Ports maritimes / par F.
Laroche,...
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
Laroche, F.-A.-Théodore (18..-19..?). Ports maritimes / par F. Laroche,.... 1893.
1/ Les contenus accessibles sur le site...
y /r)/~
<
i
':( (P/<
3~)! 1
n~~<n'L
ENCYCLOPÉDIE j ~)1
L~)
TRAVAUX PUBUCS –~ ~J"
Fondée par M.-C. LECHALAS, tnsp' e6n~' des Ponts et ChauMêcs.
3/...
ENCYCLOPÉDIE DES TRAVAUX PUBLICS
PORTS MARITIMES
fïo"f
3
ERRATA
Lignes au lieu de;
`
ttM:
t8 27 textérieure extérieure
49 S vase plus on moins liquide vase Hnente
52 t et dé...
ENCYCLOPÉDIE
f~~ Ttj'' f* <tf
/t.f'<
~0-. TRAVAUX JPDBHCS
Fondée pM M.-O. Ï.ECHALA8, !Mp' gën"' des Ponts et ChM~sôes....
TABLE DES MATIÈRES
CHAPITRE 1
DARSES, PORTS D'ÉCHOOAGE. BASSINS A FLOT
~m
§ 1* CoMtdéraHoms générales.
tDëftnitions. ...
H TABLE DES MATIËRES
ptcn
22 Moyensdedimmuertapoussêe.
39
23 Moyens d'augmenter la résistance du mur au renversement. ...
TABLE DES MATIÈRES HI
§ 5. Ouvrages accessoires des qaais.
62 Cales de débarquement et escaliers. Géneratitês. 97
63 De...
IV TABLE DES MATEES
FtCM
95 Épaisseur et longueur du radier. ~47
90 Détermination de l'épaisseur d'un radier. ~SO
97 A...
TABLE DES MATIÈRES V
~MM
§ 8. – Portes busquées en bois.
j)20 Composition d'un vantait. ~7
j)2t Résistance d'un vantai...
VI TABLE DES MATIÈRES
PiGM
i 52 Conditions relatives à une facile ex~Ottion. 223
tS3Hesistat)cedespor)es. 225
1S4 Cond...
TABLE DES MATIÈRES VII
PtGO
<82 tnOaence de la houle sur les portes d'eduse. 276
<83 Portes de flot. 279
<84 Portesvat...
vm TABLE DES MATIËRES
MNM
t* Batardeaux en mnfonnfne fondés à l'air eomp~B)~
6a<0!'<ffat< pour te CMMMMMt de l'avant-po...
TABLE DES MATIÈRES IX
Mcn
CHAPITRE IV
PONTS KOBILES
S t". – Considérattons générâtes.
i86 Divers systèmes de ponts mo...
X TABLE DES MATIÈRES
PAGD
54.– Appareils pour la manoeuvre des ponts tournants.
2i2 Décalage. 350
2i3 A.–Pontsnrptaque...
TABLE DES MATIÈRES XI
245 Perfectionnements apportés récemment dans les dispositions
despivotshvdrautiqxes. 380
346 Sou...
Xtl TABLE DES MATIERES
M6M
ANNEXE N* 7
Note sur le pont basculant construit sur le Binnenhaven, à Rotterdam 4f3
ANNEXE...
TABLE DES MATIERES XIU
fAOM
AN~PXE No 9
LIGNE DU PORT DE LA PALLICE A LA ROCHELLE
TRAVÉE TOURNANTE DU PONT SUR LE CANA...
XIV TABLE DES MATIÈRES
FtNM
282 De l'avaut-radior. 459
283 Del'arriêre-radier. 462
284 Défense du chenal de fuite et d...
TABLE DES MATIERES XV
_x~
~l
CORBE)).. – tMPMHEMB t;RK)É-DE t-ARBRE
FAOM
3URésmné. 508
3i2 Extraction des roches dev...
PORTS MARITIMES
CHAPITRE 1: PORTS O'ECaoMGE, B~SS~MS FLOT.
CHAPITRE Il: ~CtMES DES BASSINS A FLOT.
CHAPITRE tH: PORTES ...
CHAPITRE PREMIER
DARSES, PORTS D'ÊCHOUAGE. BASSINS A FLOT
§ l". CoM!fMra<tOM o~nA-atM. § a. DM quaia.
§ 3. Fon~a<tOM de...
CHAP. I. – DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC.
bassins où l'on maintient une hauteur d'eau conve-nable
on les appelle des bas...
g i". CONSIDÉRATIONS OËMËR&LES S
adoptée à peu près partout dans les grands ports
des fleuves à marée.
En effet, lorsqu...
6 CHAP. I. DARSES, PORTS DÉCHOUAGE, ETC.
près constant, que lorsque l'amplitude des variations
du niveau des eaux y est ...
< CONSIDERATIONS GENERALES 7
Le moyen le plus généralement adopté pour faci-liter
ces opérations consiste à créer, le lo...
8 CHAP. I. DARSES. PORTS D'ËCHOUAGE, ETC.
le matériel flottant; au sommet règne une plate-forme
où l'on prend ou dépose ...
§2.-DESQUAIS
fait pour le plancher de certains ponts métalliques.
En Amérique, l'usage des appontements (piers)
est ado...
i0 CHAP. Ï. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC.
d'échouage de peu d'importance, où le pied des
quais assèche à mer basse, on ...
g2.–DESQUAIS tt t.
Les croqui ci-contre représentent, à titre d'exem-ples,
deux types de quais en bois.
Ce genre d'ouvr...
ta CHAP. I. DARSES, PORTS D'ËCEOUAGE, ETC.
82.–DE8QUAÏS i3
un bateau dans les oscillations inévitables auxquelles
il est soumis le long d'un quai. Un navire y est ...
tt CHAP. I. DARSES, TORTS D'ËCHOU&GE, ETC.
niveau le plus bas que les eaux puissent atteindre.
Le quai peut être alors a...
§2.-DES QUAIS 15
Certains quais dans des ports d'échouage servent
à l'accostage de bateaux transportant presque exclu-si...
t6 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC.
mur, et, d'autre part, de façon à ne pas chasser sous
la poussée des terres, ...
g 2. DES QUAIS
Ainsi, la fondation d'un quai doit être protégée
contre toutes les causes accidentelles qui peuvent
en a...
i8 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC.
la hauteur des plates-formes des wagons, et que ia
chaîne de suspension vienn...
g 2. DES QUAIS t9
e. ~paissent* d'nn mur de qnat.
– La règle pra-tique
et empirique adoptée en France pour fixer
l'épa...
20 CHAP. t. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC.
d'être absolument assuré que, dans certains terrains,
la fondation offrira pa...
§8.–DESQUAIS Zt
On réalise ainsi une certaine économie de maçon-nerie
par mètre courant de mur, et cette économie
peut ...
22 CHAP. 1. DARSES, PORTS D-ËCaOUAGE, ETC.
dans des bassins où l'agitation de la mer se fait
sentir, et il y a lieu d'en...
gS.–DES QUAIS M
soubassement et le point du maître-couple qui s'en
rapproche le plus, dans le sens vertical.
Aujourd'hu...
24 CHAP. ï. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC.
plus hautes mers, dont on vient de parler, soit
0°°,50 environ
2° La différe...
g8.–DESQUA!S M
profondeur à laquelle le sol se maintient naturelle-ment
ou peut être maintenu artificiellement.
i&. Arê...
26 CHAP. î. DAMES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC.
13 t<m~etu* dn couronnement de la Mtaçoxmerte.
L'assise de maçonnerie ordinair...
g 3. FONDATIONS DES QUAIS 27
§ 3
FONDATIONS DES QUAIS
FONDATIONS EXECUTEES A SEC
i~. Génëratités. On examinera d'abord...
S8 CHAP. I". DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC.
poussée, par exemple sur une profondeur de 0*%30
à 0°*,50 au moins.
Si le f...
3. FONDATIONS DES QUAIS 29
ments sont distants l'un de l'autre d'une longueur
variable suivant les circonstances (6 mètr...
3 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC.
ses parois par une enceinte de pieux et palplanches.
La ligne de pieux et palp...
g 3. FONDATIONS DES QUAIS 3i
On peut alors adopter les fondations à l'air com-primé,
soit dans des puits havés, soit dan...
32 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC.
ments de l'eau qui ne dérangent pas ie galet, il est
nécessaire de prendre de...
g 3. FONDATIONS DES QUAIS 33
possible, de ne pas interrompre le battage d'un pieu
une fois'qu'il est commencé.
En effet...
34 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC.
Quand le sable est tellement fluent qu'on peut
craindre qu'il ne soit chassé ...
g 3. FONDATIONS DES QUAIS 3S
La vase d'une très grande épaisseur, d'une pro-fondeur
indéfinie, comme on dit habituelleme...
36 CHAP. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC.
seoir la fondation du quai sur le terrain résistant.
Ordinairement, on remplit d...
g 3. – FONDATIONS DES QUAIS 37
tage longitudinal. Les causes des avaries survenues
dans ce dernier cas et les moyens d'y...
38 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC.
Quand le pilotis rencontrait un fond dur, rocheux
par exemple, où la pointe d...
g 3. FONDATIONS DES QUAIS 3)
suivant son talus naturel d'équilibre, restait à trou-ver
le moyen de remédier aux avaries ...
40 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC.
madriers. La distance des pieux, l'équarrissage des
pièces, l'épaisseur du pl...
8 3. – FONDATIONS DES QUAIS M
Les remblais, au lieu de venir presser toute la face
arrière du mur, n'agissent que sur la...
t2 CHAP. 1. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC.
ponts en fer. Des piliers métaHiques, fondés sur
pilotis, supportent des pout...
g 3. FONDATIONS DES QUAIS t3
poussée et la position probable de son point d'appli-cation,
de sorte que les dimensions à ...
44 CHAP. Ï. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC.
dance fût combattue par la résistance des pieux à
l'arrachement.
On peut obt...
g 3. FONDATIONS DES QUAIS M
toute l'épaisseur de la maçonnerie par un trou foré
ad hoc et le bouclier de fonte s'appuie ...
46 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC.
stabilité des quais de Rouen (Voir le profil du quai
de la Bourse, page i2). ...
g 3. FONDATIONS DES QUAIS
rapporté, puis la vase comprimée et s'enfoncèrent
do i*°,50 dans le sable naturel formant le t...
48 CHAP. I". DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC.
un plancher en charpente supporté par un pilotis. A
ce plancher, destiné à p...
§ 3. – FONDATIONS DES QUAIS 49
D'ailleurs, la consolidation d'un quai qui se
déverse est une des entreprises les plus in...
50 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC.
vides suffisamment larges, la vase pourra se mouvoir
dans cet intervalle et t...
§ 3. FONDATIONS DES QUAIS Si
En tout cas, on doit faire une culée à chaque
sommet d'angle du polygone que forme le plan ...
52 CBAf. f. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC.
on parvient à réduire la longueur des voûtes et
détermine par suite celle des...
g 3. FONDATIONS DES QUAIS 53
par exemple, soit en faisant une voûte surbais-sée
au droit de la tête du
c&té de l'eau, s...
54 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC.
forme une série de banquettes horizontales qui se
relèvent successivement dep...
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
Port maritime
of 549

Port maritime

Port maritime
Published on: Mar 4, 2016
Published in: Engineering      
Source: www.slideshare.net


Transcripts - Port maritime

  • 1. Ports maritimes / par F. Laroche,... Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
  • 2. Laroche, F.-A.-Théodore (18..-19..?). Ports maritimes / par F. Laroche,.... 1893. 1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence 2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation. 4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.
  • 3. y /r)/~ < i ':( (P/< 3~)! 1
  • 4. n~~<n'L ENCYCLOPÉDIE j ~)1 L~) TRAVAUX PUBUCS –~ ~J" Fondée par M.-C. LECHALAS, tnsp' e6n~' des Ponts et ChauMêcs. 3/Mtt'ftff <~)- n rB.)'~o~«fa)t tftitfi'r~He de <NM. PORTS MAR!T!MES !'1A&)( V F LAROCHE M~PECTECUËR~ËRAL fttQFESSEUn DU COURS DE TRAVAUX MAntTtMES A t-'ÉCULE XATMKALE CES POKYS ET OtACSftiM 1 rom co. fOMH PMHM!E)t ~1" PARIS L!BRA!RtE r*OLYTECHNtOUE n.U[mY RT C% UBRAIRES-ËDiTEUns iS, t<CEDESSA)XTS-PÈRES XtÈMH MAti-~UX A t~tEoiE <8tMt Tt-t)<df«itt~'f'rtt'f.
