WAX TAILORCouvert u re : MELANIE PAINNUMERO 146ANNÉE 21DECEMBRE 2010Édité par PRESTO! PRESSEBP 1112 – 59012 LILLE CEDEXTEL...
PRESTO!Un nouvel endroit où trouver PRESTO!dans le Nord; à Denain au Théâtre et à la Médiathèque ...
Par Bertrand LANCIAUXGRANDESFIESTAS ! nvie de s’échauffer avant les grandes fiestas de fin d’année ?E Direction l...
VENDREDHIP HOPTous les premiers vendredi du moisle collectif BEATBOXON vous donnerendez-vous pour une soirée soul etfunk.V...
LA GUNSrchétype des groupes de hard-rock qui firent les grandes heuresA du Sunset Strip des 80’s, les LA GUNS sont le...
MELANIE PAINPar Steff Le CHIEN - Crédit photo : Y. Bottalico Tu peux être détruit puis faire u...
NOËL All...
GREEN VAUGHANPar Geoffrey SEBILLE envisage d’aller applaudir les de...
RANDY TWIGGPar SchnapsDans la catégorie le rock est mondial bien avant le capitalisme (mais il est ...
VALENTINE’S DAYPar Schnaps Oui, nous avons commencé il y a...
EMILY JANEWHITEPar Emmanuel QUEVAPersonnage tendrement fragile par la texturemême de son chant et des mélodies qu’elle off...
NOIDPar DJ NeuroticOriginaire de Caen, les quatre de NOID ont uneforte expérience de la scène avec plus de 200concerts à l...
HITCHPar Grégory SMETS et Sandra THIEFFRYIl ne faudra pas rater ce concert qui sera lun des derniers de HITCH qui met ...
SEAN CARNEY LA NUIT ...
SENSAS LE 106Par Bertrand LANCIAUX fréquentation abondante des studi...
AN PIERLE et sérénitéUn album entre urgencePar Steff le CHIEN Oui...
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
Presto rock n°146 décembre 2010
of 32

Presto rock n°146 décembre 2010

Published on: Mar 4, 2016
Published in: Education      Business      
Source: www.slideshare.net


Transcripts - Presto rock n°146 décembre 2010

  • 1. WAX TAILORCouvert u re : MELANIE PAINNUMERO 146ANNÉE 21DECEMBRE 2010Édité par PRESTO! PRESSEBP 1112 – 59012 LILLE CEDEXTEL : 03 20 17 06 91EMAIL : contact@presto.presse.frN° CP : 72976Dépôt légal : à parutionIMPRIMERIENIMIFI NEVADA, Bruxelles (B)RÉDACTIONRÉDACTEUR EN CHEFPatrick FELIXSECRÉTAIRE DE RÉDACTION EDITOBertrand LANCIAUXMISE EN PAGE Samuel SYLARDCONTRIBUTEURSDorian BRIQUANNE, Nicolas BUI-GNET, Guillaume CANTALOUP,Thomas CEUGNART, Julien COURBE, Un autre mec bien Par Patrick FELIXPatrick DALLONGEVILLE, François Pour les considérations de fin d’année on a le choix; évoquer laXavier DUQUESNOY, Maryse bamboula consumériste et généralisée qui nous attend dans quel-LALOUX, Bertrand LANCIAUX, SteffLE CHIEN, Sébastien NOWICKI, ques semaines ou se donner quelques bonnes raisons de ne pas yEmmanuel QUEVA, Arnaud SAN-TERRE, SCHNAPS, Geoffrey penser et se mettre déjà en train pour 2011.SEBILLE, Mathilde SENECHAL, ne fois n’est pas coutume c’est la télévision qui nous donnera un petit coup de UGrégory SMETS, Sylvain STRI-CANNE, Nicolas SWIERCZEK... main. Je vous rassure à PRESTO! nous sommes comme vous chers lectrices et lecteurs, nous y regardons plus souvent des âneries (ce que nous regret- tons aussi sec !) que des chef d’œuvre de la culture. Mais parfois, en se forçant un peu on tombe sur un documentaire qui nous raconte la vie deMensuel gratuit tiré à 30 000 exem- Stéphane Hessel.plaires disponible dans le Nord, le Ce gaillard est allé de Berlin à Paris en passant par Buchenwald, des rafles de 1944 àPas de Calais et la Picardie pour la l’ONU en 1977, rien que ce raccourci donne le vertige. A 91 ans il pourrait se tenirFrance et la Wallonie pour la peinard chez lui en Haute-Savoie à observer les marmottes. Non, il continue à s’indigner,Belgique, dans plus de 460 points dediffusion. Le numéro Spécial Festivals car son truc à lui c’est ça; l’indignation. Lutter contre l’indifférence, ne jamais se diredÉté est lui tiré à près de 100 000 qu’on n’y peut rien mais s’engager, toujours.exemplaires et diffusé partout en C’est évidemment un peu bizarre de vous proposer en exemple un “vieux” de 91 ans, etFrance. vous n’êtes pas obligés de me croire sur édito. Alors jetez un œil sur son bouquin Indi - gnez-vous ! (petit, 32 pages et pas cher 3€, chez Indigène Éditions). Vous pourrez alorsPRESTO! PUBLICITÉ paraphraser Audiard (100.000$ Au Soleil); “Quand un type de 91 ans qui a vécu ce qu’ilSamuel SYLARD a vécu dit certaines choses, ceux de moins de 60 ans qui n’en ont pas vécu le dixièmepub@presto.presse.fr l’écoutent !”TEL : 0952 603 406 P.S. de saison ; PRESTO!, toute sa rédaction et ses collaborateurs vous souhaitent dewww.presto.presse.fr bien terminer 2010 et de nous retrouver en 2011 ! 146 DECEMBRE 2010 • 3
  • 2. PRESTO!Un nouvel endroit où trouver PRESTO!dans le Nord; à Denain au Théâtre et à la Médiathèque (rue de Villars) à Lille chez Inter Micro & Réseaux (240 rue du Fbg de Roubaix), au Puzzle (115 rue Meurein). En Picardie : à Mouy à la MJC (31 rue Léon Bohard). En Belgique : à Mons au Café Le Parc (27 rue du Parc).LESSIVÉ !Original ! Les étudiants de l’IEP DELILLE vous proposent deux concertsdans des lavomatic lillois...SAMEDI 18 DECEMBRE...HARD’AC (17h) et JIIMI WAS GAIN(18h) au 83 rue d’ArrasTHE FREAK AND GYPSIES (19h) etBLEWJOB (20h) au 57 rue desPostesJOBTOI L’HÉROÏNE cherche un guitariste-compositeur. AND SO I WATCH YOU FROM AFARtoilheroine@hotmail.comJOB 2La toute nouvelle MÉDIATHÈQUED’ANZIN dispose d’un auditorium de LA BANDE DES 4 e projet 4X4, visant à fédérer un réseau trans- Current 93), et le batteur Chris Corsano (Sonic Lcent places. L’idéal pour vous yproduire, envoyez donc toutes vos frontalier de 4 salles de concerts (GRAND MIX, Youth, Six Organs of Admittance, Sunburned Handinfos (coordonnées, style, démos) DE KREUN, 4AD, 4 ECLUSES) prend de l’épais- Of The Man). Musiciens de très haut niveau, ilsMédiathèque, Place de Boussu seur. Après la carte commune, les co-produc- maîtrisent parfaitement l’histoire du rock expéri-59410 ANZIN tions, l’accompagnement artistique… Voici mental, dont ils ont écrit quelques mystérieusesTEL : 03 61 32 10 60 venir le premier festival. Comme il fallait s’y pages, ce qui évite les redites. Complexe et crucial.mediatheque@ville-anzin.fr attendre, la bande des 4 s’est pliée en 4 pour À noter que RANGDA partagera la scène avec mitonner un programme très axé sur la découverte HOWLIN’ RAIN, projet d’un autre Comets On Fire et l’innovation. Le DE KREUN ouvre le bal avec le (Ethan Miller) proposant une vision très personnelle rumeur sonique AND SO I WATCH YOU FROM du psychédélisme qui pourrait ravir les fans desJOB 3 AFAR. Ce quatuor instrumental donne la parole aux premiers balbutiements de Black Mountain. LeDans le cadre du TREMPLIN FRANCE larsens, soit un metal aventureux qui flirte parfois GRAND MIX fermera la marche avec un concert àÔ FOLIES, un concert de sélection avec le space-rock et le free-jazz mais sans jamais haut risque : HELMET le retour. Ce groupeaura lieu le MERCEDI 19 JANVIER à oublier de laisser une bonne dose de gomme au mythique des années 90 popularisa l’ouverture duLa Cave aux Poètes, et le groupe décollage. Grosse sensation outre-Manche et dans rock dur vers des pratiques plus aventureuses.sélectionné se produira aux Franco- le milieu avant-rock, ASIWYFA pour les intimes Nourri des undergrounds musicaux radicaux desfolies de la Rochelle. Attention il faut devrait faire beaucoup de bruit dans cette incursion années 80, HELMET parvint à en faire une synthèseêtre roubaisien et postuler avant le continentale. Les 4 ECLUSES de Dunkerque appréhendable par le plus grand nombre. Après10 décembre ! embraieront avec la nouvelle sensation belge MY HELMET, on considéra le metal avec moins deInfos : www.ville-roubaix.fr LITTLE CHEAP DICTAPHONE. Pas vraiment des