le pop art et la société de consommation <ul><li>quel rapport entretient le pop art avec la société de consommation? </li>...
Introduction recherches personnelles : voir la fiche
I) la société de consommation comme inspiration A) le pop art utilise des produits issus de la société de consommation - l...
Lichsteinstein, drowing girl, acrylique (magna), 1963 l’acrylique est une peinture synthétique qui apparait dans les anné...
- la sérigraphie Warhol, flowers, 1970
la sérigraphie existe depuis très longtemps. Traditionnellement, elle était utilisée pour imprimer des kimonos. La forte i...
Cours (à recopier) : Les artistes du pop art utilisent des techniques développées par les industries qui se développent ...
I) la société de consommation comme inspiration B) le pop art utilise des thèmes et des objets issus de la société de cons...
James Rosenquist, Dishes, huile sur toile, 1962 Warhol, Campbell s’Soup Can (Green and Red), 1962 des images matérielles
Jasper Johns, Fool's House, 1962 Warhol, Five Coke Bottles, 1962
des images issus de la culture populaire Andy Warhol, &quot;Mickey Mouse&quot;, 1981, sérigraphie et polymère synthétique ...
Les artistes du pop art utilisent et détournent les images liées à la société de consommation, des images ancrées dans l'i...
&quot;Ce qui est formidable dans ce pays, c’est que l’Amérique a inauguré une tradition où les plus riches consommateurs ...
- les emprunts à la publicité &quot;La peinture est probablement plus amusante que la publicité alors, pourquoi ne pas pei...
James Rosenquist, «Horse Blinders», huile sur toile et aluminium, 1968-69 (198x504 cm) James Rosenquist, «President Elect»...
James Rosenquist, «Fahrenheit 1982», encre colorée, 1982 les débuts publicitaires de Warhol, 1956, ici pour Gee Merrie Sho...
Les artistes du pop art s'inspirent directement de l'esthétique publicitaire et utilisent ses procédés : photographies, sé...
- emprunts à la bande dessinée Warhol, Superman, 1961 Lichtenstein, That's the way - it should have begun! But it's hopele...
Lichtenstein, &quot;Ohhh...Alright...&quot;, 1964 Roy Lichtenstein, Blam, magna on canvas, 1962
Roy Lichtenstein s’est inspiré de la BD, un moyen de diffusion de la société de consommation.
II) le pop art, une critique de la société de consommation? A) porter avec humour et ironie un regard sur cette société l’...
Le tableau est constitué de deux panneaux de tailles identiques. Celui de gauche représente un avion américain abattant un...
Claes Oldenburg, Floor Burger 1962, toile rempli de mousse de caoutchouc et de boîtes en carton, peinture au latex et Liqu...
le pop art est issu de la culture populaire mais n’est pas nécessairement une critique de la société de consommation. Il l...
B) Banaliser l’objet - chez Jasper Johns Jasper Johns stigmatise l’insignifiance accordée aux objets de la vie courante, ...
- chez Warhol chez Warhol on observe un double mouvement : - choisir un objet banal de la société de consommation pour en ...
Certains pensent que si Warhol utilise un style fondé sur la simplification de l’image à l’extrême et sa duplication, c’es...
C) l’art comme produit à consommer
La sérigraphie est utilisée par les artiste dans leurs œuvres afin de faire perdre le caractère unique de l’ oeuvre. Dans ...
Conclusion Le pop art américain naît au moment où se développe la société de consommation. Les artistes, à travers leurs p...
of 30

