté et même les blagues ne pouvaientfaire oublier le desideratum vital et, pour cette raison, ils avaient légèrement modifié laplaisanterie habituelle de Mitici (n.b. personnages caricaturaux de I.L. Caragiale) :- Cocher, êtes-vous vide ?... Retournez à la maison vous remplir !Il revenait chez lui, cest-à-dire dans l’insolite atmosphère de Dâmboviţa et, même dans lahâte qui l’emmenait, il était heureux de gouter de la nuit de ce « chez lui » : plus lente, moinsspectaculaire, mais certainement pas plus inferieure en tant que grouillement des gens, plaisirset intérêts que celle parisienne. Alors, il ne manqua pas d’aplomb en frappant à la porte deRosetti à une heure qu’on pouvait considérer comme « trop… », mais pas plus que « trop »,parce que elle pouvait tout aussi bien être plus tardive que « au petit matin ». Il savait quedans les ateliers côté rue, les typographes travaillaient plus activement que la journée, pourpouvoir sortir le journal et que l’heure du réveil n’était pas bien loin ni pour le patron, quiveillait comme un cerbère les mouvements politiques de la ville, toujours déçu par ceux qui
  • 19. étaient alliés pour la "cause" et toujours certain de cette cause qui semblait être unique ;constamment sans indulgence envers les adversaires et les fougueux, mais toujours dévoué àceux qu’il représentait génériquement sous le nom de « cause ».Comme s’il avait été là en permanence et n’avait pas été absent pendant tout l’hiver et unepartie du printemps, il fit un signe négatif au travailleurs qui, durant leur temps libre, ils luivendaient son propre vin apporté de Drǎgǎşani et Ştefǎneşti ; signe vers les fenêtres d’en haut,du fond de la cour, pour ne pas réveiller le maître. Et il commença à lire les galées, voiremême, à l’envers, les titres de plomb se trouvant sur la matrice, pour matérialiser l’image dela ville qui l’avait reçu en cachant ses mouvements dans la nuit. Que lui-même les connaissait,les devinait, il avait l’esprit de trouver en eux la vérité ; il voulait juste mieux les déchiffrerpour les buts qui l’avaient emmené en grande hâte.Parce que, du jour où, à Paris, on avait entendu de l’inclinaison des sept pouvoirs garants dedonner aux turcs le droit de déchirer et de séparer à nouveau les principautés pour ne plusadmettre qu’un souverain de souche, cest-à-dire de recommencer la zizanie, il était dans tousses états. Il avait fait tous les cabinets parisiens où il avait accès en essayant de trouver desalliés pour éviter une telle chose. Il avait communiqué, tant que le télégraphe le lui a permis,avec ceux d’ici, dont seul Rosetti lui avait répondu ferme, franchement entre eux deux, etmême si le langage était codé, il devait comprendre la nécessité dune solution radicale et,instigué de ce « il fait froid comme en janvier ’59, quand seulement nous et grâce à nous… »,ce que, dans la métaphore conspirative du langage de Rosetti, voulait dire quont émergé tantd’oppositions quil fallait agir comme au 24 janvier 1859 quand, en feintant toutes lesrestrictions, ils ont procédé comme personne n s’attendait, ils ont choisi Cuza également àBucarest, en mettant tous les ennemis face au fait accompli. Ils se sont confirmés lun l’autrede cette façon que des situations assez graves se préfiguraient au point quils devaientactionner en simposant et en mettant, à nouveau, l’ennemi devant le fait accompli,uniquement à travers eux-mêmes et lui, fuyant à nouveau en Allemagne pour voir le jeuneprince qui, une semaine auparavant, lui avait confirmé ravi, et même impatient, lareconnaissance pour l’offre qu’on lui faisait :DOCUMENTARY HISTORICAL NOVELSTHE BOOK OF THECRUSADERS’BISHOPS a documentary, ownbiographical novel of Corneliu Leu
