Thèse préparée au sein du laboratoire SEIGAD, institut de Géographie Alpine, UJF et dans le laboratoire Espace
Géographiqu...
À la mémoire de ma mèreÀ la mémoire de ma mèreÀ la mémoire de ma mèreÀ la mémoire de ma mère
Remerciements
En premier lieu, je me dois de préciser que ce travail n’aurait pas été réalisé sans l’allocation
de recherc...
RÉSUMÉ
En Algérie, près de 20 millions d’hectares sont menacés par l’érosion éolienne. Depuis
longtemps, le phénomène de l...
Introduction générale
1
INTRODUCTION GÉNÉRALE
Le présent travail a pour objet l’étude de la dégradation du sol et de l’ens...
Introduction générale
2
lorsqu’elles sont situées à proximité des zones agricoles, de mise en valeur, des terres de
parcou...
Introduction générale
3
de points d’eau, de mise en défens et de quelques opérations d’aménagement du territoire
réalisées...
Introduction générale
4
un problème multi-objectifs et multi-contraintes d’ordre conflictuel. Pour cela le recours à la
mo...
Introduction générale
5
thématiques telles que la carte d’occupation du sol, la carte des accumulations sableuses, la
cart...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
6
PREMIÈRE PARTIE : MILIEU PHYSIQUE ET SOCIO-ECONOMIQUE DE LA
STEPPE SUD ORA...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
7
1.1. PRÉSENTATION ET LOCALISATION DE LA STEPPE
La zone concernée par cette...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
8
comme les sebkhas (résidus des grandes nappes lacustres), gueltas et daïas...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
9
Méditerranée
Région Tellienne
Région Sub-steppique
Région Steppique
Région...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
10
1.2. CARACTÉRISTIQUES DU MILIEU PHYSIQUE
1.2. 1. Cadres climatiques : ana...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
11
de 180.7 mm à Mécheria avec 57 jours de pluie. Elle est de 214 mm avec 58...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
12
nous avons calculé pour la station de Naâma, de Mécheria et de Ainsefra l...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
13
sud-est au nord-est du djebel Antar. De plus, dans le Plan de Développeme...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
14
0
5
10
15
20
25
30
35
40
Sep Oct Nov Dec Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aut
...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
15
sèches suivi de période humide. Durant notre analyse des données climatiq...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
16
moyenne. Les Seize années successives ont marqué la plus grande période d...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
17
Station de Mécheria
Station de Ainsefra
0,0
50,0
100,0
150,0
200,0
250,0
...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
18
Il est important de noter que l’écart entre la moyenne des précipitations...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
19
L’irrégularité des pluies dans ces deux stations est grande. La moyenne a...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
20
Ainsi, en ce qui concerne notre zone d’étude nous avons fait des calculs ...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
21
°C,). Les minima d’El Bayadh sont inférieurs à ceux de Mécheria, par cont...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
22
généralement le plus utilisé dans les régions de l’Afrique du Nord (BENAB...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
23
* Période Seltzer (1913-1938)
? Période (1978-2001)
* Période Seltzer (19...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
24
à l’absence totale ou partielle de la pluie durant la période de semence....
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
25
- la durée de la saison sèche,
- la daté de commencement de la saison hum...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
26
12.51217.6512
16.71123.5311
12.51023.5310
20.8917.659
25811.768
8.375.887...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
27
0
2
4
6
8
10
12
14
1978 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
28
moyenne annuelle calculée pour toute la période de 1978 à 2001). Quant à ...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
29
1.2.1.5.4. Variations saisonnières de la période sèche au cours du temps
...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
30
d’exemple, la station de Mécheria est passée de l’étage bioclimatique ari...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
31
33.33614.296
8.3359.525
12.50423.814
12.5039.523
20.83233.332
12.5019.521...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
32
peut-on expliquer les sécheresses qui apparaissaient avant l’ère industri...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
33
employées sans discernement, sont certainement les causes principales des...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
34
Source : (BOUABDALLAH H., 1991)
Figure 8 : Nouvelle proposition chronolog...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
35
1.2.2.1. Stratigraphie des hautes plaines sud-ouest oranaises
Sur le plan...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
36
- le Jurassique inférieur est formé de calcaires dolomitiques et de dolom...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
37
SECONDAIRE
TRIAS
TERTIAIRE
- Jalonne les grands accidents tectoniques dan...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
38
1.2.3. Cadre géomorphologique
La géomorphologie est considérée comme une ...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
39
1.2.3.1. Les reliefs
Les djebels de la zone d’étude se présentent sous fo...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
40
la croûte. Les chotts et les sebkhas sont des dépressions salées où l’on ...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
41
etc.) responsables de leur formation d’autre part. Donc on retrouve autan...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
42
1.2.3.4.3. Barkhane et cordons barkhanoïdes
La barkhane est définie comme...
Chapitre I : Présentation de la zone d’étude.
43
Coalescence d’une petite barkhane
dans une grande, formant une
barkhane à...
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
Naama 001
of 318

Naama 001

sur les potentialité de la wilaya de Naama dans le domaine pastoral et eleveage de brebis
Published on: Mar 3, 2016
Published in: Food      
Source: www.slideshare.net


Transcripts - Naama 001

  • 1. Thèse préparée au sein du laboratoire SEIGAD, institut de Géographie Alpine, UJF et dans le laboratoire Espace Géographique et Aménagement du Territoire, université Es-Senia. Thèse Présentée par : Abdelkrim BENSAID Pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Joseph Fourier-Grenoble 1 Discipline : Géographie SIG ET TÉLÉDÉTECTION POUR L’ÉTUDE DE L’ENSABLEMENT DANS UNE ZONE ARIDE : LE CAS DE LA WILAYA DE NAÂMA (ALGÉRIE). Soutenue publiquement le 27 juin 2006 devant le Jury composé de : Abdelkader ABDELLAOUI, rapporteur Yann CALLOT, rapporteur Joël CHARRE, examinateur Pierre DUMOLARD, directeur de thèse Khadidja REMAOUN, directrice de thèse Philippe SCHOENEICH, examinateur Université d ’Oran Es-Senia Faculté des Sciences de la Terre, de la Géographie et de l ’Aménagement du Territoire
  • 2. À la mémoire de ma mèreÀ la mémoire de ma mèreÀ la mémoire de ma mèreÀ la mémoire de ma mère
  • 3. Remerciements En premier lieu, je me dois de préciser que ce travail n’aurait pas été réalisé sans l’allocation de recherche octroyée par l’Agence Universitaire de la Francophonie AUF dont j’ai bénéficié pendant trois ans et qui m’a permis de séjourner en France. Je tiens à exprimer ma gratitude à Mme Khadidja REMAOUN et à Monsieur Pierre DUMOLARD mes directeurs de thèse. Leurs suggestions, conseils et critiques, m’ont aidé à élaborer ma thèse. Je remercie Madame REMAOUN d’avoir accepter de m’encadrer, de m’avoir mis sur les rails de la recherche. Je lui suis redevable de mon ouverture aux recherches en géographies physiques. Que Monsieur Pierre DUMOLARD sache que, au-delà de cette thèse, je lui dois aussi une construction personnelle rendue possible par la confiance qu’il place dans ses étudiants et la grande liberté qu’il leur laisse. Je remercie le chef du cabinet de wali de la wilaya de Naâma de nous avoir reçu et d’avoir faciliter notre travail de terrain. Mes sincères remerciements s’adressent à Monsieur le conservateur des forêts : Abdelkrim BOUZIANE pour sa collaboration et sa gentillesse. Des personnes -notamment sur le terrain à Naâma- qui, peut être sans le savoir et souvent à l’occasion de discussions informelles, m’ont encouragé, m’ont apporté des éclairages nouveaux ou m’ont orientée vers des pistes originale : je les en remercie. Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à BELMAHI Mohamed Nadir de l’IGAT université d’Oran, mes amis et collègues du CNTS d’Arzew Okacha, Zakaria, Khatir, Mendes, Hamimed, à Rafik, Mohsen et Lotfi : c’est ici l’occasion de les assurer de toute mon amitié. Mon frère Driss, mon beau père BARKI Ali et mon beau frère KEBIR Hocine ainsi que toute ma famille m’ont toujours soutenu et encouragé, je les en remercie grandement.
  • 4. RÉSUMÉ En Algérie, près de 20 millions d’hectares sont menacés par l’érosion éolienne. Depuis longtemps, le phénomène de l’érosion éolienne et ses effets néfastes sur le milieu naturel et l’environnement, constituent un sérieux problème, surtout dans les zones arides du pays. Ces dernières années, suite à l’exploitation irrationnelle des ressources naturelles (fourragères) et à la mise en culture des terres fragiles (défrichement) ce processus s’est particulièrement accentué. L’ampleur de la dégradation dans la zone aride de la wilaya de Naâma a engendré une situation nouvelle caractérisée par la réduction du couvert végétal, la diminution de la production ainsi que l’extension de l’ensablement rapide sur les zones mises en valeur. A travers cette étude, nous avons essayé de montrer d’une part, le potentiel de l’utilisation de la télédétection et du système d’information géographique pour la caractérisation de l’état de l’occupation du sol et son évolution spatio-temporelle à partir des traitements effectués sur une série d’images satellitaires de Landsat de différentes dates (1972, 1987 et 2002). D’autre part, de mettre à la disposition des utilisateurs potentiels et des décideurs les informations sur l’état de l’environnement et les ressources naturelles de ces zones, via la mise en place d’un prototype intégré dans un système d’information géographique. Le prototype ainsi développé est basé sur le principe du double prototypage. Le système sera un outil d’aide à la décision, utile pour la gestion des phénomènes naturels, et plus particulièrement la dégradation des sols et l’ensablement des terres de la wilaya de Naâma. Mots clés : Dégradation, Érosion éolienne, Prototype, SIG et Télédétection.