Pop art américain

Published on: Mar 4, 2016
Source: www.slideshare.net


Transcripts - Pop art américain

  • 1. le pop art et la société de consommation <ul><li>quel rapport entretient le pop art avec la société de consommation? </li></ul>
  • 2. Introduction recherches personnelles : voir la fiche
  • 3. I) la société de consommation comme inspiration A) le pop art utilise des produits issus de la société de consommation - l’acrylique
  • 4. Lichsteinstein, drowing girl, acrylique (magna), 1963 l’acrylique est une peinture synthétique qui apparait dans les années 30 aux Etats-Unis dans l’industrie automobile et du bâtiment. Elle est commercialisée pour les artistes à la seconde guerre. Elle présente l’avantage d’être facile d’utilisation, de sécher vite, de ne pas jaunir avec le temps. Dès son apparition, les artistes du pop art utilise l’acrylique.
  • 5. - la sérigraphie Warhol, flowers, 1970
  • 6. la sérigraphie existe depuis très longtemps. Traditionnellement, elle était utilisée pour imprimer des kimonos. La forte immigration chinoise aux Etats-Unis au XIX°-XX° fit connaître cette technique. Elle se perfectionna et fut rapidement utiliser dans l’industrie publicitaire. En effet, cette technique permet de reproduire en série un motif, une image. Les artistes du pop art se sont servis de cette technique.
  • 7. Cours (à recopier) : Les artistes du pop art utilisent des techniques développées par les industries qui se développent avec les Trente glorieuses. Ainsi, ils utilisent l'acrylique issue de l'industrie automobile et du bâtiment (Lichtenstein) et la sérigraphie issue de l'industrie publicitaire (Warhol)
  • 8. I) la société de consommation comme inspiration B) le pop art utilise des thèmes et des objets issus de la société de consommation et des loisirs - les grandes images de la société de consommation
  • 9. James Rosenquist, Dishes, huile sur toile, 1962 Warhol, Campbell s’Soup Can (Green and Red), 1962 des images matérielles
  • 10. Jasper Johns, Fool's House, 1962 Warhol, Five Coke Bottles, 1962
  • 11. des images issus de la culture populaire Andy Warhol, &quot;Mickey Mouse&quot;, 1981, sérigraphie et polymère synthétique sur toile Andy Warhol, &quot;Marilyn&quot;, 1966,
  • 12. Les artistes du pop art utilisent et détournent les images liées à la société de consommation, des images ancrées dans l'imaginaire collectif des américains (Mickey) ou des objets que l'on trouve dans les supermarchés. En les incluant dans leurs oeuvres, ils en font des icônes (des images symboliques) de la civilisation contemporaine.. Il s'agit pour eux de faire ressortir l'esthétique cachée ou oubliée de la société.
  • 13. &quot;Ce qui est formidable dans ce pays, c’est que l’Amérique a inauguré une tradition où les plus riches consommateurs achètent en fait la même chose que les plus pauvres. On peut regarder la télé et voir Coca-Cola, et on sait que le président boit du Coca, que Liz Taylor boit du Coca et, imaginez un peu, soi-même on peut boire du Coca. Un Coca est toujours un Coca, et même avec beaucoup d’argent, on n’aura pas un meilleur Coca que celui que boit le clodo du coin. Tous les Coca sont pareils et tous les Coca sont bons. Liz Taylor le sait, le président le sait, le clodo le sait, et vous le savez.&quot; Andy Warhol.
  • 14. - les emprunts à la publicité &quot;La peinture est probablement plus amusante que la publicité alors, pourquoi ne pas peindre avec la même énergie et enthousiasme qu’elle, avec sa même force?&quot; James Rosenquist. Pour subsister, Rosenquist travaille pour la publicité en peignant de gigantesques panneaux sur Times Square. Rosenquist conserve dans ses toiles des données abordées dans son travail publicitaire : image simplifiée, grand format, style, échelle, ampleur, association visuelle, sens des couleurs, etc.
  • 15. James Rosenquist, «Horse Blinders», huile sur toile et aluminium, 1968-69 (198x504 cm) James Rosenquist, «President Elect», huile, 1960-61/1964 (228x366 cm)
  • 16. James Rosenquist, «Fahrenheit 1982», encre colorée, 1982 les débuts publicitaires de Warhol, 1956, ici pour Gee Merrie Shoes Lichtenstein, washing machine, 1961
