LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022
VERSION FINALE
• Octobre 2013
« Symbole abstrait évoquant
un feu d’artifices
(foisonnement d’idées /
diversité des disciplines).
Hyper énergique.
Hyper ...
LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022
VERSION FINALE
• Octobre 2013
4
Sommaire
5
nam ur conf
1.
10
2.
6
AVANT-PROPOS
PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE
22
2.1.
Enjeux de politiques culturelles
...
Les étapes de la reconnaissance mutuelle
63
Recenser et connaître
63
S’entourer
64
Participer
67
Sortir les ar...
4.6.
CONFIANCE EN LA CRÉATION ET L’INNOVATION NAMUROISE
126
Permettre la recherche et le tâtonnement
130
Favoriser...
LE CADRE
158
5.1.
LES PRIORITÉS
160
5.2.
LE FOND ET LA FORME
161
Un travail de fond
Une évaluation permanent...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
10
1.	AVANTPROPOS
11
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
Chères Namuroises,
Chers Namurois,
nam ur conf
12
Ce document qu...
créativité et d’oser investir dans et pour les champs culturel et artistique afin de déployer les ailes
de notre ville et ...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
Nous ne pouvons en effet plus nous permettre une gestion « court-...
acteurs culturels. Ce Livre blanc « Namur Confluent Culture » veut résolument s’inscrire dans une
démarche partenariale et...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
Galerie Détour, la Galerie Rive Gauche, la Coopérative Le Grognon...
Tiers-garant
Christian VERBERT a débuté sa vie professionnelle comme journaliste à la télévision et à la radio
d'Etat au Q...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
« Je savais, moi qui depuis plus de vingt ans côtoie ce milieu bi...
Tiers-garant
Conçoit, programme et organise de nombreuses manifestations depuis 1983, notamment autour
des univers sonores...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
« Invité pour participer à cette consultation du secteur culturel...
créer des jachères, le temps de réfléchir, et simultanément accélérer certaines décisions pour les tester ;
expérimenter e...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
22
2. PROJET DE
VIE, PROJET
DE VILLE
23
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
Namur doit s’approprier les enjeux posés ci-dessous, d’autant plu...
Père 5, qui programme des ateliers créatifs, et l’espace Ravik redesign de la Ravik Boutik6, mais
aussi dans les campagnes...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
La culture est prise au sérieux comme moteur de vie, de développe...
2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE
« Tout le monde peut
faire du théâtre, même
les acteurs. »
Augusto Boal
7
27
6
7
Ar...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
nam ur conf
28
luent
culture
LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2...
Aristote, déjà, considérait que la culture était l’apanage des élites intellectuelles. Et si la notion même de
démocratie ...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
C’est une chose de le prétendre, c’en est une autre de l’évaluer ...
cet accomplissement de soi, à la réalisation, à la fierté d’apprendre une technique et de la montrer,
de se montrer à trav...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
La présence d’artistes, l’accès à la formation et à la création a...
L'intégration des personnes étrangères ou d'origine étrangère doit se penser et se réaliser par la
culture et toutes les p...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
Les Jeunesses musicales de Namur13
De nombreux projets embarquent...
Exposition et vente annuelle d’œuvres et de travaux artistiques réalisés par des personnes fragilisées et/ou handicapées, ...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
La compagnie Hypothésarts20
« A dater de 2009, chaque avant-premi...
de la fatalité des coûts qui démontre que le secteur culturel, structurellement déficitaire – les
recettes et les prix ne ...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
Dans l’immédiat, c’est donc ailleurs que nous avons trouvé des ét...
• es secteurs culturel et créatif génèrent des performances et des opportunités pour d’autres
L
secteurs, particulièremen...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
Enfin, Namur regorge de trésors patrimoniaux historiques et folkl...
Un petit bout d’histoire…
Liège et Namur se sont longtemps disputé le titre de Capitale régionale. Dans les années 70, Nam...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
Namur en réseau
nam ur conf
42
D’un point de vue géographique, ...
et artistes locaux se produisent également à l'étranger comme les tournées internationales des
d'Aeroplane36 et la sélecti...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
2.5. Enjeux touristiques39
nam ur conf
44
Le tourisme en Europe...
nement, en ce compris la gastronomie et le folklore en tant que patrimoine immatériel. La sauvegarde et
la mise en valeur ...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
l’espace. Dans cette optique, la culture a des conséquences sur l...
Oui
Etre créatif ou décliner, telle semble être désormais la seule alternative en termes de développement
urbain.45
mais…
...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
institutions et marques commerciales. Ces stratégies commerciales...
2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE
49
47
L
a « gentrification » est un phénomène urbain d’embourgeoisement d’un quartie...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
50
3.MÉTHODOLOGIE
51
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
nam ur conf
52
luent
culture
LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2...
stratégie transparente, partagée et durable pour libérer ces potentialités, pour qu’elles passent du
rêve à la réalité de ...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
Trois approches :
• laborer une nomenclature détaillée des matiè...
• a création / le créateur ;
l
• a diffusion / le diffuseur51 ;
l
• a consommation (active ou passive) / le spectateur.
l
...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
D’un point de vue ensembliste, et non en termes d’essence, le tou...
La Fédération Wallonie-Bruxelles sépare institutionnellement les pratiques professionnelles et
amateurs. Ce cloisonnement,...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
Namur a également vu naître et/ou grandir des artistes de grande ...
médiatique, logistique, politique ou financier (…).