  • 5. Introduction générale 1 INTRODUCTION GÉNÉRALE Le présent travail a pour objet l’étude de la dégradation du sol et de l’ensablement de la wilaya de Naâma via la télédétection et les systèmes d’information géographiques (SIG). C’est pour des raisons d’ordre pratique -la disponibilité des données par unité administrative -et de finalité- la conception d’un prototype intégré dans un Système d’Information Géographique SIG pour la gestion d’un espace steppique-, que nous définissons notre terrain d’étude par des limites administratives. Notre terrain d’étude, la wilaya de Naâma s’étend sur une superficie de 29 825 Km2 (3 fois la superficie du Liban). Il fait partie des hautes plaines sud Oranaises, une région fortement touchée par le phénomène de l’ensablement. L’ensablement, n’est pas tout à fait spécifique des régions arides et désertiques car il dépend de la présence d’un régime éolien important. La migration du matériel éolien peut se manifester même dans les régions humides. L’ensemble des conditions climatiques et édaphiques fait de la steppe un milieu fragile. En Algérie près de 20 millions d’hectares sont menacés par l’érosion éolienne. Depuis longtemps, l’érosion éolienne et ses effets néfastes sur le milieu naturel et l’environnement constituent un sérieux problème notamment dans les régions arides. Ces dernières années, suite à l’exploitation irrationnelle des ressources naturelles (fourragères) et à la mise en culture des terres fragiles (défrichement) ce processus s’est particulièrement accentué. Les interactions entre un milieu déjà fragile, l’irrégularité des précipitations, la recrudescence des périodes de sècheresse depuis 1970, et les pressions socio-économiques accrues accentuent la dégradation du milieu steppique. L’ampleur de la dégradation a engendré une situation nouvelle caractérisée par : la réduction du couvert végétal, la diminution de la production fourragère et l’extension rapide de l‘ensablement sur des zones agricoles et non agricoles. À son tour, la réduction du couvert végétal augmente encore plus la vulnérabilité des sols dénudés par rapport aux vents efficaces, ce qui entraîne à court et moyen termes à des déplacements de sable sur de longues distances et l’édification de nouvelles dunes. Ces accumulations sableuses sont dévastatrices, elles affectent gravement l’équilibre physique et socio-économique de la région, notamment
  • 6. Introduction générale 2 lorsqu’elles sont situées à proximité des zones agricoles, de mise en valeur, des terres de parcours, des puits pastoraux, ou bien des axes routiers, des agglomérations et des différents équipements et infrastructures socio- économiques. Le phénomène de l’ensablement s’est amplifié durant ces dernières années. Le bilan établi par le Ministère de l’Agriculture montre que 5 millions d’hectares parmi les 20 millions d’hectares menacés se trouvent dans un état avancé de dégradation. De même, la carte de sensibilité à la désertification établie par le Centre National des Techniques Spatiales sur la totalité de la zone steppique, révèle que 7 millions d’hectares de terres dégradées nécessitent en urgence des aménagements. Nous assistons réellement à un changement profond de l’écosystème steppique où le matériel éolien (sable) remplace la végétation steppique (alfa). Conscient de l’ampleur de l’ensablement et de la dégradation, le gouvernement algérien a fixé comme objectif la mise en œuvre du Plan National de Lutte Contre la Désertification (PNLCD) élaboré depuis 1987. Ce plan s’insère dans le cadre des différents programmes de développement des zones steppiques. Il vise l’intensification et l’extension du projet du barrage vert par la limitation des labours mécanisés en les localisant, dans le cadre de la mise en valeur au niveau des zones agricoles (Daya, Oglat, Mekmene), la reconstitution des forêts dégradées par les reboisements en masse, la mise en défens en vu d’une remontée biologique de la végétation steppique et la mise en place d’une infrastructure de désenclavement des zones marginalisées (DGF, 1999). En plus du PNLCD, l’Algérie a ratifié la convention internationale sur la désertification, adoptée en 1994. Cette convention est entrée en vigueur le 26 décembre 1996. À travers celle-ci l’Algérie a voulu combattre la désertification et atténuer les effets des sécheresses et de la dégradation des terres par le biais d’une approche participative et intégrée conformément à l’agenda 21 adopté par la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement (CNUED) à Rio en 1992. Toutefois, vu l’étendu du territoire et malgré les efforts déployés par l’État, les processus de dégradation sont loin d’être maîtrisés. Au contraire le phénomène prend de l’ampleur d’année en année. Nous considérons que ces efforts sont voués à l’échec, car ils se limitent à de simples traitements symptomatiques au niveau local : construction d’ouvrages anti-érosifs, installation
  • 7. Introduction générale 3 de points d’eau, de mise en défens et de quelques opérations d’aménagement du territoire réalisées souvent à une échelle locale (la commune). Or la dégradation des terres dans ces écosystèmes déjà fragilisés par les conditions climatiques et édaphiques, nécessite surtout et avant toute intervention, des recherches approfondies en amont : répertorier l’ensemble des facteurs impliqués de façon directe ou indirecte dans le processus de dégradation du sol et surtout, chercher à savoir comment ces facteurs se conjuguent et interagissent dans le temps et dans l’espace. Cela, avant d’envisager une gestion intégrée et multidisciplinaire particulièrement dans les domaines de l’eau, du sol, de l’agriculture et du pastoralisme, ainsi que de l’urbanisation. Une telle gestion est incontournable pour éviter la désertification de la steppe et pour ne pas compromettre l’avenir des populations qui y vivent. Il importe de noter que, pour mener de telles études, il est impératif de disposer de données fiables pouvant caractériser le milieu tant du point de vue physique que socio-économique. L’analyse reste complexe, elle tient compte de plusieurs critères : ceux relatifs aux populations, aux milieux physiques, aux différentes lois et règlements. Du point de vue méthodologie, les méthodes classiques utilisant les données de terrain et les photographies aériennes ne permettent pas d’avoir une vision synoptique du problème et de ses conséquences. Dans ce type de réflexion, la télédétection spatiale par le nombre élevé de données, par l’homogénéité synoptique conférée aux informations transmises, par la répétitivité de l’acquisition de ces données, trouve une place privilégiée comme outil performant de suivi de l’ensablement et de son orientation. De plus, les systèmes d’information géographique (SIG) représentent l’outil indispensable pour traiter et analyser un volume considérable de données de nature, de source et de forme différentes. Le volume de ces données est devenu si important, qu’il est impératif de recourir aux capacités de stockage, de traitement et de mise à jour offertes par les SIG pour les mettre à la disposition des utilisateurs et des gestionnaires. Toutefois, malgré leur importance dans l’analyse des données à références spatiales, les SIG restent faillibles en ce qui concerne la manipulation des données en trois dimensions, l’intégration des règles imposées par les décideurs pour le choix d’un scénario ainsi que face à
  • 8. Introduction générale 4 un problème multi-objectifs et multi-contraintes d’ordre conflictuel. Pour cela le recours à la modélisation couplée avec les SIG est incontournable. C’est pourquoi nous avons préconisé l’intégration des modèles analytiques et de la réalité virtuelle dans notre prototype. OBJECTIF DE L’ÉTUDE L’objectif central de cette étude est de montrer d’une part, le potentiel de l’utilisation de la télédétection et du système d’information géographique (SIG) pour la caractérisation de l’état de l’occupation du sol steppique et son évolution spatio-temporelle à partir d’une série d’images satellitaires de Landsat de différentes dates (1972, 1987 et 2002). D’autre part, de mettre à la disposition des utilisateurs potentiels, des responsables, élus locaux et des décideurs les informations fiables et mises à jour sur l’état de l’environnement et les ressources naturelles de la wilaya de Naâma, via la mise en place d’un prototype intégré dans un système d’information géographique (MapInfo). Dans ce prototype les objectifs sont prédéfinis et se présentent à l'utilisateur de manière souvent conviviale à travers une interface graphique de type "menus"; dans laquelle les traitements et la gestion des données sont transparents. Ce prototype est fondé sur le principe du double prototypage. Le prototype rapide a été conçu selon deux étapes : - la collecte de l’ensemble des données multisources susceptibles d’être prises en compte dans la conception d’un modèle conceptuel de données; - la compréhension, la localisation et la définition des impacts majeurs de la dégradation. Le système constituera un outil d’aide à la décision utile pour la consultation, l’analyse et l’interrogation de l’ensemble des données ayant un rôle direct ou indirect sur la dégradation du sol. De plus, il permettra la réalisation de la carte de sensibilité à l’érosion éolienne en utilisant deux modèles analytiques. Dans le premier modèle le croisement des couches sera réalisé sans pondération des couches thématiques, tandis que dans le second l’utilisateur a le libre choix d’affecter à chaque couche (critère) une valeur de pondération en pourcentage. Ainsi, l’utilisateur ne trouvera pas de difficultés à réaliser un diagnostic sur la dégradation des terres et l’ensablement à l’intérieur de la wilaya. Il peut même établir et éditer des cartes
  • 9. Introduction générale 5 thématiques telles que la carte d’occupation du sol, la carte des accumulations sableuses, la carte de pression du pâturage ainsi que celle de l’organisation spatiale du système éolien en se basant sur la théorie du système global d’action éolienne (SGAE). La présente étude se présente en quatre parties plus un CD. Chacune des parties est composée de deux chapitres. La première partie est une présentation de la zone d’étude : localisation et présentation des caractéristiques physiques, des changements socio-économiques, et évaluation de la pression de la population sur le milieu par une analyse multicritères. La deuxième partie présente l’ampleur de l’ensablement et de la dégradation du milieu steppique, dont le chapitre IV constitue l’étude de la dynamique éolienne. La troisième partie montre l’intérêt des SIG et de la télédétection dans le suivi diachronique et la représentation cartographique de l’extension du sable. Dans la quatrième et dernière partie est présentée la modélisation des données et la conception du prototype développé. Le rapport de thèse est accompagné d’un CD comprenant l’application développée prête à être installée dans un environnement windows.
  • 10. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 6 PREMIÈRE PARTIE : MILIEU PHYSIQUE ET SOCIO-ECONOMIQUE DE LA STEPPE SUD ORANAISE. CHAPITRE I : PRÉSENTATION DE LA ZONE D’ÉTUDE
  • 11. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 7 1.1. PRÉSENTATION ET LOCALISATION DE LA STEPPE La zone concernée par cette étude est la partie sud-ouest des hautes plaines oranaises. Elle se rattache administrativement à la wilaya de Naâma. Cette dernière est issue du dernier découpage administratif de 1984. Elle se compose de 07 daïras regroupant 12 communes. Elle est insérée entre l’Atlas tellien au nord et l’Atlas Saharien au sud; elle s’étend sur une superficie de 29825 km2 pour une population de 164894 soit une densité en moyenne de 5.6 hab/km2 (Cf. Figure 1). Cette région est abritée des influences atlantiques par le moyen Atlas Marocain et des influences méditerranéennes par l’Atlas tellien; mais elle est en contact direct avec les influences sahariennes par la présence de certains passages qu’offre l’Atlas Saharien. Du point de vue morphologique le territoire de la wilaya est constitué d’une immense plaine déprimée coincée entre les deux Atlas. Toutefois, cette monotonie paysagère est rompue par quelques chaînons de montagnes orientés sud-ouest nord-est. Nous citons l’exemple que constitue l’alignement du djebel Gaaloul (1613 m) qui se prolonge au nord par les djebels El Arar (1801m) et Kerrouch dont la continuité au nord-est s’effectue avec le djebel Bou Rhenisa (1594 m) pour se terminer plus au nord par djebel Antar qui culmine à 1721 mètres d’altitude. On distingue trois zones géographiques homogènes : - une zone steppique constituée par une vaste plaine (74% du territoire de la wilaya) dont l’altitude augmente sensiblement vers le sud (1000 à 1300 m). Elle est caractérisée par la prédominance de l’activité pastorale. D’ouest en est elle couvre l’espace compris entre les reliefs proches de la frontière Algéro-Marocaine et la limite occidentale de la wilaya d’EL Bayadh. Dans cet espace la majeure partie des eaux de ruissellement sont drainées vers les deux endoréisme que constitue la zone, il s’agit du Chott Rharbi (1317 km2 ) à l’ouest et du Chott Chergui à l’est (12216 km2 ). Cependant, d’après CHOISEL M.D., et al (1974) in : (HADEID M., (1996) « l’écoulement est endoréique et en pente extrêmement faible, les oueds ne coulent que pendant les très courtes périodes qui suivent les pluies. De cet écoulement endoréique et sans réseau, sur un sol à végétation espacée, où l’eau se perd d’avantage par évaporation que par infiltration, résulte une salinité des sols, localement dans les dépressions fermées,
  • 12. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 8 comme les sebkhas (résidus des grandes nappes lacustres), gueltas et daïas (petites cuvettes de dissolution)». - une zone montagneuse localisée dans la région sud-ouest atteignant les 2000 mètres d’altitude et occupant 12 % du territoire de la wilaya. Il s’agit d’une partie des monts des Ksours1 et des piémonts de l’Atlas Saharien. Elle est caractérisée par une agriculture de type oasien. - une zone présaharienne qui s’étend sur une superficie de l’ordre de 14% de la superficie totale de la wilaya. 1 Ce sont des massifs montagneux faisant partie intégrante de la chaîne Atlasique saharienne que l’on dénomme les monts des ksours.