  • 17. Les artistes du pop art s'inspirent directement de l'esthétique publicitaire et utilisent ses procédés : photographies, sérigraphies, couleurs vives. Beaucoup d’artistes sont issus du milieu publicitaire : Warhol, Rosenquist...
  • 18. - emprunts à la bande dessinée Warhol, Superman, 1961 Lichtenstein, That's the way - it should have begun! But it's hopeless!, 1968
  • 19. Lichtenstein, &quot;Ohhh...Alright...&quot;, 1964 Roy Lichtenstein, Blam, magna on canvas, 1962
  • 20. Roy Lichtenstein s’est inspiré de la BD, un moyen de diffusion de la société de consommation.
  • 21. II) le pop art, une critique de la société de consommation? A) porter avec humour et ironie un regard sur cette société l’artiste pop Hamilton définit son art :   «Populaire, éphémère, jetable, bon marché, produit en masse, spirituel, sexy, plein d’astuces, fascinant et qui rapporte gros. »
  • 22. Le tableau est constitué de deux panneaux de tailles identiques. Celui de gauche représente un avion américain abattant un autre avion figuré sur le panneau de droite. Selon Lichtenstein, cette oeuvre est humoristique : un tableau tirant sur l’autre. Lichtenstein, Whaam!, acrylique et huile sur toile, 1963
  • 23. Claes Oldenburg, Floor Burger 1962, toile rempli de mousse de caoutchouc et de boîtes en carton, peinture au latex et Liquitex Oldenburg s'empare d'objets typiques de la culture populaire pour lui faire subir une transformation à la fois grotesque et spirituelle (à droite, la batterie perd son intérêt si elle est toute molle comme ça) Claes Oldenburg ,&quot;Ghost&quot; Drum Set, 1972.
  • 24. le pop art est issu de la culture populaire mais n’est pas nécessairement une critique de la société de consommation. Il lui emprunte ses codes, ses supports et prend de la distance avec humour de cette consommation de masse.
  • 25. B) Banaliser l’objet - chez Jasper Johns Jasper Johns stigmatise l’insignifiance accordée aux objets de la vie courante, avec, à partir de 1960, une série de sculptures représentant des objets ordinaires, comme des ampoules électriques ou des boîtes de bière, en bronze peint. Ale Cans en bronze peint, 1964, Jasper Johns,
  • 26. - chez Warhol chez Warhol on observe un double mouvement : - choisir un objet banal de la société de consommation pour en faire une icône - utiliser la répétition pour banaliser une image
  • 27. Certains pensent que si Warhol utilise un style fondé sur la simplification de l’image à l’extrême et sa duplication, c’est une façon de suggérer que tout le monde devrait penser de la même manière. Il adresserait une critique acerbe à la société américaine, une société violente, conformiste, dominée par le dollar. Pour d’autres, ce qui est critiqué, c’est une conséquence de la société de consommation mais pas la société de consommation elle-même. En effet, le monde peint par Warhol, de couleurs pétantes, d’apparence superficielle est aussi fait d’inquiétude et de pessimisme. Lorsqu’il réalise Marilyn, celle-ci vient juste de mourir et son image a été reproduite par million dans le monde entier. La répétition est utilisée par Warhol pour dénoncer cette banalisation par les médias, vecteurs de la culture de masse. Mais Warhol, par la recherche de l’esthétisme dans le quotidien, s’oppose à la banalisation.
  • 28. C) l’art comme produit à consommer
  • 29. La sérigraphie est utilisée par les artiste dans leurs œuvres afin de faire perdre le caractère unique de l’ oeuvre. Dans sa Factory, Warhol fait même faire ses tableaux par des assistants.   L’artiste présente par ce biais une réflexion sur l’anonymat, la banalité, la standardisation et l’uniformité de la société contemporaine.
  • 30. Conclusion Le pop art américain naît au moment où se développe la société de consommation. Les artistes, à travers leurs productions, mettent l’accent sur les caractéristiques principales de cette société (la consommation, la production de masse, les loisirs). Les artistes empruntent donc leurs procédés et leurs matériaux à cette nouvelle culture, créant ainsi une nouvelle forme d’art, indissociable de son contexte. Les artistes américains ont chacun leur propre façon d'envisager les rapports de leur art à la société de consommation mais si le mouvement pop art interroge cette société, il n’en n’est pas une critique.

Related Documents