NATEXPONATEXPO 2011 …éco-innovations et tendancesV oici un décryptage par grandes tendances des innovations l...
NATEXPO Éco-innovations et tendances (su...
NATEXPO Éco-innovations et tendances (suite) ...
of 3

NATEXPO 2011 ...éco-innovations et tendances

Voici un décryptage par grandes tendances des innovations les plus marquantes vues au salon Natexpo. La liste est non exhaustive et se veut surtout, au-delà des nouveautés produits des marques, l’occasion de dresser un mini-état de l’art des grandes idées forces qui animent la bio.
Published on: Mar 3, 2016
Published in: Business      
Source: www.slideshare.net


Transcripts - NATEXPO 2011 ...éco-innovations et tendances

  • 1. NATEXPONATEXPO 2011 …éco-innovations et tendancesV oici un décryptage par grandes tendances des innovations les plus marquantes vues au salon Natexpo. La liste est non exhaustive et se veut surtout, au-delà des nouveautés produits des marques, l’occasion de dresser un mini-état de l’art des grandes idées forces qui animent la bio.Introduction : petite vue d’ensemble 2 – Les nouvelles frontières du goûtSaluons d’abord la vitalité créative du secteur. Les marques ex- Si certains produits alimentaires se contentent d’a rmer queplorent toujours de nouveaux territoires de consommation et « la nature a bon goût », une nouvelle génération arrive qui nesavent désormais séduire, à l’instar de leur homologue du conven- craint ni la nouveauté, ni les mélanges audacieux et de nouveauxtionnel. À tel point qu’il devient di cile de distinguer un produit usages. Remarquons au passage la créativité culinaire et techno-bio si ce n’est par le label… Les produits deviennent de plus en logique de la bio qui cultive des senteurs savoureuses sur des pro-plus ludiques et séduisants dans le but avoué de séduire les promo- duits réputés di ciles (chips, guimauve) sans l’aide d’une armadaentrants. Mais aussi et surtout, la bio est en train de réinventer la d’additifs chimiques !notion de terroir dans l’esprit de ses pionniers. Sur le stand des sirops Meneau, un animateur prépare des cock-Coté marketing, l’extension de marque s’installe : l’huilerie Emile tails sans alcool comprenant le nouveau sirop de thé vert à laNoël sort de son coeur de métier avec sa ligne cosmétique Emma pèche pour suggérer une utilisation festive.Noël et ses tartines à la farine de noix. Place aussi aux Thés et bière aux algues de Tonnerre de Brest, etSignalons également une segmentation produits de plus en plus aux limonades et sodas fruités, avec de joyeux mélanges (sodapoussée par âge ou par usage (conséquence des embauches de fruité grenade, acaî et canneberge de Bionaturae - Cola au siropcadres marketings quali és issus du conventionnel). On constate d’agave de Vitamont).aussi une nette démarcation des grandes marques bio, devenues in-contournables en magasins… (Melvita, Weleda, Etamyne du Lys…).Au chapitre des regrets, la consommation soutenable et collabo- 25rative peine à convaincre le bio (voir article : Eco-innovation, lesgrandes tendances du futur proche p. 23-25). A ce sujet, la prochaineédition du salon Natexpo gagnerait à faire rêver et ré échir sur lesinnovations profondes qui attendent la bio dans les années a venir.1 – Ingrédients : les étoiles montantesSi le blé classique et le riz résistent bien (galettes de riz de Ca-margue Priméal fabriquées à Arles), d’autres plantes bien de chez nous commencent à s’imposer avec l’épeautre ancètre du blé L’eau orale s’immisce dans les boissons (limonade rose et eur (pâtes à l’épeautre de Carte d’oranger d’Elixia), ra ne l’assaisonnement (Eau de rose de Cook), Nature, pain grillé à la farine et rentre dans le XXI°siècle avec les Floradrink’s, premiers cok- d’épeautre de Saveurs Attitudes), tails d’eaux orales 100 % bio multi-usage qui se vaporisent sur la ou la châtaigne (pâté