Lieux, opérateurs, producteurs, organisateurs… Qu’ils soient ponctuels...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
La Ville doit aussi prendre une part importante dans la diffusion...
ment et le comité technique du projet de rénovation de la Maison de la Culture ;
• ntégration d’un représentant officiel d...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
Mais qui est ce consommateur ? La consommation culturelle des Nam...
La culture à Namur sera vécue avant tout comme une histoire d’hommes, de femmes, de rencontres et de partages.
Recenser et...
Document amendé par les secteurs artistique et culturel
démontage, localisation, équipements lourds, dispositifs de circu...
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
Namur Confluent Culture
of 188

Namur Confluent Culture

Namur Confluent Culture. La version finale du "Livre blanc de la culture" à Namur a été approuvée par le Conseil communal du 17 octobre 2013.
Published on: Mar 3, 2016
Source: www.slideshare.net


Transcripts - Namur Confluent Culture

  • 1. LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 VERSION FINALE • Octobre 2013
  • 2. « Symbole abstrait évoquant un feu d’artifices (foisonnement d’idées / diversité des disciplines). Hyper énergique. Hyper contemporain. Typographie simple et moderne. Couleurs renforçant l’aspect « diversité ». vives. Vitaminées. »
  • 3. LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 VERSION FINALE • Octobre 2013
  • 4. 4
  • 5. Sommaire 5
  • 6. nam ur conf 1. 10 2. 6 AVANT-PROPOS PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE 22 2.1. Enjeux de politiques culturelles 24 2.2. Enjeux démocratiques, d’émancipation sociale et thérapeutiques 26 26 Démocratisation de la culture / Démocratie culturelle 31 Échantillon namurois significatif 33 luent Émancipation et thérapie sociale 2.3. Enjeux économiques 36 culture Mesurer les impacts 37 LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 L’économie du travail des artistes, non exhaustif 40 2.4. Enjeux pour la Capitale de la Wallonie 41 Un petit bout d’histoire… 41 Namur en réseau 42 Une image à construire 43 2.5. Enjeux touristiques 44 2.6. Enjeux urbanistiques et aménagement du territoire 45 2.7. Une ville créative et innovante 47 Oui 47 mais… 47 3. MÉTHODOLOGIE 50 3.1. Décloisonner la culture 53 3.2. Trois pivots 55 La création / Le créateur 55 Production / Diffusion / Distribution 58 La consommation / Le spectateur 61
  • 7. Les étapes de la reconnaissance mutuelle 63 Recenser et connaître 63 S’entourer 64 Participer 67 Sortir les artistes de leur isolement ; sortir les institutions de leur cloisonnement 69 4. « UNE VISION, SANS ACTION, N’EST QU’HALLUCINATION… » (M. KAMI) 70 4.1. UN RÉSEAU MUTUALISTE 72 4.2. DES OUTILS ADAPTÉS : proximité, partage et excellence 75 Des projets en cours Des projets à venir 82 Des espaces à détourner 4.3. 76 94 UNE VILLE TOURISTIQUE, ACCUEILLANTE ET ACCESSIBLE 98 Des richesses touristiques majeures Un patrimoine à valoriser 100 L’accueil des publics 4.4. 98 114 L’ART DANS L’ESPACE PUBLIC 118 Art, urbanisme et architecture Street Art et art dans la rue 4.5. 118 119 121 Des petits, des gros et des moyens… 121 Bien implantés dans leurs terres 124 En culture, la concurrence n’existe pas 125 En bref, questions durables 7 DES ÉVÉNEMENTS PERENNES ET INNOVANTS 125 sommaire 3.3.
  • 8. 4.6. CONFIANCE EN LA CRÉATION ET L’INNOVATION NAMUROISE 126 Permettre la recherche et le tâtonnement 130 Favoriser la créativité et les nouvelles technologies 130 Légitimer les arts urbains et la culture hip hop 132 133 Faire rayonner 134 Ouvrir les portes 135 Soutenir les créations d’amateurs 135 luent 126 Accompagner et professionnaliser les artistes nam ur conf Faire confiance aux artistes namurois 8 culture LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 4.7. LA FORMATION ARTISTIQUE 137 Du jardin d’enfant à la cour des grands Les écoles artistiques 140 En lien avec les « Citoyens » et la « Cité » 142 Le réseau–thèques (biblio-, bédé-, média-) 4.8. 138 143 CULTURE pour tous ! « Li culture po tortos ! » 146 Diversité 146 Consommation différenciée 147 Promiscuité 148 Tarification à la carte 149 Culture expliquée 151 Espaces publics numériques (EPN) 152 4.9. UNE IDENTITÉ PARTAGÉE EN CHANTIER 152 4.10. MARKETING CULTUREL 153 Une communication positive, cohérente et univoque 154 Élargir les horizons 155 Les supports en ville 156
  • 9. LE CADRE 158 5.1. LES PRIORITÉS 160 5.2. LE FOND ET LA FORME 161 Un travail de fond Une évaluation permanente 5.3. 161 162 QUESTIONS D’ARGENT 164 Les formes du soutien communal 166 Marges budgétaires ordinaires et extraordinaires communales 167 Cofinancements publics et privés 168 Pistes de financements alternatifs 169 6. CONCLUONS 170 7. SOURCES D’INSPIRATION & DE RÉFLEXION 178 Documents officiels et commentaires Études et recherches 180 Ouvrages 181 Vu, lu, entendu dans les médias 182 Sites Internet 9 180 183 sommaire 5.