  • 13. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 9 Méditerranée Région Tellienne Région Sub-steppique Région Steppique Région Subsaharienne Oran ? Alger ? Mécheria El Biod Mekmenen Amar ElKasdir Ain Benkhelile Naâma Ainsefra Tiout Asla Moghrar Djenien Bourezg Sfissifa f 838400584300 838400584300 Zone pilote Communes Route nationale Massifs rocheux Limites communes 0 25 50 km Projection UTM zone 30 Ellipsoïde Clarke 1880 3809650 3809650 Méditerranée Région Tellienne Région Sub-steppique Région Steppique Région Subsaharienne Oran ? Alger ? Mécheria El Biod Mekmenen Amar ElKasdir Ain Benkhelile Naâma Ainsefra Tiout Asla Moghrar Djenien Bourezg Sfissifa f 838400584300 838400584300 Zone pilote Communes Route nationale Massifs rocheux Limites communes 0 25 50 km Projection UTM zone 30 Ellipsoïde Clarke 1880 3 3550000 3550000 Méditerranée Région Tellienne Région Sub-steppique Région Steppique Région Subsaharienne Oran ? Alger ? Mécheria El Biod Mekmenen Amar ElKasdir Ain Benkhelile Naâma Ainsefra Tiout Asla Moghrar Djenien Bourezg Sfissifa f 838400584300 838400584300 Zone pilote Communes Route nationale Massifs rocheux Limites communes 0 25 50 km Projection UTM zone 30 Ellipsoïde Clarke 1880 3809650 3809650 Méditerranée Région Tellienne Région Sub-steppique Région Steppique Région Subsaharienne M e r Oran ? Alger ? Mécheria El Biod Mekmenen Amar ElKasdir Ain Benkhelile Naâma Ainsefra Tiout Asla Moghrar Djenien Bourezg Sfissifa f 838400584300 838400584300 Zone pilote Communes Route nationale Massifs rocheux Limites communes 0 25 50 km Projection UTM zone 30 Ellipsoïde Clarke 1880 3550000 3550000 NaâmaNaâma Chott Rharbi ChottChergui DjGaaloul DjArar DjKerrouch DjBou Rhenissa DjAntar DjAmrag Méditerranée Région Tellienne Région Sub-steppique Région Steppique Région Subsaharienne Oran ? Alger ? Mécheria El Biod Mekmenen Amar ElKasdir Ain Benkhelile Naâma Ainsefra Tiout Asla Moghrar Djenien Bourezg Sfissifa f 838400584300 838400584300 Zone pilote Communes Route nationale Massifs rocheux Limites communes 0 25 50 km Projection UTM zone 30 Ellipsoïde Clarke 1880 Zone pilote Communes Route nationale Massifs rocheux Limites communes 0 25 50 km Projection UTM zone 30 Ellipsoïde Clarke 1880 Zone pilote Communes Route nationale Massifs rocheux Limites communes 0 25 50 km Projection UTM zone 30 Ellipsoïde Clarke 1880 3809650 3809650 Méditerranée Région Tellienne Région Sub-steppique Région Steppique Région Subsaharienne Oran ? Alger ? Mécheria El Biod Mekmenen Amar ElKasdir Ain Benkhelile Naâma Ainsefra Tiout Asla Moghrar Djenien Bourezg Sfissifa f 838400584300 838400584300
  • 14. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 10 1.2. CARACTÉRISTIQUES DU MILIEU PHYSIQUE 1.2. 1. Cadres climatiques : analyse climatique et sécheresse 1.2. 1. 1. Régimes de pluie dans la steppe sud-ouest Oranaise 1.2.1.1.1. Cartes des précipitions La carte dressée par COUDERC R., (1975) (Cf. Figure 2) illustre que notre zone est bien encadrée entre l’isohyète 200 et 400 mm. Les deux isohyètes suivent les directions des montagnes. L’isohyète 400 se trouve au nord de la région, son tracé suit bien les lignes des monts de Tlemcen, des monts de Daya et les monts de Saïda. Quant à l’isohyète 200 il est au sud et sud-ouest en suivant les monts de Ksour ainsi que les monts (Djebel hafid, Djebel Guetoub El Hamara, Djebel Bou Amoud, Djebel Bet Aroug et Djeble Kerrouch) du sud-ouest. La figure 2 illustre nettement l’influence du relief sur la répartition des pluies. Les deux isohyètes sont relativement rapprochées à l’ouest et à l’est, où l’on passe rapidement du Tell à la zone aride. Ces deux isohyètes divergent en l’absence des montagnes en créant une vaste plaine au centre de la région. Dans cette zone il faut parcourir plus de 200 km pour passer du Tell aux zones arides. À l’intérieur de cette immense plaine, nous remarquons des isohyètes intermédiaires qui illustrent l’influence de l’exposition et des grandes surfaces salées : Chott Chergui (12216 km2 ) au nord-est et Chott Rharbi (1317 km2 ) à l’ouest. En se dirigeant vers le sud, nous montons en altitude et les pluies se raréfient. Vu l’épaisseur et la hauteur de la chaîne Tellienne qui sépare la steppe de notre région, l’influence de la mer méditerranéenne est pratiquement absente. 1.2.1.1.2. Précipitations Les précipitations moyennes annuelles fluctuent selon une fourchette de 150 à 300 mm par an. Le nord des hautes plaines sud Oranaises est plus arrosé par rapport au sud. De même la pluviosité augmente d’ouest en est (gradient longitudinal : 214 mm par ans à Naâma et plus de 300 mm par ans à El bayadh). Selon NEDJRAOUI N., (ND) ce gradient «est dû à deux phénomènes : à l’ouest, la sierra nevada Espagnole et l’Atlas Marocain agissent comme écran et éliminent ainsi l’influence atlantique, à l’est, les fortes précipitations sont attribuées aux perturbations pluvieuses du nord de la Tunisie». On utilise généralement la pluviosité moyenne annuelle pour caractériser la quantité de pluie en un lieu donné. La moyenne annuelle de la pluviométrie pour la période de 1970 à 2001 est
  • 15. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 11 de 180.7 mm à Mécheria avec 57 jours de pluie. Elle est de 214 mm avec 58 jours de pluie, et 155.5 mm avec 38 jours de pluie respectivement à Naâma (1990 à 2001) et à Ainsefra (1978 à 2001). Les mois de juillet sont les plus secs (4 mm pour Mécheria et 3 mm pour Ainsefra); mars est le mois le plus arrosé (27.7 mm pour Mécheria et 24,6 mm pour Ainsefra). Dans cette zone les pluies sont caractérisées par leur irrégularités spatio-temporelle. Celles-ci sont marquées par l’influence présaharienne et les pluies dépassent rarement les 300 mm par an. A titre d’exemple, en 2001, le mois d’août a enregistré 2 mm à Mécheria, et 60 mm sont enregistrés dans la station de Naâma qui se trouve à une distance de 33 kilomètres. Telagh Saïda Asla Brezina Mécheria Ain Benkhelil Mekmen Ben Amar Ainsefra Moghrar Rogassa Bougtob Boualem Naâma El Biod 0 50 100 km Chott Chergui Chott Sharbi Mts de Saïda Mts de Daia M ts des Ksours El Biod S.C Communes Isohyètes Limite wilaya Frontièrex Zone salée Montagnes 400 mm 400 mm 200 mm Telagh Saïda Asla Brezina Mécheria Ain Benkhelil Mekmen Ben Amar Ainsefra Moghrar Rogassa Bougtob Boualem Naâma El Biod 0 50 100 km0 50 100 km Chott Chergui Chott Sharbi Mts de Saïda Mts de Daia M ts des Ksours El Biod S.C Communes Isohyètes Limite wilaya Frontièrexx Zone salée Montagnes 400 mm 400 mm 200 mm Source : (COUDERC R., 1975). Figure 2 : Pluviométrie moyenne annuelle dans les hautes plaines sud Oranaises. 1.2.1.1.3. Les régimes pluviométriques Ce n’est pas le total des pluies qui intéresse l’agropasteur, l’agriculteur et l’éleveur, mais surtout, leurs répartitions dans l’année. Selon (DESPOIS J., 1955) l’étude du régime des pluies est plus instructif que de comparer des moyennes ou des totaux annuels. A cet effet,
  • 16. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 12 nous avons calculé pour la station de Naâma, de Mécheria et de Ainsefra le pourcentage des pluies pour les quatre saisons. Il est préférable que les saisons soient placées dans l’ordre qui intéresse les agropasteurs de la région steppique : Automne commence au premier septembre. Le tableau 1 présente les résultats des pourcentages calculés des pluies durant les quatre saisons dans trois stations : Ainsefra, Naâma et Mécheria de la wilaya de Naâma. 52.0910.9536.9622.2829.81Ainsefra : Période 1978-2001 49.5018 .5032.0019.5030.00Naâma : Période 1990-2001 51.5611.6238.2524.4926.70Mécheria : Période 1970-2001 Automne-HiverÉtéPrintempsHiverAutomne Saisons Stations 52.0910.9536.9622.2829.81Ainsefra : Période 1978-2001 49.5018 .5032.0019.5030.00Naâma : Période 1990-2001 51.5611.6238.2524.4926.70Mécheria : Période 1970-2001 Automne-HiverÉtéPrintempsHiverAutomne Saisons Stations Tableau 1: Pourcentage de pluie durant les quatre saisons de l’année pour les trois stations de la région d’étude Mécheria, Naâma et Ainsefra. Ce tableau a mis en évidence que le pourcentage moyen des pluies d’été pour la station de Mécheria, Naâma et Ainsefra est significatif. Il est de l’ordre de 11.6% (27 mm) à Mécheria, 18.5% à Naâma (39.8 mm) et de 10.95% (17 mm) à Ainsefra. Ces pluies d’été tombent assez fréquemment sous forme d’averses diluviennes et parfois elles créent des dégâts considérables sur les cultures ainsi que sur les infrastructures des villes. Ces dégâts sont causés par l’intensité de la pluie et par la présence d’un sol qui favorise le ruissellement. Après une averse le ruissellement devient très visible sur les glacis notamment. En effet, une longue période de sécheresse permet la formation d’une mince couche limoneuse au niveau de la partie superficielle du sol appelée «pellicule de glaçage» qui empêche l’infiltration de l’eau dans le sol DJEBAILI S., (1984). Ainsi, en 1955 des pluies torrentielles accompagnées de grêles se sont abattues sur la ville de Ainsefra provoquant de nombreuses coupures dans la voie ferrée et plus de dégâts à Moghrar où les eaux ont envahi et emporté une partie du village dont l’école. De même, la ville de Mécheria a souvent souffert du phénomène d’inondation causé par les crues diluviennes venant surtout du front nord-est du djebel Antar. Ces pluies sont généralement très chargées en sédiments des monts de ksour. Pour enrayer ce problème, des travaux d’aménagements et de reboisements ont été faits par les autorités publiques de la ville le long de la vallée du front
  • 17. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 13 sud-est au nord-est du djebel Antar. De plus, dans le Plan de Développement et D’Aménagement Urbain (PDAU) est proposée la réalisation des canaux de drainage des eaux pluviales à l’ouest et au nord ouest. Toutefois, le côté amont du problème d’inondation reste sans aucun aménagement, alors que la solution passe d’abord par son aménagement et par sa prise en charge dans sa globalité (ANAT., 1998). En 1991 Ainsefra a reçu 38 mm en juin, en 1996 32 mm toujours en juin; par contre, pendant toute la période d’automne elle a reçu seulement 7 mm. Les 7 mm sont insuffisants pour le démarrage de la période de semence de la culture sèche céréalière et pour la régénération des espèces herbacées. Le même phénomène s’est manifesté durant le passé. À la station de Ainsefra, le pluviomètre a enregistré 63 mm en juin 1899, 42 mm en juin 1924 et 41 mm en juillet 1928. Durant la période humide du XX siècle (1950-1951), la station a enregistré plus de 30 mm pour chaque année au mois d’août. Cependant, les pluies les plus utiles sont celles de la période printanière pour mûrir les céréales, entretenir les pâturages et augmenter les réserves des sols en eau pour affronter les moments et les jours les plus torrides de l’été. Le pourcentage moyen des pluies du printemps est assez faible, il est de 36.96% (57 mm) pour Ainsefra, 32% pour Naâma (70 mm) et de 38.25% (69 mm) pour Mécheria. Donc, plus en se dirige vers le sud plus les pluies deviennent rares et précieuses. 1.2.1.1.4. Distribution mensuelle des pluies La variation mensuelle des précipitations est très marquée pour les trois stations. Pourtant Mécheria et Naâma se trouvent au nord des monts de Ksour par rapport à celle de Ainsefra où l’influence des montagnes est très présente. Les grandes dépressions salées Chott Chergui au nord-est, et Chott Rharbi à l’ouest de Mécheria et de Naâma ont des influences non négligeables sur cette variabilité. Le régime mensuel à Mécheria présente un maximum au mois de mars, au mois d’avril et au mois de septembre. A Ainsefra c’est toujours le mois de mars suivi du mois d’octobre et du mois de mai (Cf. Figure 3). Les lames d’eau tombées à Mécheria présentent en moyenne des amplitudes qui varient entre 4 (mois de juin) et 28 mm (mois de mars). Cependant, l’amplitude à Ainsefra, varie entre 2.8 (mois de juillet) et 24 mm (mois de mars). (BENABADJI N. et BOUAZZA M., 2000(a)) expliquèrent cette variation par le passage de dépressions des fronts polaires au début du printemps et par le front des alizés et les pluies orageuses du front, qui tombent sur les chaînons montagneux.