  • 5. ENCYCLOPÉDIE DES TRAVAUX PUBLICS PORTS MARITIMES fïo"f 3
  • 6. ERRATA Lignes au lieu de; ` ttM: t8 27 textérieure extérieure 49 S vase plus on moins liquide vase Hnente 52 t et détermine et & détermmpr M M to le toile 67 3 Mfse,2:&e,o ()°',a5&<)".5e 6~ t6 qot 6'éHve tmn desss qui s'étève au-dessu* 73 20 (p. 65) (P. 66) t08 il qnetquefoM e poteau quelquefois le poteau 160 16 ;!tn-genr ;)atargear 173 2 contruire contenir r MB 2 tanvter janvier 956 12 à double effet et deux cylindres &<toabteeffetetAdeatcy)tndre! 5 369 22 /–f P /_5 _L L ~––<L L 2 °°a~5 "8 8 2 ~5~8~8 8 l-f < 37t 20 ~_V B FP V 2 i~"H""2' F.H" 6 405 te croquis doit être renversé de 180. M7 II. excédent excédant t6t croquis talus de à pour t talus de t A i pour 1 467 5 suivantes suivants 475 33 atisfait satisfait
  • 7. ENCYCLOPÉDIE f~~ Ttj'' f* <tf /t.f'< ~0-. TRAVAUX JPDBHCS Fondée pM M.-O. Ï.ECHALA8, !Mp' gën"' des Ponts et ChM~sôes. J~<!a«<e <<M' <t <'&<;po«MotmntceM<H«f< <MC. PORTS MAMTtMES 1 1j · PAR F. LAROCHE tttSPECTEOROÉKÉftt. FROPBSSBCX DU COUttS CE TRAVAUX MABtTtitEa A t-'ËCOM NATMNALS DES POHM ET caAUSSËEt TOME PREMIER TEXTE PARIS LIBRAIRIE POLYTECHNIQUE BAUDRY ET C'% UBRAtRES-ÉDtTEURS iS, RUE DES SAtNK-PÈttM MÊME MAÏ80N A LIÈGE 1893 Tou* droth t~Mfrêa. @
  • 8. TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 DARSES, PORTS D'ÉCHOOAGE. BASSINS A FLOT ~m § 1* CoMtdéraHoms générales. tDëftnitions. 3 SBassinsattot. 4 SQuais. e § 2. – Des quais. 4Détinition. 7 5 Des appontements 8 6 Des quais en charpente. 9 7 Des murs de quai en bois et macoanerie. 13 SDesmursdequaientnaçonnerie. tg OËpaisseurdun mur doquai. ~9 iOFruitdesmursdequa! j~ it Hauteurd d'un quai. gt i2 Arête du couronnement des quais. as i3 Largeur du couronnement de la maçonnerie. 26 g 3. Fondation des quais. FONDATIONSEXËCOT~BSA SEC i4Genëra)ités. 27 iSTerrainreMstant. 27 t6t'ond de gatet. ~9 17 Fond de eable. g~ 18 Fond de vase 34 10 Vase de faible profondeur. 35 20 Vase de moyenne profondeur. 36 21 insocces des fondations par pilotage longitudinal dans les terrains de VMe. 37
  • 9. H TABLE DES MATIËRES ptcn 22 Moyensdedimmuertapoussêe. 39 23 Moyens d'augmenter la résistance du mur au renversement. 42 24 Des contreforts. 25 Des tirants de retenue. 26 Solution adoptée en Hottande. 27 Critique des murs de quai pleins et continus fondés sur ter-rain de vase. 48 28 Des quais sur voûtes. 50 29 Des pites-cutées. 30 Ouverture des voûtes et épaisseur à la c)ef. · si 31 Longueur des voûtes. 51 32 Largeur despitesetcutées. 33 Niveaudet'intradosdesvoûtes. 52 34 Fondation des piles et cutëes. 53 QBMS MNBËS sous L'uu 35 GêneraMtés. 36 Quais en hetnn. 37 Avantages des quais en béton sur terrain so!ide. 6Z 38 Quais en béton sur soubassement en enrochements. · 63 39 Quais en blocs artificiels sur soubassement en enrochements. 64 · 6S 40 nu soubassement en enrochements. 4i Desbtocssoust'eau. 42 De la maçonnerie au-dessus de t'eau. remblai derrière le 73 43 Du quai. 44 Des quai" ot blocs fondés directement sur le rocher. 73 45 Des quais en btof fondés sur terrain meuble. · 74 Terrain de sable. 74 46 47 Terrain argiteux. 48 Terraindevase. 76 49 Vasedeprofondeufmodëfée. 50 Vase de grande profondeur. 77 St Quais pleins et continus fondés sous l'eau par havage 80 S2 Quais discontinus fondés sous reau. 83 Quais sur pilotis dégagés sous t'eau. · 84 S4Quai9tt'r voûtes. 88 55 Piles fondées sur pilolis. 88 56 pites fondées par havage. 89 57 Du remMai entre les pite~ 89 58 Observations générâtes. g 4. Exécution des fondations des quais. SOCencratitr" St 60 Quais en Mton. 03 6t Parements des quais.
  • 10. TABLE DES MATIÈRES HI § 5. Ouvrages accessoires des qaais. 62 Cales de débarquement et escaliers. Géneratitês. 97 63 Descates. 64 Des escatiers. 65 Desdébarcadëresmobites. 66 DesëeheHes. 67 Desmoyensdamarrage. ~M 68 Des bornes, poteaux et canons d'amarrage. M6 69 Des bollards 70 Desorganeaox. «' 7iTerre-pïeindu quai. CHAPITRE Il ÉCLUSES DES BASSINS A FLOT g i". Dispositions générâtes et dimensions des éoitMea. 72 Géoératités. "3 73 Différences entre les écluses marines et les éctuses ordinaires.. ii3 74 Construction d'une éctuse tnarinp. H5 ~S 7!)Emp)acementde!)ëe)u<teg. 76 Dispositionsauxab~rJsd'uneëctuse. «C 77ËctusMdanstesriviêres&maree. ~7 Dtt)EtfSt))M FmttCtP~ms C'MttB ÉCLUSE 7f)Niveaudu8''ui! <~ 79 Larpeurdet'ectuse. <22 80Lonf<u''urdes<c)uses. <29 81 LnngtteurttesectuMssansMs. ~S9 82 Motifs qui conduisent à augmenter la longueur des écluses sans sas. M3 83 Dimensions des sas des écluses mannes. 135 84 tnconv6nie"ts des écluses sans sas. <3S <37 8!)Atantngesde!éctuses<tsas. 86 Large'trdu~as. 138 8~ Bassin do mi-marée. f38 88 sas. 09 Longueur <tu 89 Éclus s accn)ef s. 90 Formedubusc en ptan. 9i Coupe en travers de t'mtoriour d'une ectuse. <44 92 Mesba~oyets. 93 Du radicr. "S 94 ~M ËpaiMturdesbajoyers.
  • 11. IV TABLE DES MATEES FtCM 95 Épaisseur et longueur du radier. ~47 90 Détermination de l'épaisseur d'un radier. ~SO 97 Accidents survenus à des radiers. <m 98 Hauteur du buse. ~S7 M Profondeur de l'enclave des portes. <S8 100 Aqueducs de chasses pour le dévasement des chambres. 159 iOi Rainures et tunnels pour le logement des conduites d'eau, de gaz, etc. <62 s 2. Exécution des fondations d'une éotuse. i02 Observations générâtes. iC3 FONDATIONS DANS UNE FOUILLE AS-'ËCBÉE AU NIVEAU Du DESSOUS DU «AMER <03 CênëMtitës. <67 lOt Roc solide et imperfnéaNe. <67 <OS Roc solide, mais perméable ou avec infUtrations. <67 i06 Terrain solide, mais atterabte. i68 107 Terrain meuNe incompressible. i68 i08 Terrain meuMe compressibte. i70 t09 Observation. i7i FO~MTtON DANS UNE FOUILLE CMtMËE SKULStï~KT UNS PMFOttUEUR QM N'ATTHKT PAS LE DESSOUS DU RADIER UO Fouilles Nindëes. 172 itt Exécution des bajoyers par havane. i73 US Fondation d'une éctuse dans une vase de grande profondeur.. i76 «3 Fondation d'une ëctuse à l'air comprimé. t77 g 3. Maçonneries d'une éctuse. Ht Généralités. 179 «!! Maçonnerie de pierres de taiNc. <79 4t6 Des parafouittes. 482 i i7 Des avant-radiers. <83 CHAPITRE !)! PORTES D'ÉCLUSE S l". – Considérationa générâtes. «8 Generat'Ms. <8 S it9 Transformations successives des types de portes d'ectusc. <8S
  • 12. TABLE DES MATIÈRES V ~MM § 8. – Portes busquées en bois. j)20 Composition d'un vantait. ~7 j)2t Résistance d'un vantait. '87 <22 Influence des montants verticaux. t88 <23 Influence de la distribution des appuis. <88 124 Expériences de Chevallier. Formules de Lavoinne. i89 <25 Conséquences pratiques des expériences et des formules. 180 i20 Enseignements fournis par le fonctionnement pratique des ectuses. <27 Type divers de portes. MM8S A ENTRETOISES EN POUTRES DROtTËS i28 Entretotsesptanes. )2e Entretoises jumetecs. "° t30 Entretoises armëes. ~7 PORTESD'ÉCLUSE A ENTHETO~ES COURBES i3t Entretoises courbes. 132 Exécution de la charpente. 20i i33 Des poteaux tourillon et busqué. 202 <3t Des entretoises.. 203 i35 Dubordc. 203 i36 Des assemMages. 203 t37 Conservation des bois. 207 § 3. Des portes en bois et fer. i38 Caractère de ces portes. 208 t39 Principal type du système des portes en bois et fer. 209 S 4. Pertes metaUiques. i40 Avantage des portes en fer pour les grandes ~tuses. 2H t4i Genres divers de portes métattiques. 2<3 142 Portescnfonte. 2<3 i43 Portes en fer. 2<3 i4t Portes à entrotoisestiorixontate. 2<tlà 14S Portes a aiguilles vcrticatc' 8i): H6 Un .tuctqoct particularités de la constitution des vantaux en fer et Mtc. 2M i47 Cnantbreaair. St7 i48 Chambre MeM. 218 <4a Étanchéité des chambres a air et il eau. 3~0 l!i0 Etancbéitc des portes fermées. 220 ttit ttutee du vantait cnntre le chantunnet. a2<
  • 13. VI TABLE DES MATIÈRES PiGM i 52 Conditions relatives à une facile ex~Ottion. 223 tS3Hesistat)cedespor)es. 225 1S4 Conditions relatives à un facile entretien. 225 i5N Préservation du fer. 226 § 5. Systèmes spéciaux de fermeture des écluses ou des pertuis. <6 Caissons glissants ou routants. 227 <S7 Portes à un seul vantait. 230 i!!8 Critique des portée à deux vantaux. 23i ~M Avantages des portes à un seul vantail. 232 iCO Inconvénient des portes & un seul vantai). 233 § 6. Organes divers des portes. tetAttachea.desporfs. 233 <62 Du collier, 234 <63 Des crapaudines. 237 <64Desrou)etteii. 2M 7. Aqueducs et vannes. iCjDe~aqueducs. 243 i6C Des vannes. 24G 107 Vannestevantes. 2M M8 Des vannestoumantes. 247 A. Vannes tournantes sur «n axe ccn'M' 248 B. – VanoM~OMrHaotMtMrtfnoa'etattTa! 249 t69 VannescyMndriques. 250 i70 Vannes à coquille, à frottement très atténué. 2SO t7iConstrt)etiondeava))nes)evante' 2M <72 Vetn"e:t!e<'antc:ien bois. 253 )'?3 Vannes levantes en fonte. 2M <74 Vanttestevantesentoteetfer. 2XS t7SMaJt<BUvredesYanncstevantes. 2S8 S 8. Mise en place des portes. i76!ndications6enerate!t. 258 a 9. Manceuvre des portes. i77 Générantes. MO i78 Position degchatnes. 263 i79 Position des poulies de renvoi sur les bajoyera. 263 i80Detafor.edesc))a!nes. 2M iStUescoutrtmtsdanstesectuses. 872
  • 14. TABLE DES MATIÈRES VII PtGO <82 tnOaence de la houle sur les portes d'eduse. 276 <83 Portes de flot. 279 <84 Portesvatfts. 280 <85 Aussières de retenue. Ressorts Bettevitte. 283 ANNEXES DES CHAPITRES II ET ni CatMTHE Il. Écluses d~ &<MStns à /!<)!. CBAPtTRE M!. Portes (f~cttMf. ANNEXE rf' t ÉTABLISSEMENT DES GRANDS BATARDEAUX POUR FOUILLES PROFONDES t. BATARDEAUX E.f TERM A TALUS COULANTS PLUS OU IIOINS RAIDIS. Observations générales 287 EïMmpIes i* Batardeau coM<ru)< en <85t, DMttter~M?, pour <'f'c!me <ftttorra~ 288 2° BnfardMM des &<!MtM Freycinet, OMti~~ue. 289 8" Batardeau de faMn<o)'< et du bassin à /?<)<de Cat"t< 290 4' Batardeuu <tt terre, <H<M< raidis, projeté pour le port de B)Mf. 290 M. – DATAHDBAUXEtf TERRK DANS UK MFFnAGE CE P'BH BT PAH'LAMBES. ObMrvationsgen6ra)es. 29t Exemples i* Batardeau d~ F~chMe~M<)-oH/t'm<' &a'<M d /!o( de Aoc/ff~'t. 292 Z* Batardeau c<MMffX'< à t'<Hc/ranc/)e-<t<)-Jfer, pour <'<p''o-fondissement d'un &aM<)t de )'a<,toM& 293 t)t. BATABDEAUXB~ MACOKNMM. Observatton. 294 Exemples · Batardeaux m béton coulé sous l'eau batardeaux exé-ct «Af;J!ff!Mct!f< 294 2° Bu<ata!Mt<a' en maçonnerie 6't<ardeau M~CMM pour la eo)M<fMC<Mtt de la nouvelle écluse du pet de commerce de CAcr6our~ 295 3* Ba<a)'deaMic /brm~ de puits havés, MM'Mt entre eux batardeau de la forme n° 2 du port militaire de ~0!'te'<< 297