de cam- peau… et se consomment en boisson plaisir-santé. pagne aux châtaignes de Bio- Quand aux recettes du terroirs elles puisent dans le patrimoine ou porc). Gageons que la tendance la culture française pour se renouveler (Aligot d’Aveyron d’Alliance locavore, qui monte, qui monte, Gastronomie, Vin chaud de la maison Meneau, Miel rare de ronce accroîtra la prise alimentaire de Ballot-Flurin). ces plantes rustiques. Plus romantique, les recettes aux eurs s’invitent dans nos assiettes, une arrivée prévisible depuis que des livres ont sensibi- lisés le public (tablettes de cho- colat aux eurs de Choc’Fleurs, couscous aux eurs de Priméal). La nouvelle certi cation des algues bio dope leur valeur comme protéines végétales ou additifs naturels (croque tofu haricot de mer et safran de Soy, fromage fermier breton aux al- gues des Fromagers du Breizhon).L’exotisme continue bien sûr à faire rêver et innove avec les premières Les friandises sans chimie : De Belledonne con seur lance lessauces asiatiques bio pour Wok (sauces thaî bio Autour du Riz), et les premières guimauves gourmandes bio issues d’un procédé bre-barres de céréales aux baies de Goji et pulpe de baobab de Baomix. veté entièrement naturel aux arômes naturels de fruits. N° 38 - Novembre / Décembre 2011
  • 2. NATEXPO Éco-innovations et tendances (suite) Une soupe pour ordonnance : Sol Se- 4 – Grignotage décomplexé milla lance quatre soupes instantanées et restauration rapide enrichies aux super aliments (spiruline, maca, gri e-du-chat…) qui mêlent origi- Les prises alimentaires en dehors des nalité, goût délicieux et arguments santé. repas se veulent saines, festives, et Ces alicaments qui ne disent pas leur nom s’invitent dans la gas- ultra-naturelles (pétales de légumes tronomie, brouillant encore un peu plus les frontières entre bien de Croustisud, ships végétales non manger et se soigner… grasses de Trafo). Les fruits secs clas- siques soignent leur look (mélange Sweet Memories de Pural). Les barres énergétiques gagnent 3 – Objectif santé à 360° en variété et se veulent indispensables au bureau (Barres éner- La prise de conscience salutaire du grand public de la nécessité de gétiques aux céréales germées enrichies aux super-aliments de préserver naturellement son capital santé est renforcée Debardo). par les crises nancières et sanitaires qui engendrent des La demande pour une restauration rapide peurs. saine s’accentue et devient un marché d’ave- nir : Lunchbox de Saint-Jean, Carte nature, Désormais la santé au sens large s’in ltre dans tous les sec- Bjorg, Evernat. Sandwichs nature de Étape teurs en prenant une ampleur qui va en s’ampli ant : Bio vise la distribution automatique et la res- l’hygiène devient haute protection des personnes et familles tauration routière. sensibles avec Ixiène (Trophée d’or Natexpo), une nouvelle marque sans alcool et sans huiles essentielles. 1000 oreillers, spécialisé dans la literie santé invente les oreillers 5 – Commerce équitable ou local ? de confort garnis aux plantes médicinales. Le commerce local Nord-Nord commence à voler la vedette au commerce équitable avec un argument de bon sens : pourquoi ● Le secteur alimentaire est le plus riche en nouveautés santé, au acheter loin, même en équitable ce que l‘on peut trouver ou rem- 27 risque sur le long terme de médicamenter à l’excès les repas et de placer par des ingrédient de nos terroirs ? Il est la pointe visible diaboliser le lait, les oeufs, le blé, et le «bon» gluten. d’un mouvement de fond vers le « près de chez nous », ● La nouvelle vague des super-aliments dope l’alimentation vi- symbolisé par les AMAP et la tendance locavore. vante d’arguments santé crédibles, et va s’imposer sans nul doute Ce mouvement très fort, né d’un besoin de rapidement, prenant sa place avec les pilules et comprimés des sens et de