  • 18. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 14 0 5 10 15 20 25 30 35 40 Sep Oct Nov Dec Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aut Ainsefra Mécheria Naâma 0 5 10 15 20 25 30 35 40 Sep Oct Nov Dec Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aut Ainsefra Mécheria Naâma Précipitation en mm 0 5 10 15 20 25 30 35 40 Sep Oct Nov Dec Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aut Ainsefra Mécheria Naâma 0 5 10 15 20 25 30 35 40 Sep Oct Nov Dec Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aut Ainsefra Mécheria Naâma Précipitation en mm Source : données de la FAO pour la station de Ainsefra et données de l’ONS pour la station de Mécheria. Figure 3 : Variations mensuelles des précipitations aux stations de Mécheria (1970-2001) et Ainsefra durant la période (1978-2001). Il a paru judicieux d’analyser les données du mois de mars pour une période de 23 et 32 ans respectivement pour Mécheria et Ainsefra. Faute de disponibilité de données de longue période, la station de Naâma n’est pas prise en compte. Il est important de savoir que les données climatiques sur la steppe sont rares et présentent soit des anomalies, soit des lacunes. En effet, pour la station de Mécheria nous disposons uniquement d’une série de données de 32 ans couvrant la période de 1970 à 2001. Par contre, les données sur Ainsefra existent mais quelques périodes sont incomplètes notamment celles de 1970 à 1977. Nous avons choisi le mois de mars pour l’analyse de la variabilité mensuelle climatique dans la zone d’étude. Le choix du mois de mars a été justifié du fait que ce dernier est le mois le plus propice pour prononcer s’il s’agit d’une année sèche ou humide. La pluie du mois de mars est considérée comme de l’or pur chez les agropasteurs. Ces pluies sont souvent fines et n’ajoutent pas beaucoup au total (DESPOIS J., 1955). A partir de l’année 1978 les pluies de mars étaient faibles jusqu’en1989 pour les deux stations. Ceci est expliqué par le fait que cette période fait partie des périodes sèches d’alternances qui ont débuté à partir de 1970. L’étude réalisé par BISSON J. et CALLOT Y. (1990) in : (TAÏBI N., 1997), afin de déterminer le bilan global pour l’activité agricole pour la station d’El Biodh Sidi cheikh durant la période 1970-1985, a montré l’existence des périodes de sécheresses assez marquées et qui sont plus dures que les précédentes de 1944-1948 et 1959-1961. Cette dernière sécheresse s’est manifestée par des précipitations soit trop faibles, soit trop irrégulières dans l’année. Si on regarde bien la figure 4 on s’aperçoit qu’il existe des alternances de périodes
  • 19. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 15 sèches suivi de période humide. Durant notre analyse des données climatiques nous avons relevé deux périodes (1978-1988 et 1997-2001) sèches dont la première a sévi plus de 10 ans. Durant la période 1978 à 1988 on enregistrait 3mm pour l’année 1979 et 1 mm pour l’année 1983 pour la station de Ainsefra au cours du mois de mars. Dans la station de Mécheria deux années 1982 et 1987 sont marquées par l’absence totale de pluie; les autres années les valeurs de la pluviométrie fluctuent entre 10 et 30 mm. Effectivement cette dernière sécheresse a des effets néfastes sur le milieu steppique suite à sa longue durée. L’auteur ROGNON P., (1996) considère qu’une année sèche a un effet différent selon qu’elle succède à une autre année sèche ou à une année humide. Dans la station de Mécheria l’année 1989 a marqué la fin de la première période sèche et le début des années normales. Cependant, 1996 signale la fin des années normales, exception faite pour l’année 1992 (année sèche), et le début des années sèches. Précipitation en mm 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 1970 1972 1974 1976 1978 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 Ainsefra Mécheria 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 1970 1972 1974 1976 1978 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 Ainsefra Mécheria Source : données de la FAO pour la station de Ainsefra et données de l’ONS pour la station de Mécheria. Figure 4 : Variations des précipitations en mars aux stations de Mécheria et Ainsefra durant la période de 1978 et 2001. 1.2.1.1.5. Distribution annuelle des pluies Après avoir examiné les courbes des précipitations annuelles pour la station de Mécheria il ressort deux phases (Cf. Figure 5). La première phase concerne la période de 1970 à 1985 pendant la quelle nous assistons à une baisse de la pluviométrie annuelle par rapport à la
  • 20. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 16 moyenne. Les Seize années successives ont marqué la plus grande période de sécheresse qui a frappé la région des hautes plaines. Il est fort possible que cette période de sécheresse ait une relation avec les sécheresses qui ont frappé le Sahel à partir des années 1968. La deuxième phase de 1986 à 2000 est marquée par une remontée vers la normale des pluies après une longue sécheresse. Cependant, deux années (1987 avec 157 mm et 1998 avec 159 mm) ont enregistré des valeurs en dessous de la moyenne annuelle. L’année 1991 est la plus pluvieuse de la série pour les deux stations. Cette année est considérée comme une bonne année du fait que plus de 50% du total est tombé dans la saison printanière. Dans la station de Ainsefra nous avons noté trois phases. La première de 1978 à 1982 est caractérisée par des précipitations variables oscillant entre 49 et 217 mm. La seconde phase de 1983 à 1995 enregistre une tendance plus au moins positive des précipitations moyennes annuelles, quant à la dernière phase de 1996 à 2001 la pluviométrie est à la baisse avec une tendance négative. L’année 1990 est considérée comme mauvaise année, avec une pluviométrie annuelle de 307 mm à Ainsefra (presque le double du total moyen annuel : 155 mm); 233 mm sont tombés en deux mois (avril et mai), par contre les trois mois d’automne n’ont reçu que 16 mm. Le même phénomène est constaté pour la station de Mécheria durant la même année. D’après les données de SELTZER P., (1946) les variations des pluies annuelles dans les hautes plaines et l’Atlas Saharien sont moins sensibles par rapport aux régions du nord du pays. Au cours de cette période un écart maximum de 29 mm est enregistré à Mécheria et un écart maximum de 73 mm dans la station Saida appartenant à la région du Tell. Cependant, l’analyse des données pendant la période récente (1970-2001) a révélé que la variabilité des précipitations annuelles est plus accentuée. A cet effet, l’écart maximum est passé de 29 mm à 126.7 mm pour la station de Mécheria et de 12 à 106.5 pour Ainsefra (Cf. Tableau 2). 126.7180.75429293264Mécheria 106.5155.54912192180Ainsefra Ecart maximum en (mm) P moyennesP minimales Ecart maximum en (mm) P moyennesP minimalesStations Période : 1970-2001 pour M écheria Période : 1978-2001 pour Ainsefra Période SELTZER (1913-1938) 126.7180.75429293264Mécheria 106.5155.54912192180Ainsefra Ecart maximum en (mm) P moyennesP minimales Ecart maximum en (mm) P moyennesP minimalesStations Période : 1970-2001 pour M écheria Période : 1978-2001 pour Ainsefra Période SELTZER (1913-1938) Tableau 2 : Ecarts maximums moyens des précipitations annuelles dans la station de Mécheria et Ainsefra durant la période (1913-1938) et la période (1970-2001).
  • 21. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 17 Station de Mécheria Station de Ainsefra 0,0 50,0 100,0 150,0 200,0 250,0 300,0 350,0 400,0 450,0 500,0 1978 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 Pluviométrie Ainsefra Moyenne : 155.5 Moyenne Seltzer (1913-1938) 0 50 100 150 200 250 300 350 400 450 1970 1972 1974 1976 1978 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 Pluviométrie à Mécheria Moyenne : 180.7 Moyenne Seltzer (1913-1938) Station de Mécheria Station de Ainsefra 0,0 50,0 100,0 150,0 200,0 250,0 300,0 350,0 400,0 450,0 500,0 1978 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 Pluviométrie Ainsefra Moyenne : 155.5 Moyenne Seltzer (1913-1938) 0 50 100 150 200 250 300 350 400 450 1970 1972 1974 1976 1978 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 Pluviométrie à Mécheria Moyenne : 180.7 Moyenne Seltzer (1913-1938) Précipitation en mm Précipitation en mm Source : données de la FAO pour la station de Ainsefra et données de l’ONS pour la station de Mécheria. Figure 5 : Précipitations moyennes annuelles aux stations de Mécheria (1970-2001) et Ainsefra (1978-2001).
  • 22. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 18 Il est important de noter que l’écart entre la moyenne des précipitations annuelles entre la période de (1913-1938) SELTZER P., (1946) et la période de 1970 à 2001 dans la station de Mécheria est très grand par rapport à la station de Ainsefra. L’écart est de 112 mm à Mécheria et de 36.5 mm à Ainsefra. Donc ces dernières années la pluviosité a diminué par rapport aux anciennes périodes. A Mécheria 83% des précipitations annuelles au cours de la dernière période (1978-2001) ont enregistré des valeurs inférieures à la moyenne des précipitations de SELTZER P (1946) (293 mm). Par contre seulement 46% des précipitations moyennes annuelles sont en dessous de la moyenne calculée durant la dernière période (Cf. Tableau 3). 46548317180.7293Mécheria 62.537.56733155.5192Ainsefra Moins que P moyPlus que P moy Moins que P moy (1913-1938) Plus que P moy (1913-1938) % des années recevant Période (1978-2001) pour Ainsefra Période (1970-2001) pour Mécheria % des années recevantP moyennes (mm) (1978-2001) Ainsefra (197O-2001) Mécheria P moyennes (1913-1938) (mm) Stations 46548317180.7293Mécheria 62.537.56733155.5192Ainsefra Moins que P moyPlus que P moy Moins que P moy (1913-1938) Plus que P moy (1913-1938) % des années recevant Période (1978-2001) pour Ainsefra Période (1970-2001) pour Mécheria % des années recevantP moyennes (mm) (1978-2001) Ainsefra (197O-2001) Mécheria P moyennes (1913-1938) (mm) Stations Tableau 3 : Variations par rapport aux précipitations moyennes durant la période (1913-1938) et la période (1970-2001) pour Mécheria et (1978-2001) pour Ainsefra. 1.2.1.1.6. Irrégularité des pluies Pour l’analyse du régime pluviométrique entre les deux stations, nous avons eu recours à des calculs sur des données moyennes. Mais ces moyennes ne présentent pas réellement la réalité du terrain. Elles sont utilisées uniquement pour dégager les différences régionales et faire une comparaison de la variabilité interannuelle entre les stations. La période de 1978 à 2001 a été choisie pour comparaison entre les deux stations. La moyenne de Mécheria pour la période (1978-2001) est de l’ordre de 194.4 mm. Elle est passée de 293 à 194.4 mm. Donc elle enregistre un déficit de 33.6% par rapport à celle calculée par SELTZER P., (1946) pour la période de 1913 à 1938. De même, la moyenne de la station de Ainsefra a enregistré une réduction de l’ordre de 19% seulement (Cf. Tableau 4). 33.6238.7194.4293Mécheria 19143155.5192Ainsefra Ecart moyen en %Ecart maximum en (mm) P moyenne annuelle en (mm) (1978-2001) P moyenne annuelle en (mm) (1913-1938) Stations 33.6238.7194.4293Mécheria 19143155.5192Ainsefra Ecart moyen en %Ecart maximum en (mm) P moyenne annuelle en (mm) (1978-2001) P moyenne annuelle en (mm) (1913-1938) Stations Tableau 4 : Écarts maximums moyens des précipitations moyennes annuelles dans la station de Mécheria et de Ainsefra par rapport aux données de SELTZER P., (1946).
  • 23. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 19 L’irrégularité des pluies dans ces deux stations est grande. La moyenne annuelle fluctue entre 54 et 401mm à Mécheria et entre 49 et 430 mm à Ainsefra. Cependant, Le coefficient de variation (CV) est de l’ordre de 0.44 pour la station du nord et 0.57 pour la station du sud. Il est à noter que dans la littérature, il est mentionné par plusieurs auteurs que plus l’étage bioclimatique est aride plus le coefficient de variation est grand. Nous savons dés le départ que le régime de pluie est irrégulier dans ces régions steppiques. Plusieurs auteurs (BENABADJI et al., 2000 a; DESPOIS J., 1955 et SELTZER P., 1946) qui ont travaillé sur ces zones le confirment dans leurs études. Mais il est important de savoir que pour les agropasteurs, il est fort intéressant de connaître les variations saisonnières des pluies. Pour cela, BOEUF M., (1932) cité par (DESPOIS J., 1955) a utilisé une méthode assez intéressante pour établir, pour la Tunisie entière et sur une période de trente années agricoles (1899 à 1929), le pourcentage des périodes normales, humides, très humides, sèches et très sèches2 . Il a calculé les fréquences d’apparitions de la pluviosité supérieures ou inférieures à la moyenne. Le seuil de démarcation entre une saison sèche et une saison humide a été mis en évidence par BAGNOULS et GAUSSEN (1953) in : (LE HOUEROU H.N., 1995). Les mois dont la pluviosité moyenne exprimée en mm est inférieure au double de la température moyenne exprimée en degrés Celsius sont considérés secs. Toutefois, les mois pour lesquels la pluviosité moyenne est égale ou supérieure au double de la température sont considérés comme humides. Cependant, LE HOUEROU H.N., (1995) a fait des remarques et des reproches à cette méthode (P=2T) concernant son caractère empirique, arbitraire et contingent des unités de mesure utilisées. En effet, le critère de démarcation est corrélé à un paramètre expérimental plus rationnel. De nombreux chercheurs et scientifiques ont montré que l’évaporation d’un sol non saturé est approximativement égale à 0.35 ETP. De même, DOORENBOS et PRUITT (1979) in : (LE HOUEROU H.N., 1995) ont montré que le coefficient cultural (kc) varie selon les sols et les cultures entre 0.3 et 0.4 ETP. 2 Normale (N) une période dont la pluie est de -25% à +25% par rapport à la moyenne. Humide (H) une période dont la pluie est de +25% à + 50 % par rapport à la moyenne. Très humide (TH) une période dont la pluie est > à + 50 % par rapport à la moyenne. Sèche (S) une période dont la pluie est de -50% à – 25% par rapport à la moyenne. Très sèche (TS) une période dont la pluie est < à - 50% par rapport à la moyenne.