  • 15. vm TABLE DES MATIËRES MNM t* Batardeaux en mnfonnfne fondés à l'air eomp~B)~ 6a<0!'<ffat< pour te CMMMMMt de l'avant-port de la /'aK!ce. S97 Enièvement des batardeaux en maçonnerie 298 ANNEXE Ne 2 CALCUL D'UN VANTAIL PAR LA MÉTHODE DE CHEVALLIER MM DE OtEtPE PORTES HËTALUQOES DE t.'6CM!SE AVAL DU BASSINDE ttt-MARBE. Entretoises. 299 TMesenvetoppes. 305 Cloisons étanches. 306 Poteau tourillon. 306 ANNEXE N. 3 CALCUL D'UN VANTAIL PAR LES FORMULES DE LAVOINNE, ET CALCUL DES CRAPAUDINES ET DD COLLIER PORT C8 CALAIS PORTESD'ÈBE DES ËCt-USESDU BASSIN A FLOT. Légende. 307 Entretoises et montants verticaux. 308 Crapauttineetpivot. 3~ Collier. 313 ANNEXE N' 4 CALCUL DES DIMENSIONS PRINCIPALES DES PORTES, DU BORDÉ ET DE LA FLOTTABILITÉ SOUS PRESSION PORTES M~TAU-tOMBS DE ROCHEFORT i" Calcul des dimensions principales des portes. 314 2' Résistance du borde sous la pression de l'eau. 3i6 3*F)otta)}ttiM8ouspression. 30 ANNEXE ? 5 VANNE CYLINDRIQUE BASSE POUR ÉCLUSE DE BASSIN A FLOT. PROJET Note. g2i
  • 16. TABLE DES MATIÈRES IX Mcn CHAPITRE IV PONTS KOBILES S t". – Considérattons générâtes. i86 Divers systèmes de ponts mobiles. 325 i87 Emplacement et dispositions des ponts mobiles sur les pertuis. 327 i88 Cas d'un pertuis simple. 328 t89 Cas d'un pertuis doubte. 329 § 2. Des ponts tournants. i90 Dennitions. 330 i9t Comparaison des ponts à une votée et des ponts à deux votées. 33t j[92 A. – Ponts à deux votées. 332 193 B. Ponts à une volée. Constitution des poutres mat-tresses. 332 194 Établissement de la base d'appui ou pile du pont. 333 i9S Profil transversal des ponts mobiles. 33t 196 Calcul du pont. 33S i97 Conditions à observer dans t'étade d'on pont tournant. 335 it8 Équilibre d'un pont tournant autour de son axe de rotation. 338 t99 A.–Équilibre toogitudinat. 338 200 Rapport de la longueur de la culasse à celle de la votée. 339 201 B. Équilibre transversat. 3M § 8. Manoeuvre des ponts tournants. 202 Conditions générâtes 3M 203 Rapidité. 3M 204 Sécurité. 3t2 COMPARAISONDES FOKTS SUR COURONNB Da CALETS ET DES M~TS SUR PIVOTS 205 A. Ponts sur couronne de galets. 343 206 B. Ponts sur pivot. 345 207 Des pivots. 346 PIVOTa FIXES 208 Constitution. 346 209 Pressions que l'on peut faire supporter aux pivot!* mct.tttiques de!) ponts tournants. Graissage. 346 2<0 Stabilité des ponts sur pivot Oxe. 349 2U Galets d'équilibre et galets de culasse. 3M
  • 17. X TABLE DES MATIÈRES PAGD 54.– Appareils pour la manoeuvre des ponts tournants. 2i2 Décalage. 350 2i3 A.–Pontsnrptaque tournante. 3S~ 2t4 B. Pont sur pivot. 352 ZtBCatage. 352 2i6 A. Pont sur plaque tournante. 353 2i7 B.–Pontsurpivot. 353 2i8 Appareils de calage ou de dëcatage. 353 APPAREILS DE ROTATION DES POXTSTOURNANTS 2j[9Man<Bt)vreabras. 3~ 220 Manoeuvrehydrautique. 22t A.–Machinesrotatives. 3g6 222 B.–rreMeo&mouues. 357 223 De l'emploi des appareils à double pouvoir pour la rotation des ponts. 359 § 5. Ponts sur pivot hydraulique. 224 Gen~ratites. 3~ 225 Soulèvement des ponts sur plaques tournantes. 361 226 Ponts sur pivot hydraulique et à soutèvement droit. 36t 2i!7 PivcthydrautiqueinvanaMementretiëauchevttre. 362 228 Pivot hydraulique indépendant du tahMer. 363 M9 Inconvénients du soutèvement horizontal du tablier des ponts sur pivot hydrautique. 363 230 Ponts à soulèvement et à bascu~mott. 364 23t Stabilité pendant !a rotation. 365 232 A – Composantes verticales des forces extérieures acci-dentettes. 36S 233 B. Composantes horizontates. 365 234 Stabi!it6'ongitudina)e. 365 235 Stabilité transversale 396 236 Conditions de stabilité des ponts à soulèvement droit. 369 237 Transmission au pot de presse des efforts appliqués au pontpendftntaarotation. 370 238 Etîet de ces actions !atérales sur le pot de presse. Disposi-tions adoptées pour les diminuer et y résister. 37i 239 Stabilité du pot de presse. 372 240 Galets de butée des ponts à soulèvement droit. 373 24t Des ponts à soutènement et & bascutt-ment. 374 243 DubMcutement. 376 243 Conditions rotatives à l'entretien des ponts sur pivot hydrau-lique. 377 244 Tampon d'inertie. 379
  • 18. TABLE DES MATIÈRES XI 245 Perfectionnements apportés récemment dans les dispositions despivotshvdrautiqxes. 380 346 Soutènement de la presse au moyen d'un coin. 382 247 Soulèvement momentané du pont. 383 § 6. Des ponts roulants 248 Observations générâtes. 386 249 Conditions générâtes à observer dans t'étabUssement d'un pontroutant. 387 850 Passerelles roulantes. 388 251 Pont routaut pour voitures et wagons. 388 252 Soulèvement du pont. 389 253 Soulèvement avec basculement. 390 254 Soulèvement droit 39t DES PONTS ROULANTS A SOOt.&VEUEKT MOtT a55 FoadaUon. 392 256 Ossature du pont. 393 257 Flexion des poutres. 393 258 Stabitité du ponL. 394 259 Proportion de la )on):ueur de la culasse a cette de ta votée. 395 MANOEUVRE OU PONT 260 Observations Rénérates. 395 26t Gu'dage du somm!er du ptongeu). 396 202 Desgatet! 398 263 Appareiis de traction. 40< 264 Transmission par pignon. 40) 265 Transmission par presses à mouue. 403 266 Detapressedesoulevement. 404 267 RecupéfKtour. 406 268Conctusion. 408 ANNEXES DU CHAPITRE IV CttAMTBE IV. Ponta nto6t<"<. ANNEXE ? 6 Passerelle flottante du port de Granville. 4t<
  • 19. Xtl TABLE DES MATIERES M6M ANNEXE N* 7 Note sur le pont basculant construit sur le Binnenhaven, à Rotterdam 4f3 ANNEXE N° 8 CALCUL D'UN PONT TOURNANT PONT DU POLLET, A DIEPPB Tablier t. – z:o~e!'<MtMM«)o{e<:A<!n'e!Mre. ït. – BMtMtOMM. III. –C<<M <!t<eot)<repo~ MS Poutres maltresses – Calcul des moments /?&At<Mt!~p~«!a!tt la MMton du ~< n. Cutcul des moments /cAHMtt~, te pont étant en place et soumis aux surcharges réglementaires. 4t8 m. Calcul des nromenis d'inertie en divers points de la poutre et q~)'<< maxima correspondants, les fers travail- <iM<~6" parmtKiMt~fecfXT~ Mi [V. – Épure de !s répartition OM t~ 4S2 V. – Co<CK< des efforts tranchants pendant la rotation du ?<“.< 422 VI. Calcul des <or«! tranchants, le pont étant en place et soumis aux ftMfcAar~M re~~metttatMa. 423 VII. Calcul des efforts tranchants qlle peut supporter la pOMfc, fer travaillant 6~ par millimètre carré 423 VIII. Calcul de la ~cAe prise par t'extrémité de la volée du pont pendant la ro<a<ton. 425 Chev6tre. L – Co!cut des !KOMM!h /MfAMMHh. ~M Il. Calcul des moment dinertie et e~b)'<< maxima corrM-pf) nd'H!«, ~'f <t'oe<!tftatt( à 6'' par millimètre ea<-)' 428 M). – Calcul des e~<M'« <MKcA<!nh. 430 IV. – t'a<cM< des efforts <rat<cA«t)<s 'jfttc pex( 9)<ppor:fr le cAe-e<'< re, le fer <M).'att!o!:< 6'' par mtM<w<'<M Mfrc <<<' M<-«OM. V. Ca<<:K! de la /e pt'f! par < ej:f~H! du c~M~M. 43t Calcul simplifié pour des ponts tournants de moindre importance. t3t
  • 20. TABLE DES MATIERES XIU fAOM AN~PXE No 9 LIGNE DU PORT DE LA PALLICE A LA ROCHELLE TRAVÉE TOURNANTE DU PONT SUR LE CANAL DE ttARAMS (Exemple d'un pivot fixe soulagé quand le pont M< en <M'Btte.) Description du pont tournant. 434 Nécessité d'une réparation facile. 435 Par le calage, )e pivot est complètement dégagé. 436 La surface de contact du pivot et de la crapaudine est plane. 436 Inconvénient de la surface ptane. 437 Conclusions. 437 ANNEXE ? 10 Note sur tes ponts de Bordeaux. 437 Note sur t'offert que comporte la manoeuvre des ponts tournants de Bordeaux. 44i CHAPITRE V MOYENS D'OBTENIR ET D'ENTRETENIR LES PROFONDEURS A L'ENTRÉE DES PORTS § l". Entretien des profondeurs à rentrée des ports à marée débouchant sur des plages mobiles. 269 Des chasses natureUes. 443 MO Ces chasses artiticieltes. 445 27tt Dubassin. 445r 272 Du pertuis. 446 273 Hauteur du pertuis. 447 274 Largeur du pertuis. 447 § 2. Chasses artifioielles fondation, construction et défense des ownragM. 275 Longueur du radier du pertuis. 4S3 276 Largeur des pites. 4S3 277 Largeur du radier. 434 278 Épaisseur du radier. 4SS 279 Fondation du radier. 486 280 Plate-forme supérieure du mdicr. 457 28i Avant-radier et arrière-radier. 4S8
  • 21. XIV TABLE DES MATIÈRES FtNM 282 De l'avaut-radior. 459 283 Del'arriêre-radier. 462 284 Défense du chenal de fuite et des talus du bassin de chasse. 463 285 Substitution de parafouilles profonds aux avant et arrière-radiers. 464 286 Quelques particularités des bassins et appareils de chasse, à Honneur. 4~ 6 3. Des portes de chasM. 287 Fermeture des pertuis de chasse. 469 288 Hauteur des portes de chasse. 469 289 Largeur des portes de chasse 470 290 Manoeuvre des portes dechasse. 471 89tPositiondet'axederotation. 474 298Constructiond'uneporte. 474 293 Emplacement des portes dans le pertuis. 478 § 4. Pratique des chasses. 294 Fonctionnement des chasses. 48t 295 Guideaux pour dirigerles chasses au delà des jetées. 485 296 Désagrégation du sol pour faciliter l'action des chasses. 486 297 RésuitatdesehMses. 489 298 Critique des chasses. 490 899Conctusion. 492 <;6. – EBÏ&vement direct, par des moyene nt6eantqaes, dea aMuviona à l'entrée des ports. 300 Observation générale. 493 30i Importance des apports annuels d'aHuvMM sur les plages decouvrantàbaMemer. 493 302 Du{:atet. 493 303 DusaMe. 494 304 Puissance de la mer pour mettre les alluvions sous-marines en mouvement. 494 305 Dragages de barres à rentrée des porte. 495 306 Observations sur les dragages & t'entree des ports. 497 307 Régularisation du mouvement des alluvions près de l'entrée des ports. 600 308 AbaiMentent des barres au moyen de dragages pratiqués le tongeteo"st'abridesjetees. SOS 309 Ports dont t'entree est débarrassée de toute barre par tes cou-rantstitt0)' n"x. S04 3<0 Importance de la Longueur dMjetées au point de vue du main. tien des profondeurs a t'entrée des ports. SOS
  • 22. TABLE DES MATIERES XV _x~ ~l CORBE)).. – tMPMHEMB t;RK)É-DE t-ARBRE FAOM 3URésmné. 508 3i2 Extraction des roches devant t'entrée des ports. 509 3t3 Observation sur Hmportanoe d'une bonne entrée pour un port. 510 BtBUOf!MM!E. Si3 Bibliographie <uppMmenht))'e concernant t'oueM~ "'M<«M Travaux maritimea, du même auteur. 516 Bibliographie Mneemsut le présent OMCfo~ St7
  • 23. PORTS MARITIMES CHAPITRE 1: PORTS O'ECaoMGE, B~SS~MS FLOT. CHAPITRE Il: ~CtMES DES BASSINS A FLOT. CHAPITRE tH: PORTES O'EMPSE. CHAPITRE tV: PONrS MOBMM. CHAPH'REV. MOYENS D'OBTENIR ET D'ENTRETENIR LES PKOFOVPEMM t'E~rBEE DES PORTS.