  • 10. Document amendé par les secteurs artistique et culturel 10
  • 11. 1. AVANTPROPOS 11
  • 12. Document amendé par les secteurs artistique et culturel Chères Namuroises, Chers Namurois, nam ur conf 12 Ce document que vous tenez en main, dans sa version finale, est le fruit d’un processus participatif inédit au sein de notre ville, dont les premiers jalons ont été posés dès mars 2012. Diverses tables rondes furent organisées, avec des panels d’acteurs culturels, en y associant luent déjà la minorité politique, pour esquisser les contours des enjeux et défis majeurs en matière culturelle et artistique pour Namur. S’en est suivi la rédaction, après plusieurs mois de culture rencontres bilatérales aux horizons multiples, de la première mouture de ce Livre blanc « Namur Confluent Culture ». LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 C’est en avril 2013 qu’il fut soumis à la consultation de tout citoyen intéressé, des élus du conseil communal et bien entendu d'un maximum d’associations et de personnalités engagées dans la dynamique culturelle namuroise au sens le plus large. Des centaines de contacts furent établis. Au terme de cette première phase de consultation, durant laquelle chacun eut le loisir de critiquer le document, de le commenter et de proposer des amendements, plus de 470 modifications, d’ampleur et de nature diverses, ont été apportées au texte initial. Pendant plus de huit heures, le 4 mai 2013, au sein d’un auditoire de l’Université de Namur, près de 200 acteurs culturels ont également pu s’exprimer, échanger leurs points de vue et analyses, suggérer des améliorations, débattre avec les responsables communaux sous le regard attentif de deux « tiers-garants » de qualité internationale. Là aussi, il s’agissait d’une première. Désireux de maximaliser la participation de tous et l’appropriation de la démarche par le plus grand nombre, une seconde vague de consultation a également été organisée en août et septembre 2013 sur la seconde mouture du texte, pour aboutir, après une centaine de nouvelles retouches, à la version finale que vous pouvez à présent parcourir.
  • 13. créativité et d’oser investir dans et pour les champs culturel et artistique afin de déployer les ailes de notre ville et de ses habitants. Aujourd’hui, les villes les plus riches ne sont en effet pas celles qui, contrairement aux siècles passés, ont le plus de matières premières à offrir, mais bien celles qui ont le plus d’emplois et de savoirfaire et exhortent des valeurs telles que la connaissance, la créativité, l’innovation et la motivation. Notre intention est donc de considérer l’intensité culturelle comme un réel levier d’attractivité et d’essor de notre territoire, source de développement humain et socio-économique. Il s’agit de se laisser collectivement atteindre par le syndrome de Bilbao : à l’époque, en pleine crise économique (comme nous la connaissons actuellement), faire admettre que la culture était un investissement n’était pas facile. Personne ne voulait du musée Guggenheim à Bilbao. Aujourd’hui, 70 % des visiteurs de la ville viennent pour ce musée et en douze ans d’existence, il a rapporté 27 fois plus que ce qu’il a coûté... Soyons réalistes : pour une success-story comme Bilbao, il y a cent projets avortés. Ce que nous devons faire à Namur, ce n’est pas copier Bilbao. Nous n’en avons ni les moyens ni les prétentions. L’enjeu est surtout un état d’esprit : c’est oser s’appuyer sur nos atouts endogènes, en associant notamment culture et requalification urbaine. Voir la ville comme le lieu d’expression de libertés et de créativités, non comme un ensemble de problèmes ; placer la culture au premier plan des préoccupations communales, aux côtés des difficultés du quotidien des Namurois, n’est dès lors pas indécent, ni irresponsable… Ce n’est pas un pari non plus. C’est un acte de foi sincère. Ce « Livre blanc de la culture » à Namur a été rédigé, en concertation permanente avec le terrain, pour doter cette ville et ses acteurs, dans leur diversité, d’une véritable colonne vertébrale de l’action culturelle à l’horizon 2022, qui transcende la législature et les clivages politiques. 13 1. AVANT-PROPOS Cette démarche est le fruit d’une conviction profonde : celle de l’importance de miser sur la
  • 14. Document amendé par les secteurs artistique et culturel Nous ne pouvons en effet plus nous permettre une gestion « court-termiste » de la culture, répondant aux demandes au seul gré de leur émergence. Encore moins à une époque où nam ur conf 14 d’autres grandes villes, dans notre région, pays ou continent, structurent leurs approches et s’inscrivent dans des mouvements fédérateurs en matière culturelle. Disposer d’une colonne vertébrale, validée par le terrain et portée par les autorités politiques luent locales, si possible dans un élan unanime, qui oriente et articule adéquatement la politique culturelle des dix prochaines années est donc essentiel. Tout ne pourra évidemment pas se culture faire de suite, et c’est pour ça que 2022 est notre horizon d’aboutissement. Quels que soient les partis au pouvoir, l’objectif est de rester cohérent par rapport à la démarche pour en tirer LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 le plus grand bénéfice sur le terrain. Des ruptures de rythme et d’orientation sont en effet sources d’inefficience et autant de freins à une dynamique qui, incontestablement, a besoin de s’inscrire dans la durée pour faire éclore ses fruits. Satisfaire tout le monde ne sera pas possible. D’aucuns trouveront le document trop ambitieux, d’autres pas assez. Mais convaincre le plus grand nombre de l’opportunité et de l’importance de tracer conjointement le chemin de notre ambition culturelle nous est cependant apparu à notre portée. C’est un travail de fond qui vous est livré, un changement des mentalités politiques et namuroises qui est maintenant en route à tous niveaux. Il s’agit aussi de sortir de la logique de compétition ou de méfiance pour entamer un travail de cohésion et de coopération. Chacun doit pouvoir envisager ses atouts en complémentarité avec les autres acteurs du réseau ; chacun nourrit le réseau et s’en nourrit dans des perspectives partagées (développement culturel, économique et territorial de Namur à travers la création et la pratique artistiques).