  • 24. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 20 Ainsi, en ce qui concerne notre zone d’étude nous avons fait des calculs pour les trois stations en considérant cette fois une année sèche si la pluviosité (P) est inférieure à 0.35 fois l’évapotranspiration (ETP) et une année humide si P est supérieure à 0.35 fois l’évapotranspiration (ETP). L’interprétation du tableau 5 nous a permis de dire que les saisons d’automne et de printemps présentent le pourcentage des mois déficitaires le plus élevé. Plus de 80% des mois durant la saison d’automne sont considérés comme secs pour les deux stations. Cela a une influence considérablement le démarrage de la croissance de la végétation steppique. Le déficit de la saison printanière est tout à fait remarquable dans la station de Ainsefra. Il est dû à la localisation de la station plus au sud. 66.6733.3350.0050.0086.1013.9Mécheria 80.5619.4475.0025.0083.3316.66Ainsefra SHSHSHStations printempsHiverAutomne Tableau 5 : Pourcentages des périodes humides (H) et sèches (S) pour les deux stations de la zone d’étude durant la période (1978-2001). 1.2.1.2. Températures Les températures moyennes annuelles ont une influence considérable sur l’aridité du climat. Dans les hautes plaines sud oranaises, les températures varient normalement dans l’année, élevées en saison estivale et basses en saison hivernale. Le mois de janvier reste le mois le plus froid de l’année et le mois de juillet est le mois le plus chaud pour les stations de la région. La température moyenne maximale est de 35.1 °C et de 37.6 °C à Mécheria et à Ainsefra respectivement. Les températures deviennent plus contrastées dans la direction nord-sud (Mécheria 15.9 °C, El Biodh Sidi Cheikh3 17.8°C) et la direction ouest-est (Mécheria 15.9°C et El bayadh4 13.7 3 Station localisée au sud de Ainsefra. L’étage bioclimatique est Saharien à hiver frais (d’après Stewart modifiée) in : (TAÏBI N, 1997). 4 Station localisée dans la région d’El bayadh à l’est de Mécheria. À l’époque coloniale cette localité est appelée Geryville. L’étage bioclimatique Semi-aride à hiver froid (d’après Stewart modifiée) in : (TAÏBI N, 1997).
  • 25. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 21 °C,). Les minima d’El Bayadh sont inférieurs à ceux de Mécheria, par contre, les maxima sont supérieurs à ceux de Mécheria. La gelée intervient dans les mois de l’hiver. À Ainsefra les maximums d’apparition du phénomène sont relevés en décembre et en janvier avec presque de 12 jours de gelées. A Mécheria le maximum tourne autour de 10 jours de gelées. Il est rare que les températures descendent au dessous de -4 °C. Le 02 février 1952 il y a eu une gelée blanche qui a fait des dégâts sur les récoltes à Ainsefra. La même année, le 25 janvier 1952 une tempête a causé la mort d’une femme de plus de 65 ans. L’amplitude thermique annuelle (M-m) est 33.6°C à Mécheria et de 35.5°C pour Ainsefra. 1.2.1.3. Évapotranspiration (ETP) Les données mensuelles de l’évapotranspiration potentielle (ETP) de la station de Ainsefra sont fournies par la FAO. Les ETP de la station sont estimées à l’aide de la méthode de Pennman-Monteith. Cependant, les données de l’ETP pour Mécheria sont estimées à partir de la méthode de Thornthwaite. La valeur moyenne annuelle est de l’ordre de 1361 mm à Ainsefra, et de 909 mm à Mécheria. Nous avons constaté que l’ETP est nettement supérieure à la pluviométrie ; elle est 15 fois et 7 fois supérieure à la valeur de la pluviométrie à Ainsefra et à Mécheria respectivement. A cet effet, la dominance de l’ETP engendre et/ou favorise le processus de la dégradation du sol et plus particulièrement l’ensablement des terres de cultures et les parcours steppiques. 1.2.1.4. Indice pluviothermique d’Emberger (1955) La connaissance du climat d’une région nécessite en général la mesure avec une précision tolérable de plusieurs paramètres climatiques (pluviométrie, température, ETP, humidité, vent, etc.). Toutefois, dans la région steppique, nous avons remarqué que les données soit sont manquantes soit présentent des lacunes. A cela s’ajoute le problème du nombre restreint des stations météorologiques totales. Sur toute la wilaya de Naâma on compte seulement trois stations (Ainsefra, Naâma et Mécheria). La station de Naâma est fonctionnelle depuis seulement les années de 1980. Pour la détermination du type de climat qui règne ces dernières années nous avons eu recours à l’utilisation du quotient pluviothermique d’EMBERGER L., (1955). Ce quotient est
  • 26. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 22 généralement le plus utilisé dans les régions de l’Afrique du Nord (BENABADJI N. et BOUAZZA M., 2000 (b)). Il est défini comme suit : (1) 2000 222 mM PQ (1) 2000 222 mM PQ - = (1) 2000 222 mM PQ (1) 2000 222 mM PQ - = Avec : P : pluviosité moyenne annuelle en mm M : moyenne des températures maximales quotidiennes du mois le plus chaud en degré absolu m : moyenne des températures minimales quotidiennes du mois le plus froid en degré absolu LE HOUEROU H.N., (1995) souligne que ce quotient donne des valeurs sous estimées dans les régions où l’amplitude thermique (M-m) est faible. L’application du quotient pluviothermique sur les données climatiques récentes a révélé que la station de Mécheria est classée dans l’étage aride inférieur à hiver frais et la station de Ainsefra dans l’étage aride inférieur à hiver frais. Les données climatiques de la période ancienne (1913-1938) classent Mécheria dans l’étage aride supérieur à hiver frais et Ainsefra dans l’étage aride inférieur à hiver froid (Cf. Figure 6). Donc il y a une accentuation du climat et un déplacement du sud vers le nord des limites d’aridité. Cette accentuation du climat est due à la régression du tapis végétal suite à une longue sécheresse qui a frappé la région et au phénomène anthropique (défrichement, surpâturage, arrachage des espèces ligneuses, etc.).
  • 27. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 23 * Période Seltzer (1913-1938) ? Période (1978-2001) * Période Seltzer (1913-1938) ? Période (1978-2001) Figure 6 : Climagramme pluviothermique d’EMBERGER 1.2.1.5. Phénomène de la sécheresse dans la steppe sud-ouest Oranaise La définition de la sécheresse a un lien direct avec les différentes disciplines scientifiques. A cet effet, on parle de sécheresse météorologique lorsque les pluies sont inférieures à la moyenne durant une année ou plusieurs années successives (MAINGUET M., 1995). Mais cette définition ne tient pas compte de la répartition saisonnière de la pluie pendant l’année. Cette répartition est souvent importante dans l’année et plus particulièrement dans les zones arides méditerranéennes. Dans ces zones arides le maximum peut atteindre 5 à 12 fois le minimum. A Ainsefra le maximum annuel de pluie est 7 fois supérieur au minimum. Il est de l’ordre de 3 à Mécheria. Selon (DESPOIS J., 1955) la sécheresse est un grand fléau d’un pays, le plus fréquent et le plus redouté. Nous ne pouvons pas prononcer ou dire qu’il y a une sécheresse suite seulement à l’insuffisance des pluies totales, mais surtout il faut prendre en compte leur répartition dans l’année, sans oublier les vents chauds et secs (sirocos). Dans cette zone la pluie durant la période Automne et Hiver est primordiale. Cependant, une année est déclarée mauvaise suite
  • 28. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 24 à l’absence totale ou partielle de la pluie durant la période de semence. Toutefois, malgré une abondance de pluie durant l’automne et l’hiver, on risque d’avoir des surprises et des situations inquiétantes, s’il ne pleut pas assez pendant la période de Printemps. En effet, c’est durant cette période que se décide l’avenir des agro-pasteurs. Ces derniers pouvaient ensemencer de vastes surfaces si la période d’Automne et Hiver est déclarée comme période normale. Mais si la période du Printemps est déclarée comme déficitaire la situation sera sans doute désastreuse, car les agro-pasteurs ont beaucoup investi et risqueront même de perdre leurs productions ainsi que leurs bétails. La situation est alarmante malgré l’aide de l’État. Il est important de noter que cette situation tourne en drame quand deux ou trois années sèches se suivent. Lors de la sécheresse de 1970 à 1971 plus de 360 000 quintaux d’orge et de fourrages ont été vendus, à perte aux agropasteurs et aux éleveurs, par l’état afin d’éviter le drame et la décimation totale du cheptel (COUDERC R., 1975). Durant ces périodes de crises il n’ y a pas que les gens de la steppe qui souffrent seuls, mais de même les populations du nord du pays. Les gens du nord n’auront pas les moyens de procurer la viande après les flambées des prix. En effet, la situation devient de jour en jour plus grave et la totalité de la population steppique est menacée soit par la famine soit par l’épidémie. Cette dernière trouve toutes les conditions pour se propager au sein de la population la plus fragile. Durant les périodes de sécheresse les gens de la steppe sont obligés de fuir avec leurs troupeaux ces zones désertiques en rejoignant les zones du nord du pays. Dans ces zones soit ils trouvent du travail soit ils essayent de nourrir leurs bétails. Cependant, la misère et le nomadisme engendrent un déséquilibre socio-économique entre les gens de la steppe et ceux du Tell. Il est à noter que plus de 90 % de la population algérienne réside dans le nord du pays. A cela s’ajoute le nombre de population qui a fui la steppe. 1.2.1.5.1. Analyse statistique de la sécheresse Nous avons vu précédemment que la pluviométrie mensuelle fluctue d’une année à l’autre. Cependant, cette fois ci nous nous intéressons aux régimes mensuels et annuels de la sécheresse et à son évolution. D’après MAINGUET M., (1995) «la sécheresse ne peut être définie seulement par des critères quantitatifs de total pluviométrique annuel, ni de volume écoulé annuel, d’autres paramètres sont à prendre en compte :
  • 29. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 25 - la durée de la saison sèche, - la daté de commencement de la saison humide, - la sévérité du déficit». 1.2.1.5.2. Variations mensuelles et annuelles de la sécheresse (période 1978-2001) Nous avons utilisé toujours le même principe, le mois est considéré comme sec si la pluviométrie (P) est inférieure à 35% de l’évapotranspiration (ETP), pour déterminer les fréquences mensuelles et annuelles du nombre de mois secs pendant la période 1978-2001 dans les deux stations. Le tableau 6 illustre d’une manière assez nette que les fréquences mensuelles de la sécheresse varient de 41.7 à 100%, et de 62.5 à 100% pour la station de Mécheria et Ainsefra respectivement. Les forts pourcentages concernent les mois secs de la saison estivale pour les deux stations. Les mois de juin, juillet et août enregistrent un pourcentage de 100% à Ainsefra. Toutefois, les pourcentages de 100% sont marqués pour le mois de juillet et le mois d’août à Mécheria. Que ce soit à Mécheria ou à Ainsefra en moyenne aucun mois de la série climatique n’échappe à la sécheresse. 58.375.079.291.710010095.887.579.254.266.741.7(%) 14.018.019.022.024.024.023.021.019.013.016.010.0Nombres Mécheria 87.579.275.095.810010010095.879.266.775.062.5(%) 211918232424242319161815Nombres Ainsefra DNOSAJJMAMFJStations 58.375.079.291.710010095.887.579.254.266.741.7(%) 14.018.019.022.024.024.023.021.019.013.016.010.0Nombres Mécheria 87.579.275.095.810010010095.879.266.775.062.5(%) 211918232424242319161815Nombres Ainsefra DNOSAJJMAMFJStations Tableau 6 : Fréquence mensuelle de la sécheresse au cours de la période (1978-2001) dans la station de Mécheria et Ainsefra. De plus, une analyse de suivi de l’évolution pendant l’année du nombre de mois secs au cours du temps a été effectuée (Cf. Tableau 7). Cette analyse révèle que le nombre de mois secs pendant la durée de 24 ans a varié selon une fourchette de 7 à 12 mois secs à Ainsefra, et de 6 à 12 mois secs pour Mécheria. Ainsi, 54% des années à 7, 8 et 9 mois secs sont recensés à Mécheria et 35.3% à Ainsefra. En ce qui concerne les années à plus de neuf mois secs, le pourcentage est de l’ordre 41.7% et 64.7% pour Mécheria et Ainsefra respectivement.
  • 30. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 26 12.51217.6512 16.71123.5311 12.51023.5310 20.8917.659 25811.768 8.375.887 4.260.006 0.0050.005 0.0040.004 0.0030.003 0.0020.002 0.0010.001 % N° mois de secs % N° de mois secs Mécheria (1978-2001)Ainsefra (1978-2001) 12.51217.6512 16.71123.5311 12.51023.5310 20.8917.659 25811.768 8.375.887 4.260.006 0.0050.005 0.0040.004 0.0030.003 0.0020.002 0.0010.001 % N° mois de secs % N° de mois secs Mécheria (1978-2001)Ainsefra (1978-2001) Tableau 7 : Pourcentage de nombres de mois secs au cours de la période (1978-2001) dans la station de Mécheria et Ainsefra. La figure 7 montre nettement la variabilité des nombres de mois secs pour les deux stations durant la période 1978 à 2001. Ce nombre oscille entre 6 et 12 mois secs. L’examen de la courbe pour la station Ainsefra amène à distinguer trois périodes : - une période de 1978 à 1981 marquée par une variabilité du nombre de mois secs oscillant entre 7 et 12 mois secs; - une période de 1982 à 1996 caractérisée par une tendance à la baisse du nombre de mois secs exceptée l’année 1992; - une période de 1997 à 2001 caractérisée par un renouveau dans la hausse des nombres de mois secs. En ce qui concerne la station de Mécheria nous avons distingué à partir du graphique trois phases : - la première phase de 1978 à 1983 montre une tendance à la hausse du nombre de mois secs; - la seconde phase de 1984 à 1998 est caractérisée par une variabilité assez nette du nombre de mois secs; - la dernière phase de 1999 à 2001 illustre une tendance positive du nombre de mois secs.