  • 24. CHAPITRE PREMIER DARSES, PORTS D'ÊCHOUAGE. BASSINS A FLOT § l". CoM!fMra<tOM o~nA-atM. § a. DM quaia. § 3. Fon~a<tOM de. pMtt. t)i" CONStDÉRATtONS GÉNÉRALES t. BéBntUons. Quand un navire a pénétré dans un port sans marée, il peut reste" à son poste de mouillage ou d'amarrage sans crainte de s'y échouer. Les bassins d'un port sans marée s'appellent des darses, dans la Méditerranée. Au contraire, beaucoup de ports à marée n'offrent pas, & mer basse, une profondeur d'eau sufCsante pour que les navires puissent y demeurer à Sot. On les appelle alors des ports d'échouage. Or, l'échouage est toujours un inconvénient, même pour les navires qui peuvent le supporter; et il est un danger pour les bateaux en fer, à formes fines, d'une grande longueur et lourdement chargés. Pour éviter ï'échouage~ on crée artificiellement des
  • 25. CHAP. I. – DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC. bassins où l'on maintient une hauteur d'eau conve-nable on les appelle des bassins à flot. z Basstms & Bot. Un bassin à flot est isolé du port d'échouage par un pertuis éclusé. Les navires arrivent dans le port à mer haute, traversent le port d'échouage, que, pour ce motif, on appelle aussi quelquefois l'avant-port, et entrent dans le bassin à flot par le pertuis éclusé, dont les portes sont alors ouvertes puis on ferme les portes et les navires restent ainsi dans une eau d'une pro-fondeur suffisante. Dans un bassin à Sot, le niveau de l'eau n'est pas aussi constant que dans un port sans marée; il peut varier de la différence qui existe entre la hauteur des plus grandes hautes mers de vive eau et celle des plus faibles hautes mers de morte eau. Cette différence est quelquefois considérable, comme à Saint-Mato, par exemple, où elle atteint 5"84. Dans ce cas, on maintient le niveau du bassin à flot à une hauteur intermédiaire entre celle de la vive eau et celle de la morte eau. On peut être conduit aussi à construire des bas-sins à flot par des motifs autres que celui d'éviter l'échouage des navires. Ainsi, par exemple, la Tamise, à Londres, offrait de grandes profondeurs mais, par suite de l'exten-sion du commerce, l'emplacement destiné à recevoir les nombreux navires qui y mouillaient devint bientôt insuffisant; on a pris alors le parti d'ouvrir, sur les rives, des bassins, qu'on peut multiplier autant qu'il est nécessaire. Cette solution a été
  • 26. g i". CONSIDÉRATIONS OËMËR&LES S adoptée à peu près partout dans les grands ports des fleuves à marée. En effet, lorsque des navires sont mouillés dans JJU vuv. ~1. une rade ou dans un Neuve, ils exigent un grand espace pour évo-luer au courant ou au vent autour de leur amarre. Le cercle d'évolution d'un navire a pour rayon une fois et demie à deux fois la longueur de ce na-vire. On peut, il est vrai, diminuer cet espace perdu en mouillant les navires sur quatre amarres, à l'aide de bouées ou corps morts dont les chaînes sont uxées au fond; mais cette manoeuvre en-tratne de nombreu-ses sujétions, et quelquefois de se-rieux dangers, en cas do rupture d'une chaîne, par exemple. En tout cas, les navire: même sur quatre amarres, occupent beaucoup plus de place que dans un bassin absolument calme, où l'on peut les ranger les uns contre les autres. Quelquefois on amarre les navires à des groupes de pieux ou dues-d'Albe comme à Hambourg, notamment. Les opérations d'embarquement et de débarque-ment à quai se font plus facilement et plus écono-miquement dans un bassin, où le niveau est à peu i. Voir to croquts d'un duc-d'Albe dans le profil des muM de quai do port de Libau, page i4 ei-aprost
  • 27. 6 CHAP. I. DARSES, PORTS DÉCHOUAGE, ETC. près constant, que lorsque l'amplitude des variations du niveau des eaux y est considérable. Toutefois, l'obligation de pénétrer dans un bassin à flot est toujours une gêne pour les navires et quel-quefois une cause de perte de temps et d'argent. Si un grand paquebot n'a besoin de faire, dans un port, qu'une courte escale, de quelques heures seulement, la durée de son séjour pourra être prolongée inutile-ment par les manoeuvres assez lentes du passage aux écluses, où il court d'ailleurs certains risques, par les précautions qu'il devra prendre pour évoluer dans le bassin, etc. Aussi ne fait-on de bassins éclusés, qui coûtent du reste fort cher, que lorsqu'on ne peut pas adopter une autre solution. Une de ces solutions consiste, par exemple, à creuser et à entretenir dans le port d'échouage une souille assez profonde pour que les paquebots d'es-cale n'y échouent jamais c'est ce qu'on se propose de faire & Calais et à Boulogne-sur-Mer. est vrai que les navires, accostés à quai, doivent alors surveiller attentivement leurs amarres pour les mollir ou les raidir, suivant les variations du niveau de la mer; mais cette sujétion peut être quelquefois moins gênante et moins onéreuse que celle du pas-sage aux écluses, surtout si la marée a peu d'am-plitude dans le port. 3. Qnaia. Quand un navire entre dans un port, i! y vient presque toujours pour faire certaines opérations d'embarquement, de débarquement et autres, qui l'obligent à se mettre en communication avec la terre.
  • 28. < CONSIDERATIONS GENERALES 7 Le moyen le plus généralement adopté pour faci-liter ces opérations consiste à créer, le long du rivage, des quais où le navire puisse accoster. Aujourd'hui, un grand développement de quais est jugé indispensable dans tous les ports de quelque importance. Dans les ports sans marée, on obtient un dévelop-pement d'accostage aussi grand que possible au moyen de traverses, qui s'avancent des quais de rive vers l'intérieur du port et le découpent ainsi en darses. Ces traverses contribuent aussi à augmenter le calme des eaux dans les darses. La même dispo-sition peut être également adoptée dans les bassins à flot des ports à marée. Les dispositions et dimensions des traverses et des darses dépendent essentiellement des circons-tances locales, de la nature du trafic, des conditions d'exploitation du port, etc. elles seront étudiées à l'occasion de la construction de certains ouvrages, des écluses, par exemple, et à propos de l'aménage-ment et de l'outillage des ports. Nous nous occuperons tout d'abord de la cons-truction des quais, dont l'établissement est partout utile, quel que soit le port que l'on envisage. §2 DES QUAIS A. DéBnMion. – Un quai est essentiellement une paroi, à peu près verticale, le loog de laquelle accoste
  • 29. 8 CHAP. I. DARSES. PORTS D'ËCHOUAGE, ETC. le matériel flottant; au sommet règne une plate-forme où l'on prend ou dépose les marchandises à embar-quer ou à débarquer. Ainsi, un appontement en char-pente peut servir de quai, et c'est quelquefois la solu-tion la plus simple, la plus rapide et la plus écono-mique à adopter. 6. Des appontements. Les appontements peu-vent être construits entièrement en bois, si l'on n'a pas à redouter l'attaque des tarets. Dans le cas contraire, le pilotis est en fer et la plate-forme seule est en bois. Dans un terrain de sable peu ou point vaseux, les pieux en fer peuvent être mis en place comme des pieux en bois, soit par battage, soit par injection d'eau, et ils offrent une résistance suffisante à tout enfoncement ultérieur, pourvu que la charge de la plate-forme ne soit jamais excessive. Si le sol est vaseux ou manque de solidité eu égard à la charge qu'il doit supporter, les pieux sont armés d'un sabot à vis en fonte, qu'on fait pénétrer par rotation Bien que la plate-forme en bois se conserve assez longtemps au-dessus de l'eau, surtout si les bois sont créosotés ou coaltarés et entretenus avec soin, on peut lui substituer au besoin une plate-forme en poutres de fer, recouvertes d'un simple platelage en bois, ou entre lesquelles on construit de petites voûtes soit en briques, soit en béton, comme on le i. Notice sur les pieux et corps morts à vis de M. Mitchell, par Che-vallier, ingénieur en chef des ponts et chaussées. ~tmatM, <85S, 1" se-mestre. Voir, pour la manière d'enfoncer les pieux à vis, la figure 8 de la planche XXXIV de t'Attas (brise-lames) joint à l'ouvrage sur les ~auatM Maf)«t))M (phénomènes marins, accès des ~orts), par M. Laroche, ingé-nieur en chef des ponts et chaussées.
  • 30. §2.-DESQUAIS fait pour le plancher de certains ponts métalliques. En Amérique, l'usage des appontements (piers) est adopté presque exclusivement pour l'accostage des navires dans les ports. Certains piers y prennent des proportions énormes Plancher-'d'un pier à: New-York. et sont capables de supporter les charges les plus lourdes. Toutefois, le prix de premier établissement du mètre carré d'un appontement revient toujours assez cher, et d'autant plus cher qu'il doit être plus solide. En outre, ce genre d'ouvrage exige des frais annuels d'entretien qui ne sont pas négligeables. De plus, aujourd'hui, on veut non seulement avoir un grand développement de quais, mais encore, en arrière des quais, une grande surface de plate-forme ou do terre-plein, sur laquelle on puisse déposer des masses d'un poids considérable. Il en résulte que, en France et dans presque tous les pays d'Europe, on trouve géné-ralement avantage et économie à constituer le terre-plein au moyen d'un remblai qu'on soutient du côté de l'eau par une paroi appropriée. « ces quais en charpente. Dans les ports
  • 31. i0 CHAP. Ï. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC. d'échouage de peu d'importance, où le pied des quais assèche à mer basse, on a souvent constitué la paroi à l'aide de fermes en charpente, placées à une faible distance l'une de l'autre (à 1 mètre par exemple), et derrière lesquelles on dispose des madriersassezépais pour résister à la poussée des terres. Ces fermes of-frent, dans leurs dis-positions générales, une assez grande analogie avec les fermes des jetées en charpente; elles doi-vent être bien trian-gutées; on y évitera les tenons et les mortaises elles seront solidement Cxées au pilotis sur lequel elles repo-sent et reliées entre elles par des moi-ses ou des longrines dans le sens de la longueur du quai. uS.i la tête des fer-mes a une tendance à être chassée par la poussée du terre-plein, on la retient à l'aide de tirants formés par des moises rattachées, d'une part, à la ferme et, d'autre part, à des pieux enfoncés en arrière dans le remblai.
  • 32. g2.–DESQUAIS tt t. Les croqui ci-contre représentent, à titre d'exem-ples, deux types de quais en bois. Ce genre d'ouvrage est encore presque exclusive-ment employé aujourd'hui quand on veut établir un quai provisoire. Mais les parois en bois s'altèrent si vite que les dépenses annuelles de leur entretien représentent bientôtpïus que l'intérêt du capital qu'eût exigé une construction durable. De plus, ces réparations qui rendent inutilisables, à un moment donné et quelquefois pendant un temps assez long, des étendues plus ou moins grandes de quais, sont toujours une gêne pour le commerce. Tout en conservant le même sys-tème de construction, on pourrait le rendre plus durable en rempla-çant les pieux en bois du quai par des poutres en fer à T, entre les-quelles on construirait de petites voûtes en briques et en rempla-çant les moises en bois par des tirants en fer. Une disposition de ce genre a été adoptée pour quelques quais des Docks Victoria à Londres'. Mais si l'ouvrage devient ainsi plus durable, il devient, par contre, beaucoup trop coûteux pour une installation provisoire, d'une part, et, d'autre part, pour un travail définitif, il offre difficilement toute la sécurité désirable, car un pieu peut fléchir, un tirant peut casser sous la pression ou la traction qu'exerce <. Voir Description of the Entrance, Bntrance Loe&, ond letty Wa!t< cf the Victoria (London) Docks, par W..J. Kingsbury, dans les PfCM~Mt~ o/ the tM««<Mot< of <tn! B~)H<w<t l,ondon, vol. XVUI.
  • 33. ta CHAP. I. DARSES, PORTS D'ËCEOUAGE, ETC.
  • 34. 82.–DE8QUAÏS i3 un bateau dans les oscillations inévitables auxquelles il est soumis le long d'un quai. Un navire y est exposé, en effet, à l'action du vent, à l'agitation de l'eau, etc. les manoeuvres d'accostage ou de démar-rage ne se font pas toujours sans efforts plus ou moins énergiques, parce que la masse d'un navire de fort tonnage, animée d'une vitesse même faible, représente une grande quantité de mouvement et, par suite, exerce un grand effort sur l'obstacle qui l'arrête un peu brusquement. Pour ces divers motifs: durée, solidité et économie, on est généralement conduit à faire, en totalité ou en partie, avec de la maçonnerie la paroi des quais, qu'on appelle alors un mur de quai. 7. Des MKtFs de quai en bois et maçonnerie. – Il y a quelquefois avantage à ne faire en maçonnerie que la partie supérieure de l'ouvrage, c'est-à-dire celle qui est située au-dessus du niveau que les eaux ne découvrent jamais, et à supporter cette maçonnerie par des pieux en bois dont la file anté-rieure (côté de l'accostage) forme à peu près le pro-longement du parement du mur. C'est la solution adoptée à Rouen, notamment*. Mais, pour qu'elle soit applicable, il faut, d'un côté, que les bois ne soient pas exposés à l'attaque des tarets, c'est-à-dire que les eaux soient suffisamment douces, et, d'un autre côté, que les pieux ne soient pas exposés à la pourriture sèche, c'est-à-dire qu'ils soient constam-ment immergés et, par suite, recépés au-dessous du i. Exposition universelle à Paris en i878 Not!cM Mf les modèles, CMte*et dessins réunia par les soins du minhMre des Tr&ïoax publics.
  • 35. tt CHAP. I. DARSES, TORTS D'ËCHOU&GE, ETC. niveau le plus bas que les eaux puissent atteindre. Le quai peut être alors assimilé à un appontement en charpente dont la plate-forme, arasée au-dessous de l'eau, supporterait un terre-plein bordé par un mur en maçonnerie. Dans d'autres cas, le parement en maçonnerie n'est pas directement accostable par les navires, il n'a pour but que de soutenir le terre-plein les bateaux sont alors amarrés à une estacade en char-pente qui règne le long et en avant du mur. On a PorLdeLïbatL IMl en ttSMM ~Smara de quai enbois eahstMita eRli!6M!)68. L- ~1.1 adopté une solution de ce genre aux nouveaux quais de Bordeaux, sur la rive droite de la Garonne On conçoit qu'on puisse, suivant les circonstances locales et par diverses considérations, notamment par raison d'économie, construire des quais où l'emploi du bois et de la maçonnerie soit combiné de différentes façons. Ainsi, en Russie °, la partie sous"marine est souvent faite au moyen de charpente remplie d'en-rochements jusqu'au niveau de l'eau, au-dessus de laquelle s'élève la maçonnerie du quai, comme on le voit au port de Libau. f Voir planche XIV, Ogure 6, tome U. 2. Voir Annales des ponts et eAattM~M, cahier d'août t890, port do Marioupol.