  • 15. acteurs culturels. Ce Livre blanc « Namur Confluent Culture » veut résolument s’inscrire dans une démarche partenariale et évolutive. C’est pourquoi une évaluation intermédiaire est prévue pour 2016 et fera un premier bilan de la politique culturelle ici initiée. La mise en place d'un comité d'accompagnement externe, des consultations thématiques et un suivi permanent garantiront des avancées régulières et significatives dans le cadre des moyens humains, logistiques et budgétaires disponibles. Gageons que cette dynamique nouvelle, concertée et cohérente, soit source d’enthousiasme et d’engagement pour le plus grand nombre. Merci sincère à toutes ces personnes qui sont intervenues, merci pour leurs critiques, parfois négatives, souvent positives, essentiellement constructives : La Cie des 3 M, Les 400 Coups asbl, A Cœur Joie asbl, l’Académie des Beaux-Arts, Action Ciné Médias Jeunes asbl, Aganippé asbl, Ambiances asbl, Les Amis de l'Hôtel de Groesbeeck-de Croix asbl, L’Association namuroise de Théâtre amateur, Les Apéros Namurois, Archives photographiques namuroises asbl, Article 27 asbl, la Cie Athos, Le Belvédère, la Cie des Bonimenteurs asbl, la Cie Buissonnière, le Centre culturel régional de Namur, le Centre d’Action interculturelle de la Province de Namur asbl, Carrefour des Cultures asbl, le Centre d'Action laïque de la Province de Namur, CAV&MA, le Centre culturel Marcel Hicter - La Marlagne, le Commandement militaire de la Province de Namur, la Section locale cdH de Namur, Clap Asbl, le Collège des Comités de Quartiers namurois, le Comité d'Animation de Flawinne, les Compagnons du Champeau, Confluent, Connaissance et Vie d'Aujourd'hui Namur, Deep Noize, Des Rives asbl, la Section locale Ecolo de Namur, Editions Fidélité, Educ'Action asbl, la Fédération des Associations malonnoises, la Fédération musicale royale de la Province de Namur, la Fédération namuroise wallonne, la Fédération pluraliste des Centres d'Expression et de Créativité, la Fédération royale namuroise de l’Union culturelle wallonne, le Festival de Folklore de Jambes, le FIFF, l’asbl Folknam, Folknam Musique Trad asbl, la 15 1. AVANT-PROPOS La Ville propose une direction, accompagne et soutient, mais sans jamais prendre la place des
  • 16. Document amendé par les secteurs artistique et culturel Galerie Détour, la Galerie Rive Gauche, la Coopérative Le Grognon, le Goût d'autre Chose asbl, la Haute Ecole Albert Jacquard, l’Hôpital Psychiatrique du Beau Vallon Namur asbl, Hypothésarts nam ur conf 16 asbl, l’IMEP, la Cie Kaméléon, l’Isolat asbl, les Jeunesses musicales de Namur, les Jolies Notes asbl, un Kiosque à Namur asbl, Lire le Monde, les Lundis de la Jongle, La Médiathèque-PointCulture, la Maison de la Poésie et de la Langue française, Maison du Conte de Namur asbl, le musée africain de Namur, le musée des Arts décoratifs, le musée du Génie, NamurImage.be, luent Numerical Artefacts Memorial – le musée de l'Informatique Pionnière en Belgique, Panama asbl, Promotion des Arts forains asbl, Propage-S asbl, la Section locale PS de Namur, les Rèlîs culture Namurwès, le Club Richelieu Namur, RKM asbl, la Rock's Cool, l'asbl Saint-Berthuin, le Salon de l'Aquarelle de Belgique, Sax à Fond, la Scole di Walon Lucien Somme, le SIEP, Sinfonietta LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 asbl, SMartbe asbl, la Société archéologique de Namur, le Syndicat d'Initiative de Jambes, la Cie Théâtre Cœur de Terre asbl, le Théâtre des ZYGomars, le Théâtre d'un Jour, le Théâtre Jardin-Passion, la Troupe wallonne de Belgrade, la Cie Victor B, Vigo Universal, XK Theater Group… En espérant n’avoir oublié personne… Merci aussi à l’administration générale de la culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, aux autorités politiques et administratives provinciales, aux membres du Collège et du Conseil communal, au Conseil de l'Action sociale, aux services communaux et provinciaux (et particulièrement ceux de la culture), à l’Université de Namur, ses services et professeurs. Merci enfin et surtout aux nombreux artistes, citoyennes, citoyens qui nous ont généreusement consacré temps et réflexions. Pour le Collège communal de Namur, Maxime Prévot Bourgmestre