condescendance. À l’heure du come-back, on ne débutants, ce nouveau projet de Redboy (Hollywood demandera plus à HELMET d’être visionnaire, mais Porn Star, Jaune Orange) s’est donné les moyens de simplement de retrouver l’acuité de ses troisJOB 4 sa grandiloquence : grosse production et grosses influences. On navigue des symphonies à la Mercury premiers albums.Le PODIUM MUSIQUE ACTUELLES, Rev à la musique de chambre capitonnée de Blackaura lieu le 19 mars à Bailleul mais Heart Procession. Érudit, précieux sans être ridi- JEUDI 09 DECEMBREla sélection démarre et la date limite cule, MY LITTLE CHEAP DICTAPHONE peut agacer AND SO I WATCH YOU FROM AFAR A Courtrai [B] DE KREUNd’inscription c’est le 16 janvier donc par son appétence mais les amateurs de superpro- VENDREDI 10 DECEMBREon ne traîne pas. duction pop ne resteront pas sur leur faim. Ça se PACOVOLUME, MY LITTLE CHEAP DICTAPHONEInfos : Service Jeunesse et Culture couvre ensuite au 4AD de Diksmuide, avec la venue A Dunkerque [59] 4 ECLUSES22 rue d’Ypres 59270 BAILLEUL du superband d’impro rock RANGDA. Ce trio SAMEDI 11 DECEMBRETEL : 03 28 49 29 89 regroupe trois pointures du rock expérimental : les HOWLIN RAIN, DANDY DAVY, RANGDA A Diskmuide [B] 4ADchugues@ville-bailleul.fr guitaristes Sir Richard Bishop (Sun City Girls) et Ben DIMANCHE 12 DECEMBRE Chasny (Six Organs of Admittance, Comets on Fire, LAFARO, HELMET A Tourcoing [59] GRAND MIX4• 146 DECEMBRE 2010
  • 3. Par Bertrand LANCIAUXGRANDESFIESTAS ! nvie de s’échauffer avant les grandes fiestas de fin d’année ?E Direction la Belgique, La Condition Publique et La Péniche. En apéritif, le CACTUS CLUB de Bruges servira une soirée Ninja Tune. BONOBO viendra déployer son trip-hop cosy très influencé par le jazz et la soul à l’épreuve de la scène. Il ne faudra manquersous aucun prétexte son compagnon de label JON MCCLEERY.Annoncé comme une émanation de Jeff Buckley et Nick Drake, le folkjazzy de MCCLEERY ne ménage pas ses effets pour vous dépouiller detoute retenue, mais ça marche. De la retenue, voire de la dignité, il faudra en faire votre deuil pour la venue de O N E MAN PARTY, alias Steve Slinge- neyer. Pièce d’origine du groupe Soulwax, en tant que batteur, ce Gantois a décidé de troquer ses fûts pour des platines. DJ coté, Steve Slingeneyer refuse de choisir entre le rock et la techno, à partir du moment où ça botte les fesses ou que ça prête à chorégraphie. Festive avant tout, cette musique terriblement effi- cace ambitionne d’abord de mixer les styles et les publics.Les Norvégiens de CASIOKIDS partagent la même démarche. Mêmesi chez eux, la pop est dominante, CASIOKIDS renouent parfaitementavec l’innocence de l’adolescence de cette musique tout en y ajoutantune sérieuse dose de dérision bien contemporaine. On ne sait doncplus de qui on s’amuse sur le dancefloor, de la musique, du groupe, desoi-même ou des autres. Gentiment perturbants, les pétulants Casio-kids évitent soigneusement le transgressif et le régressif. Trèsrécréatif. Le concert de rap est rare en région, le rap féminin encore plus. On peut donc considérer comme un authentique événe- ment la venue de la Chicagoaine PSALM ONE. Signée chez Rhymesayers (POS, MF Doom, Blueprint…), PSALM ONE s’est imposée comme une valeur montante d’un rap underground américain, refusant les diktats des clichés de l’industrie du rap de masse. Prônant l’ouverture musicale, cette rappeuse, qui a appris le chant à la chorale de l’église, revendique des influences allant de Stevie Wonder, FionaApple, Prince en passant par MC Lyte. Reconnu discographiquement,sa très bonne réputation scénique la précède pour sa premièretournée sur le continent.Toujours à la Péniche mais à mi-chemin entre l’electronica et l’abstracthip-hop, le jeune GOLD PANDA viendra attester que sa musique estune espèce rare. Bien que souvent comparé à Four Tet, la musique deGOLD PANDA dégage une certaine capillarité avec la pop ou le folk.L’électro ne sert pas ici de camouflage ou de lifting. La puissancehypnotique, qui se dégage de cette musique faussement apaisante,renvoie mille éclats de reflets futuristes et explore nos vies anté-rieures. En apesanteur, coincé dans une boule à facette.JEUDI 09 DECEMBRE PSALM ONE A Lille [59] LA PENICHEJEUDI 09 DECEMBRE CASIOKIDS A Roubaix [59] LA CONDITION PUBLIQUEVENDREDI 10 DECEMBRE GOLD PANDA A Lille [59] LA PENICHEMERCREDI 15 DECEMBRE BONOBO, JON MC CLEERY A Bruges [B] CACTUS CLUBJEUDI 16 DECEMBRE STEVE SLINGENEYER A Courtrai [B] DE KREUN 146 DECEMBRE 2010 • 5
  • 4. VENDREDHIP HOPTous les premiers vendredi du moisle collectif BEATBOXON vous donnerendez-vous pour une soirée soul etfunk.VENDREDI 03 DECEMBREA Boulogne/Mer au VOLE HOLEANTRA’ZIK 3Après le beau succès du n°2ANTRA’ZIK prépare son n°3. Voilà lespremiers noms : FLOW, LA GOUTTE,Evelyne GALLET, BURIDANE,BARCELLA, Chloé LACAN...DU 03 AU 05 FEVRIER 2011A Lille à l’ANTRE 2TÉLÉANNAÏCK sera sur Calais TV leMERCREDI 12 JANVIER 2011. ROKEN IS DODELIJK © MATTHIEU DROUETLOCALLassociation NASDAC, connue pourl’organisation du FIVESTIVAL,recherche des associations pourpartager un local à Fives ! EN CHANSON... E POCHE connaît la chanson. Une première avec Gene Vincent, ça en imposait tout autant que Lasso-nasdac@laposte.netTEL : 06 28 35 36 43 soirée sera consacrée à deux groupes jouer avec Devendra Banhart. LES BOURGEOIS DE “émergés” de la scène régionale. Qu’il s’agisse CALAIS eurent ce talent et cette chance d’incarner de ROKEN IS DODELIJK ou de LOUIS la frénésie rock des juvéniles 60’s et déjà cette AGUILAR, chacun de ces artistes incarne fascination pour les anglo-saxons. Ils fêteront leurHORAIRES cette fascination pour une certaine forme d’ameri- noces d’or avec le rock au Centre Culturel Gérard cana lo-fi. Incarnation d’une génération ayant les Philippe de Calais. Respect.Chez AMPS GUITAR vous trouvez moyens de ses ambitions, ces locaux partagerontPRESTO! mais attention les horaires la scène pour chanter qu’ils sont d’ailleurs. Dans unchangent : mardi et jeudi registre plus “variété”, la soirée réunissant VENDREDI 03 DECEMBRE ROKEN IS DODELIJK, LOUIS AGUILAR(13h30/19h30) mercredi, vendredi MÉLANIE PAIN (Nouvelle Vague) et LOLA BAÏ A Bethune [62] LE POCHEet samedi (10h/12h et 14h/19h) reste fidèle à une chanson bien de chez nous, DIMANCHE 05 DECEMBREAMPS GUITAR 6 rue de Lille 59554 puisant quand même quelques effets à la pop inter- LES BOURGEOIS DE CALAIS, ERVIN TRAVIS, DANI DELSON,NEUVILLE ST REMY nationale. BURT BLANCA Il y a cinquante ans, remporter la coupe du meilleur A Calais [62] CENTRE CULTUREL GERARD PHILIPPE groupe européen au ”Rock Across The Channel” ça VENDREDI 10 DECEMBRE valait bien le CQFD des Inrocks et partager la scèneSTUDIO MELANIE PAIN, LOLA BAÏ A Bethune [62] LE POCHENouveau studio denregistrement etde mixage dans la région ! Situé à DUB IN FRANCEBéthune, le studio IN SITU ouvrirases portes le SAMEDI 11DÉCEMBRE. A cette occasion, unejournée de studio sera offerte auxgroupes y participant ! e dub made in France se porte Consacré depuis huit ans par le très bon L55 Rue des Pâquerettes bien. Le label Jarring Effects TÉLÉRAMA DUB FESTIVA L , on y62400 BÉTHUNE est en grande partie découvre que l’onde de choc decontact@studio-insitu.fr responsable de cet cette musique jamaïquainewww.studio-insitu.fr essor tout comme overdub les projets des HIGH TONE, groupe chimistes sonores à travers la fétiche de cette maison de planète. La Grange àBIENTÔT L’ÉTÉ disque lyonnaise. Au pays de la chanson à boire, Musique de Creil accueillera une des étapes de ce festivalLes dates des festivals : HIGH TONE a su s’im- itinérant avec JAHCOOZICOULEUR CAFÉ (Bruxelles) : du 24 au poser comme étant bien (Allemagne), 340ML26 juin. plus qu’un groupe (Afrique du Sud) et TURNS- prétexte à fumette. Leur TEAK (France). Métissage àZWARTE CROSS (Lichtenvoorde - B) : electro-dub se suffit à lui- tous les étages.du 16 au 18 juillet. même pour entrer dans un état de conscience sonorePas de festival mais un concert modifiée. Mauvais genre d’hier, VENDREDI 03 DECEMBRE TELERAMA DUBunique de BON JOVI le 24 juillet à le dub a gagné d’ailleurs ses HIGH TONE FESTIVAL A Creil [60] GRANGE A MUSIQUEZeebrugge, la location est déjà lettres de noblesse depuis que l’on a JEUDI 16 DECEMBRE HIGH TONE, JUNIOR MARKET retrouvé son ADN dans le rap et l’électro. A Tourcoing [59] GRAND MIXouverte !6• 146 DECEMBRE 2010