  • 36. §2.-DES QUAIS 15 Certains quais dans des ports d'échouage servent à l'accostage de bateaux transportant presque exclu-sivement des voyageurs. !t convient alors que le quai offre, à diverses hauteurs, des planchers facile-ment accostables, quel que soit le niveau de la marée. On satisfait à cette condition au moyen d'une construction en charpente, et cette charpente peut reposer sur un quai bas en maçonnerie, comme, par exemple, au quai de marée Nord-Est de Calais'. Mais, le plus souvent, les murs de quai sont construits entièrement en maçonnerie, depuis leur fondation jusqu'au niveau du terre-plein. Quel que soit le système qu'on adopte, tous les quais doivent satisfaire à un certain nombre de conditions, qui vont être analysées à l'occasion des murs tout en maçonnerie. 8. Des murs de quai en maçnnmerie. Un mur de quai est, en réatité, un mur de soutènement, mais placé dans des circonstances différentes de ceUcs qu'on rencontre habituellement pour ce genre dans les travaux d'ouvrages à terre. Aussi, un mur de quai doit-il non seulement satisfaire à toutes les conditions qu'on observe dans un mur de soutènement, mais en remplir d'autres encore. Ainsi 1" la fondation d'un mur de soutènement reste à peu près toujours dans les conditions mêmes où elle a été construite, de sorte que, si elle a été établie, d'une part, de façon à résister au poids du t. Exposition universelle de Paris en i8M Notice sur les modèles, cMtea et dessins réunis par les soins du ministère des Travaux publics.
  • 37. t6 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC. mur, et, d'autre part, de façon à ne pas chasser sous la poussée des terres, on peut être assuré, en général, qu'il ne surviendra aucun fait de nature à modifier d'une façon appréciable la résistance du sol sur lequel elle repose, ou la poussée des terres que supporte le mur. Il n'en est pas de même pour un quai dans un port; en effet, la fondation peut être exposée &être afTouillée par des courants; il est même arrivé, à Toulon, qu'un quai, près duquel on faisait des expériences sur le fonctionnement de l'hélice d'un bateau, s'est écroulé parce que sa fondation avait été bouleversée par l'agitation violente et tumultueuse de l'eau projetée par l'hélice. Dans les ports d'échouage, les variations du niveau de l'eau devant le quai peuvent avoir une grande amplitude; ces variations se produisent également derrière le quai, mais dans d'étroites limites. Il en résulte que l'eau a une tendanceà passer sous la fonda-tion, tantôt dans un sens, tantôt dans l'autre, de sorte que, si le sol est aSbuillable, quand il est composé de sable fin par exemple, il est exposé à être entraîné en partie par ces passages alternatifs et fréquents des eaux. Cet enlèvement du sol est de nature à compro-mettre la solidité de la fondation dans le sens vertical. De plus, les eaux, en traversant ainsi le sol meuble, lui enlèvent de la consistance, le rendent plus ou moins nuent et diminuent, par conséquent, sa résis-tance à la poussée des terres dans le sens horizontal ou, autrement dit, auaiblissent l'ancrage du quai dans le sol. Dans les ports où règne une houle notable, la fondation peut être aubuillée par le ressac.
  • 38. g 2. DES QUAIS Ainsi, la fondation d'un quai doit être protégée contre toutes les causes accidentelles qui peuvent en altérer la solidité, soit dans le sens vertical, soit dans le sens horizontal, et, notamment, contre les courants, le ressac, le passage alternatif des eaux, etc. Nous verrons plus loin comment on satisfait, dans chaque cas, à ces différentes conditions. 2° Derrière un mur de soutènement, la poussée des terres reste à peu près constante, et cette poussée peut être calculée avec un assez grand degré d'exactitude. Il est, au contraire, à peu près impossible d'apprécier, même approximativement, la poussée derrière certains quais de ports d'échouage qu'on appelle aussi quais de marée. Le remblai du terre-plein d'un quai de marée est assez souvent de médiocre qualité; it contient de la vase, par exemple; les eaux de marée qui viennent derrière le mur et les eaux pluviales qui s'infiltrent à travers les couches supérieures du terre-plein du quai détrempent plus ou moins les couches infé-rieures vaseuses, qui conservent ainsi un certain degré de plasticité sur une hauteur variable, et poussent alors le mur comme le ferait un liquide très dense. De plus, le terre-plein est exposé & rece-voir en dépôt, près du quai, des masses indivisibles d'un poids considérable sous un petit volume des canons de 100 tonnes, par exemple, dans les arse-naux maritimes. Si des masses moindres, bien que d'un grand poids encore, sont soulevées par des grues jusqu'à !t
  • 39. i8 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC. la hauteur des plates-formes des wagons, et que ia chaîne de suspension vienne à se rompre par accident, ces masses, en retombant sur le sol, détermineront sur le mur des efforts anormaux qu'il est impossible d'apprécier. On a déjà vu que les navires amarrés à quai peuvent quelquefois exercer sur le mur des tractions ou des poussées énergiques. Pour ces divers motifs, on peut dire que c'est l'expérience seule qui, à la suite d'une série d'acci-dents, a déterminé les dimensions à donner à un mur de quai pour qu'il soit solide. 3" Dans un mur de soutènement le fruit peut être aussi le Anvere Mw de quai grand que permet- quai des des anciens ancteM i peu~ bM~ 'ss circonstances !oca-les et l'on est souvent libre de tracer le mur de façon que la courbe des pressions se maintienne constamment à peu près vers le milieu de t'épaisseur. Un mur do quai, au con-traire, doit avoir un pare-ment à peu près vertical pour faciliter l'approche des navires, adee sorte que l'aréête textérieurc (A), (côté de l'eau) de la base du mur est toujours particulièrement fatiguée. Dans les anciens quais, remontant à l'époque où on ne disposait pas de bons mortiers hydrauliques, la partie extérieure de la première assise du mur était souvent formée de pierres de taille.
  • 40. g 2. DES QUAIS t9 e. ~paissent* d'nn mur de qnat. – La règle pra-tique et empirique adoptée en France pour fixer l'épaisseur d'un mur de quai consiste à prendre, en moyenne, pour cette dimension les 40 centièmes de la hauteur, mesurée depuis la fondation jusqu'au sommet de la maçonnerie. Cette proportion peut être réduite à 35 p. 100 pour les quais des bassins à flot établis sur un sol résistant, et être portée de 45 p. iOOà SOp. iOO pour les quais de certains ports d'échouage. ~M. JFrntt des mars deqnat. Ordinairement, le parement des murs de quai est plan et légèrement incliné. Quai (ba~ia &flot). Quni (bnasitin (iot). Il y a évidemment avan-tage, au point de vue de la résistance du mur, à adopter pour cette inclinaison le ma- I ximum compatible avec les convenances ou les habitudes du commerce. En France, si l'on s'en rapporte à certains ports,le maximum admissible ° parait être de i de base pour 6 de hauteur'. Généralement, on adopte un fruit d'un huitième à un dixième. Les fruits trop raides, d'un vingtième par exemple, ont un inconvénient qui tient aux causes suivantes. Les quais sont presque toujours en tignc droite sur de grandes longueurs, et il est à peu près impossible i. Le fruit du quai des pitotes, à MMmp, est d'un sixième. A Brest, le fruit du nMtfdo la cale aux bois atteint uu quart.
  • 41. 20 CHAP. t. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC. d'être absolument assuré que, dans certains terrains, la fondation offrira partout une égale stabilité; si la 7- fondation subit en quelque point un mouvement ir-régulier, le mur se Port des Sables, mur de quai 'du bassin à flot déversera et pprréé-- 'w sentera des faux-à-plomb d'autant plus !nqu tétants & voir que le parement sera plus rapproché de la verticale. Tout en se te-nant dans la limite des inclinaisons moyennes admis-sibles, on conçoit qu'on puisse faire le parement non pas droit, mais courbe, et lui donner, par exemple, une tangente presque verticale au sommet.
  • 42. §8.–DESQUAIS Zt On réalise ainsi une certaine économie de maçon-nerie par mètre courant de mur, et cette économie peut devenir appréciable quand on a à construire une grande longueur de quais,dans un bassin à flot notamment. Mais un parement courbe coûte gé-néralement plus cher qu'un parement droit; en tout cas, il entraine plus de sujétions de construction, à cause de l'obligation d'employer des gabarits, d'in-cliner diversement les joints successifs des assises du parement, etc. Aussi a-t-on remplacé quelquefois la courbe par deux alignements droits seulement (Saint-Nazaire, Les Sables). Le fruit de la partie intérieure du parement peut alors atteindre un quart. Il. Hauteur d'un quai – Dans les mers sans marée, les convenances du commerce condui-sent à placer le courounement du quai dé 2 mètres à 3 mètres Ru-dessus du niveau ajtOyen de l'eau. La hauteur du mur au-dessous do t'eau doit être telle que les navires accostés à quai ne soient jamais exposés à talonner sur le fond ou à toucher les parties saillantes du soubassement du quai, par exemple sa base en enrochements, quand on a dû ta constituer ainsi, ce qui a lieu fréquemment dans la Méditerranée. Or, un navire flottant dans une eau non absolu-ment calme subit des oscillations verticales dont l'amplitude prend le nom de levée. Cette levée, bien qu'inférieure à la hauteur des ondulations de t'eau, peut cependant devenir notable
  • 43. 22 CHAP. 1. DARSES, PORTS D-ËCaOUAGE, ETC. dans des bassins où l'agitation de la mer se fait sentir, et il y a lieu d'en tenir compte. Il faut donc que, la mer étant & son plus bas niveau connu et la levée des navires ayant le maxi-mum d'amplitude constaté dans le port, sous l'action de la houle, il reste encore une certaine profondeur d'eau sous les parties les plus profondes de la coque de$ navires. Or, c'est à l'arrière que les navires chargés ont le plus d'enfoncement dans l'eau, ou, en terme de marine, ont le plus de calaison ou de tirant d'eau. C'est ce qu'on exprime en disant qu'un bateau navigue en différence, parce que la calaison avant es-tII. ,.m.. différente de la calaison arrière, et toujours plus petite. Il faut donc qu'il reste une certaine hauteur d'eau sous la quille, à l'arrière du navire, et cela dans les circons-tt~ amn~~tc~es <l~eos plus défa-t~ z UO UCi<t** vorables. Cette hauteur d'eau supplémentaire s'ap-pe!! e communément le pied de pilote; elle est, en effet, habituellement d'une trentaine de centimètres et peut varier de 0"2S à 0"50. Il faut, en outre, quo la plus grande section trans-versale du navire ne puisse jamais toucher les sail-lies du soubassement cette plus grande section, qu'on appelle le ~M~-coM~ ou le wa<7~M, est placée vers le milieu de la longueur du navire. t! doit donc y avoir toujours aussi une hauteur libre de O" à 0",50 entre le point le plus saillant du
  • 44. gS.–DES QUAIS M soubassement et le point du maître-couple qui s'en rapproche le plus, dans le sens vertical. Aujourd'hui, les plus grands paquebots calent au maximum de 7m,50 à 8'50 à l'arrière, de sorte que la profondeur des darses doit être, pour ces navires, de 8 mètres à 9 mètres et que, eu égard à la forme du maître-couple de ces bateaux, la paroi à peu près verticale du mur peut n'avoir, sous l'eau, que de 7 mètres à 7",50 de hauteur. Dans les mers sans marée, la hauteur totale du mur de quai varie donc, en général, de 10 mètres à i2 mètres. Dans les mers à marée, le couronnement du mur doit être toujours au-dessus des plus hautes mers connues, car le terre-plein du quai, qui sert de lieu de dépôt temporaire pour les marchandises, ne doit pas être submersible. Malheureusement, on n'est jamais sûr qu'il ne se produira pas dans l'avenir une mer plus haute que celles qui ont été constatées dans le passé il convient donc de profiter de toutes les circonstances locales permettant do relever autant que possible le couronnement du quai. Ordinairement, on place l'arête du quai à une cinquantaine de centimètres, au moins, au-dessus des plus hautes mers, en tenant compte en outre, s'il y a lieu, de la hauteur de la houle. Dans les bassins à flot, la hauteur totale du mur peut être considérée comme comprenant trois par-ties, savoir 1° Le relèvement de t'aréte du quai au-dessus des
  • 45. 24 CHAP. ï. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC. plus hautes mers, dont on vient de parler, soit 0°°,50 environ 2° La différence de hauteur qui existe entre les plus hautes eaux connues et les pleines mers de morte eau les moins hautes connues; différence qui dépend du régime local des marées. Cependant, pour certains ports, comme Saint- Malo par exemple, où l'on maintient, dans le bassin à flot, l'eau à un niveau intermédiaire entre celui des plus fortes et celui des plus faibles pleines mers, cette seconde partie de la hauteur du quai ne dépend que des variations de niveau admises dans le bassin à flot. 3° La hauteur nécessaire pour que les navires restent toujours à flot dans le bassin, même par les plus faibles hautes mers. Cette dernière hauteur se détermine par des considérations analogues à celles qui ont été présentées pour les quais des mers sans marée. Toutefois, certains bassins à flot s'envasent assez rapidement, comme à Saint-Nazaire parexemple, et, dans ce cas, il y a lieu de tenir compte du relève-ment possible du fond dans l'intervalle de deux curages successifs. En France, ce n'est qu'exceptionnellement que la différence entre les plus fortes et les plus faibles pleines mers dépasse 2 mètres, de sorte que la hau-teur totale des murs de quais des bassins à flot ne dépasse pas, en général, 10 à 12 mètres, même pour les plus grands paquebots elle est donc à peu près égale à celle des quais'de la Méditerranée. Dans les ports en libre communication avec là mer, dans les ports d'échouage notamment, la hauteur du mur au-dessous des plus hautes mers dépend de la
  • 46. g8.–DESQUA!S M profondeur à laquelle le sol se maintient naturelle-ment ou peut être maintenu artificiellement. i&. Arête du e<HHMMmememt des quais. L arête supérieure d'un quai est exposée au frottement des chaînes des navires qui y sont amarrés, au choc des colis lourds qu'on manoeuvre, au heurt des navires, etc. Elle est presque toujours formée par des pierres de taille d'une dureté aussi grande que possible, des pierres de granit, par exemple, ou de calcaire très dense. Chaque pierre doit avoir de grandes di-mensions et, par suite, un grand poids, pour résister aux chocs par sa masse Ordinairement, ces tablettes n'ont pas moinsde0'30à0'50 d'épaisseur, 0"70 à 1 mètre de largeur per-pendiculairement à l'arête, i mètre à i°*,20 de longueur Quelquefois même on les relie entre elles au moyen de clefs en pierres, ou de scellements, ou de joints en grain d'orge, etc. i. Si cette ar&te est en boia, elle doit être formée par de grosses pièces d'essence dure et résistante, de chêne par exemple, solidement assem-blées et protégées au besoin contre le frottement des amarres par des plaques de tête ou de fonte.