  • 20. The “Bishop Grigorie Leu Foundation” and the writerCorneliu Leu presentTHE LIFE AND THE SUFFERINGS OF THE FIRST BISHOP OFTHE EXILE: VICTOR LEUVictor Leu was kidnapped by the KGB, interrogated for 7 months by Beria at Liublianca and wascondemned to death in Bucharest.Yesterday, in the foyer of the National Theater of Bucharest the book of the writer Corneliu Leu “TheBook of the Crusader Bishops” was launched. The volume is based on bibliographical documents of theBishop Grigorie Leu, martyr of Orthodoxy and victim of our century’s paganism, and on the documents ofthe inquiry by which his son, the Archbishop Victor Leu (he was kidnapped by the KGB) was condemnedto death. The writer Corneliu Leu, grandson of Victor Leu, the person who is the president of “BishopGrigorie Leu Foundation”, found and presented the documents from SRI (Romanian Secret Services)archives on the first exiled bishop of Romania. Hidden so long a time, the documents bring to lightanother page of unknown history. Vasile Leu, son of Husi bishop, Grigorie Leu, was one of the importantrepresentatives of the exile. Having escaped from the country and been ordained bishop of the exile,Victor Vasile Leu soon became the enemy number one of the communist regime and of Moscow.Kidnapped by KGB at Vienna, he was interrogated 7 months at Liublianca and was condemned to death atBucharest. Set free in 1964, Bishop Leu died in 1978, refusing any compromise with the communistregime and its enemies. Victor Leu considered all his life that the communist regime was a strait jacket forthe Romanian peoples’ soul and being.The First Bishop of the ExileVasile Leu was born in 1903 in Oancea commune, Galati County. After having graduated from theSeminary and the Faculty of Theology, he was ordained deacon for the archiepiscopate of Roman (aRomanian town), then, priest at Saint Spyridon Church of Iasi, and also assigned confessor at ColentinaHospital and the Gendarme House of Bucharest, as well as priest of Jianu parish of Bucharest. In 1947, hewas a counselor at the Department of Religions, for a short period of time. In 1948, the situation of thechurch started getting worse and worse, because the communist regime wanted to abolish it. At therequest of Soviet Union, The Romanian Orthodox Church was obliged, by an order received directly fromMoscow, to give up the parishes from Diaspora so as they pass under the jurisdiction of Russia. Beingaware of the danger and wanting to warn the Romanian Diaspora about this, many bishops, foremost ofwhom were Grigorie Leu of Husi and Chesarie of Tomis, decided to send some representatives into exile.Since the Metropolitan Visarion Puiu, who had already been abroad, was very ill, and the Romanianbishops had to pass under the control of the Moscow Patriarchate, set up by Stalin, the anticommunisthierarchs decided, after having been secretly consulted, to send the priests Florian Galdau and Vasile Leuinto exile. Since the wife of Vasile Leu had died following the bombardments and he was a reliableperson, being the son of Bishop Grigorie, he became a monk in order to be consecrated bishop in exile.On August 21st, 1948, the priests Vasile Leu and Florian Galdau left Romania, jumping from the train atthe railway station Isanova, and went to Yugoslavia. After having been arrested and interrogated by theYugoslavian security, they succeeded in escaping and reached Austria.General of the Romanian Army within the Atlantic ArmyAfter having stayed for a time in a camp, the two priests contacted the Ecumenical Council and the AlliedForces. They were set free and they became priests at the church of Salzburg. With the support of theEcumenical Council, a meeting of all the Romanian refugees from the exile was organized at Salzburg.That way, the Autonomous Romanian Orthodox Archiepiscopate of Western Europe was set up. Thecandidate for the episcopate was Vasile Leu, because Metropolitan Visarion Puiu, who had already been
  • 21. in exile, was very sick and paralyzed in a sanatorium in Switzerland. Atkinson, the representative both ofthe Ecumenical Council and the three allied powers, recognized immediately the election of Bishop Leu,to whom a passport of free passage was issued. Meanwhile, the representatives of the newArchiepiscopate went to Munchen for discussions with the three Russian bishops, who were in exile, so asto consecrate Vasile Leu as bishop. The profitable activity in exile began at that moment and the BishopLeu set up more Romanian Orthodox parishes and tried to unify the exile. He participated at theConference of the Orthodox refugee bishops, he visited the King Mihai in Switzerland and the