  • 5. LA GUNSrchétype des groupes de hard-rock qui firent les grandes heuresA du Sunset Strip des 80’s, les LA GUNS sont le groupe du gars (Tracii Guns) qui fut première gâchette chez Guns’n’Roses. Délogé par Slash, Tracii Guns retourna jouer de la pétoire à six cordes dans son groupe d’origine : LA GUNS. Très honnêtegroupe de hard-glam, les LA GUNS incarnent le pittoresque de cessuperhéros du rock en collant. Désormais, derrière le mascara et lesmises en plis, il reste de bons gros rockers, une certaine dextérité etsurtout une loyauté sans faille à une certaine vision du rock commel’atteste leur dernier album de covers de : AC/DC, Kiss, Beach Boys,Blue Oyster Cult, Steve Miller Band…MERCREDI 08 DECEMBRE LA GUNS, PRETTY BOY FLOYDA Wattrelos [59] BOITE A MUSIQUE TY SEGALL ros coup de cœur pour le garage rock de TY SEGALL. LesG plus curieux d’entre vous connaissaient sans doute son ancien combo, Epsilons et son punk lo-fi débraillé et braillé. Désor- mais à son compte, TY SEGALL reprend cette sempiternelle recette des garage-bands en y ajoutant son petit réglage perso au niveau du carburateur. Malicieusement crétin, TY SEGALL rappellera le regretté Jay Reatard ou les récents exploits des Strange Boys. Ajouter à cela quelques pétarades folk et mine de rien, TY SEGALL s’impose en digne descendant de Billy Childish, des Kinks et des Sonics. Urgent. VENDREDI 17 DECEMBRE TY SEGALL A Diskmuide [B] 4AD 146 DECEMBRE 2010 • 7
  • 6. MELANIE PAINPar Steff Le CHIEN - Crédit photo : Y. Bottalico Tu peux être détruit puis faire une nouvelle rencontre qui gomme tout ce que tu as vécu avant. Tout redémarre alors. Mes textes parlent deQuand on m’a proposé l’interview de MÉLANIE mes histoires d’amour, c’est assez personnel, tout est centré sur mesPAIN, son nom me disait vaguement quelque histoires. Qu’est ce que ça donne sur scène ?chose. Je me suis souvenu de cette jeune femme Je viens avec un groupe. Ce sera plutôt électrique même si je garde des moments “a capella”, pour les passages plus intimistes, pour l’as-découverte avec Camille par Marc Colin, pour pect minimal. Les chansons sont parfois rock, cabaret, pop, chansonNouvelle Vague. Quelques jours plus tard, au télé- française. Il y aura sur scène une basse, une guitare, une batterie, un clavier et moi qui chante et m’amuse avec quelques jouets.phone, je retrouve cette voix au grain sensuel. As-tu une préférence : chanter en français ou en anglais ? Est- ce une musicalité différente ?Mélanie est pressée, fatiguée, mais disponible. C’est complémentaire. Les gens me demandent souvent pourquoi je neCes quinze minutes passées avec elle, à 200 kilo- choisis pas, pourquoi il y a la moitié des chansons en français, l’autre en anglais. Il y a une certaine musicalité en français, une autre enmètres de distance, où seule la magie et le anglais. Si je pouvais, je le ferai aussi en espagnol ou dans d’autrescharme de sa voix agissent, resteront en mémoire langues. J’écris en français parce que c’est ma langue maternelle, en anglais parce que c’est la langue des chansons que j’écoute. Les deuxcomme l’une des interviews téléphoniques les langues sont complémentaires et me permettent d’exprimer toutes mes émotions, qu’elles soient simples ou complexes.plus douces et agréables que j’ai faites. L’album a un an. Un second est-il prévu ? En 2004, il y a eu Nouvelle Vague, la tournée, etc. Ensuite, il a falluComment a débuté cette passion pour la chanson ? m’assumer en tant que chanteuse. Tout cela était très nouveau pourTout a commencé un jour où j’avais posé ma voix sur la démo d’un ami, moi. Et puis j’étais entourée de talents comme Camille, s’assumer etVilleneuve. Cette démo a atterri sur le bureau de Marc Colin qui cher- prendre confiance n’était pas évident pour moi. Je n’étais franchementchait des voix pour le premier album de Nouvelle Vague. En fait, il cher- pas à l’aise, avec ma “nouvelle carrière”. Je me suis donc mise àchait un grain particulier plus qu’une voix. Il m’a proposé de chanter, bosser sur le premier album (My Name, 2009). Mais, dans un sens,j’ai alors fait une date au Café de la Danse en 2004, avec Camille. Je j’ai trouvé ce que j’avais envie de chercher. J’ai découvert des dimen-n’avais jamais vraiment chanté avant. Je ne me connaissais pas de sions que je voulais explorer. Pour le second album, je me laisse allertalent artistique, j’avais une autre vie. à explorer des directions différentes, encore, je vais vers des chosesSont-ce les relations amoureuses qui t’inspirent le plus ? C’est plus personnelles !ce qui ressort dans tes chansons en français.Oui, le couple c’est intéressant. Il y’a la passion, la destruction aussi. VENDREDI 10 DECEMBRE Bethune [62] LE POCHE8• 146 DECEMBRE 2010
  • 7. NOËL Allez c’est parti, la fin de l’année sonne le coup d’envoi des concerts caritatifs. Coup de pouce (les programmations dans l’agenda)... H ROCK’N’NOËL c’est une opération de l’Arc en Ciel de Lièvin, le principe est bien connu, le prix de la place c’est un jouet (un beau tout neuf, pas les vieux machins de votre enfance !). Le tout sera remis à l’as- sociation SOS de Lièvin. SAMEDI 11 DECEMBRE ARKANAN, DARKNESS DYNAMITE A Lièvin à l’Arc en Ciel H LES ROCKEURS ONT DU CŒUR surtout sur la Côte d’Opale, la programmation est en cours mais la date est ferme. SAMEDI 11 DECEMBRE A Boulogne/Mer au CJC Léon BlumZORA H LE SECOURS POPULAIRE de Valen- ciennes, Les Vilains Gamins et Le Cactus organisent un concert dont lentrée sera payée avec des denrées alimentaires non périssables : conserves, pâtes, riz, biscuits... Elles seront reversées au SecoursLes pointillés d’une carrière Populaire de Valenciennes. SAMEDI 18 DECEMBREPar Steff Le CHIEN et Caroline VAN BOCKSTAELE des sons qu’on voulait vraiment entendre. François A Le Quesnoy au Cactus BarCrédit photo : Eric VANDEVALLE a mixé (NDLA : François Baurin, ancien du studio Warner), Mellino a apporté sa pâte aussi, différenteRencontrée dans les locaux de Radio et intéressante.Campus Lille lors de son passage TOUR DE 5 Comment s’est préparé l’album ? Ça s’est fait chez nous, à Montreuil, dans la cave, àdans l’émission de Marcel et Seb,ZORA, souriante, accompagnée de notre rythme. C’était bien ! Est-ce que vous jouez encore dans des petits bars ? CHAUFFEJean Fi, son compagnon, s’est livrée Oui. Moi, j’adore (dixit Jean Fi) ! Il n’y a pas de Comme tous les ans vous retrou- stress dans les bars… On vient des cafés. verez dans cette colonne l’actualitéavec simplicité. Il n’y a pas de stress ? Mais il faut conquérir des groupes de la sélection TOUR DE un public qui n’est peut être pas venu pour CHAUFFE 5...Sept ans d’attente après le premier album, vous !c’est long dans une carrière, non ? Tu peux aussi avoir la pression quand les gens vien-L’épisode Warner n’était pas prévu ! (NDLA : nent dans une grosse salle et payent leur place. CeZORA a été