  • 47. 26 CHAP. î. DAMES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC. 13 t<m~etu* dn couronnement de la Mtaçoxmerte. L'assise de maçonnerie ordinaire sur laquelle re-pose l'arête en pierre de taille a naturellement plus do largeur que la pierre de taille la plus large qu'elle supporte, soit, par exemple, un excédent de largeur de 0"20 à O'40. Mais, le plus souvent, cette largeur doit être encore augmentée, parce qu'il faut construire le long et en arrière de la partie supérieure du quai des aque-ducs dans lesquels on loge des conduites d'eau potable ou d'eau sous pression, etc. Enfin, de distance en distance, cette largeur est encore accrue pour former des massifs de maçon-nerie où l'on scelle les poteaux ou canons d'amar-rage, dont on parlera plus loin, auxquels les navires attachent leurs chaînes ou leurs câbles. En fait, la largeur de la maçonnerie au-dessous de la tablette de couronnement est rarement de moins de i",SO à 2",50. La section transversale du mur de quai sera com-plètement déterminée, si on ajoute que le profil du côté des terres est formé par des redans qui dimi-nuent progressivement l'épaisseur de la maçonnerie de la base au sommet. La hauteur de ces redans varie dans de larges limites, de 0°*,60 à 3 mètres par exemple; ordinairement, elle est de i'°,80 à 2!°*,80.
  • 48. g 3. FONDATIONS DES QUAIS 27 § 3 FONDATIONS DES QUAIS FONDATIONS EXECUTEES A SEC i~. Génëratités. On examinera d'abord le cas oh les fondations sont faites dans une fouille que l'on peut assécher. Ce cas est généralement le -plus simple, il se présente notamment dans l'exécu-tion des quais de bassins à Hot, et par conséquent dans les mers à marée. H s'est présenté aussi dans la Méditerranée, à Cette, où l'on a pu creuser une fouille dans un remblai rapporté et épuiser l'enceinte ainsi formée. Les méthodes employées pour l'exécution des fondations à sec varient suivant la nature du terrain; on les décrira successivement. iB Terrain résistant. Si la fondation peut être assise directement sur un fond Port de Saint-blalo résistant, rocheux par ~f.= exemple, et à peu près hori-zontal, il n'y a aucune difuc~é particulière à signaler dans son exécution. Toutefois, si l'on doit crain-dre que la poussée du remblai déposé en arrière du mur pro-duise un glissement des maçon-neries en avant, il faut avoir~soin d'ancrer !e pied du quai, du côté de l'eau, sur une profondeur suMisante pour résister utilement à cette
  • 49. S8 CHAP. I". DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC. poussée, par exemple sur une profondeur de 0*%30 à 0°*,50 au moins. Si le fond rocheux est déclive, il faut en outre y tailler des banquettes horizontales pour y asseoir les assises de maçonnerie. Si le quai est construit sur le pourtour d'un bassin creusé en partie dans le roc, on peut supprimer toute maçonnerie sur le parement rocheux et ne construire le mur de quai qu'au-dessus du rocher. Mais cette solution ne peut être acceptée que lorsque le roc est d'excellente qualité. Lorsque l'on craint, au con-traire, qu'il ne s'altère au con-tact de l'eau, il faut le re-couvrir sur une certaine épais-seur d'un revêtement de maçonnerie (La Pallice). L'épaisseur de ce revêtement peut être assez faible et réduite à celle qui est nécessaire (soit de 1 mètre environ) pour le rendre imperméable sous la pression de l'eau, pourvu d'ailleurs qu'on soit assuré qu'il y aura adhérence complète entre !e rocher et la maçonnerie, et que le rocher lui-même ne donnera pas lieu àdes suintements trop abondants, capables d'exercer une poussée derrière le mur. Pour assurer l'adhérence entre le revêtement et le rocheron peut pratiquer dans le rocher, des encastrements où l'on fait pénétrer la maçonnerie du revêtement. Exemple La Pallice, Liverpool Les encastre- 1. Institution des îngénieuM civils de Londres, i890. Mémoire de M. G.-F. Lyster.
  • 50. 3. FONDATIONS DES QUAIS 29 ments sont distants l'un de l'autre d'une longueur variable suivant les circonstances (6 mètres environ à Liverpool, t5 mètres & La Pallice). Ils pénètrent dans le rocher plus ou moins profondément en arrière de la maçonnerie de revêtement, selon qu'ils sont plus ou moins espacés (de i 20 à Liver-pool, de 2 mètres à La Pallice). Leur largeur est à peu près égate à leur profondeur (i'°,50 à Liverpool, 2 mètres à La Pallice). S'il y a des suintements, des sources, etc., on doit les drainer et leur assurer par des barbacanes un écoulement à travers l'épaisseur du mur. Mais si les eaux qui peuvent s'infiltrer derrière le mur, si les suintements du rocher font craindre que la solidité du terrain ne soit pas assurée et que, par suite, il puisse en résulter une poussée derrière les maçonneries, on ne peut plus se contenter d'un simple revêtement, et il faut alors donner au mur l'épaisseur normale, soit environ 40 p. 100 de sa hauteur. ie. Fond de gatet. Pour fonder un mur de quai sur un terrain composé de galets, on creuse, au-dessous de la base du mur, une fouille de i mètre à i'°,80 au moins de profondeur, afin d'assurer au quai un ancrage suffisant dans le sol et de le ren-dre ainsi capable de ne pas chasser sous la pous-sée des terres qu'il supportera on remplit cette fouille de béton, sur lequel on vient asseoir les maçonneries du mur (quais du Havre bassin Bellot). La fondation peut être limitée par des talus in-clinés à 45" environ, si aucun affouillement n'est à craindre devant le pied do l'ouvrage. Sinon, on forme
  • 51. 3 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC. ses parois par une enceinte de pieux et palplanches. La ligne de pieux et palplanches placée du côté de l'eau doit descendre à 4 mètres ou 5 mètres au-dessous du sol; la ligne placée du côté des terres peut ne descendre qu'à i mètre au-dessous du fond de la fouille cette seconde ligne est généralement enlevée après la construction du quai on peut même fluaiirree uunn ttaalulus s udee ccee ccoôtet.é. Ce système de fondation est suffisant lorsque, au-dessous du galet apparent au fond de la fouille, les forages n'ont pas révélé la présence de couches moues, ae vase par exempte; dans le cas contraire, il faut faire repo-ser le mur, ainsi que l'indique la figure ci-contre, sur un pilotis atteignant le fond résistant au-dessous des couches molles. La fouille ayant alors au* moins i'°,50 à 2! mètres de profondeur, on recèpe les pieux à 0°',7S ou i mètre au-dessus du fond de cette fouille, de sorte que leurs têtes soient noyées dans le béton. uans certains tAer-r–ams de << u tt'~ t gatets non aggtuunes, le creusement de la fouille des fondations entraine des épuisements tellement onéreux qu'on est obiigé de recourir à un autre mode de fondation.
  • 52. g 3. FONDATIONS DES QUAIS 3i On peut alors adopter les fondations à l'air com-primé, soit dans des puits havés, soit dans des cais-sons métalliques dont nous parlerons plus loin. Ce dernier système a été employé à Fécamp pour l'établissement des nouveaux quais de l'avant-port, descendus, à travers une couche de galets, à ptus Port de Fécamp Quais de l'avant-port. de 5 mètres au-dessous du niveau des basses mers de vive eau ordinaire et reposant sur de la craie plus ou moins fissurée ce qui rendait les épuisements pratiquement impossibles, dans une fouille où l'on aurait été obligé de travailler à la marée sous l'abri d'un batardeau. tT. Fond de sable. – On' peut distinguer deux cas 1° Sable pur. On exécute encore un massif de béton de 1 mètre à i"SO d'épaisseur environ; mais le sable étant plus meuble que le galet, et par suite susceptible d'être entramé ou d'être rendu fluent par le passage des eaux sous la fondation, le sable pouvant être d'ailleurs déplacé par des mouve-
  • 53. 32 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC. ments de l'eau qui ne dérangent pas ie galet, il est nécessaire de prendre des précautions spéciales. Ainsi, le béton est toujours coulé dans une en-ceinte de pieux et palplanches, comme aux quais –t ~– r~- -– -–-– de Dunkerque. Pour assurer l'ancrage du mur, on augmente l'épaisseur de la couche de béton du côté de l'eau on la porte à i"SO ou 2 mètres au moins, et cela sur une largeur moyenne de i°',80 à 2 mètres de plus, pour s'opposer autant que pos-sible au passage de l'eau sous la fondation, on fait descendre jus-qu'à une profondeur assez grande, de 4 à 5 mètres par exemple au-dessous du sol, la ligne de pieux et pal-planches située égatementdu côté de l'eau. De l'autre côté, les pieux et palplanches peuvent n'avoir que i°'i0 a 2 mètres de fiche, et être enlevés après ta construction de l'ouvrage. On facilite singulièrement l'enfoncement de ces pieux et de ces pa!p!anches dans le sable par le pro-cédé du fonçage à l'aide d'injection d'eau, employé pour la première fois, il y a quelques années, à Gâtais', et dont l'usage s'est généralisé depuis. Quand on ne possède pas l'outillage nécessaire pour se servir de ce procédé et qu'on est obligé de recourir au battage, i! faut avoir soin, autant que 4. Voir le mur de quai de Calais, page 19. Z. Annales (les ponts et cAaxM~M de i878, t" semestre. JVo<e sur le ~n-çage dM pieux et palplanches par injection <Mt<, par MM. StoeckHn, ingé-nicur en chef, et VctiHaft, ingéoinur ordinaire des ponts et chaussées. Notice sur l'exposition, à Paris, du ministère des Travaux publics, i889, tome t* Ponts et chaussées, pages 334 et suivantes.
  • 54. g 3. FONDATIONS DES QUAIS 33 possible, de ne pas interrompre le battage d'un pieu une fois'qu'il est commencé. En effet, quand on bat un pieu dans un terrain humide, les trépidations répétées dues au choc du mouton ramollissent le sol au contact du pieu; il se forme autour de celui-ci une espèce de gatne plus ou moins fluente tant que 1 dure le battage; mais si, avant que le pieu ne soit arrivé au refus, on cesse de battre, le sol reprend sa compacité, et on a alors beaucoup de peine à re-mettre 3 le pieu en mouve-ment quand on recom-mence le travail; quelque-fois on doit y renoncer bien qu'on sache que le pieu n'a pas atteint toute la fiche qu'il aurait dû avoir'. t:1Io. n J~ t 0.1V1a 2" Sable vaseux. – Lorsque le sable est mélangé de vase, ou même si, n'étant pas vaseux, il est tra-versé par d'abondantes infiltrations, il faut recourir au pitotage, comme dans le cas cité pour le galet. i. La même observation est applicable au havage des blocs en maçon-nerie. Quand on fonce un puits par havage, la paroi du sol sur laquelle glisse la maçonnerie est également ameublie par le frottement tant q"e dure le mouvement de descente du bloc; l'enfoncement se fait alors a-sez régulièrement. Mais si, la journée étant finie, on recommence le havage le lendemain matin, le sol a repris de la compacité autour de la maçonnerie; les frottements sont plus énergiques, la descente n'a lieu que quand l'excavation sous le puits a atteint une grande profondeur elle se fait alors plus ou moins brusquement ou irrégulièrement, tt y a donc aussi avantage à n'interrompre que le moins possible le havage d'un puits.
  • 55. 34 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC. Quand le sable est tellement fluent qu'on peut craindre qu'il ne soit chassé entre les pieux par la pression du remblai derrière le mur, on ajoute, comme dans le cas précédent, une file de pieux et palplanches descendant profondément dans le sol, du côté de l'eau. Quand la couche fluente n'a pas une grande épais-seur, ne dépasse pas de 2 à 4 mètres, par exemple, et repose sur un fond stable, on peut établir le quai sur des blocs de maçonnerie foncés par havage jus-qu'au sol résistant, puis soudés entre eux. Le havage a lieu, suivant los circonstances, soit par fouille à l'air libre, soit par dragage, soit enfin par pompage et injection d'eau, suivant le système appliqué récem-ment à Calais sur une grande échelle*. .8. Fond de vase. – Lorsque le sol sur lequel doit reposer le mur de quai est composé de vase, les difficultés do fondation sont beaucoup plus graves que dans les cas qui viennent d'être examinés. Si l'épaisseur de la vase est très grande, ces difficultés deviennent généralement telles qu'on est le plus sou-vent obligé de renoncer à former la paroi du quai par un mur plein et continu. Ces difficultés tiennent, comme on l'a déjà dit, à ce que la vase conserve toujours un certain degré de fluidité, ou tout au moins de plasticité, et à ce que, par suite, elle tend à se mettre en mouvement sous l'influence de toute action nouvelle qui dérange l'état d'équilibre où elle était parvenue antérieure-ment. 1. Notice sur l'exposition, à Paris, du ministère des Travaux publics, 1889, tome t". Ponts et chaussées, page 334 et suivantes.