QueenAnna confessed to him. The King Mihai asked him to contact Horia Sima to stop the attacks against themonarchy. The Metropolitan Visarion Puiu blessed [ Victor Leu ] and asked him to find another residence,because those from Switzerland pressed him to convert to Catholicism.At London, Romanians help him, among who was Ion RatiuAt London, he is welcomed by all the Romanians of the BBC, among who was Ion Ratiu and he wasofficially welcomed by the Minister of External affairs and by the Archbishop of London. On September1949, he set up the first religious broadcast, talking against communism, the persecution in the countryand also against all the elected bishops from the country. At Paris, he officiates a requiem for NiculescuBuzesti urging the Romanians to stay united around King Mihai and to fight till victory againstcommunism. He meets Horia Sima and tries to mediate between him and King Mihai. In autumn of 1949,General Radescu and King Mihai grant him the rank of General in the Romanian Armed Forces within theAtlantic Army. He receives the mission to contribute with General Puiu Petrescu in the creation of aRomanian army. At Munchen, on December 1949, he is consecrated bishop by Metropolitan Serafim,Archbishop Stefan and Bishop Filip and his new name is Victor-Vasile. In 1950, he meets the old King Caroland he resolves the problem of the accommodation of the Romanian officers at Paris. He accepts to usethe old farm of the king. Also, in 1950, he visits Spain and is welcome by Franco and he officiates arequiem, at the grave of the Spanish unknown hero, for the iron guards Mota and Marin, who died duringthe civil war. In Italy, he helps Viisoianu who had set up a Christian party. He writes articles in all theexile’s publications, he has a weekly broadcast at BBC, he speaks at the American radios from Salzburg,Munchen, the English broadcast from Gratz, the French radio from Innsbruck and regularly at Paris Radio.The discourses were in Romanian and he urged the people to fight against the communist regime. He setsup many Romanian parishes and issues thousands of certificates for the Romanian refugees so as theycan immigrate to other countries. Because of his activity, Bishop Grigorie is poisoned. In Romania, hisfather Bishop Grigorie Leu must retire, because the Episcopate of Husi is abolished. Being a stronganticommunist, Bishop Grigorie warns Petru Groza that it is not a good choice to transform the Patriarchyinto a “Sovrom-Patriarchy”.Kidnapped by KGB at Vienna and interrogated by Beria at LiubliancaOn February 25th, 1949, 2 days after the promulgation of the decree concerning the dissolution of hisEpiscopate, Bishop Grigorie is invited to Bucharest for discussions. When he comes back, he gets very sickand three days later he dies, being perhaps poisoned. Bishop Grigorie, who had opposed King Carol theSecond, the iron guard and the Antonescu regime, must pay now for his anticommunism, but, certainly,also because of the activity of his son, Victor Vasile, in exile. Being an “enemy to death” of communism,and also of Moscow, Bishop Vasile Leu is kidnapped on August 16th, 1952 from the English area ofVienna, after an injection had been made. He woke up 3 days later, with his hair cut, and in the prison ofthe Soviet troops. He is transported to Moscow and confined at Liublianca. He is interrogated 7 monthsunder the charge of being in the service of the American and English secret services. Beria himselfparticipated at some of the inquiries. He is transferred to Bucharest under the decision No.2417/20.11.1954 and is condemned to death for reasons of criminal treason. He refuses to be pardonedand deliberately refuses to delegate any person to make such a request on his behalf. “I realize that youwant to find out if I collaborated with the English information service. I said and I repeat that I didn’t spyfor anybody. I am an enemy of this Romanian regime, which turned the country into a kind of prison. Icarried out this activity because the communist regime is a strait jacket for the soul and the being of theRomanian people. The only decision which would honour me and the law court would be my