  • 17. Tiers-garant Christian VERBERT a débuté sa vie professionnelle comme journaliste à la télévision et à la radio d'Etat au Québec. Au milieu des années 70, dans le cadre du développement de l'Est du Québec, il est chargé de planifier et de gérer différentes activités de relations publiques, d'information, de campagnes publicitaires et de productions audiovisuelles. Il effectue également des interventions sur la place de la culture dans un plan de développement régional. Il rejoint ensuite Télé-Québec où il est nommé Directeur du marketing et des ventes internationales. Pendant dix ans, il organise et dirige différentes missions en Europe, notamment dans les secteurs du cinéma et de la télévision. Fin des années 80, il accède au poste de Directeur marketing de la Société de développement des industries culturelles du Québec (SODEC). Il analyse les dossiers déposés par les entreprises culturelles et gère les aides accordées aux salles de cinéma pour la rénovation. Il est également responsable du programme d'aide à la diffusion du cinéma québécois au Québec et du fonds accordé aux différents festivals de cinéma du Québec. Promu Directeur des relations internationales, son mandat s'étend plus largement aux autres secteurs culturels comme le livre, le disque et les métiers d'art. Le 21e siècle le voit Commissaire européen de la SODEC à Paris. A ce poste, il organise toute une gamme de manifestations sur le territoire européen, accueille des délégations étrangères. Il est aussi appelé à donner régulièrement des ateliers sur les entreprises culturelles et le développement international dans les secteurs du cinéma, du disque, du livre et des métiers d'art. 17 Depuis 2011, Christian VERBERT est Conseiller auprès du président de la SODEC, à titre de consultant. 1. AVANT-PROPOS Christian VERBERT
  • 18. Document amendé par les secteurs artistique et culturel « Je savais, moi qui depuis plus de vingt ans côtoie ce milieu bien étrange de la culture, que le consulter, l'écouter, interpréter ses souhaits, nécessitait une approche constructive et définie. nam ur conf 18 J'ai voulu voir et comprendre cette opération namuroise et surtout écouter les artistes, les représentants de structures, les artisans, en somme la vie culturelle namuroise. J'ai d'abord découvert un document très bien fait : Namur Confluent Culture. La table était mise et bien mise ! Et puis le 4 mai 2013, un beau samedi ensoleillé, un des rares de ce printemps-là, luent presque deux cents personnes sont venues donner leur avis sur ce document. Je me suis dit que le contact avec le milieu existait et que la consultation était réelle. L'enthousiasme des culture participants, les interventions pointues donnent à penser, sans se tromper, que l'exercice est un succès. Trop souvent le milieu culturel, peu importe l'endroit ou le moment, s'est senti LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 floué par des consultations bidons. A lire cette deuxième version de Namur Confluent Culture nous avons la confirmation que le monde culturel namurois y croit et est prêt à épauler cette démarche nécessaire. Certains seront peut être déçus, d'autres trouveront que les choses ne vont pas assez vite. Il faudra sûrement éliminer certaines petites chapelles et travailler plus ensemble, partager, innover, trouver dans ce contexte économique particulier des solutions appropriées. Rien n'est impossible pour les créateurs ! J'ai embarqué dans cette démarche parce que j'ai la conviction qu'elle est intéressante et nécessaire pour le monde culturel namurois... Je dirais presqu'essentielle. »
  • 19. Tiers-garant Conçoit, programme et organise de nombreuses manifestations depuis 1983, notamment autour des univers sonores, aquatiques et patrimoniaux, et a été de multiples aventures : • réation et gestion d’équipements inscrits sur la ville (L’Aéronef, La Gare St Sauveur à Lille, c études pour Bordeaux, Hellemmes, Roncq…) • articipation aux Capitales Européennes de la Culture (Lille 2004 et lille3000, Nitra candip date pour 2013, actuellement Mons 2015) en tant que conseiller artistique, de conception d’événements et de territoires • rogrammation arts vivants, littérature, patrimoine, événements thématiques p • conseil et études autour du paysage, de la communication, des réseaux, des projets européens Intéressé par les questions de territoires, il intervient régulièrement pour des collectivités sur les liens entre la culture et l’urbanisme (à partir de l’histoire et la géographie), et sur l’implication des habitants. Professeur associé de l’Université de Dunkerque, il intervient régulièrement à Villeneuve d’Ascq (Lille 3) et Paris (IESA) sur les enjeux des Grands Evénements, des territoires et de la proximité, et sur la conception de manifestations, notamment participatives et décalées. 19 1. AVANT-PROPOS Emmanuel VINCHON