sortie du catalogue Warner en 2004, qui m’angoisse c’est l’organisation, l’attente, lesquand le label a décidé d’épurer son catalogue au problèmes techniques, quand c’est “ultra roots”.début de la crise du disque) On s’est dit qu’il fallait Mais ça m’aide, je suis devenue plus patiente. Çaréapprendre à tout faire : réaliser un album, s’oc- me blinde. Quand tu te retrouves dans une grandecuper des pochettes, des dossiers, aller chercher salle, c’est le luxe, tu comprends pourquoi tu es là.de l’argent, faire des petits boulots. Tu apprécies le moment.Normalement, quand on est “découverte Prin- Il paraît que PRESTO! a joué un rôle importanttemps de Bourges” en 1998 ça aide bien une dans votre début de carrière ?carrière, non ? On était en première partie de Matthieu Chédid, à laAprès le Printemps, il y a eu l’album (2003) et la Cave aux poètes. Dans PRESTO!, l’article disait “ces THE JIMI BEN BAND a un clip sursignature avec Warner, quand on est montés à deux là pourraient bœuffer”. ça m’a mis une pres- Youtube “When I Feel” et a sorti unParis. A Bourges, il y avait une quarantaine de sion monstre ! Matthieu nous a dit : “Pourquoi EP Royal Baboon.groupe, c’est un bon tremplin mais il faut tenir la pas ! Ça te dit de faire un truc avec moi ?”. Pourroute après. Cela nous a permis de signer quelques moi, “bœuffer” c’était faire des “Wha bidoo Wap”. LILIDOLLRAGE sort un 8 titres enre-concerts, en Suisse, notamment. Et puis on a deux Matthieu me dit : “Qu’est ce que tu connais de gistré au Nautilys et mixé au Studioenfants, on a dû trouver des petits boulots… On n’a l’album ?” Je connaissais tout par cœur. Je lui ai 4 All; Le clip sera réalisé sur “Thepas pu s’investir totalement dans notre projet. On proposé “Cigarettes”. Il m’a invité à la fin du Edge” (visible sur Dailymotion)s’est posé beaucoup de questions. concert, on a fait un duo ensemble. C’est commeExiste-t-il un lien entre les deux albums malgré cela que ça a bien démarré ! SOFTLY SPOKEN MAGIC SPELLS entreles sept ans ? Merci ! en studio pour un album 10 titresLe lien, c’est surtout le texte. On est plus directs, on Merci à PRESTO! (rires) qui sortira l’an prochain en autopro-est plus “franco”. Dans les arrangements, c’est duction.assez minimaliste mais en même temps on a mis SAMEDI 04 DECEMBRE A Roubaix [59] COLISEE 146 DECEMBRE 2010 • 9
  • 8. GREEN VAUGHANPar Geoffrey SEBILLE envisage d’aller applaudir les deux gaillards. “Ce que tu as entendu, là, c’est vraiment gentil par rapport à ce que ça donne sur scène.” AprèsA la question, le journaliste est-il obligé de kiffer une année, à peine, d’existence, le rodage du groupe est brillant (Aéronef, Grand Mix, Flèche D’or, Maroquinerie … ) et assez densel’artiste qu’il rencontre, la réponse est : euh, non, pour que, seules les personnes retranchées dans leur salon à materpas forcément. Aujourd’hui, les GREEN VAUGHAN, l’intégrale de Pyramide en DVD, n’aient pas vu passer le nom de GREEN VAUGHAN.sur le point d’embarquer aux Transmusicales deRennes. Un éphémère buzz branchouille de plus, s’inquiète le rédacteur de ce papier, las de voir des combos se contenter de balancer des boucles avec un Mac tout en dansant de manière convenue ? Autant mater oyons honnêtes, les circonstances qui m’ont conduit à converserS du Véronique et Davina. Au moins, ça nous fera perdre du poids. A ce avec les GREEN VAUGHAN relèvent moins du coup de cœur musical que de l’opiniâtreté d’un impresario. Depuis le temps que sujet, le discours des GREEN VAUGHAN se veut rassurant, “on veut l’ardent manager des Green m’évoquait, les yeux embués exister d’une manière sincère”. Voire mûrement réfléchi : “on n’est d’étoiles, le nouveau bébé qu’il avait pris sous son aile, il aura pas juste là pour amuser la galerie.” La musique, une fois n’est pasfallu, visez mon dédain, que le groupe remportasse le Start de coutume, en dompteuse de conflits intérieurs. “Je ne suis pasDomaine Musiques ainsi qu’une place au soleil aux Transmusicales de quelqu’un d’apaisé. Je ressens cette urgence, ce besoin d’évacuer lesRennes pour que je daignasse me pencher sur le sujet. “Si c’est choses”, confie Anto.comme ça, on va te faire un café avec une vieille dosette qui traîne”,me prévient-on. Et la liberté de la presse dans tout ça ? Machine de guerre Si, de loin, GREEN VAUGHAN peut ressembler à son voisin (configura-GREEN VAUGHAN, donc. Paraît que le patronyme ne possède ni tion scénique, ordi, vidéo-proj et cie), intention est fermement déclaréesymbolique, ni signification particulière. Et surtout pas de connivence de ne pas “faire comme les autres” et de sonner “comme un machineavec Stevie Ray Vaughan. L’un a balancé Green. L’autre, Vaughan, de guerre”. Tremblez bigoudènes, le prochain fait d’armes de GREENcomme un réflexe. “On aurait pu s’appeler Green Chirac”. Hasardeux VAUGHAN se déroulera à Rennes, le 10 décembre, dans le cadre dubaptême. Ainsi débute l’histoire du duo, souvent évoquée comme “un festival des Transmusicales. On raconte même que leur programma-bras de fer permanent, une confrontation gentille entre deux tion, outre le fait d’avoir été marmité par la BIC de Lille, s’accompagne-personnes.” Anto, guitariste, pèse ses mots d’une voix hésitante. Nico, rait d’un coup de cœur du directeur des Trans’ en personne. Bon voilà,plus bourru et barbu, est du genre grande gueule. Normal, à la ça, c’était histoire de vous mettre la pression une dernière fois avantmaison, c’est lui, qui tient le micro. Comment ça marche, GREEN de composter les billets, les gars. “De toutes façons, on s’est telle -VAUGHAN ? “La musique qu’on fait, c’est pas lui, c’est pas moi, c’est ment loupés qu’on peut plus se louper”, ironise Anto. Ah oui, j’oubliais,au centre”. GREEN VAUGHAN, c’est de l’électro-rock. Mais vous le savez aussi bien que moi, les étiquettes musicales, c’est comme les bandes-annoncesConflits intérieurs de films. C’est pour les lâches.Visiblement, ne pas être tombé sous le charme du 4 titres des Greenn’est pas une tare. Il serait même conseillé d’oublier le disque si l’on VENDREDI 10 DECEMBRE TRANSMUSICALES DE RENNES A Rennes [35] 4BIS10 • 146 DECEMBRE 2010
  • 9. RANDY TWIGGPar SchnapsDans la catégorie le rock est mondial bien avant le capitalisme (mais il est moins cruel), je vous propose Randy TWIGG. andy TWIGG est canadienne, du côté R anglais de ce beau et grand pays, de Toronto précisément. Il y a quelques années, alors qu’elle tourne avec son groupe Fuck Puppets, et qu’elle visite l’Eu- rope, elle tombe amoureuse de la ville de Berlin, ce qui se comprend. Si je vous avais dit qu’elle était tombée amoureuse de la ville de Barlin, là vous auriez tiqué. Donc elle est à Berlin, elle joue de la basse et de la guitare, ainsi que divers appareils qui font de la musique, et embauche un batteur dont l’histoire n’a pas retenu le nom. Elle sort en 2009 son album Undone sur le label Tigerbeat6 Records, et divers maxi de remix, tout en participant à des projets avec divers artistes de la scène punk électro destroy mais audible, de la ville allemande bien connu pour son mur des lamentations. Elle tourne avec des artistes aux univers musicaux assez variés de Kid Congo Power à Sexy Sushi, Texas Terri Bomb ouStéréo Total. Musicalement ça ressemble un peu à tout ça, et à Robots In Disguise aussi.C’est une musique faite pour danser, et draguer aussi, donc deux raisons de venir voir le groupe. Randyapparaît sur la compile Ich Bin Ein Berliner, mise au point par Emmanuelle Five et de fil en aiguille ellerecrute le français Alex Necros de Dead Sexy Inc qui a sorti cette compil sur son label Araknid record. Etce