  • 56. g 3. FONDATIONS DES QUAIS 3S La vase d'une très grande épaisseur, d'une pro-fondeur indéfinie, comme on dit habituellement, peut supporter des efforts verticaux très notables, mais elle cède sous une faible poussée horizontale. Ainsi, la grande jetée de Trieste repose sur un fond de vase indéfini et sa construction n'a offert aucune difficulté, tandis que la stabilité des quais de ce même port n'a été obtenue qu'à la suite d'une série d'accidents. La vase offre une certaine résistance à l'enfonce-mentvertical d'un pieu, et cette résistance suffit pour qu'on puisse charger ce pieu d'un poids plus ou moins considérable, môme quand sa pointe n'atteint pas le sol résistant'. Dans chaque cas, l'expérience apprend de quel poids on peut charger un pieu suivant sa longueur et sa surface frottante dans la vase. C'est ainsi qu'ont été établies notamment des cales de cons-truction pour les navires de la marine militaire dans l'arsenal de Rochefort. On a également fondé de hautes cheminées en briques sur des pieux ne résis-tant que par leur frottement dans la vase. Mais il faut bien remarquer que, dans tous ces travaux, la vase n'avait à offrir qu'une résistance verticale, et qu'elle ne subissait aucune poussée horizontale. 1 M Vase de faible profondeur. Quand la vase a peu de profondeur, 2 ou 3 mètres par exemple, et repose sur un fond résistant (roche, galet, sable, etc.), il convient, en général, d'enlever cette vase et d'as- Navigation MhMcuM. par M. t. l'inspecteur générât Guillemain, p. i90 et suçantes.
  • 57. 36 CHAP. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC. seoir la fondation du quai sur le terrain résistant. Ordinairement, on remplit d'enrochements la fouille draguée et on élève le mur sur ces enrochements. Si, pour une raison quelconque (fluidité de la vase, voisinage de constructions près du talus d'éboule-ment de la fouille, etc.), on doit renoncer aux dra-gages, on peut fonder le mur sur une file de puits descendus, par havage, jusqu'au sol résistant, puis soudés entre eux par un des procédés usités en pareil cas. Dans ces deux cas, le mur de quai peut être encore plein et continu. 20. Vase de moyenne profondeur. Quand la vase atteint la profondeur de 4 à 10 mètres, par exemple, son enlèvement peut devenir impraticable, soit par suite de la grande étendue de la fouille, soit parce que le fond de la fouille se relève inces-samment sous la pression des vases environnantes, quand les dragages ont atteint une certaine pro-fondeur. La fondation par puits havés serait encore réali-sable dans ce cas, mais elle deviendrait alors très coûteuse si la file de puits devait régner sur toute ta longueur du mur. Suivant les circonstances locales, il y a une pro-fondeur au delà de laquelle il est plus économique de modifier la forme du mur, de ne pas le faire plein et continu, mais de constituer le quai au moyen de voûtes s'appuyant sur des piles établies de distance en distance. Toutefois, cette solution n'a été adoptée qu'à la suite d'insuccès constatés dans l'emploi d'autres systèmes de fondation, notamment du pilo-
  • 58. g 3. – FONDATIONS DES QUAIS 37 tage longitudinal. Les causes des avaries survenues dans ce dernier cas et les moyens d'y remédier offrent un sujet d'études intéressantes pour la pra-tique. Si. tnstM-eès des fondations par pUotage longi-tndimat dans tes terrains de vase. On a essayé d'abord de fonder les murs pleins et continus des quais sur des files longitudinales de pieux, pouvant atteindre le fond solide et y pénétrer d'une profon-deur suffisante pour assurer leur fixité. H y aurait encore avantage ici, comme dans les terrains de sable, à noyer la tête des pieux dans une certaine épaisseur de béton mais le fond d'une fouille dans la vase est toujours plus ou moins mou et fluide, et n'offre pas les conditions désirables pour servir d'assiette à une couche de béton. Cependant, quand la compacité de la vase le per-mettait, on pratiquait habituellement une fouille de 1 mètre environ de profondeur pour bien dégager la tête des pieux entre lesquels on plaçait et damait, à la hie, des enrochements. Les pieux étaient reliés par des cours de lon-grines et traversines assemblées à mi-bois, chevittées sur la tête des pieux, et formant un quadrillage de charpente, dont les cases vides étaient également remplies de moellons damés. C'est sur ce quadrillage qu'on élevait la maçon-nerie du mur. Tant qu'on élevait le mur, tout allait bien, parce que les pieux n'avaient à résister qu'à un effort ver-tical. Mais, dès qu'on faisait le remblai derrière le mur, cetui-ci étaitpoussé au vide et souvent renversé.
  • 59. 38 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC. Quand le pilotis rencontrait un fond dur, rocheux par exemple, où la pointe des pieux ne pouvait pénétrer, lorsque surtout le fond rocheux avait une grande déclivité dans le sens de la poussée, alors il arrivait quelquefois que le pied des pieux chassait et que le mur se renversait en arrière. Dans d'autres circonstances, le mur et le pilotis s'avançaient ensemble, tout d'une pièce, sans déver-sement sensible. Ce dernier cas se présentait notam-ment lorsque, la vase étant très profonde, oa avait compté sur la résistance par frottement, pour les pieux qui n'atteignaient pas le fond résistant. La cause de ces divers accidents a été toujours et partout la même sous la surcharge du remblai, la vase, dérangée dans son équilibre ancien, se mettait en mouvement pour en reprendre un nouveau, et dans son mouvement vers le vide qui s'offrait à elle en avant du quai, elle passait à travers les pieux, les renversait en les faisant pivoter autour de leur pointe, ou elle les chassait du pied, ou elle les entraînait avec elle. Ces effets étaient d'autant plus prompts et plus graves que le remblai s'élevait plus haut au-dessus de la surface primitive du sol naturel, que la vase était plus fluide, que le sol résistant sous-jacent était plus déclive, que le bourrelet de vase soulevé en avant du quai par la poussée avait plus de facilité pour s'étendre ou pour être enlevé par le batillage, les courants, etc. La cause première de tous ces accidents étant la charge du remblai derrière le mur, on commençait naturellement par la faire disparaître. Le mur une fois dégarni et le sol, en arrière, ayant été dressé
  • 60. g 3. FONDATIONS DES QUAIS 3) suivant son talus naturel d'équilibre, restait à trou-ver le moyen de remédier aux avaries survenues et d'en prévenir le retour. Lorsque le mur avait subi un déplacement ou un déversement trop considérable, il fallait le démolir en entier, arracher le premier pilotis et refaire le tout à nouveau on augmentait la longueur des pieux, quand cela était possible, de façon à atteindre le fond solide et à y faire pénétrer suffisamment leur pointe armée d'un sabot acéré. Le mur ne pouvait plus alors subir qu'un mouve-ment de rotation autour du pied du pilotis, sous la poussée des terres. Pour s'opposer à ce mouvement, deux moyens se présentent: 1° diminuer la poussée; 2° augmenter la résistance du mur à la rotation. 22. Moyens de diminuer la poussée. Le poids du remblai sur la vase sous-jacente est la cause qui détermine la mise en mouvement de cette vase vers le vide devant le mur, à travers les pieux. On s'opposera donc à cet effet en faisant porter le remblai non plus sur la vase, mais sur un plan- '1 '1 cher solide établi en arrière du mur, suffisamment large et bien relié à la maçonnerie ou au pilotis du quai. Ce plancher se construit exacte ment comme celui d'un apponte-ment on bat des pieux qui pénè-trent jusqu'au sol résistant; sur les têtes de ces pieux on cheville ou on boulonne des longrines et des tra-versines sur ce grillage de charpente on cloue des
  • 61. 40 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC. madriers. La distance des pieux, l'équarrissage des pièces, l'épaisseur du plancher, etc., dépendent du poids du remblai qu'ils auront à supporter. La liaison entre le mur de quai et le plancher s'obtient, suivant les cas, soit à l'aide de moises en charpente saisissant les têtes des pieux, soit à l'aide de tirants métalliques solidement scellés dans la maçonnerie. On évite de se servir de la vase pour former le remblai qu'on dépose sur le plancher; on y substitue du sable pur, ou du gravier, ou de la pierraille, ou du moellon. Il y aurait tout avantage à se servir de cette nature de remblai de bonne qualité pour combler toute la fouille en arrière du mur jusqu'au talus de vase de la fouille; mais le plus souvent, par économie, on se borne à donner au sommet du remblai, au niveau du dessous du couronne- Port de Tautes lllurs avec ment en pierre de taille, vu8tés. 'argcur horizontale une largeur horizontale Coupe sur raxe d'une voûte, de 2 à 3 mètres, et au delà de cette largeur un talus à 45", ce qui déter-mine lalargeur à donner au plancher. Enfin, on comble avec de la vase le vide compris entre le talus du remblai supporté par le plancher et le talus de la fouille. On a eu aussi recours, pour diminuer lta pous-sée, à l'emploi de contre forts voûtés établis en arrière du mur de quai, du côté du terre-plein.
  • 62. 8 3. – FONDATIONS DES QUAIS M Les remblais, au lieu de venir presser toute la face arrière du mur, n'agissent que sur la partie au-dessus de la voûte, en même temps que leur poids s'ajoute à celui de la voûte pour augmenter la résistance du mur au renversement. Ces procédés de consolidation ont donné assez souvent des résultats satisfaisants. Mais dans certains cas, bien qu'on eût cru avoir pris toutes les précautions voulues, il est arrivé que, malgré cela, le mur subissait encore quelque dépla-cement. Les causes de ces accidents exceptionnels sont très difficiles à découvrir; tantôt, on a pu penser que le plancher n'était pas assez solide, ou qu'il n'était pas assez fortement relié au mur tantôt, que le remblai de bonne nature déposé derrière le mur n'avait pas assez d'étendue, de sorte que la vase amoncelée en arrière de ce remblai, pour compléter le terre-plein du quai, poussait ce remblai lui-même et entraînait ainsi le plancher, le mur et le pilotis, tantôt, que la surcharge d'un terre-plein trop élevé au-dessus de la surface primitive du sol déterminait des mouvements jusque dans la vase entre les pieux, soit parce que cette vase était très fluide, soit parce que des courants étaient venus s'établir le long du mur et en avaient dégarni le pied, etc. On ne voit pas d'autre solution, dans des cas semblables, que celle qui consiste à supprimer complètement toute poussée, et c'est celle qu'on a adoptée pour certains quais de Bordeaux (Pl. III, fig. 8 et 9). On n'a pas remblayé la fouille en arrière du mur, on l'a laissée vide et on a couvert ce vide au moyen d'un plancher analogue à celui de certains
  • 63. t2 CHAP. 1. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC. ponts en fer. Des piliers métaHiques, fondés sur pilotis, supportent des poutres en tôle entre les-quelles on construit de petites voûtes en maçonnerie de briques ce sont ces voûtes qui supportent le terre-plein du quai. 23. Moyens d'augmenter la résistance dn mur au renversement. – Si l'on admet que le pied des pieux est engagé dans le fond solide d'une façon telle qu'il ne puisse pas glisser, il en résulte que le seul mou-vement possible du mur, sous la poussée de la vase, est une rotation autour du pied des pieux. Quelle que soit la poussée, on peut admettre qu'elle a une résultante appliquée en un point situé entre le pied des pieux et le sommet du mur. Le renversement est donc dû à l'action d'un couple; pour s'y opposer, il suffit de créer un couple au moins égal et de sens contraire. Z4t. Des contre-forts. On peut réaliser ce cou-ple résistant en ajoutant au mur, en arrière de son parement postérieur (côté des terres), une masse de maçonnerie assez lourde et faisant corps avec lui. Ce poids additionne!, s'il était libre d'agir seul, tendrait à renverser le mur en arrière; il s'opposera donc, dans une certaine mesure, au renversement en avant que la poussée tend à produire. On augmente le poids du mur, dans les conditions indiquées cidessus, en munissant ce mur de contre-forts. Malheureusement, on ne peut estimer que d'une façon grossièrement approximative l'intensité de la
  • 64. g 3. FONDATIONS DES QUAIS t3 poussée et la position probable de son point d'appli-cation, de sorte que les dimensions à donner aux Port d'Anvere Marede quai du bMeht Kattendijk. ÉtéMtMn postérieure. Coupe en travers. contre-forts et les distances à ménager entre eux comportent toujours un grand degré d'incertitude. Il n'y a que l'ingénieur dirigeant les travaux qui puisse apprécier les Southampton= t )L t Murdor&vant.portdé-dispositions a adopter d après les charge depuis i8<4 de circonstances locales, et les modi- la poussée des terres. uer au nesom a-apres les resuttsus de l'expérience. Les contre-forts sont construits sur pilotis, en arrière du mur; ils doivent, d'une part, faire corps avec la maçonnerie du mur, de façon à ce qu'ils ne puissent pas s'~n détacher; d'autre part, ils doi-vent être reliés très solidement à leur pilotis, de façon que, si la ~–y ––T;–– I-"7 poussée tendait à les soulever par un mouvement de renversement du mur vers l'avant, cette ten-
  • 65. 44 CHAP. Ï. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC. dance fût combattue par la résistance des pieux à l'arrachement. On peut obtenir la liaison du contre-fort avec son pilotis soit par des tirants convenablement fixés d'un côté à la charpente, scellés de l'autre côté dans la maçonnerie, soit en noyant la tête des pieux dans la maçonnerie sur une hauteur de 1 mètre environ. SB. Des tirants de retenue. – On peut égale-ment s'opposer au renversement du mur, sous l'action de la poussée, en exerçant une traction énergique en sens contraire (Voir la figure, page 12). Si un fort tirant horizontal en fer est solidement scellé, d'une part dans le mur et d'autre part dans un massif inébranlable, de maçonnerie par exemple, situé en arrière et à une certaine distance du mur, si d'ailleurs ce tirant est convenablement tendu, on pourra ainsi empêcher tout déversement. Le calcul de la section d'un tirant et la détermination du nombre de tirants à employer sur une longueur donnée de mur comportent le genre d'incertitude qui a- déjà été signalé à l'occasion des contre-forts. Le scellement du tirant dans le mur peut être réalisé au moyen d'une large plaque de fonte noyéa dans la maçonnerie, près du parement du mur (côté de l'eau) cette plaque est percée, à son centre, d'un trou par lequel passe le tirant; une clavette ou un écrou fixe l'extrémité du tirant sur la plaque on renforce au besoin celle-ci au moyen de nervures venues de fonte et convenablement disposées pour en assurer la solidité, etc. Si l'on doit recourir aux tirants après la construc-tion du mur, comme à Bordeaux, ceux-ci traversent