  • 31. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 27 0 2 4 6 8 10 12 14 1978 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 Mécheria Ainsefra 0 2 4 6 8 10 12 14 1978 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 Mécheria Ainsefra Nombre de mois secs Figure 7 : L’évolution du nombre de mois sec dans la station de Mécheria et de Ainsefra (1978-2001). 1.2.1.5.3. Variations annuelles de la sécheresse au cours de deux périodes (1913-1938) et (1978-2001). Pour déterminer l’évolution du phénomène de la sécheresse dans le temps nous avons opté pour analyser les données climatiques pour la station de Ainsefra sur deux périodes différentes celles de (1913-1938) et de (1978-2001). Nous avons choisi la station Ainsefra car nous disposons des données climatiques de longues séries pour cette station. Notre approche est basée sur le principe du calcul des fréquences des années présentant un intervalle de 7 à 9 mois secs, et des années à plus de neuf mois secs. Le tableau 8 met en évidence l’évolution et le doublement des années supérieures à 9 mois secs au cours de cette dernière période. Ceci explique qu’au cours de la période (1978-2001) la présence des années de plus de neuf mois secs a doublé par rapport à la période de (1913-1938). Il est à noter que le coefficient de corrélation entre le nombre de mois secs et les précipitations moyennes annuelles est de l’ordre de -88% et de -83% pour l’ancienne et la dernière période respectivement. Le signe négatif signifie que le nombre de mois secs est inversement proportionnel à l’augmentation de la pluviométrie. Ainsi, le coefficient de détermination (R2 ) est de l’ordre de 78% pour la période (1913-1938) et de 70% pour la période (1978-2001); ce qui permet de dire qu’à Ainsefra il y a 70 à 78% des années de fortes précipitations avec un nombre faible de mois secs. Mais, même avec cette corrélation il existe des années qui échappent à cette règle. L’année 1990 enregistre 9 mois secs avec une moyenne annuelle de 307 mm (le double de la
  • 32. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 28 moyenne annuelle calculée pour toute la période de 1978 à 2001). Quant à l’année 1996, 8 mois secs sont relevés avec une moyenne annuelle de 191 mm. Le même scénario est remarqué pendant la période de 1913 à 1938. L’année 1930 avec une moyenne de 108 mm (inférieure à la moyenne annuelle calculée sur 26 ans : 192 mm) présente 09 mois secs. Toutefois, 08 mois secs sont recensés dans l’année 1938 avec une moyenne de 234 mm. Ce paradoxe entre l’année 1930 et 1938 ainsi qu’entre 1990 et 1996 est expliqué par la mauvaise répartition de la pluie au cours de l’année. A titre d’exemple 76% du total annuel sont concentrés seulement en deux mois (avril et mai) de l’année 1990, et 47% sont tombés en un seul mois d’avril de 1938. Selon EL DJIHAD M.D., (2003) ceci : « est dû qu’au cours d’une année en enregistre un nombre faible de mois sec; la raison en est que la plus part des mois sub-secs ont connu des précipitations à peine supérieures au double de leurs températures». L’année la plus pluvieuse de 1991, avec une moyenne annuelle de 430 mm, enregistre 7 mois secs. C’est toujours la mauvaise répartition au cours de l’année qui fait que les mois secs ne sont pas compatibles avec le total pluviométrique. Le même auteur considère que le nombre de mois secs, durant la même année, est conditionné par la mauvaise répartition et non pas par la valeur des précipitations annuelles. A cet effet, nous avons considéré qu’il est judicieux de suivre l’évolution de la sécheresse pendant les périodes sèches et humides, durant deux périodes (1913-1938) et (1978-2001) pour pouvoir mieux comprendre ce phénomène. 64.713362 Années de plus de 9 mois secs (%) Années de plus de 9 mois secs (%)mois secs (%) Période (1978-2001)Période SELTZER (1913-1938) STATION AINSEFRA 35.293362 Années de plus de 9 mois secs (%) Années de plus de 9 mois secs (%)mois secs (%) Période (1978-2001)Période SELTZER (1913-1938) STATION AINSEFRA 64.713362 Années de plus de 9 mois secs (%) Années de plus de 9 mois secs (%)mois secs (%) Période (1978-2001)Période SELTZER (1913-1938) STATION AINSEFRA 35.293362 Années de plus de 9 mois secs (%) Années de plus de 9 mois secs (%) Années entre 7 et 9 mois secs (%) Période (1978-2001)Période SELTZER (1913-1938) STATION AINSEFRA mois secs (%)mois secs (%)mois secs (%) Années entre 7 et 9 mois secs (%) 64.713362 Années de plus de 9 mois secs (%) Années de plus de 9 mois secs (%)mois secs (%) Période (1978-2001)Période SELTZER (1913-1938) STATION AINSEFRA 35.293362 Années de plus de 9 mois secs (%) Années de plus de 9 mois secs (%)mois secs (%) Période (1978-2001)Période SELTZER (1913-1938) STATION AINSEFRA 64.713362 Années de plus de 9 mois secs (%) Années de plus de 9 mois secs (%)mois secs (%) Période (1978-2001)Période SELTZER (1913-1938) STATION AINSEFRA 35.293362 Années de plus de 9 mois secs (%) Années de plus de 9 mois secs (%) Années entre 7 et 9 mois secs (%) Période (1978-2001)Période SELTZER (1913-1938) STATION AINSEFRA mois secs (%)mois secs (%)mois secs (%) Années entre 7 et 9 mois secs (%) Tableau 8 : Pourcentage des années à 7,8 et 9 mois secs et des années de plus de 9 mois secs au cours des périodes (1913-1938) et (1978-2001) dans la station de Ainsefra.
  • 33. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 29 1.2.1.5.4. Variations saisonnières de la période sèche au cours du temps 1.2.1.5.4.1. Variations de la saison estivale période : (1913-1938) et (1978-2001) La sécheresse est d’autant plus accentuée lorsque le nombre de succession des mois secs pendant l’année est grand. Cependant, si cette successionde mois secs dure pendant plusieurs années, l’impact sur le milieu naturel ainsi que sur la végétation steppique induit des conséquences plus ou moins catastrophiques. Cette catastrophe se manifeste dans ce milieu aride de la manière suivante par : - la salinisation de la couche arable par effet de remontée capillaire et destruction des agrégats constituant le sol; - la régression du tapis végétal suite à la diminution et au dessèchement des réserves hydriques du sol ; - la diminution de la perméabilité du sol suite à la formation au niveau du sol de la pellicule de glaçage ; - le processus d’érosion éolienne favorisé par la régression de la végétation steppique et les pressions exercées par l’homme sur les ressources pastorales; - l’augmentation de l’albédo de surface qui engendre la formation des mouvements de subsidences qui empêchent la formation des nuages. Notre analyse séquentielle effectuée au cours de la saison estivale (Mai à octobre) pour les deux périodes montre que le pourcentage de 6 mois secs successifs a presque quadruplé (Cf. tableau9). Il est passé de 19% pour la période SELTZER (1913 à 1938) à 70.83% au cours de cette dernière période. Cette analyse confirme bien le travail de DJELLOULI et DAGET (1993) in : (ROGNON P., 1996). Ces auteurs ont montré, dans la steppe sud oranaise et plus précisément dans la région de Mécheria et dans la région de Saïda plus au nord, un accroissement de la saison sèche de deux mois au cours de deux périodes (périodes : 1913- 1938 et 1978-1990). La saison sèche est passée de 8 à 10 mois secs. De même, BENABADJI N. et BOUAZZA M., (2000 (a)) ont mis en évidence, suite à une analyse effectuée sur des données climatiques pendant deux périodes différentes (1913-1938 et 1970-1990), que le quotient pluvio-thermique (Q2), de six stations représentatifs de la région oranaise (Algérie occidentale), a subi un déplacement significatif vers la droite. Ce déplacement signifie une augmentation de la valeur des températures moyennes minimales « m ». De plus, ils ont remarqué aussi que les étages bioclimatiques de certaines stations sont modifiés. À titre
  • 34. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 30 d’exemple, la station de Mécheria est passée de l’étage bioclimatique aride supérieur à hiver frais à un étage aride moyen à hiver frais. Donc, ces dernières années nous assistons effectivement à des périodes sèches plus au moins dures par rapport aux périodes précédentes (1926-1930, 1935-1939 et 1944-1948). 70.83619.056 25.00533.335 4.16428.574 0.0039.523 0.0029.522 0.0010.001 (%)Nombre de mois sec(%)Nombre de mois sec Période (1978-2001)Période SELTZER (1913-1938) STATION AINSEFRA 70.83619.056 25.00533.335 4.16428.574 0.0039.523 0.0029.522 0.0010.001 (%)Nombre de mois sec(%)Nombre de mois sec Période (1978-2001)Période SELTZER (1913-1938) STATION AINSEFRA Tableau 9 : Pourcentages de successions de mois secs durant la saison estivale (mai à octobre) à Ainsefra pour les deux périodes. 1.2.1.5.4.2. Variations de la saison humide période : (1913-1938) et (1978-2001) D’après notre analyse des données climatiques nous avons constaté, pendant la saison humide et durant la période (1978 à 2001), que les années de succession de 6 mois secs sont multipliées par deux par rapport à la période de (1913-1938). Durant l’ancienne période ce sont les années de 2 mois secs successifs qui présentent le pourcentage le plus élevé 33% contre 20% pour ces dernières décennies (Cf. Tableau 10).