  • 22. condemnation to death”, declared Bishop Victor-Vasile Leu at the public session of the District MilitaryLaw Court in Bucharest on November 16th, 1954. And in his statements he declared: “I considercommunism as the main enemy of the Christians and that’s why this is the goal of my life”.Condemned to death, Leu (lion) remains Leu (lion)After having passed through all the communist prisons of Romania, he is set free in 1964 with the ticketNo.5949. His file from the security archive – which counts about 300 pages- and the testimonies of hisprison mates, point out that Bishop Leu didn’t give up and he refused making any compromise. The Leu(lion) remained a Leu (lion), as Teohay Mihadas mentions in his memoirs. Many times he made hungerstrikes. After the liberation, he refused to recognize the jurisdiction of the Romanian Patriarchy and hejoined to the traditionalist Orthodox Romanians (branch of the ‘Stylists’) which celebrates the holidaysaccording to the old calendar. He died in 1978, at Cernica monastery refusing any compromise till death.Leader of the Traditionalist OrthodoxAnother unknown page is represented by his activity after having been set free from the communistprisons. Initially, Victor Leu goes to Slatioara monastery, the head office of the old style Orthodox fromthe north of Moldavia. For the moment he is recognized as bishop. Following some dogmatic divergences,he retires at Bucharest. The ‘Stylists’ from the south of Moldavia, called also traditionalists, contact him.Persecuted many years by all the regimes, the traditionalists can be called a church of the catacombs.Victor Leu accepted to be their leader, he ordained priests and hierarchs. Thus, the first hierarch wasNifon Dobrogeanul, followed by the His Holiness Clement and His Holiness Cassian. At present, thetraditionalist Christian worshippers are led by His Holiness Gheronty and His Holiness Cassian. Thebelievers have over 4000 faithful members, 3 monasteries, 10 priests and a special religious life. Thedifference between the ‘Stylists’ from the south of Moldavia and those from the north is represented bycanonical problems. Those from the south don’t recognize any Mysteries of the Romanian Patriarchy,who uses the Gregorian calendar, called also the new calendar. Because of this, the faithful acceptedwithin the traditionalists are baptized, married etc…. Moreover in this thing, the traditionalists accusethose from the north, with the head office at Slatioara, that they don’t have a canonical hierarchy. In1956, the old Bishop of the Romanian Patriarchy, Galaction Cordun ordained 3 bishops for the northbranch of the ’Stylists’. Those from the south part remained, till Victor Leu, without a hierarchy. Theyclaim that an old bishop of the Romanian Patriarchy, ordained in 1935, after the calendar change,couldn’t have apostolic succession. These divergences still exist, the Orthodox Christians who respect theJulian [old] calendar are divided into two camps. In the south part, Victor Leu, the first hierarch of thetraditionalists, is venerated as living legend of Christian faith. He is a person who didn’t give up his faithand creed even when he was condemned to death.(Cotidianul newspaper, week November 19-25, Florian Bichir).DOCUMENTARY NOVELS THE NOVEL OF A GREAT DAY
  • 23. a documentary novel of Corneliu Leu BASED ON THE HISTORICAL DOCUMENTS, MEDIA EXCERPTS PUBLISHED AT THE TIME, DIPLOMATIC MAIL OR REPORTS AND AUTHOR’S INTERVIEWS WITH PARTICIPANTS AT THE EVENTS, THIS BOOK DESCRIBES A REVOLVING BASEPLATE OF THE SECOND WORLD WAR IN BUCHAREST AS IT WAS ANNOUNCED IN „THE NEW YORK TIMES”’ ISSUE OF SATURDAY, 26 OF AUGUST 1944. The characters are real personalities of the time as Hitler, the marshal Antonescu chief of the Romanian State and its Government, the young king Mihai without statal responsabilities and its staff-people, romanian and foreign diplomats, soviet spies and commanders, a lot of political people portrayals and them destiny: Antonescu shooted, King Mihai the first obtained the Stalin’s Victoria Order for contribution at the II-nd World War and, after 60 years, a similar medal of Putin, Eugen Cristescu, chief of the Romanian Intelligence