  • 66. g 3. FONDATIONS DES QUAIS M toute l'épaisseur de la maçonnerie par un trou foré ad hoc et le bouclier de fonte s'appuie sur le pare-ment. Le tirant est scellé d'une façon analogue à son autre extrémité dans le massif de retenue. Quant à ce massif lui-même, on le rencontre quelquefois tout préparé dans les fondations d'anciennes construc-tions situées à une distance suffisante en arrière du quai mais le plus souvent on est forcé de l'établir directement. Dans ce dernier cas, il convient de lui donner une large surface d'ancrage dans le sol où il est noyé et de constituer ce sol par un remblai de bonne qualité. Port do Bordeaux Mur de quai. Lorsque le tirant a une grande longueur, et c'est ce qui a lieu presque toujours, il faut le supporter de distance en distance pour diminuer sa flexion; cette flexion peut même être à peu près complète-ment supprimée entre deux points d'appui, en se servant d'une poutre à double T pour former le tirant. La tension est donnée au tirant à l'aide de clavettes de serrage, etc. On a dû recourir après coup aux tirants pour con-solider, notamment, certains quais de Bordeaux qui se déversaient (voir le dessin ci-dessus); on les emploie d'ailleurs régulièrement et d'avance pour assurer la
  • 67. 46 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC. stabilité des quais de Rouen (Voir le profil du quai de la Bourse, page i2). 26. Solution adoptée en Hollande. On a vu que, dans les quais continus fondés sur pilotis en terrain de vase, les avaries provenaient surtout du mouve-ment que prenait la vase à travers les pieux, sous la pression de la surcharge du terre-plein du quai. Or, on conçoit que cet effet sera d'autant moins à redouter que l'épaisseur de la vase traversée par les pieux sera moindre et que cette vase sera plus compacte. C'est en se basant sur ces deux principes que l'on a adopté, à Amsterdam, pour le quai nommé Han-delskade, la solution suivante. Il s'agissait de fonder un mur dans t'Y le terrain solide constitué par du sable était situé à une profon-deur moyenne de 12 à i3 mètres au-dessous du niveau AP. On fit, à l'emplacement du quai, avec du sable de bonne qualité, un remblai ayant environ 28 mètres de largeur à sa base inférieure. Ce remblai, que l'on rechargeait au fur et à mesure qu'il se produisait des tassements, de manière à maintenir constamment son sommet à 4 ou 5 mètres au-dessus du niveau AP, s'enfonça jusqu'à la cote 7"SO, diminuant d'autant l'épaisseur de la vase et comprimant par son poids celle qui restait au-des-sous. On laissa ce remblai tasser pendant une année environ et, quand les mouvements cessèrent d'être appréciables, on fit une fouille dans ce remblai qui, rendu suffisamment étanche par la vase ayant reflué sur ses côtés, forma batardeau au fond de la fouille, on battit les pieux, qui traversèrent d'abord le sable
  • 68. g 3. FONDATIONS DES QUAIS rapporté, puis la vase comprimée et s'enfoncèrent do i*°,50 dans le sable naturel formant le terrain solide situé au-dessous. On noya la tête des pieux dans un massif de béton t~l f de 3'50 de hauteur sur 3"80 de largeur, coulé dans une enceinte de pieux et patpianches. Sur le massif de béton, on établit un grillage pro-longé en arrière du mur sur 5 mètres de largeur par
  • 69. 48 CHAP. I". DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC. un plancher en charpente supporté par un pilotis. A ce plancher, destiné à porter la base du remblai de sable de bonne qualité, on fixa, de 7 mètres en 7 mètres, des câbles en fil de fer amarrés à un autre mur de quai construit à 59 mètres environ en arrière, servant de massif de retenue; puis, on éleva la maçonnerie du mur de quai à l'abri du batardeau. Ceci fait, on put ensuite draguer devant le quai jusqu'à la profondeur nécessitée par la calaison des plus forts navires et le remblai dragué servit à faire le terre-plein du quai. Les quais ainsi construits ont bien subi quelques accidents; mais le principe du mode d'exécution adopté n'en subsiste pas moins comme susceptible d'application dans certaines circonstances. En tout cas, l'exemple d'Amsterdam montre que l'on peut, jusqu'à un certain point, écarter les causes d'avaries en consolidant la vase et en en diminuant l'épaisseur au moyen d'une quantité suffisante de remblai de bonne qualité noyé dans sa masse 2'7. Critique des mura de quai pleins et contions, fondas sur terrain de vase. On voit, par ce OU! précède, que la fondation d'un quai ptcin et continu sur pilotis, dans un fond de vase, si elle n'est pas à la rigueur matériellement impossible, présente au moins de très grandes difficultés, qu'elle est généra-lement très coûteuse et qu'elle n'offre presque jamais, en tout cas, a ~orï, une sécurité complète aussi trouve-t-on le plus souvent préférable d'adopter une autre solution. i. Un procédé analogue a été employé pour t'édi(!ca)ion des culées du pont sur le Brivet. près Pontch&teau, et de celles du pont sur l'Oust (Voir Debauve, ft'oeAM! et maMnttM.c de construction, t. )!, p. t79).
  • 70. § 3. – FONDATIONS DES QUAIS 49 D'ailleurs, la consolidation d'un quai qui se déverse est une des entreprises les plus ingrates qui s'imposent aux ingénieurs. Mais les accidents survenus autrefois et les moyens employés pour y remédier offrent d'utiles enseignements pratiques, applicables encore à présent dans quelques cas; car certains sols, sans être composés exclusivement de vase plus on moins fluide, n'en offrent pas moins des difïicuttés de fon-dation très analogues à celles qu'on rencontre dans la vase, par exemple les sables plus ou moins vaseux et même les sables purs, mais très aquifères, etc. Du reste, quelque soin qu'on apporte à reconnaître par des forages le terrain sur lequel on doit cons-truire, il arrive malheureusement, et cela non très rarement, que, entre deux forages, la nature du sol est différente de celle sur laquelle on se croyait autorisé à compter. La solution adoptée pour l'exécution des quais en terrain de vase consiste, comme on l'a déjà dit, à faire ces quais sur voûtes; elle se justifie par les considérations suivantes. Puisque la vase se meut dès qu'on dérange son équilibre, et que ce mouve-ment, à peu près inévitable, est la cause détermi-nante des avaries constatées, il convient de lui laisser une certaine liberté de se produire, sans qu'il puisse compromettre la stabilité de l'ou-vrage. Or, un mur plein et continu, supporté par de nombreux pieux, barre presque complètement la route que la vase tendrait à suivre, tandis que, si le mur et son pilotis sont discontinus et présentent des ik 4
  • 71. 50 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC. vides suffisamment larges, la vase pourra se mouvoir dans cet intervalle et tendra moins à pousser les piles des pertuis. On augmentera d'ailleurs la résistance de ces piles en les allongeant autant qu'on le voudra dans le sens de la poussée qu'exercera encore la vase derrière elles et en réduisant la largeur de leur face qui reçoit cette poussée. L'intervalle vide entre les piles doit être nécessairement couvert pour qu'on puisse y établir le terre-plein du quai; ordinairement, ce vide est fermé par des voûtes. On a ainsi des quais sur voûtes. as. Des quais sur voûtes. – Un quai sur voûtes est un véritable viaduc, devant résister à des efforts considérables circulation des locomotives, des grues mobiles, etc. charge de grandes masses indi-visibles, traction et pression des navires; chocs des colis lourds et des bateaux poussée de la vase, etc. 29. Des pUes cuMes. tt en résulte que, théori-quement, chaque voûte devrait être établie de façon que, si elle venait à se rompre, sa chute ne com-promit pas la stabilité du reste du quai; dans ce but, chaque pile devrait être une pile culée; mais cette solution radicale serait exagérément chère et, prati-quement, on se borne à faire de distance en distance quelques culées. Ordinairement, on conserve de quatre a huit piles simples entre deux piles culées. A Bordeaux, pour les nouveaux quais de rive droite actuellement en construction, il y a dix-huit piles entre deux culées.
  • 72. § 3. FONDATIONS DES QUAIS Si En tout cas, on doit faire une culée à chaque sommet d'angle du polygone que forme le plan du quai. 30. Ouverture des voûtes et épaisseur à la elef. – En second lieu, les voûtes doivent être très solides, c'est-à-dire très épaisses et d'une faible ouverture. Jusqu'ici, on croit prudent de maintenir l'ouverture dans les limites de 8 à 12 mètres, et on ne donne pas à la clef une épaisseur de moins de 0"75 à 1 mètre. St. Longueur des voûtes. Théoriquement, la longueur des voûtes, normale à la direction du quai, ou autrement dit dans le sens de la ligne de plus grande pente du talus naturel d'équilibre de la vase, devrait être égale à la longueur de ce talus; mais, en fait et en pratique, cette solution, qui serait très dispendieuse, n'est jamais nécessaire. On peut, en effet, réduire notablement la longueur des voûtes si derrière la tête, du côté des terres, on forme un solide cordon d'enrochements ou de maté-riaux de bonne qualité, qui supportera la poussée du rembtai du terre-plein (Pl. Iî, Rochefort, et I! Bordeaux, quai des Chartrons et de Bacalan). Il convient de ne faire le remblai qu'après que le cordon, ayant opéré tout son tassement, est arrivé à un état d'équilibre stable on peut activer le tasse-ment en donnant au cordon une hauteur aussi grande que possible et en le rechargeant au besoin au fur et à mesure des enfoncements constatés, quitte à araser ensuite son sommet au niveau que comporte le rembtai du terre-plein. De cette façon,
  • 73. 52 CBAf. f. DARSES, PORTS D'ÉCHOUAGE, ETC. on parvient à réduire la longueur des voûtes et détermine par suite celle des piles à 8 ou 10 mètres SS Largeur des piles et <~M< Quant à la largeur des piles, on a dit qu'il convenait de la réduire autant que possible, parce que c'est sur la largeur qu'agit la poussée de la vase. Toutefois, on n'a pas, jusqu'ici, donné moins de 1 mètre à 2 mètres de largeur aux piles maçonnées pleines, et moins de 5 à 6 mètres aux piles formées par des puits foncés par havage. Les culées foncées par havage ont habituellement d'une fois et demie à deux fois la largeur des piles, soit de 8 à 10 mètres, par exemple. 33. MiveMdet'intradosdesvo&tes. – Si l'intra-dos des voûtes à la clef était au-dessus du niveau de l'eau, les allèges, les canots, etc., pourraient s'en-gager dans ce vide et seraient exposés à de graves accidents, dans le cas où le niveau de l'eau viendrait à changer pendant qu'ils sont dans cette position anormale. Pour éviter ces inconvénients, il convient, dans les bassins à flot, de placer autant que possible l'intra-dos de la clef tout au plus au niveau des plus faibles hautes mers. Dans les ports à marée, lorsque les quais sont accostables à mer basse, le niveau de l'intrados devrait être celui des plus basses mers mais si, pour un motif quelconque, on n'a pu abaisser suffi-samment le niveau de l'intrados à la clef, il convient de fermer le vide de la voûte de façon que le petit matériel flottant ne puisse s'y engager. On y parvient,
  • 74. g 3. FONDATIONS DES QUAIS 53 par exemple, soit en faisant une voûte surbais-sée au droit de la tête du c&té de l'eau, soit au moyen d'une claire-voie en charpente, etc. 34. Fondation des pi-tes et cutées. 1° sur pilotis.- Quand l'épais-seur de la vase qui re- <~ couvre le fond solide S n'est pas plus grande que la longueur des pieux qu'on peut se procurer m couramment, la fonda-tion des piles peut se faire sur pilotis. Mais il 111 faut alors que la ton-gueur des piles soit assez grande et se rapproche de la longueur du talus naturel de la vase. On re- S marquera que la tête de tous les pieux n'a pas besoin d'être arasée à un seul et même plan hori-zontat on a, au con-traire, avantage à les araser à peu près suivant le plan incliné du talus d'équilibre de la! vase. Dans ce cas, 1 le quadril-lage en charpente sur Icquc! repose la maçonnerie
  • 75. 54 CHAP. I. DARSES, PORTS D'ËCHOUAGE, ETC. forme une série de banquettes horizontales qui se relèvent successivement depuis le fond de la fouille (côté de l'eau) jusqu'à l'extrémité de la pile (côté des terres). Exemptes: Bordeaux (Atlas, Pl. III, Fig. 1 à 5), Great Grimsby, sur l'Humber, Angleterre, (Fig. page 53). On peut aussi fonder sur pilotis sans que les pieux atteignent le terrain solide. I! faut alors, d'une part, que le frottement latéral des pieux dans la vase soit suffisant pour supporter en toute sécurité le poids des piles et des voûtes, et, d'autre part, que la longueur des piles dans le sens de la poussée des terres soit assez grande, comme it a été dit plus haut (Exempte: quais sur la Charente)'. 2" S?~' puits ~t'M. Cependant, aujourd'hui, on forme le plus souvent les piles au moyen de puits en maçonnerie, foncés par havage, tantôt par raison d'économie, tantôt pour établir la fondation dans des conditions de sécurité plus grande qu'on ne peut t'espérer avec l'emploi du pilotis, etc. On enseigne, dans les 0!<~y<?~ ~w les ~occo~ ye~<!M.r co7M/MC/MM, les précautions à prendre pour la conduite du havage d'un puits en maçon-nerie on se bornera à rappeler ici les plus impor-tantes. n est désirable que le sol soit aussi homogène que possible autour du puits que l'on fonce et que les pressions soient aussi cgatcs que possible sur les faces opposées de ce puits, pour réduire au minimum les chances de déversement, surtoutdansles havages profonds. t. Voir )<' Traite de navigation intérieure de M. l'inspecteur général Gu~tfx'ni)), t. )", p. fa et suivantes.

Related Documents