beau duo sera donc très bientôt à Lille. Si ça c’est pas international, je rase mes favoris.MERCREDI 08 DECEMBRE A Lille [59] LA CHIMERE (+ SURPRISE !)HOLY FUCKPar Geoffrey SEBILLEHOLY FUCK. Comprenez, littéralement, la sainte-baise. A quoi bon tergi- verser et chercher meil- leure étiquette, tant la musique de ce groupe évoque, il est vrai, de vertigineuses et jouis- sives montagnes russes. on souvenir le plus M marquant à l’écoute d’HOLY FUCK remonte, vous allez rire, à une escapade domi- nicale en VTT. Tandis que je renâclais à l’idée d’affronter une descente particulièrement abrupte, mon lecteur MP3 s’est calé sur Lovely Allen. Emboîtant le pas répé- titif des synthés, j’ai reculé monengin. Le coup de clairon sonnait, à l’évidence, comme un appel des troupes sur la ligne de départ. Puisj’ai pédalé, doucement mais sûrement avec, en ligne de mire, le précipice qui me toisait. Dans mon rétro-viseur, la montée basse/batterie grappillait chaque centimètre grappillable. On a fini ex-æquo. Le VTT s’estenvolé au premier refrain, si tant est que l’on puisse parler de refrain. Je flottais, invincible. Je traçais,foudroyant. Don’t stop me now. Puis les degrés de la pente sont repassés au-dessus de zéro et le calmeest revenu dans le casque du MP3. Le temps de regagner la terre ferme et de trouver d’autres ravins àdéfier. Trois exactement. Soit le nombre de feux d’artifice qu’il restait à savourer dans Lovely Allen. Dontl’ultime, grisant de violons frénétiques. Que vous dire d’autre ? Qu’il est surement interdit d’entrer au DeKreun avec son vélo. Qu’à cela ne tienne. HOLY FUCK est à Courtrai et rien n’arrive par hasard. Alors onpasse la frontière pour se prendre une claque, un bicky, un suppo et Holy. Fuck, évidemment.JEUDI 02 DECEMBRE A Courtrai [B] DE KREUN 146 DECEMBRE 2010 • 11
  • 10. VALENTINE’S DAYPar Schnaps Oui, nous avons commencé il y a quelques semaines pour préparer un vrai spectacle. Nous voulons montrer au public tout le travail accompli.Je plains le Valentin : devoir assumer le rôle de Pour la scène, nous avons eu envie de mettre en valeur le son (avecromantique de service vu la fête qui lui est Jeremy), les lumières (Xavier) et de travailler la scénographie, les ambiances sur scène avec Christina Crasto. De plus il y aura doréna-réservée ça doit pas être simple tous les jours. vant de la batterie, le son sera plus rentre-dedans. Tout cela pour avoir quelque chose de complet, qu’il y ait des différences entre scène etPar contre la Valentine n’a pas ce problème, mais disque; ça fait beaucoup de répétitions, de boulot mais j’ai du mal à meest-ce une raison suffisante pour interviewer une rendre compte vraiment car je suis le nez dans le guidon et on n’a pas encore joué, mais on est très excité. La date du 5 décembre à L’Aé-jeune et talentueuse chanteuse qui porte ce doux ronef sera une sorte de test, j’ai hâte d’y être.prénom ? Non. Mais c’est le nom d’un groupe : “What Ever You Want”, la chanson qui donne son nom à l’album, est d’inspiration reggæ, avec craquements de sillonsVALENTINE’S DAY, qui sort un disque, et c’est pour comme sur un vinyl. Pourquoi n’en sortez vous pas ? Et bien justement c’est l’un de nos projets. Un vinyl c’est autre chosele présenter, parler du prochain spectacle à l’Aé- que juste la musique, qu’on peut télécharger un peu n’importeronef, et d’autres choses aussi, que Valentine a comment. Je pense qu’il y a une envie pour beaucoup de monde de revenir à quelque chose de plus authentique. Là il y a un objet, le rituelbravé les bouchons sur la route pour venir jusque de le sortir de la pochette, de le poser sur la platine. Le son est égale-chez moi, où je l’ai reçue vêtu d’un élégant ment plus riche. Et il y a les craquements du disque, qui sont une partie intégrante du plaisir à l’écouter. Je suis attachée à certainspeignoir de soie mauve, avec un tigre brodé sur le objets rétro. A propos de rétro et de musique, la plupart des ambiances oudos. sonorités du disque existaient avant votre naissance : jazz, reggæ et c’est chanté en anglais. C’est un foutu mélange.Comment s’est passé l’enregistrement de l’album ? Qui a Comment composez vous ?joué ? Qui l’a produit ? Quand je compose, au piano, les idées viennent comme ça, uneEt bien c’est le groupe donc David, Ludo, Yann, Yohannes et moi ! mélodie, une rythmique. Elles dépendent aussi de l’humeur du jour,Nous avons étalé le travail sur un an et demi environ, d’abord puis je fredonne par-dessus la musique. Les paroles viennent petit àcomposer tout en tournant, puis démarcher. Nous sommes parti trois petit, souvent c’est un thème qui s’impose avec la musique. Puis jesemaines au studio Loko y enregistrer quinze chansons avec Andy travaille le texte, j’approfondis l’idée de base. Durant ce processus, etRobbins qui a fait les prises de son. Il y a aussi des invités sous forme comme tout musicien, je suis influencée par ce que j’écoute, et pourde cuivres, et de contrebasse. Ça peut paraître beaucoup mais nous moi c’est plutôt pop. Et même si j’amène la base de tous les morceaux,avions envie de graver des chansons que nous jouons sur scène depuis c’est un vrai groupe où chacun peut amener ses envies, ses idées, ille début. On a fini quelques arrangements et mixé au studio Orphéus y a donc un mélange de nos différentes influences, que nous ne recher-à Loos avec LH. Et voilà enfin What Ever You Want. On l’a produit par chons pas vraiment mais qui arrive de lui-même. Pour le chant, effec-l’intermédiaire de Groovy ! C’est une boite que nous avons monté pour tivement c’est en anglais, j’ai écouté principalement des artistes quil’occasion. J’ai démarché de nombreuses structures pour la distribu- chantent ainsi, ça m’a forcément influencé, et je n’arrive pas à fairetion et c’est Anticraft qui a été intéressé. Ces recherches nous ont sonner aussi bien en français. L’anglais est une langue plus rythmique,permis de rencontrer des personnes très intéressées par notre plus dansante, c’est ce que je maîtrise le mieux. J’arrive à m’amusermusique, par exemple Myriam Astruc qui est notre attachée de presse avec les sonorités, j’ai plus de plaisir à m’exprimer en anglais et je neet fait aussi la promo de l’album. Mais nous faisons encore beaucoup vais pas me priver de ce plaisir.de choses par nous même, comme trouver les dates de concerts.Je suppose que vous travaillez aussi l’aspect scénique. DIMANCHE 05 DECEMBRE A Lille [59] AERONEF12 • 146 DECEMBRE 2010
  • 11. EMILY JANEWHITEPar Emmanuel QUEVAPersonnage tendrement fragile par la texturemême de son chant et des mélodies qu’elle offreà son public, la jeune Américaine a accepté derépondre à quelques unes de nos interrogations.Sans trop se dévoiler, juste une once de pudeurlégèrement mis de côté, nous sommes revenussur Ode To Sentience, son troisième et dernieropus, toujours signé chez l’excellentissime labelbordelais Talitres.Emily, pouvez-vous nous parler de votre nouvelle production OdeTo Sentience ? Son esprit, votre envie de départ ?Ode To Sentience, est un album pop qui explore les thèmes émotion-nels de la mélancolie, de l’amour et de lespoir.Sur cet album, tu sembles avoir mis les sentiments humains enavant… Des bouleversements dans ta vie ?J’ai en effet exploré dans mon expérience personnelle mais mes textesne se rapportent pas à mon expérience directe sur la vie. Il y a desthèmes personnels que j’ai travaillé dans un premier temps, ainsi quedes thèmes dans la vie de ceux qui mentourent.En dépit de ce sujet, lalbum semble touché par lémotion posi-tive des choses ...Oui, cest un album plus optimiste. Je suis vraiment heureuse de cela.Comment une jeune artiste californienne a-t-elle pu signer surlexcellent label Talitres de Bordeaux?Jai été approchée par Talitres il y a trois ans lorsque jai publié monpremier album Dark Undercoat aux États-Unis.Tu sembles rencontrer un certain succès en Europe et de bonsretours en France dailleurs ...Oui, je suis très contente de la tournée qui va avoir lieu en France etdans d’autres parties de lEurope. Je my plais beaucoup.Trois albums en deux ans, tu es très productive !Jai travaillé très dur ces deux dernières années et demie. Je suisheureuse d’avoir été capable de réaliser trois albums au cours decette période de temps.MERCREDI 08 DECEMBRE A Bruxelles [B] BOTANIQUEMARDI 14 DECEMBRE A Bruges [B] CACTUS CLUB 146 DECEMBRE 2010 • 13