Service, prosecuted and condemned at death toghether with Antonescu but, on the way of the execution’s place, disappeard. Real subsesequent martyrs were the patriots Iuliu Maniu, Dinu and Gheorghe Bratianu dieds in the communist prisons. The same destiny had even the communist leader of that time, Lucretiu Patrascanu prosecuted for nationalism by Stalin. Unable to wait to be arrested by the insurgeants or condemned by Hitler, his ambassador von Killinger killed oneself in his office of Bucharest under his own picture. Another high german dignitary Clodius, whose mission was Ankara, putted in at Bucharest by his own mind, fell prisonier; he generals Gerstemberg, Hansen and Friessner too. The book demonstrate that the so named „soviet liberator army” entered in Romania as a real occupation army which, with the permission of Churchill and Roosevelt imposed by weapons the communist regime. Because the Russian army arrived in Bucharest more long time after the Romanian insurrection and, olnly in the year 1949, preparing the celebration of the first five years from this event named “The liberation by the glorious Red Army”, soviet photographers and cameramans has made tricked photographies and films with worker-troops and happy population welcoming the Soviet liberators. At the other aniversary days, these-ones becames official documents. The first cover of the book represents page one of «The New York Times»’issue of Saturday, 26 of August 1944.The last cover is the 10 lei plaster printed in the name of the Red Army and registered at Moscow, to oblige the Romanians to accept it as the occupation money. It demmonstrates how the occupation of Romania was prepared before.FICTION Roma Termini (Romanian Edition) [Kindle Edition] a novel of Corneliu Leu
  • 24. To be a child escaped from the comunists terror, without a father, a mather, a country and,at the end of your life to be considered one of the most powerfull financial decidents of theword!... To be one of the Davos-Council members and to have the ideea to refuse thishonnour and all your other vip-positions, returning in Roma Termini to become one of thebeggars of its underground people!... To continnue your hig-life or to return at the age whenyou was an youthfull person?... Here you are the existential questions on the most importantaspects of our contemporary life offerd by this full of meditation novel. UN LIVRE EXCEPTIONNEL DE CORNELIU LEU : « ROMA TERMINI » A partir du symbole de la Gare : point de départ et point d’arrivée, l’auteur réussit à boucler laboucle, comme sous le signe d’Ouroboros. L’éternel retour au point de départ annule la valeur del’évolution, contredit la spirale évolutionniste par l’image des dessous et des soi-disant dessus de gare,ces undergrounds (les uns et les autres) où pullulent, côte à côte, misère physique et misère morale,déchéance biologique et déchéance spirituelle, où l’icône même de la patrie mue en ubi bene, ibi patria,ce qui équivaut à vendre son pays pour un rien de vie… Ce qui ne mène à rien, sinon au rien lui-même… Mais la gare n’est que l’entrée dans un labyrinthe dont toute issue est impossible, quoi qu’on fasse etquoi qu’on dise, quoi qu’on espère et quoi qu’on réalise ici-bas. Au bout de ces tunnels sans bout il n’y aaucune lueur, aucune indication vers la sortie de cette impasse qu’est la vie. Partout règne la misère etsur toute cette misère, règne le Roi Misère, un rescapé de la boue, qui a réussi à se solidifier, à prendreun contour quelconque, à acquérir une certaine personnalité. Et à devenir la Personnalité dominante deces êtres sans personnalité, vivant (façon de parler) leur vie à l’impersonnel, en personnalisant - pourainsi dire - leur impersonnalité (paradoxe ou pas, les choses en sont là !). Il paraît qu’au dessus de l’entrée, il est marqué, sur un écritoire : Lasciate ogni speranza, voich’entrate !... Et, à propos de gare : Au bout du quai, le rouleau ! Et pourtant, dans cette atmosphèrepolluée de tous les points de vue, il y a – de temps en temps - des fleurs de moisi (comme dirait notreArghezi) qui changent, pendant un instant apparent, en immortelle des neiges et portent fruit des grandshommes, de ceux qui vont régner sur ce bas monde, trop bas, hélas, pour que le trône de leurs esprit etintelligence puissent faire saillie, sortir en relief et servir de modèle aux autres… Même ceux qui servent