repère va s’accentuer avec les compléments alimentaires traditionnels (obligeant certainement ré exes de repli de la crise systémique mon- ce secteur à évoluer). Exemple : les graines de chia de Markal ; Les diale actuelle, la tentation protectionniste supers chocolats crus aux probiotiques et polyphénols préservés des États, et la montée du coût de l’énergie. de Plusquebio. L’huile de palme commence à faire les frais Notons que les super aliments sont pour l’instant majoritairement de cette tendance en devenant persona non issus d’ingrédients exotiques (miel de Manuka, pulpe du fruit de grata, remplacée par des ingrédients euro- baobab), au détriment des plantes rustiques de nos terroirs (orties). péens (Cookies pépites à l’huile de tournesol du ● Les produits sans-sans, très sécurisants, ont toujours la côte sud ouest et beurre breton de Moulin du Pivert). et s’in ltrent partout Le besoin d’ailleurs ayant toujours fasciné les sans négliger le plaisir peuples civilisés (Voir Article Biolinéaires n°28 : bière haute fermen- page 13), le commerce équitable reste indispen- tation sans gluten de sable, en certi ant les nouvelles demandes du Brunehaut, barres de marché (Tisanes santé de Noé Nature labelliséesSuggestion de présentation. céréales Schär sans Fairtrade). gluten ni graisses hydrogènes, biscuits ● Made in local : le terroir du XXI° siècle encas sans oeufs ni La notion de terroir est en train de muter : il ne s’agit plus seule- lait de Bisson, Made- ment de préserver une tradition ou un leine Citron sans allergènes de Valpiform… savoir faire, mais aussi de restaurer une sécurité alimentaire avec une agricul- ● Les boissons santé pro tent à plein de ce nouveau territoire en ture locale, bio et diversi ée adaptée au mêlant habilement plaisir et santé active. Elles se veulent aussi plus nouveau siècle. Comment ? En veillant saines que leur homologue du conventionnel : Smoothies Fruitofu à ce que ce que les ingrédients soient de Bionaturae, Cola au sirop d’agave de Vitamont, Pétillant de forêt 100 % locaux et transformés dans la à la sève de bouleau de Vegetal Water. région du terroir, et idéalement sur le ● Les produits de minceur & régimes séto ent : Bouchées min- lieu même de récolte pour éviter les ca- ceur triple action de Comptoirs & Compagnies, nouvelles recettes mions baladeurs. Ces circuits courts de d’en-cas hyperprotéinés SlimPack. production commencent à s’organiser : ● Notons la nouvelle jeunesse de l’alimentation crue plus sédui- ● Ptitgallo, distribué par Vitafrais : sante et moins militante : Biscuits français crus aux enzymes préser- 4 paysans-crémiers bretons produisent vés de Biscru, barres énergétiques crues de Lifefood. du lait avec 50 vaches laitières sur .../... fr N° 38 - Novembre / Décembre 2011
  • 3. NATEXPO Éco-innovations et tendances (suite) .../... 55 hectares, et concoctent 8 – Consommation soutenable sur place avec le lait fraîche- La bio reste peu sensible aux grands principes ment trait des yaourts nature de la consommation durable : comment vendre et aux fruits, du fromage blanc, moins et moins cher, la convivialité en prime ? du riz au lait, de la crème fraîche Mais les choses évoluent : et du beurre. Leur dernière nou- veauté : le riz au lait caramel au Vrac : ce mode de vente désormais courant, beurre salé. prend de l’ampleur et innove en sortant de l’ali- mentaire : Mobilwood lance un nouveau distri- ● Voyons loin, faisons court : buteur de produits d’entretiens multi-marque la marque Oh ! Légumes ou- qui vient renforcer le distributeur de yaourt de bliés lance la signature Produit Biocoop actuellement en test. Notons aussi de d’Aquitaine qui garantit qu’au nouveaux distributeurs alimentaires de forme moins 95 % de la composition circulaire plus chaleureux et conviviaux.d’un produit est transformée sur le territoire