  • 20. Document amendé par les secteurs artistique et culturel « Invité pour participer à cette consultation du secteur culturel namurois, j'ai pu être agréablement surpris tant par la préparation que le déroulement de la journée du 4 mai. nam ur conf 20 En effet : • a réflexion commune n'a pas été lancée, comme ça, en espérant qu'en retombant, l les quelques idées des participants puissent, par une créativité forcée ou par chance, devenir un ensemble cohérent que Namur se serait approprié ; luent • a base d'une véritable politique culturelle était posée, et pouvait servir d'ossature à l culture • e nombre de participants, tous secteurs confondus, pouvait rassurer quant à la représenl tout un chacun, voire de document-martyr ; tativité d'une ville aussi conséquente que Namur qui possède déjà de nombreux atouts ; LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 • a richesse des échanges, pour les raisons ci-dessus, auguraient bien d'une volonté coml mune, non pas d'être d'accord sur tout, mais de faire passer collectivement Namur à la vitesse supérieure et la doter d'un nouveau projet culturel, et donc d'un projet de ville. Il reste bien entendu à traduire sur le terrain toutes ces envies, toutes ces possibilités, et plus encore avec les partenaires indispensables que sont les artistes et les habitants. Puisque la culture associe la création, le développement personnel et les liens collectifs, le travail à suivre est conséquent : imaginer autant de nouveaux outils que développer ceux qui fonctionnent déjà, concevoir de nouveaux réseaux à Namur, en Belgique (et en Europe pour cette ville touristique), s'inscrire dans un projet sans cesse renouvelé pour ne pas reproduire les schémas usagés d'une culture qui ne satisfait souvent que les mêmes opérateurs et les mêmes publics consommateurs... Bref, comme évoqué ensemble ce 4 mai : inventer un projet où chacun peut se frotter, voire se confronter, avec l'objectif de construire ensemble ; échanger entre acteurs différents (amateurs, professionnels, élus, habitants), voire apprendre les uns des autres ; profiter des autres villes européennes qui ont déjà choisi de faire de la culture un axe fort pour décliner une ambition à la sauce wallonne sans simplement copier ; occuper des friches, voire en créer, pour
  • 21. créer des jachères, le temps de réfléchir, et simultanément accélérer certaines décisions pour les tester ; expérimenter et jouer de l'imaginaire tout autant que de l'histoire de la ville ; valoriser l'existant sans oublier de faire de la place aux autres, notamment aux générations les plus jeunes... Et c'est en ça que ce projet de la Ville de Namur est passionnant : chacun peut participer à la conception d'une stratégie collective à développer, un projet de vie, de ville et de culture. Quelle chance d'avoir l'occasion de se projeter ainsi pour les années qui viennent ! » 21 1. AVANT-PROPOS ne pas se figer dans des réponses toutes faites déjà dépassées avant d'avoir été appliquées ;
  • 22. Document amendé par les secteurs artistique et culturel 22
  • 23. 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE 23
  • 24. Document amendé par les secteurs artistique et culturel Namur doit s’approprier les enjeux posés ci-dessous, d’autant plus lorsqu’ils sont mis en perspective avec la régionalisation, le nouveau Palais de Justice, le CityMall, la nouvelle Gare nam ur conf 24 des Bus et les projets structurants1 qui vont modifier le paysage namurois, renouveler les publics, les visiteurs, les résidents, les emplois… La culture et l'art ont réellement une place à prendre dans toutes ces matières, cette immix- luent tion systématique est en soi un enjeu considérable pour l’avenir de Namur. culture 2.1. Enjeux de politiques culturelles LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 L’UNESCO donne de la politique culturelle la définition suivante : « L’ensemble des usages et de l’action ou absence d’action pratiqués consciemment et délibérément, dans une société, destinés à satisfaire certains besoins culturels par l’utilisation optimale de toutes les ressources matérielles et humaines se trouvant à la disposition de cette société à un moment donné. »2 La Communauté française/Fédération Wallonie-Bruxelles est tiraillée depuis des décennies entre deux concepts de politiques culturelles :3 • a promotion artistique et la démocratisation culturelle qui identifient la culture à l’art l et à la création ; • a démocratie culturelle et la socioculture qui englobent l’art et le patrimoine, mais l aussi l’identité, le lien social, la démocratie, la consommation active… La politique culturelle namuroise s’approprie ces quatre concepts et, en tant qu’autorité locale, prend la responsabilité de les élargir à travers une intégration transversale de la culture dans tous les champs politiques (cohésion sociale, environnement, économie, urbanisme, enseignement, jeunesse, petite-enfance, extrascolaire). Exemple : La politique environnementale