  • 25. aujourd’hui d’exemples au monde, proviennent de l’immonde, des entrailles du mal et des gangrènes lesplus terribles. C’est d’une telle gangrène sociale (si l’on peut dire) que meurt le père qui, pour une fois,perd la partie. Tout en ayant beau jeu - il avait beau jouer à ce jeu - il lui fallait perdre à tout prix, mêmeau prix de sa vie. Il avait guéri de sa gangrène biologique, mais n’avait pu guérir de la gangrène sociale, dela souillure qui foulait aux pieds ses valeurs et ses convictions, sa fois et son mode de vie, sa civilité et sacivilisation à la fois. Il n’a pas tenu le coup, il a cédé le pas et la vie avec… Plus ou moins apparent (ou évident…), Corneliu LEU reprend à sa façon et avec les moyens de lalittérature actuelle, la descente aux enfers de la Divine Comédie de Dante (du reste, une fine allusionapparaît dans le texte, le nom d’un certain Dantès, qui renvoie plutôt à Dantes qu’au personnage dumême nom (Edmond Dantès) du Comte de Monte Cristo (bien que le Château d’If tienne un peu de cemoderne enfer terrestre), en changeant un peu de titre et de direction : L’immonde comédie humaine, ouplutôt inhumaine… Car il va aux extrêmes, il ose descendre au plus bas possible, ce à quoi son acquislittéraire et son expérience sont pour beaucoup, car il peut se payer l’accès à la psychologie abyssale dontnous parlions tout à l’heure. L’auteur renverse le syntagme : de père en fils, en : de fils en père, car le fils qui voulait être commeson père jusqu’au point de s’identifier avec lui, mue en son propre père, veut retrouver sa paire commeon dit, veut redevenir le fils à l’image du père, mais perd sur toute la ligne. Même s’il avait tiré une lignede séparation d’avec son passé, il oublie que la caque sent toujours le hareng et voudrait franchir cetteligne, mais s’y prend le corps et l’âme : le corps du vieux et l’âme de l’enfant, et retombe en lui-même.Cette absurde – apparemment – superposition de plans et cette violation de la logique du sens communnous font penser, toutes proportions gardées et en changeant un peu de perspective, au Château deKafka. Nous sommes enclins à croire que la pensée de l’auteur roumain va et vient entre le château et lachasse d’eau… : il y a le mot chas et l’expression passer par le chas d’une aiguille, et l’eau qui passe, quicoule sans cesse, tout comme la vie de l’homme sur terre, malgré le Sic transit gloria mundi… Il y al’ambigu chat d’eau (est-ce que ça existe ?!) et la chasse, de l’expression : tirer la chasse, très connotée enroumain. Du reste, même l’écriture de Corneliu LEU nous apparaît conçue selon les canons du Françaisécrit, il y a des tournures très spécifiques du français, comme s’il avait pensé son roman en français, voirequ’il l’eût traduit du français en roumain. Mais le côté fort, l’inédit si l’on peu dire de ce roman, est cette course à l’autre Soi, cette ruée de lafin (qui approche) sur le début, dans l’espoir probable mais impossible d’y changer quoi que ce soit, etsurtout ces retrouvailles du vieil homme avec le jeune homme, au fait l’adolescent qu’il avait été audébut de son périple dans les bas fonds de la société, d’où il fut éjecté, grâce à son intelligence, vers le
  • 26. soi-disant beau monde, le tout New York, vers la crème de la société et le haut du panier, la fine fleur(tout une restant une fine fleur de moisi, à l’Arghezi, voire une fleur du mal, à la Baudelaire). Cette introspection rétrospective, cette descente aux commencements, cette étrange envie d’être àcent pieds sous terre (et il y réussit !), cette déambulation du centre du pouvoir au centre del’impuissance, ce dévalement des gratte-ciels aux bauges ou sévit la misère du monde, où la racaille segave de salissure, est une chute en soi, est le retour aux débuts du mal, car de deux maux, il faut choisir lemoindre, n’est-ce pas ? Ces innocentes victimes de la misère du monde, comme son oncle Costi (renvoiévident à côtier, aux marins des côtes, mais aussi au naufrage du navire