  • 12. NOIDPar DJ NeuroticOriginaire de Caen, les quatre de NOID ont uneforte expérience de la scène avec plus de 200concerts à leur actif dans toute la France.Depuis une dizaine d’années, ce groupe hybride et rageur quelquepart entre Refused et Everytime I Die s’est fortement inspiré de la scène post hardcore US (Isis en tête), sans oublier leurs racines punk. Sombre, mélodique et très énergique à la fois, les Normands nous offrent un second album The Ever Expanding très mature sans tomber dans le piège du “si on veut être pro faut baisser les distos et moins s’énerver sur scène !”, bien au contraire le quatuor à sut rester rock’n’roll tout en y KAOLIN injectant une bonne dose d’émotion. Clip à l’appui EDEN pour propager leur son et nous inviter à intégrer leur univers, "From Our Vein" est visible, entre autre, sur leur myspace. Gageons que cela leur FESTIVAL apporte une notoriété toute mérité. NOID passera par chez nous pour deux datesà ne pas rater. Ils seront accompagnés par SPARK GAP, groupe duVal d’Oise fondé en 2002 qui a baigné dans le punk à la cool de Blink182 et de Fenix TX. Par Dorian BRIQUANNESAMEDI 11 DECEMBRE A Valenciennes [59] PENICHE IGELROCK (19h30 -5€)DIMANCHE 12 DECEMBRE A Lille [59] LA CHIMERE (19h30 -5€) Cest la troisième année que la ville de Lys Lez Lannoy propose son EDEN FESTIVAL avec encore une fois, une programmation qui vaut le déplace-MY OWN ment. Ajouté à cela une entrée au prix de deux paquets de cigarettes (à l’ancien prix), un théâtrePRIVATE ALASKA de lEden récemment rénové et vous obtiendrez une soirée au rapport qualité/prix incomparable.Le trio Toulousain mené de front par MiLKa, chanteur de PSYKUP , déverse un univers musicale bouillonnant d’inspira- Présentation. tions allant de NIRVANA à ENVY pour un rock atmosphérique à tendance torturé, mais aussi Chopin et Danny Elfman car le piano prend une place particulière voir indispen- BADEN BADEN Sans doute le nom le moins rutilant de cette affiche mais certainement sable comme contrebalance émotionnelle pas le groupe à zapper en début de soirée. Au contraire, les parisiens à la mélancolie chanté et la rage seront là pour défendre sur scène leur premier EP 7 8 sorti en martelée. Oubliez guitares et basses, la novembre, disque de pop-folk mélodieuse à la Girls In Hawaii teinté de puissance que dégage le répertoire de ce cuivres et de touches électroniques. A voir. trio hors norme (et assis !) en serait parasité. Ils seront en tournée dans toute la France et en Europe. A noter que KINGDOM et KLONE ouvriront pour MOPA aux KAOLIN Tête daffiche bien connue du grand public grâce notamment à leur 4 ECLUSES à Dunkerque pour une soirée sous le single “Partons Vite”, KAOLIN revient fouler les scènes hexagonales signe de l’éclectisme. avec un album éponyme de douze titres sorti le 18 octobre dernier. On n’en sait pas beaucoup plus sur ce que vont nous réserver lesVENDREDI 10 DECEMBRE A Liège [B] L’ESCALIER auvergnats; sûrement un compromis entre riffs saturés et mélodiesDIMANCHE 12 DECEMBRE A Aulnoy Lez Valenciennes [59] FESTIVAL LA PROG imparables. Une chose est sûre, ils ne vont pas faire le déplacementSAMEDI 17 DECEMBRE A Dunkerque [59] 4 ECLUSES pour rien.MAIS AUSSI... CURRY & COCO Est-il encore nécessaire de les présenter ? Allez... Cest toujours avecDu metal mélodique bien de chez nous avec le groupe BLEND plaisir quon retrouve le duo lillois et leur premier album We Areemmené par la charmante Val. Beauty disponible depuis le 12 avril. Leur réputation scénique est en jeu : batterie ravageuse + claviers vintage et dansant = un aller sansVENDREDI 10 DECEMBRE A Roubaix [59] BAR LIVE retour pour un moment transpirant. Ce live risque den retourner plus dun(e)s.Les Parisiens de PRIME SINISTER imposeront quand à eux leurpuissant heavy rock à la froideur martial du rock industriel. Pour lesfans de Motorhead et Ministry. EDEN FESTIVAL MERCREDI 08 DECEMBRE A Lys Les Lannoy [59] THEATRE DE L’EDENVENDREDI 17 DECEMBRE A Dunkerque [59] LA RUMEUR (18h30 - 10€) http://culture.lyslezlannoy.com14 • 146 DECEMBRE 2010
  • 13. HITCHPar Grégory SMETS et Sandra THIEFFRYIl ne faudra pas rater ce concert qui sera lun des derniers de HITCH qui met un terme à sa carrière. Explications de Mich, GENERAL LEE chanteur, guitariste : Roads HipHipHip Records uand nous avons commencé le Nouvel album et nouveau label Q groupe, je n’étais encore qu’un adolescent, nous voulions monter un groupe parce que ça nous semblait cool à ce moment là. On écoutait des groupes comme Fugazi, Quicksand, Unsane, Black Flag... C’était un challenge de pour GENERAL LEE. Tant l’intensité vocale que l’aspect sonore très mélodique participent tout particu- lièrement à créer leur univers. Là où certains maltraitent le genre GENERAL LEE prouve sa grâce avec un raffinement auditif. Ils dépouillent leur musique comme monter notre propre groupe, en une analyse même si on retrouve démarrant de zéro. On voulait simple- par moment des passages cycli- ment prendre du plaisir à jouer ques, cela nous rappelle à quel ensemble. Aujourd’hui j’ai 33 ans et je point ils peuvent être insidieux, ce joue toujours dans ce groupe. qui aiguise encore plus notre Personnellement il était déjà évident intérêt et notre approfondisse-pour moi après l’enregistrement de Clair Obscur que ce serait notre dernier album. En même temps que ment à l’écoute de ce nouveltu vieillis tu découvres de plus en plus d’influences, tu écoutes des styles de musique plus variés. album. Pour preuve le chant impé-Aujourd’hui, je suis tenté par plus d’aventures quand on me parle de faire de la musique. J’ai composé quel- tueux sur “When Vul t uresques morceaux de guitares pour l’album de Speed Dial 7 que nous avons produit avec Vlas Vegas il y a un Descend To Feed”, “Torches” quimois, celui-ci est fondamentalement du pur hip hop expérimental. J’ai senti que nous avions amené HITCH part directement dans un côté plus féroce, plus rocknroll,à donner le meilleur de ce groupe musicalement parlant. Je suis très heureux de ce dernier album, du “Control” frôle les dix minutes depoint de vue de la musique et de la production, mais il me serait vraiment impossible d’en enregistrer un transgression et d’apaisement.autre après celui-ci. J’ai mis tellement dans ce dernier que je me suis senti vidé après. Je ne pouvais pas “Hunted (Ashes By The Dawn”imaginer tout recommencer... est un folk pesant. “This Sea B reathes Evil” un post rockSAMEDI 18 DECEMBRE A Courtrai [B] DE KREUN proche d’Explosions In The Sky. GENERAL LEE arrive à créer son propre chemin tout étoilé. Grégory SMETSDEEP PURPLEPar DJ Neurotic OVER THE STARS Lost Before Hand MyHomerun / Crust Caviar Leur premier EP précisait l’appar-Concert événement ! Le Zenith de Lille vibrera au son majestueux d’un tenance à la mouvance punk rock dès le début. Echec ou pas, OVER classic rock à l’éclat