  • 35. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 31 33.33614.296 8.3359.525 12.50423.814 12.5039.523 20.83233.332 12.5019.521 (%)Nombre de mois sec(%)Nombre de mois sec Période (1978-2001)Période SELTZER (1913-1938) STATION AINSEFRA 33.33614.296 8.3359.525 12.50423.814 12.5039.523 20.83233.332 12.5019.521 (%)Nombre de mois sec(%)Nombre de mois sec Période (1978-2001)Période SELTZER (1913-1938) STATION AINSEFRA Tableau 10 : Pourcentages de successions de mois secs durant la saison humide (Novembre à avril) à Ainsefra pour les deux périodes. 1.2.1.6. Changement climatique : analyse et synthèse Dans le passé, notre planète a subi des changements climatiques importants au cours des périodes de glaciations du quaternaire. Ces changements sont liés principalement à des facteurs astronomiques notamment : - «l’obliquité de l’axe des pôles par rapport au plan de l’orbite terrestre varie cycliquement de 3° sur une durée d’environ 40 000 ans. Cette variation engendre, des pôles jusqu’aux latitudes moyennes, des saisons d’autant plus contrastées que l’obliquité est importante, - l’excentricité de l’orbite terrestre varie périodiquement sur 100 000 ans. Bien entendu, la partie d’orbite à parcourir loin du soleil est importante. A ce moment là, l’insolation moyenne annuelle décroît» (VIGNEAU, 2000) in : (LOUBIER J.C., 2004). Aux phases glaciaires de l’Europe correspondent en méditerranée et en Afrique du nord des phases inter-pluviales chaudes et sèches, parfois arides. Des noms locaux ont été donnés aux divisions du quaternaire du Maroc de la méditerranée et de l’Europe occidentale (BOUABDALLAH H., 1991) (Cf. Figure 8). Pouvons-nous accepter que les périodes de sécheresse enregistrées ces dernières années soient directement liées aux changements climatiques par l’augmentation des gaz à effet de serre ou seulement la continuité de la fluctuation non régulière du climat ? Si cela est vrai comment
  • 36. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 32 peut-on expliquer les sécheresses qui apparaissaient avant l’ère industrielle où la teneur en gaz à effet de serre de l’atmosphère était nettement plus faible qu’actuellement. Il vrai que toute la communauté scientifique prévoit une augmentation inexorable de la température au cours des cent prochaines années. Le Groupement Intergouvernemental d’Etude du Climat (GIEC) a proposé une augmentation de température entre +1.5° et +5.8° sur la base des modélisations numériques et en fonction des différents scénarii retenus (LOUBIER J.C., 2004). Cependant, aucun modèle numérique, même les Modèles Généraux du Climat (GCM), n’a été présenté qui permette de mettre en relation l’évolution de la teneur de l’atmosphère en gaz à effet de serre avec la périodicité des sècheresses qui ont frappé le Sahel et les zones arides du Maghreb et d’autres régions dans le monde. Le caractère global de ces modèles ne permet pas de déceler les phénomènes qui se manifestent sur des zones plus restreintes. Les meilleurs modèles utilisent une cellule de 1° ce qui correspond à une zone de dimension (12345 km2 ) à l’équateur. Alors qu’en réalité à l’intérieur le climat peut varier considérablement. Nous avons vu au cours de ce chapitre que la pluviométrie est variable pour les deux stations (Mécheria et Naâma) distantes de seulement 33 km. Malgré ces changements climatiques importants, l’être humain a pu résister et continuer d’exister. Cela n’empêche pas de dire que les changements climatiques engendrent des conditions socio-économiques très graves sur la population mondiale et plus précisément celles qui habitent les régions vulnérables (Zones arides et désertiques). La steppe des hautes plaines sud Oranaises n’échappe pas à ce constat. Dans cette zone l’analyse climatique effectuée sur les régions de Mécheria et de Ainsefra a révélé des fluctuations entre périodes humides et sèches épisodiques et surtout les périodes sèches qui ont débuté à partir de 1970. Depuis 1970, à Mécheria 83% des années ont enregistré des valeurs de précipitation inférieures à la valeur moyenne annuelle durant la période de 1913 à 1938. Ces fluctuations climatiques qui existaient de tout temps et ne peuvent pas donner une explication à elles seules à la progression de la dégradation du sol qui se manifeste par l’avancée du sable sur les terrains de parcours et agricoles de la wilaya. La végétation steppique (et en particulier l’alfa) est tout à fait adaptée à la sécheresse, mais avec les mutations socio-économiques qu’a connu la région ainsi que les conditions récentes d’exploitation des parcours, une telle fluctuation entraîne un déséquilibre durant la quelle la demande en fourrage dépasse largement les disponibilités (AIDOUD A., 1993). Les activités de plus en plus destructrices de l’homme sur le milieu engendrées par l’augmentation de la population plus l’utilisation des techniques
  • 37. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 33 employées sans discernement, sont certainement les causes principales des progrès de la dégradation des terres. «C’est l’homme qui crée le désert, le climat n’est qu’une circonstance favorable», disait LE HOUEROU H.N., (1959). Cependant, il est vrai de dire que le climat a seulement favorisé l’extension de la dégradation dans ces zones déjà fragilisées suite aux différentes actions destructrices de l’homme. D’ailleurs cette constatation est confirmée par le travail de SHERBROOKE W.C. et PAYLORE P. (1973) : «Short term weather patterns induced by uncertain rainfall and followed by cyclic droughts from which marginal areas may not recover if subjected to continued attempts at intensive use in a dry year or succession of dry years ». Une étude dendroclimatique sur des cernes de deux cents cèdres réalisée dans la région ouest Marocaine a montré que le Maghreb n’était pas à l’abri des longues sécheresses persistantes qu’a connu le Sahel (ROGNON P., 1996). Cette étude a mis en évidence que la sécheresse a varié énormément : - deux sécheresses accentuées mais isolées ont été révélées au cours du XVème siècle, - une sécheresse de longue durée a été enregistrée sur la période (1520-1552) au cours du XVIème siècle, - pendant le XVII siècle vingt sept sécheresses ont été enregistrées. Ces sécheresses ont été de courte de durée (un an à deux ans). Plus récemment la France a connu deux épisodes climatiques. Une période chaude est enregistrée entre le XIème siècle et XIIIème siècle suivi d’une période froide au cours du XVIIIème siècle. Selon (LOUBIER J.C., 2004) cette dernière période est appelée « le petit age glaciaire où l’on a vu découper le vin à la hache en place de grève». L’apparition de ces sécheresses avant la naissance de la révolution industrielle témoigne que ce phénomène est beaucoup plus lié aux facteurs astronomiques et que l’augmentation du CO2 n’a qu’amplifié le processus.
  • 38. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 34 Source : (BOUABDALLAH H., 1991) Figure 8 : Nouvelle proposition chronologique du quaternaire 1.2.2. Cadre géologique Les données géologiques fournissent des indications précieuses sur la nature du substrat où se développe la végétation. Cette dernière répond d’une manière assez fidèle à la nature lithologique et aux formes géomorphologiques. La zone d’étude s’organise autour de deux grandes unités structurales qui se succèdent du nord au sud : les hautes plaines sud oranaises et l’Atlas Saharien constitué par les monts des Ksours.
  • 39. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 35 1.2.2.1. Stratigraphie des hautes plaines sud-ouest oranaises Sur le plan stratigraphique les hautes plaines sud oranaises sont formées par un matériel sédimentaire du mésozoïque transgressif, sur un socle primaire qui affleure à la faveur de cassures. Le Trias est représenté par des argiles gypsifères et salines rouges, violettes ou multicolores, surgissant brusquement au sein de formations plus récentes à la suite de phénomènes liés au diapyrisme. Il apparaît en certains points très localisés et au niveau des dépressions. Le Jurassique est essentiellement calcaro-dolomitique supportant des grès psammitiques et des argiles versicolores, (série de passage du Jurassique au Crétacé) il occupe les reliefs des hautes plaines tels que le djebel Antar, djebel Amrag et djebel Hafid. On note la formation des sédiments gréseux de la fin du Jurassique jusqu’à l’Albien. Le Cénomanien montre un faciès marneux et marno-calcaire d’une épaisseur ne dépassant pas les 100 mètres. Le Turonien : la série marine du Crétacé se termine par de puissants bancs calcaires pouvant dépasser 150 mètres d’épaisseur, le Sénonien débute par des conglomérats auxquels succèdent des argiles, il se termine par des bancs de gypse. Le Quaternaire est représenté par des sédiments recouverts de débris de roches, d’alluvions, de calcaire lacustre et d’apports éolien (Cf. Tableau11). 1.2.2.2. Stratigraphie de l’Atlas Saharien L’Atlas Saharien occidental est une chaîne plissée orientée sud-ouest nord-est. Cette chaîne est formée d’anciens anticlinaux ou synclinaux de structure simple, n’ayant subi que la phase de plissement de l’Eocène, puis le soulèvement du Pliocène supérieur. Les Monts des Ksours sont prolongés à l’ouest par le haut Atlas Marocain, tandis que à l’est ils se poursuivent par djebel Amour au centre et par les monts de Ouled Nails à l’est. La stratigraphie des Monts des Ksours présente une série relativement complète allant du Trias au Turonien. Les formations sédimentaires sont constituées par le Mésozoïque et se présentent comme suit : - le Tiras représenté par des argiles gypso-salines contenant des basaltes. Cette formation est très rare et elle apparaît seulement au niveau de djebel Melah et djebel Bou Lerhad;
  • 40. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 36 - le Jurassique inférieur est formé de calcaires dolomitiques et de dolomies du Lias en alternance avec des marnes et des calcaires marneux du Dogger. On rencontre cette formation au niveau de quelques djebels de l’Atlas Saharien. La partie ouest des monts des ksours est dominée par le Jurassique moyen et supérieur à faciès gréseux et argileux (dépôts détritiques); - le Crétacé prédomine dans la partie est de l’Atlas Saharien. L’Albien présente un faciès d’alternance entre les grès siliceux jaunâtres et les argiles versicolores. Le Cénomanien est constitué par de dépôts marins à faciès marneux et argil gypseux. Quant au Turonien il est formé de calcaires dolomitiques avec peu de marnes intercalaires; - le Tertiaire continental est caractérisé par des formations détritiques récentes qui occupent les dépressions de l’Atlas Saharien. 1.2.2.3. Tectonique DJEBAILI S., (1984) a résumé la tectonique de la zone d’étude de la manière suivante : « les formations mésozoïques ont été plissées avec énergies au cours des phases tertiaires. Il s’agit de plis anticlinaux à flancs redressés et à voûte plate. L’orientation ouest-sud-ouest des axes structuraux est généralement respectée. Les synclinaux qui séparent les anticlinaux sont à font plat. Ce style de plis est probablement dû au décollement au niveau du Trias marno- gypsifère et à l’intrusion de celui-ci dans les anticlinaux».
  • 41. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 37 SECONDAIRE TRIAS TERTIAIRE - Jalonne les grands accidents tectoniques dans les hautes plaines et les monts des ksours. - Marno-gypsifère- évaporite et salin et roches vertes. Djebel Souigua, djebel Melah et djebel et djebel Antar. - Calcaire dolomitique - Dolomies. Lias Djebel Mekhter. Calcaire à lumachelle. Grès et argiles versicolores. Dogger Nord-ouest du djebel Antar. Seules les grès peuvent libérer du sable. - Grès et des bancs Calcaro-dolomitiques.Malm JURASSIQUE Le nord et le sud de l’Atlas saharien. - Grès - Calcaires - Valenginien Peuvent libérer du sable- Grès à sphéroïdes - Barrémien et l’Albien Continental intercalaire Inférieur Ne donnent pas de sable.- Marnes et marno-calcairesCénomanien Ne donnent pas de sable.- Calcaires dures.Turonien Peuvent libérer du sable- Marnes gypseusesSénonienSupérieur CRÉTACÉ Les piémonts nord de l’Atlas saharien. Seules les grès à intercalations marneuses peuvent libérer du sable. - Marnes. - calcaires et grès à intercalations marneuses. - marnes avec des lentilles gypsifères. Eocène Les grès rouges et les marnes sableuses peuvent alimenter le stock sableux - Grès rouges fins. - Calcaires. - Marnes rouges sableuses. Oligocène PLEOGENE Bordures des chotts. les grès peuvent en s’altérant libérer des particules de sables - Conglomérats. - Grès et limons rougeâtres. - Calcaires. Miocène Dan plusieurs endroits dans l’atlas saharien. Les limons peuvent être remobilisés par le vent. - Limons du plioquaternaires - Conglomérats et limons fins Pliocène NÉGÉNE -Remplissage des aires déprimées dans l’atlas Saharien. -Lits d’oueds. -Fond des dépressions fermées - Alluvions anciennes des oueds (galet + sable + limons anciens) CONTINENTAL -Accumulation sous forme de dunes de sable au nord-ouest du djebel Antar, à l’est du djebel Amrag, au sud-ouest de sebkhat en Naâma -Alluvions anciennes des oueds (galet + sable + limons anciens) -Alluvions récentes (sable + argiles) -Calcaire lacustre -Accumulation sableuse récenteRÉCENT QUATERNAIRE OBSERVATIONSFACIÈSAGES GÉOLOGIQUES SECONDAIRE TRIAS TERTIAIRE - Jalonne les grands accidents tectoniques dans les hautes plaines et les monts des ksours. - Marno-gypsifère- évaporite et salin et roches vertes. Djebel Souigua, djebel Melah et djebel et djebel Antar. - Calcaire dolomitique - Dolomies. Lias Djebel Mekhter. Calcaire à lumachelle. Grès et argiles versicolores. Dogger Nord-ouest du djebel Antar. Seules les grès peuvent libérer du sable. - Grès et des bancs Calcaro-dolomitiques.Malm JURASSIQUE Le nord et le sud de l’Atlas saharien. - Grès - Calcaires - Valenginien Peuvent libérer du sable- Grès à sphéroïdes - Barrémien et l’Albien Continental intercalaire Inférieur Ne donnent pas de sable.- Marnes et marno-calcairesCénomanien Ne donnent pas de sable.- Calcaires dures.Turonien Peuvent libérer du sable- Marnes gypseusesSénonienSupérieur CRÉTACÉ Les piémonts nord de l’Atlas saharien. Seules les grès à intercalations marneuses peuvent libérer du sable. - Marnes. - calcaires et grès à intercalations marneuses. - marnes avec des lentilles gypsifères. Eocène Les grès rouges et les marnes sableuses peuvent alimenter le stock sableux - Grès rouges fins. - Calcaires. - Marnes rouges sableuses. Oligocène PLEOGENE Bordures des chotts. les grès peuvent en s’altérant libérer des particules de sables - Conglomérats. - Grès et limons rougeâtres. - Calcaires. Miocène Dan plusieurs endroits dans l’atlas saharien. Les limons peuvent être remobilisés par le vent. - Limons du plioquaternaires - Conglomérats et limons fins Pliocène NÉGÉNE -Remplissage des aires déprimées dans l’atlas Saharien. -Lits d’oueds. -Fond des dépressions fermées - Alluvions anciennes des oueds (galet + sable + limons anciens) CONTINENTAL -Accumulation sous forme de dunes de sable au nord-ouest du djebel Antar, à l’est du djebel Amrag, au sud-ouest de sebkhat en Naâma -Alluvions anciennes des oueds (galet + sable + limons anciens) -Alluvions récentes (sable + argiles) -Calcaire lacustre -Accumulation sableuse récenteRÉCENT QUATERNAIRE OBSERVATIONSFACIÈSAGES GÉOLOGIQUES Source : (MAHBOUBI B., 2002) Tableau 11 : La couverture sédimentaire des hautes plaines oranaises.