tombé sur le côté, ou sur le sabled’une certaine côte, un homme qui avait eu la côte dans le temps mais était descendu plus bas que terre,mais aussi un possible renvoi à l’hostie… Du reste, l’auteur m’a avoué que ce roman est écrit à l’intentiondes lecteurs français/francophones), sont préférables aux pervers personnages du monde de la finance,qu’il fréquente (quand bien même il les trouverait peu fréquentables…) et côtoie avec toujours moins deplaisir, ce qui lui fait quitter le monde des forts (en gueule et en mâchicoulis) de la finance pour leurpréférer les démunis, les dénantis, mais qui, dans leur misère, ne pouvaient faire du mal qu’à eux-mêmes,très peu et très rarement aux autres, mais jamais à l’échelle de la planète, comme les potentats de lahaute finance, les banquiers du monde. Ce dialogue du moi présent avec le moi passé, de la sagesse de l’âge mûr avec l’insouciance et lahardiesse de l’adolescence déjà jeunesse par les dangers auxquels elle se confronte, n’est pas un simplemonologue, mais un dialogue dans le miroir du temps : le vieux aime ce qu’il voit – il se revoit enfant,alors que l’autre – l’enfant, trouve désagréable le minable spectacle du vieux et lui donne le balai, en fait,il le planque et se tire, car l’image de cet élégant croulant Bon Chic Bon Genre lui insupporte au plus hautpoint… Nous sommes à deux pas du théâtre de l’absurde d’Eugène Ionesco, et nous nous demandons s’iln’invente pas des fois - avec ce mini roman - un nouveau genre ?! Le roman absurde, de factureprincipalement psychologique, d’un souffle nouveau, puisant aux grands auteurs qui l’ont plus ou moinsprécédé dans cette voie… Mais au-delà de cette réussite littéraire, de ce coup de maître, perce un message poignant : le retouraux sources, l’amour de la patrie qu’il ne faut jamais quitter, même si les vendeurs d’illusions se font fortsde vous offrir la lune ou un pays de cocagne… Rien de tout cela ne leur serait arrivé, s’ils étaient restéschez eux et n’auraient pas abandonné les leurs et leurs problèmes, ce qui reviendrait non seulement àabandonner la partie, mais aussi à une honteuse lâcheté. Ils n’auraient jamais perverti leurs âmes, ne seseraient jamais perdus les uns des autres, la séparation n’eût pas été possible… Et là, nous croyons
  • 27. entendre Cioran, qui affirme qu’il aurait mieux fait de rester chez lui, avec les bergers de Coasta Boacii, entout cas il aurait été tout aussi sage qu’il est devenu en France, loin des siens, au prix de les perdre un àun, sans jamais pouvoir les revoir. Malgré ses petites dimensions, ce roman mérite au moins deux thèses de doctorat, une en littératureet une en psychologie. Cette bizarre mise sens dessous dessus des perspectives, ce renversement desplans, ce franchissement, voire violation de la logique courante et de la prose traditionnelle, cetanarchique bouleversement des situations, ces changements du tac au tac de personnages et de leursétats d’âme, la belle écriture classique du point de vue du style, d’où est bannie toute vulgarité outrivialité, font de ce petit livre un grand livre, voire un livre exceptionnel, et nous espérons que la critiquede haut vol ne manquera pas l’occasion d’en parler comme il faut. («Pluralitas» ,»Prospettivapersonna « , «Port@Leu «, «Romanian pages «, etc) Insulele – The islands a novel of Corneliu Leu A novel in four parts and an epilogue which analyses with lucidity, sarcasm and imagination the dangers of modern warfare. The action - local confrontations occuring in a civil war -takes place on a remote island. Supplying one of the parts with aircraft and air-to-air missiles and the other part with anti-aircraft and surface-to-air missiles, sending its military experts as instructors in the use of this weaponry, a weaponry concern distorts the sense of the war on the island turning it into a means of testing and perfecting its armaments. The main character, who is the central point-of-view, is a young newspaperman coming from a country of long-standing democratic traditions. He is participating in the war in his capacity of a press correspondent coming to the island with his heart set on frankly depicting the heroic struggle, but he runs