THE STARS a préféré garder patience pour sortir le premier pourpre profond. album : Lost Before Hand. Ce disque regorge de plusieurs EEP PURPLE, alors constitué passions irréfutables; le punk D de Jon Lord, Ian Paice et Ritchie Blackmore, est né en 1968 en pleine période pop psychédélique aux cotés des Doors et Hawkwind, mais ne tardera pas à plonger de plein pied dans les eaux sombres d’un hard rock éclec- rock, les mélodies pop qui sont là pour bien affirmer d’où ils vien- nent. La production est digne de ce qui se fait de mieux dans le genre. On sent vraiment une recherche dans l’ambiance des titres. Ils explorent toutes les facettes qu’on veut entendre ou tique avec l’arrivée de Ian Gillan et réentendre. Car dès le premier Roger Glover. Ce qui deviendra l’un titre l’impression est grande sur des line-up les plus mythiques d’Angle- “Through The Clouds” il y a une terre aux cotés de Led Zeppelin et puissance qui amène cette pop Black Sabbath. Beaucoup de groupes sans égal, dans un rythme des de la scéne hard & heavy citent DEEP plus soutenu et se lance dans une PURPLE comme influence, notam- avalanche de tubes d’effets, d’ar-ment Metallica, Europe, Iron Maiden, Cathedral ou le virtuose Yngwie Malmsteen. Tandis que ces dernières rangements, de breaks... Onzeannées ont vu apparaître une pléiade de combos rock stoner aux effluves toutes 70’s (citons Black Moun- titres qui nous laissent pantoistain, Brant Bjork ou nos amis de Zoe) qui ont dû écouter le Made in Japan de 1976 en boucle ! tellement la qualité est là. Pour preuve, ils frôlent des groupes comme Armor For Sleep, TheNous aurons bien sur droit aux classiques que sont “Hush”, “Black Night”, “Space Truckin”, “Highway Ataris, Maxeen, prenant ainsiStar” ou encore “Strange Kind Of Woman” et le cultissime “Smoke On The Water”, l’un des hymnes du possession à juste titre d’unerock les plus joués de tous les temps du rock. Le Purple 2010 constitué de Gillan, Paice, Glover a vu l’ar- musique qu’ils aiment depuis trèsrivée de nouveaux : Steve Morse à la guitare (Blackmore ayant quitté le groupe en 1993, remplacé le longtemps et qui les fait avancer.temps d’une tournée par le guitar hero Joe Satriani) occuper officiellement le poste pour un contrat à durée Rarement un groupe français auraindéterminée, et Don Airey qui se charge des claviers à la place du grand Jon Lord et son fameux orgue sonné de cette façon et tout enHammond parti en 2002. La soixantaine bien sonnée, la machine DEEP PURPLE est une machine bien respectant ce que j’appelle duhuilée et toujours en état de marche. Apparemment fumer sur l’eau ça a du bon ! punk-rock-pop ! Impitoyablement bon !LUNDI 13 DECEMBRE A Lille [59] ZENITH Grégory SMETS 146 DECEMBRE 2010 • 15
  • 14. SEAN CARNEY LA NUIT DU BLUES Par Patrick DALLONGEVILLE Pour la sixième fois consécutive, le Centre Culturel Mouscronnois (Marius Staquet, pour les intimes) propose sa NUIT DU BLUES... est en 1998 que Chris BAKEHOUSEMAN C transforme un vieux placard dévier en une batterie rudimentaire et unique en son genre. Il y adjoint pour cela un morceau de bidon dhuile, un élastique de siège de 2CV et deux micros : “lelectric cupboard door” était né ! Cet instrument de percussions à la fois inconce- vable et désormais incontournable va permettre àNINA ATTAL Chris de mettre au point un jeu de guitare, de chant et de percussions qui donne limpression dentendre plusieurs musiciens. Fan de rocknroll et entre autres dEddie Cochran, Gene Vincent et Buddy Holly, cest à travers cette musique quil crée son propre style et compose ses propres morceaux, enLolita Blues français et en anglaisPar Patrick DALLONGEVILLE Elmore D est né à Herstal, près de Liège, en 1946.Mais quest donc le blues devenu, sinon une musique pour Il a longtemps joué et chanté le blues traditionnel, à la guitare, dans des cercles familiaux ou privés. Ilvieux messieurs ? propose aujourdhui un répertoire mêlé de classi- ques en anglais et de chansons originales en ertes, le ver était dans le fruit, dès que ce défroqué de Chuck Berry se mit à célé-C dialecte wallon. Il tâche dabord dy renouveler le brer les “Sweet Little Sixteen”. Et ni Howlin Wolf, ni Muddy Waters, ni aucun blues rural et “davant-guerre” qui puise ses thèmes Sonny Boy nétaient précisément des jeunes premiers au temps de leur splen- dans des circonstances typiquement locales, à la deur... Mais regardons les choses en face : de nos jours, le blues semble bien manière de Sleepy John Estes. Aussi ses textes être passé, dune musique de vieux, à une musique POUR vieux ! Si encore, son font-ils volontiers référence à des anecdotes biogra-public initial (du moins en Europe) lavait simplement accompagné en âge, passerait phiques ou à des épisodes de la communauté quiencore... lentoure. Il y joint un rapport souvent protestataire à lactualité politique et sociale, tel quillustré autre-Mais regardons autour de nous : dans ces concerts (où les places assises prédominent fois par Leabelly ou par le skiffle britannique dedésormais largement), ce nest plus le prolétariat bon enfant (reflet du terreau originel Lonnie Donnegan, dans les années 50 et 60. Sonde cette musique, et qui fit les riches heures du blues-rock) qui subsiste de nos jours. action musicale sest spécialement infléchie enEt parmi les upper-middle class and executives qui composent désormais le gros des direction dune “défense et illustration” de lidentitétroupes encore fidèles au blues, la libido semble à présent se conformer davantage à wallonne, et de la Wallonie en général.celle de Nabokov quà celle dElmore James circa “Shake Your Moneymaker”... BACK TO THE ROOTS sont les boyaux-rouges deFaut-il tenter dy voir une explication à la soudaine irruption sur la scène blues française létape. Le trio acoustique de Méricourt aligne, ende la fraîche et pimpante Nina ATTAL ? La majorité légale à peine atteinte, cette jeune quinze ans dexistence, trois albums live. Cest direchanteuse-guitariste se voit propulsée en tant que “nouvelle révélation soul”, et il est vrai combien cest sur les planches quil prend toute saque son timbre mordant mérite attention. Mais enfin, le blues, le funk et la soul nont dimension chaleureuse !jamais été réputés pour leurs vertus déodorisantes - ces musiques ont au contrairetoujours célébré les humeurs corporelles les moins équivoques ! Originaire de Columbus (Ohio) Sean CARNEY est un guitariste brillant, dans un registre oscillant entreLe talent de la jeunette nest pas en cause, mais pour lavoir saisie en formule unplugged Swing Jazz et phrasé west-coast. Il sest déjàvoici quelques semaines, je ne peux que vous inciter à lapprécier de préférence avec son produit à deux reprises de limmédiat autre côté degroupe au grand complet... Ce sera justement le cas à Saint-Saulve. Place aux jeunes la frontière (à Croix et Saint-André), et ceux qui ontdonc, certes, mais de grâce, que cette fois, le public en fasse autant ! pu ly découvrir courront le retrouver avec plaisir.VENDREDI 10 DECEMBRE A Saint-Saulve [59] MJC ESPACE ATHENA SAMEDI 04 DECEMBRE A Mouscron [B] CENTRE CULTURELhttp://bluesinathena.blogspot.com MARIUS STAQUET16 • 146 DECEMBRE 2010