  • 42. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 38 1.2.3. Cadre géomorphologique La géomorphologie est considérée comme une expression synthétique de l’interaction entre les facteurs climatiques et géologiques. Ainsi, les principaux cycles climatiques du Quaternaire ont donné à la région steppique une physionomie particulière en relation avec la nature du substrat géologique et la tectonique d’ensemble. Nous nous sommes basé sur les travaux de TRICART (1969); POUGET M. (1971 et 1980) in : (KADI-HANIFI-ACHOUR H., 1998) et DJEBAILI S. et al., (1982) afin de distinguer d’une façon générale les principales unités géomorphologiques qui composent la wilaya de Naâma. Spatialement la wilaya est constituée par un ensemble d’unités différentes du point de vue de leur forme structurelle, leur genèse, leur lithologie et leur morphogenèse. Cependant, ces entités sont issues de l’interaction de processus physico-chimique (thermoclastie, actions éoliennes et de processus hydriques) exercée sur les matériaux géologiques et lithologiques. Les principales unités géomorphologiques de la wilaya peuvent être énumérées comme suit (Cf. figure 9) : - les reliefs; - la plaine sud oranaise et surfaces plus ou moins planes; - les dépressions et les accumulations éoliennes. Massifs montagneux Glacis d’érosion sans écoulement différencier Glacis d’érosion parcourus par les oueds et les dépressions Glacis d’érosion parcourus par les oueds et les dayas anastomosées Glacis d’érosion parcourus par un réseau hydrographique hiérarchisé Glacis de dénudation Dépression saline (sebkhat Naâma) Accumulations sableuses anciennes 0 10 km 781600 3725000 708300 3725000 781600 3644200 708300 3644200 Projection UTM zone 30 Ellipsoïde Clarke 1880 Source : (DJEBAILI S. et al. , 1982) Mécheria Naâma VersAinsefra Route Nationale R.N.6 Route Secondaire Piste Légende Massifs montagneux Glacis d’érosion sans écoulement différencier Glacis d’érosion parcourus par les oueds et les dépressions Glacis d’érosion parcourus par les oueds et les dayas anastomosées Glacis d’érosion parcourus par un réseau hydrographique hiérarchisé Glacis de dénudation Dépression saline (sebkhat Naâma) Accumulations sableuses anciennes 0 10 km 781600 3725000 708300 3725000 781600 3644200 708300 3644200 Projection UTM zone 30 Ellipsoïde Clarke 1880 Source : (DJEBAILI S. et al. , 1982) Mécheria Naâma VersAinsefra Route Nationale R.N.6 Route Secondaire Piste Légende Figure 9 : Carte géomorphologique de la région centre de la wilaya de Naâma.
  • 43. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 39 1.2.3.1. Les reliefs Les djebels de la zone d’étude se présentent sous forme d’ensembles massifs à structures complexes et plus ou moins allongées et étirées suivant l’axe général du plissement sud-ouest nord-est. Ces structures sont généralement liées à la tectonique, à la lithologie et à l’érosion. Elles sont constituées de roches dures (calcaire, calcaire dolomitique et grès) d’âge Jurassique dont la pente des versants est généralement forte. Parmi ces structures plissées il importe de citer l’anticlinal d’age Jurassique culminant à 2136 m de djebel Morhad d’orientation sud- ouest nord-est. Il a été affecté par un accident tectonique ayant provoqué un décalage de continuité dans sa partie sud-ouest (cuvette de Mekhizéne).Un autre anticlinal plus septentrional correspond au djebel Antar, petit chaînon avancé de l’Atlas Saharien à tracé en forme d’arc de cercle ouvert vers le nord-ouest et dont l’altitude n’atteint pas les 2000 mètres (REMAOUN K., 1998). 1.2.3.2. La plaine sud oranaise et surfaces plus au moins planes La majeure partie de l’espace de la wilaya est occupée par une plaine plus ou moins plane dans l’altitude augmente sensiblement vers le sud (1000 à 1330m). Elle est truffée de nombreuses petites cuvettes de dimension et d’origine différentes (Sebkha, Dayas, cuvettes hydro-éoliennes dénommées localement Mekmene, oglat ou haoud) dans lesquelles se perd un réseau hydrographique endoréique à éléments courts et inorganisés. Elle est couverte par une épaisse dalle calcaire lacustre d’âge poste miocène. Depuis le Quaternaire des alluvions anciennes constituées de galets, de sables, d’argiles et d’alluvions récentes contenant des sables et des argiles couvrent cette dalle calcaire. 1.2.3.3. Les dépressions Les eaux de ruissellement empruntent les lits d’oueds à fond plat largement encaissé pour s’accumuler finalement dans des dépressions endoréiques. Dans cette zone nous distinguons les dépressions salées (Chott Chergui, Chott el Rharbi, Sebkat en Naâma) et les dayas et les mekmenes ou s’accumulent les eaux de surfaces non salées. Les dayas sont de petites dépressions peu profondes. Les sols de dayas sont généralement plus profonds par rapport aux glacis encroûtés et ils sont occupés par l’armoise blanche (Artemisia herba Alba : Chih). Toutefois, la céréaliculture trouve sa place dans ces dépressions ainsi que sur les rebords. Elles sont mises en culture après avoir été défoncées ou routées pour rompre
  • 44. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 40 la croûte. Les chotts et les sebkhas sont des dépressions salées où l’on rencontre une steppe à halophytes. L’agglomération de Ainsefra se trouve encaissée dans une vallée entre djebel Aissa au nord et djebel Mekter au sud. Cette dépression s’étend sur une longueur de 30 km et une largeur de 24 km et elle est drainée par l’oued Breidj. Une seconde dépression (Faidjet el Betoum) occupe le fond d’un couloir montagneux orienté sud-ouest nord-est entre les deux massifs montagneux parallèles djebel Aissa à l’est et djeble Morhad à l’ouest. 1.2.3.4. Les formations et accumulations éoliennes En fonction de la nature et de l’âge du dépôt POUGET M., (1971) distingue les trois formes d’accumulation sableuses suivantes : - les formes d’accumulations anciennes, à matériau éolien représenté par les champs de dunes formés aux piémonts des djebels. Nous rencontrons ce type de formations dans le nord ouest de Mécheria et dans les chaînons montagneux des monts des ksours. Au nord de Mécheria et plus précisément à l’extrémité septentrionale de djebel Antar un champ de dunes s’est formé de la même orientation que djebel Antar. Cependant, dans les monts des ksours des champs de dunes sont fréquents et ils se localisent surtout dans les piémonts nord de l’Atlas saharien. D’après la carte géologique (CORNET A. et DELEAU P., 1951) et les cartes topographiques de la zone, plusieurs accumulations sableuses peuvent êtres citées : - un champ de dune est localisé dans la partie nord du djebel Morhad d’orientation sud-ouest nord-est. il s’étend sur une longueur de 26 km et 3km de largeur; - un autre champ de dune est formé sur le piémont nord de djebel Bou Amoud avec une dimension moins importante que le champ précédent; - à Ainsefra il existe un cordon dunaire piégé sur le piémont nord de djebel Mekter. Au sud de celui-ci un autre cordon s’est formé dans le piémont nord de djebel Boulerhfad - les formes d’accumulation anciennes, à matériau éolien gypseux qui comprennent l’ensemble des accumulations qui sont présentes sur les bordures du chott Chergui et sur les bords sud et est de sebkhat Naâma; - les formes d’accumulations récentes sont fortement liées d’une part, aux régimes des fréquences des vents efficaces, à la nature des substrats géologiques et à la nature des obstacles (touffes de végétations, chaînons de montagnes, bloc, reg, remblais de carrière,
  • 45. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 41 etc.) responsables de leur formation d’autre part. Donc on retrouve autant de formes d’accumulation qu’il y a de types d’obstacles responsables au freinage de la vitesse du vent. A la rencontre du vent aux différents obstacles, la capacité de transport de sable diminue et le dépôt des particules prend naissance. Dans la zone de Naâma on retrouve la plus part des formes d’accumulations sableuses fixes ou mobiles. Selon leur volume et leur morphologie six types d’accumulations peuvent êtres distingués sur le terrain. Le tableau 12 illustre une typologie des édifices éoliens en fonction de leur dimension et de leur mobilité. Il est important dans ce qui suit de définir ces édifices éoliens rencontrés dans la zone d’étude. Cordons Barkhanoïdes > 100 Cordons dunaires> 100 Barkhane> 100 Nebkha> 100 Micro-Nebkha10 à 50 Voile de sable< 20 Accumulation mobile Accumulation fixée Par la végétation steppique Épaisseur en (cm) Cordons Barkhanoïdes > 100 Cordons dunaires> 100 Barkhane> 100 Nebkha> 100 Micro-Nebkha10 à 50 Voile de sable< 20 Accumulation mobile Accumulation fixée Par la végétation steppique Épaisseur en (cm) Tableau 12 : Caractéristiques des édifices éoliens de la wilaya de Naâma. 1.2.3.4.1. Voile sableux C’est le dépôt de sable en forme de voile sur des surfaces couvertes d’obstacles. L’épaisseur du voile varie entre 1 mm et 1 m (RISER J., 1988). 1.2.3.4.2. Nebkha CALLOT Y., (1987) la définit comme étant une forme éolienne presque universelle que l’on retrouve dans d’autres matériaux que le sable. Elle est formée après un piégeage de sable sous un obstacle fixe. Nous avons rencontré un exemple de nebkha piégée au nord-est de djebel Antar et dans la commune d’El Biod et de Ain Benkhelile. Selon la dimension de la nebkha et de l’obstacle qui la fixe FLORET C. et PANTANIER R., (1982) distinguent les nebkas fixées par les arbustes épineux (Zizyphus lotus) et pouvant atteindre plusieurs mètres de hauteur et de diamètre, et les micro-nebkas fixées par des chameaphytes et des graminées steppiques.
  • 46. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 42 1.2.3.4.3. Barkhane et cordons barkhanoïdes La barkhane est définie comme un édifice éolien ayant la forme d’un croissant, à concavité sous le vent possédant un versant raide d’éboulement suivi d’une aire de déflation (Cf. Figure 10). C’est une forme d’accumulation sableuse liée à un régime de vent suffisamment stable et qui est par conséquent très mobile. La barkhane constitue un excellent véhicule de transport de sable qui migre dans sa totalité suivant la direction du vent. Sa taille est très variable et sa dynamique reste la même jusqu’à un certain seuil de taille qui l’empêche de migrer en totalité. Dans ces conditions elle devient une source d’exportation de sable pour des barkhanes plus petites. Sa vitesse de déplacement dépend de la morphologie du terrain sur laquelle elle se déplace et de sa dimension. Cette forme d’accumulation est la plus menaçante pour l’ensablement, car la barkhane se forme uniquement à partir d’un sable en mouvement et qui s’accumule uniquement en forme de barkhane (CALLOT Y., 1987). Un ensemble de barkhanes coalescentes forme un cordon barkhanoïde. 1.2.3.4.4. Bouclier Le bouclier est une forme dunaire embryonnaire de taille variable. Selon BENALLA M. et al (2003) cette forme se localise dans des espaces où le bilan sédimentaire entre l’apport et le départ des sables reste stable. Dans la wilaya de Naâma nous avons rencontré des boucliers isolés à l’extrémité septentrionale du djebel Antar. Ces dépôts récents viennent renforcer l’ancienne dune localisée dans le flanc nord-ouest du même djebel. Cependant, l’apparition des accumulations sableuses en forme de boucliers révèle qu’il s’agit bien d’une zone favorable à la formation de nouvelles barkhanes.
  • 47. Chapitre I : Présentation de la zone d’étude. 43 Coalescence d’une petite barkhane dans une grande, formant une barkhane à ailes dissymétriques d’allongement dextre PLAN Vent 1) Bouclier 2) Bouclier Barkhanique 3) Dièdre Barkhanique 4) Barkhane Coalescence d’une petite barkhane dans une grande, formant une barkhane à ailes dissymétriques d’allongement dextre PLAN Vent 1) Bouclier 2) Bouclier Barkhanique 3) Dièdre Barkhanique 4) Barkhane Source : (CALLOT Y., 1987). Figure 10 : Évolution du bouclier à la barkhane vraie 1.2.3.4.5. Cordons dunaires Durant la mis de l’année 1930 le musé de Peabody de l’université Havard à proposé des travaux de recherches archéologiques sur la vallée de Jeddido dans le nord de l’Arizona. A cet effet, Hack J.T., (1960) est engagé de travailler sur les formations de dunes dans cette région. En 1941 il a défini trois types préliminaires de dunes : (1) dunes longitudinales orientées parallèles au vent dominant, (2) dunes transversales orientées perpendiculaires au vent, et (3) dunes paraboliques dont sa concavité est exposée au vent. Nous n’avons pas trouvé des dunes paraboliques sur le terrain, cela peut être dû à la morphologie du terrain qui ne favorise pas la formation d’un tel édifice. Quant aux dunes longitudinales elles se sont formées après avoir été piégées dans les cluses (Ainsefra) ou par les versants à exposition nord-ouest. Il importe de signaler que les barkhanes en se fusionnant peuvent donner naissance à un véritable champ dunaire transversal.

Related Documents