  • 25. Père 5, qui programme des ateliers créatifs, et l’espace Ravik redesign de la Ravik Boutik6, mais aussi dans les campagnes de sensibilisation (visuels, théâtre action, littérature…). Le projet de ville pour Namur à l’horizon 2022 utilise la culture comme levier de développement, mais se met avant tout à son service pour « satisfaire certains besoins culturels par l’utilisation optimale de toutes les ressources matérielles et humaines se trouvant à la disposition de cette société à un moment donné ».4 La Déclaration de politique communale 2012-2018 fait de la culture un enjeu déterminant pour les années à venir, que ce soit au niveau de la création, de la diffusion, de la formation, et de l’accessibilité des publics. La culture est considérée pour elle-même ET par ses impacts sur notre société. Cette conviction, toutes les formations politiques du conseil doivent la partager, au-delà du rôle de chacun et au-delà même de cette législature. La culture peut parfois apparaître réservée aux seuls grands opérateurs reconnus par la Fédération Wallonie Bruxelles qui, par voie décrétale, tend à une plus grande mainmise sur le secteur, en renforçant ce lien qui l’unit aux Centres culturels et en distendant encore davantage celui qui lie les autorités communales, les institutions et les artistes. Ce serait pourtant nier la diversité culturelle, ce serait nier le rôle d’une commune, premier lien public avec le citoyen sur un territoire. Pourquoi les communes investiraient-elles dans un secteur qui pourrait leur être inconnu et dont elles seraient dépossédées ? Namur se lance le défi d’assumer ses responsabilités de soutien à la création et à la diffusion culturelle pour le plus grand nombre de citoyens et d’artistes, connus ou inconnus, reconnus ou refusés, amateurs ou professionnels, isolés ou en réseau…, d’établir un programme culturel namurois et de miser sur des priorités culturelles pour répondre aux enjeux sociétaux.5 L es cinq projets structurants de la Ville de Namur : le retour d’un téléphérique, le développement d’un centre de congrès, l’aménagement du Grognon, la rénovation du Grand Manège, la création d’une salle de concerts et de spectacles. 2 w ww.gestiondesarts.com 3 Y . LECOMTE, Les politiques d’insertion par l’action culturelle en Communauté française, dans Art 23. Culture et émancipation sociale. Actes du colloque du 10 juin 1998 (Centre culturel d’Auderghem), Fondation Roi Baudouin, pp.53-54. 4 www.gestiondesarts.com 5 Voir la méthodologie mise en œuvre pour concrétiser notre politique culturelle (chapitre 3). 1 25 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE communale a déjà bien intégré la valeur ajoutée des arts dans des projets comme le salon RECU-
  • 26. Document amendé par les secteurs artistique et culturel La culture est prise au sérieux comme moteur de vie, de développement économique et d'innovations, de bien-être et de convivialité. La culture, c’est un métier, c’est une multitude nam ur conf 26 de métiers, c’est du travail… Et même en période de crise – surtout ? –, les autorités publiques doivent accorder une place privilégiée à la culture et à la création. Encore faut-il bien connaître et comprendre les matières artistiques. Pour ce faire, nous ne ferons pas l’économie d’une dialectique entre l’individuel, le collectif et le politique. luent Notre vocation n’est pas celle d’un critique d’art, mais celle d’ensemblier, de stimulant, d’énergisant. culture Toutes les cultures et pratiques artistiques seront prises en considération, en ce que leur multiplicité est source de richesse artistique et garantit de concerner le plus grand nombre (cultures LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 classiques, urbaines…). La culture englobe à la fois des pôles d’excellence et de recherche, des projets d’intégration ou de découvertes, des activités de détente, des anciennes et nouvelles disciplines/techniques/pratiques. Namur veillera à travailler avec et pour tous, dans l’optique d’une action durable sur le secteur et sur le dynamisme ambiant. 2.2. Enjeux démocratiques, d’émancipation sociale et thérapeutiques Émancipation et thérapie sociale6 L’Article 23 de la Constitution belge garantit le droit de mener une vie conforme à la dignité humaine et notamment le droit à l’épanouissement culturel et social. Il reconnaît que l’art et la culture jouent un rôle social en ce sens qu’ils contribuent à l’émancipation des personnes par la participation active au processus artistique (de la création à la diffusion), au mélange des publics, à la création de liens sociaux et qu’ils empêchent les plus défavorisés de sombrer dans l’exclusion. Artistes, travailleurs sociaux, animateurs culturels et pouvoirs publics œuvrent sur les terrains pratiques et théoriques pour renforcer les liens entre secteurs culturels et sociaux. Les acteurs de terrain témoignent unanimement du besoin pour les plus démunis de communiquer, aussi, autrement qu’avec des mots, de sortir de l’isolement, de « reprendre » la parole. Ce besoin d’échanges s’exprime également entre professionnels.
  • 27. 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE « Tout le monde peut faire du théâtre, même les acteurs. » Augusto Boal 7 27 6 7 Art 23. Culture et émancipation sociale. Actes du colloque du 10 juin 1998 (Centre culturel d’Auderghem), Fondation Roi Baudouin. Augusto BOAL est une des figures majeures du théâtre brésilien de la seconde moitié du 20e siècle.