  • 15. SENSAS LE 106Par Bertrand LANCIAUX fréquentation abondante des studios, connecter notre territoire avec les réseaux de la création mondiale, accompagner les projets artisti-Vue d’ici, Rouen est une belle endormie qui ques et associatifs locaux et originaux… La marge de manœuvre estconnut son heure de gloire avec les Dogs ou les proportionnelle au niveau de recettes propres attendu (40% tout confondu), cela laisse une place à l’audace en couvrant des missionsOlivensteins. En créant une nouvelle salle de amples. L’organigramme est de 14 salariés de droit commun donc qualifiés. Il n’y a pas de dumping ce qui est une erreur assezspectacle, le 106, l’agglomération de Rouen (la commune.CREA) présidée par Laurent Fabius sonne la fin de Au vu de votre programmation l’éclectisme sera de mise… Comme dans beaucoup de salles. Comment comptez-vous vousla sieste. Entretien avec Jean-Christophe Aplin- démarquer, être une alternative aux propositions du privé et uncourt, directeur du 106, qui ne fait pas trop dans complément aux autres structures de diffusions de la région ? L’initiative privée à caractère économique est pour l’instant assez peula réponse de Normand développée en Normandie. C’est plutôt une particularité lilloise liée à un historique spécifique, en tout cas elle ne s’auto-suffit pas, il a falluEn quoi le 106 est-il adapté aux enjeux du 21ème siècle en et il faut encore des lieux construits et soutenus par la puissancematière de musiques actuelles ? publique pour que cela tienne. A taille d’agglomération approchante,Je pense que les nouveaux lieux urbains ne sont pas surdimensionnés Lyon est beaucoup moins dynamique que Lille en matière de musiquesen termes de jauge (1000 à 1500). Cela évite d’empiéter trop sur le actuelles parce qu’il n’y a jamais eu que de l’initiative privée. Pour cechamp plus commercial des Zéniths. Ces lieux ont des clubs pour les qui est des autres structures de la région, nous travaillons en réseau.découvertes (300 à 400 places) et des studios de répétition, voire Il s’appelle RMAHN (prononcez Herman). Ça ressemble au réseaud’enregistrement, pour entretenir la continuité de l’amateur au profes- Raoul. Donc, nous sommes solidaires et souhaitons développersionnel. C’est plus riche qu’uniquement de la diffusion et certains ont ensemble des projets. Cela entraîne bien entendu un respect mutuel.aussi développé l’action culturelle. Le 106 comporte tout cela, tout en Le 106 est à 2h30 de Lille et 1h15 d’Amiens, comment déciderrestant un lieu fluide et assez spacieux. Deux concerts différents nos lecteurs de faire le déplacement ?peuvent avoir lieu simultanément. Il y a une bulle radio dans le hall et En mai 2011, nous organisons une thématique qui s’appelle Fast &on peut y faire entrer de grands volumes pour des installations. Il y a Curious. C’est un parallèle entre deux industries nées simultanémentaussi quelques innovations sociales et techniques comme au Familis- et aujourd’hui mutantes, la voiture et le disque, les fantasmes et lestère Godin : une belle arrière-scène avec quai de déchargement à points de rencontre entre ces deux univers. Il y a aura des expos del’abri, les studios sont très soignés et au centre du bâtiment, pas relé- hots rods, low riders (vélos et voitures), focus sur Detroit et la Cali-gués… C’est plutôt un processus d’expérimentation qui guide les choix fornie, conférences, concerts de garage, rockab, soul & électro et desarchitecturaux, il faut savoir s’en tenir à ce qui marche bien et innover projections de films cultes… Ensuite nous devrions nous attaquer aude manière réaliste. L’implantation urbaine est aussi un des grands Summer of Love !enjeux depuis toujours : s’approcher le plus possible des cœurs de Vous venez d’ouvrir en novembre. Quels cadeaux nous réservez-ville tout en maîtrisant les nuisances potentielles pour les riverains … vous pour Décembre ?Le 106 comprend un club, une grande salle, des studios de Une date exclusive du Persistence Tour avec Sick Of It All, DRI, Bloodrépétitions, un local radio, des espaces d’expos… Ça fait pas un For Blood, la création du nouveau concept-spectacle de Tahiti 80, Bornpeu beaucoup ? Ne craignez-vous pas de vous disperser ? Ruffians, A Place to Bury Strangers, Horace Andy… Tout est sur notreAu contraire, nous sommes très concentrés, c’est une filière dans un site internet.lieu avec une multiplicité d’approches, un peu comme la chaine de Il y aura toujours de l’action, mais quel sera le rythme de croi-collaboration d’Howard Becker. C’est aussi dense et riche que les musi- sière du 106 ?ques concernées avec une volonté de documenter la musique, la voir 92 concerts par an, des résidences, conférences, thématiques, expo-dans son contexte, mesurer à quel point elle modifie les critères de sitions, émissions de radio, un site internet hyperactif …perception d’une époque.Concrètement quelles seront votre feuille de route et votre Quai Jean de Bethencourt 76100 ROUEN (infoline : 02 32 10 88 60)marge de manœuvre ? www.le106.comConcerner 50 000 spectateurs dès la première année, générer une 146 DECEMBRE 2010 • 17
  • 16. AN PIERLE et sérénitéUn album entre urgencePar Steff le CHIEN Oui (pensive)… Quand on fait l’album, on n’y pense pas trop. Les expli- cations ne viennent qu’après. Nous on suit nos sentiments, on faitJ’avais croisé le chemin d’An il y’a quelques notre musique. Tu ne peux pas choisir ce que tu vas faire, ça vient. On est venu à la musique par un détour, on ne voulait pas rentrer dansannées, à Douai puis en Belgique, à Avelgem. nos propres pêchers. Je me suis mise à la guitare, à l’ordinateur, onDeux rencontres charmantes où l’anversoise s’est basé sur le rythme, le groove… Mais la guitare n’est pas ton instrument ! C’est plutôt le pianos’était montrée simple, diserte et où il était ou l’accordéon…amusant de voir la différence entre la femme hors Justement ! Mais de l’accordéon, je n’en joue pas très bien… Oui, mais tu t’amuses !de scène et la princesse avec ses humeurs de Exactement. Et à la guitare, c’est la même chose quand tu ne sais jouer que quelques accords. Tu cherches la mélodie, les chansonsjeune fille sur les planches. Lors de son concert à sont plus simples à la base.La Péniche à Lille (qui affichait complet depuis C’est plus pop alors ? Je ne sais pas si c’est plus pop maintenant. Non, parce que parfoislongtemps déjà) j’ai eu la chance de croiser à les structures… L’album précédent était plus pop. C’est plus immédiat, plus profond.nouveau la malicieuse. Instinctif ? Brut ? C’est le mot.Comment peux-tu présenter ce nouvel album Hinterland ? Ça Beaucoup de morceaux ressemblent à ce que tu faisais auveut dire quoi Hinterland ? début.Ça veut dire plein de choses. Le titre est venu grâce à la pochette. On a gardé beaucoup de voix dès la première prise de son et aussiC’est un copain, un français, Jean Baptiste Biche, qu’on a connu par pour les guitares. Ensuite on a choisi les morceaux mais on a passon site internet. On l’a invité à la maison, il a commencé par faire des commencé à polir.photos de tout, à faire des dessins dessus. En voyant cette pochette, Et pour les arrangements : qui fait le travail ?on s’est dit que ça avait l’air d’un pays, l’album parlait beaucoup de C’est Koen et moi, beaucoup Koen au début mais on a gardé les lignescrépuscule entre l’éveil, le sommeil, la fantaisie ; Hinterland c’est de synthé que j’avais faites initialement. Il est tellement facile de seaussi être à la périphérie, les banlieues en plus poétique, notre perdre dans les arrangements, c’est gai à faire aussi. On a évacué lamusique était toujours en périphérie. C’est aussi le centre et ceux qui crème fraiche et on a recommencé avec la tarte.y habitent n’y sont que par rapport à cette périphérie. Dans l’album, il n’y a pas les paroles !L’Hinterland c’est aussi l’arrière pays mais peut être quelque On a voulu changer. On a demandé à Jean Baptiste quelles étaient leschose de psychologique. paroles qui lui parlaient. Il a choisi quelques phrases plutôt que les18 • 146 DECEMBRE 2010