concerné, a n de re-localiser la production dans le principe des circuits courts. Lancée Concentrons nous : Étamine du Lys lanceactuellement sur le territoire d’Aquitaine, elle a pour vocation de les X concentrés, une gamme éco-concuedevenir un modèle déclinable aux autres régions. de produits d’entretien très concentrés qui se coupent avec de l’eau potable avant utili-● Mogettes de Vendée de Bioporc propose des haricots blancs sation : ce qui évite le surdosage, et permetdu pays au bouillon de couenne et sel de Noirmoutier. La société 20 % d’économie à l’usage. Notons aussi dansintègre une lière porc plein air, de l’agriculteur naisseur au pro- la rubrique « pourquoi vendre de l’eau », laducteur d’aliment, en passant par l’abatteur et le transformateur. soupe de tomates sans eau de la Réserve de● La literie 1000 oreillers noue des partenariats étroits avec les Champlat et le shampoing solide Douce Nature.exploitations agricoles du terroir local des Flandres, mais aussi Consommation collaborative : Le co-achat devrait être encouragé.avec d’autres régions de France et d’Europe du Nord. Notons la La jeune marque Mam’ Bio (Univers de bébé), encourage les ma-qualité des textes et des visuels qui contribuent à donner une mans à commander à plusieurs pour béné cier de prix intéressants.forte identité de marque.● Gageons avec ce retour au local intelligent que nous trouve- 29rons bientôt des édulcorants naturels à base de miel local au goût 9 – Communication :neutre pour remplacer le sucre ! vive l’amour et le design La bio commence à parler d’amour6 – Labels : branle-bas de combat et d’eau fraîche plutôt que sans-Tendance surlabellisation : le label bio sans (paraben, conservateurs), etEU tendant progressivement vers des c’est tant mieux :normes à minima, les marques pre- Voici le temps des graphisme rigo-mium soulignent de plus en plus leur los (gamme chiens-chats de Nes-exigence supérieure avec une charte torbio), des communications cha-propre : les Volailles Bodin garantissent leureuses (Carte nature, Good Goûtdes poulets élevés au minimum 81 - aliments pour bébé), du design raf-jours (alors qu’en 2012 seront commer- né (soins pour hommes 66°30), etcialisé des 70 jours pour une volaille des noms de gamme à croquer :non fermière). les secrets de miss bikini (JardinsBio, équitable ou local ? Pourquoi pas de Gaîa), sweet memories, (fruits Gales trois ? Surfant sur l’engouement pour le secs de Pural).local, le référenciel bio solidaire de l’associationbio partenaire (qui le décline aussi en versionbio équitable - démarche historique) commenceà monter en force avec de plus en plus de marquesadhérentes.7 – Pourquoi s’emballer ?Préoccupées de séduire les nouveaux consom’acteurs, les marquessoignent pour l’instant peu l’eco-conception de leur packaging, la tendance étant plutôt au suremballage, emballage fraîcheur, à l’unité, dosettes, etc. M. Sauveur Fernandez est expert indépen- Félicitons donc les charcuteries Rostain dant en marketing vert et innovation res- qui proposent sur certains de leurs pro- ponsable. Fondateur de l’Éconovateur en duits des emballages 50 % plus ns et plus 2000, pionnier français des principes de la étroits pour moins d’espace en linéaires et communication responsable, il décrypte les une place en transport réduite. tendances à venir, et aide les entreprises à la création de produits et services éthiques. Mention très bien aussi pour les Mouettes Vertes, une jeune marque de 4 rue de Chaffoy - 30 000 Nîmes – Tél. : 06 11 40 19 91 design éthique qui conçoit trousses, po- Mail : fsauveur@econovateur.com – Site : www.econovateur.com chettes, cartables, et sacs avec des chutes Twitter : twitter.com/econovateur – Viadeo : www.viadeo. industrielle de tentes, stores… com/fr/profile/sauveur.fernandez N° 38 - Novembre / Décembre 2011

Related Documents