up against some dubious interests. Thus, he is involved in many incidents which create numerous situations of suspense and mistery. However, all his experiences cant deter him from seeking to disentangle matters. In his somewhat naive, Byronic-romantic-beliefs, in his trenchant sincerity which makes him appear somewhat childish, he becomes dangerous in the eyes of the interested people. A love-story unfolds in parallel with the political and military adventures of the hero. The classical dilemma of the contradictions between the emotional life of the individual and the political motives of matters, thus acquires wide- ranging significance against the background of the contemporary tensions The islands by Corneliu Leu
  • 28. published on 11/19/2009 About The Book A novel in four parts and an epilogue which analyses with lucidity, sarcasm and imagination the dangers of modern warfare. The action - local confrontations occuring in a civil war -takes place on a remote island. Supplying one of the parts with aircraft and air-to-air missiles and the other part with anti-aircraft and surface-to-air missiles, sending its military experts as instructors in the use of this weaponry, a weaponry concern distorts the sense of the war on the island turning it into a means of testing and perfecting its armaments. The main character, who is the central point-of- view, is a young newspaperman coming from a country of long-standing democratic traditions. He Aceasta viata sentimentala - "Oh this sentimental life! " (Romanian Edition) [Kindle Edition] a novel of Corneliu LeuBook DescriptionPublication Date:June 19, 2012It is a full-romantic love story in the troubled romanian society under the nazy and, after, thebolshevik occupation, evoquing the saga of the pour souls under the totalitarism and theintellectual rezistence.
  • 29. LIFE LIKE THE MOVIES or THE 13-TH WAGGON a novel of Corneliu Leu a new book of the Corneliu Leu’s series on „The misteries of the peaceful town X...” A new novel by CORNELIU LEU: Thirteen is the number of the plundered waggon of a train which transports secret guns! After the robbery, the published news provokes a lot of conflicts and investigations. "The life like the movies" belongs to an inspired artist, pedantic but intemperate, which is trying to teach the art of making movies to a cohort of romantics students. All of them find themselves involved in a mysterious conflict with drugs and arms traffickers, politicians and other people of a so called high society. Sexy Bomb is a beautiful young woman, well known by the people behind the camera. Her presence complicates the corrupt underworld life described in the book. This new novel by Corneliu Leu, belonging to the series: „Mysteries of the peaceful town X...”, signify a true satirical fresco of a contemporary convulsed society.Procurorul din X... - Theprosecutor ofc the X... city a novel of Corneliu Leu The book edited in Romanian contains the new novel of Corneliu Leu:"Procurorul din X..." ("The Prosecutor of the X... city") a contemporary story on the realities of the romanian socialist-capitalist gtransition, developped with realistic analysis and sarcastic humour in the wellknown modern novel style launched by the author. This new novel by Corneliu Leu, belonging also to the series: „Mysteries of the peaceful town X...”, signify a true satirical fresco of a contemporary convulsed society.
  • 30. Pretul dragostei, al credintei si al urii - "The price of the love, of the trust, of the hate" a novel of Corneliu LeuA dramatical love story under the manipulations of some communist little chiefs of a county,insignifiant locals as hierachy but, in them area poverfulls like the big chiefs of the party,become the symbol of the hate of the real sentimental population against the totalitariansystem. In an athmosphere like in the westerns, the sincerity of a love story against the totalunsincerity of the dictatorship, able to change by its nice and pure developemant theinsensibility appearences of a population of trubled souls under the unspiritual bolshevism.STUDIES, MEMOIRES Personalismul -"The personalist philosopphy" – a study of Corneliu Leu