  • 28. Document amendé par les secteurs artistique et culturel nam ur conf 28 luent culture LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 « On n’a jamais demandé au tableau de Picasso, Guernica, d’arrêter les guerres. Il nous a cependant permis de désirer la paix, de garder en mémoire l’horreur de la guerre. » Luc Carton 8
  • 29. Aristote, déjà, considérait que la culture était l’apanage des élites intellectuelles. Et si la notion même de démocratie refuse de positionner la culture dans un rapport luxe/privation, la culture reste comprise d’une part comme les attitudes, croyances et valeurs d’un groupe ; d’autre part, comme différentiel au sein du groupe (ceux qui ont et ceux qui n’ont pas de culture, ceux qui ont la bonne et ceux qui ont la mauvaise culture – pensons aux travaux de Pierre Bourdieu par exemple sur l’habitus). La culture est censée unifier et dans le même temps, elle exclut et différencie. COMMENT SURMONTER CES BARRIÈRES ? Les acteurs culturels sont des partenaires de choix en termes de cohésion sociale ; ils s’impliquent volontiers et généreusement dans ces projets, quels que soient les environnements et les catégories d’âge. Ce processus est long pour que les participants deviennent sujets et ne restent pas objets de celui-ci. POURQUOI ? Les résultats de ce travail à la fois culturel et social sont souvent symboliques et métaphoriques. Les pouvoirs et acteurs publics doivent permettre aux travailleurs socioculturels d’inscrire leurs actions a priori symboliques et métaphoriques dans la durée et les articuler avec les politiques sociales, économiques et culturelles globales. Les autorités responsables ne doivent pas attendre des artistes, et de l’art en général, qu’ils enrayent les problèmes sociaux sans renforcer par ailleurs le dispositif économico-social dans les quartiers, en ville, à l’école, à l'hôpital, en prison... Intégrée à ce dispositif, la culture est un formidable outil pour lutter contre l’exclusion, l’isolement et les injustices sociales. 29 8 Homme de gauche et philosophe belge né à Bruxelles en 1954. 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE OR
  • 30. Document amendé par les secteurs artistique et culturel C’est une chose de le prétendre, c’en est une autre de l’évaluer et de le matérialiser. A ce titre, l’agence COMEDIA, groupe de recherche indépendant de Nottingham, a réalisé une étude qui nam ur conf 30 établit rationnellement les effets sociaux des programmes artistiques9. Passons les mesures, la méthode et l’analyse pour nous concentrer sur les effets avérés par cette étude rigoureuse : • développement personnel (confiance en soi et en la société, savoir-faire, amélioration des rapports sociaux, participation à d’autres projets ou formations, meilleure maîtrise de luent son image, développement du langage et de la créativité, mise en valeur professionnelle culture • ohésion sociale (développement de réseaux et de coopérations, compréhension c de l’expérience acquise, essentiellement dans le domaine des nouvelles technologies) ; mutuelle et interculturelle, rapprochements générationnels, sécurité de voisinage, réinsertion LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 sociale) ; • utogestion et autodétermination communautaires (investissement personnel dans a les projets locaux, capacités locales d’organisation et de décision autonome, régénération urbaine, démocratie locale) ; • mage locale et identité (valorisation des traditions, sentiment et fierté d’appartenance, i meilleure image locale, souci de l’environnement et du cadre de vie, envie de se positionner en partenaire des collectivités locales, renouvellement de l’image des villes) ; • magination et vision (développement de la créativité, familiarité avec l’art, libérateur i de pression et d’expression, modification des pratiques des travailleurs sociaux, prise de risques et ambitions, reflet des valeurs) ; • santé et bien-être (mieux-être, éducation à la santé, qualité de vie, plaisir). D’un point de vue purement thérapeutique, avec toutes les réserves d’usage, l’expression artistique libère l’expression de soi. L’art joue à la fois un rôle social (lien avec l’extérieur et les autres) et thérapeutique dans le sens où il contribue à un mieux-être dans nos investissements artistiques et nous apporte plaisir et épanouissement.
  • 31. cet accomplissement de soi, à la réalisation, à la fierté d’apprendre une technique et de la montrer, de se montrer à travers elle. Encore faut-il éviter de tomber dans le travers de la signature sociale des créations et permettre aux artistes en souffrance de ne pas traîner leur biographie sous peine de briser plus profondément ce qui a été érigé par un lent processus. Démocratisation de la culture / Démocratie culturelle Culture pour tous/Culture pour chacun… Démocratisation de la culture/Démocratie culturelle… Ces questions agitent le monde socioculturel depuis plusieurs décennies. Si nous l’évoquons, c’est justement pour signaler notre intérêt à l’égard de ces thématiques, mais aussi pour cadrer notre action qui les englobe. Les temples traditionnels de la culture apparaissent encore trop souvent comme des lieux réservés aux initiés, suscitant l’incompréhension et le désintérêt des autres. Il faut travailler à la diversification des publics dans les salles et donc à la diversification des pratiques artistiques. A titre illustratif, qui n’a jamais été surpris par le regard posé par une frange de notre population sur le Théâtre royal de Namur, ce lieu qui paraît interdit à certains. Ce lieu où l’on organise par exemple la remise des certificats d’études de base de notre enseignement communal à la fois pour montrer aux parents l’importance de l’événement et aussi permettre à une part d’entre eux de franchir les portes d’un lieu qu’ils n’ont pas l’habitude de fréquenter… Les institutions et les politiques culturelles doivent aller chercher le public là où il est, donner accès aux œuvres et à la culture, partager la création artistique, le processus et l’expérience vécue bien plus que la réussite artistique ; c’est AUSSI leur responsabilité ! 31 9 M ATARASSO Fr. (RU), L’impact social de la participation aux activités artistiques, dans Art 23. Culture et émancipation sociale. Actes du colloque du 10 juin 1998 (Centre culturel d’Auderghem), Fondation Roi Baudouin, pp. 25-33. 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE La diffusion du travail artistique - expositions, représentations théâtrales, concerts… - participe à
  • 32. Document amendé par les secteurs artistique et culturel La présence d’artistes, l’accès à la formation et à la création artistique permettent à tous les habitants de s’épanouir et contribuent au bien vivre ensemble. La rencontre avec des artistes, nam ur conf 32 notamment dans un cadre scolaire, ouvre les publics à la pratique et à l’information artistique, éveille leur regard et leur écoute, approfondit leurs connaissances de leur environnement et du monde, améliore leurs capacités d’expression et participe à la construction de leur identité. luent Nous devons garantir la formation artistique pour tous, dès le plus jeune âge, en premier via les écoles et les projets de classe, en associant l’échevinat de l’enseignement et culture le milieu associatif qui œuvre dans le domaine de l'extrascolaire. Dans les dernières années du cursus scolaire, l’accroche doit se préciser, s’accentuer pour garantir la continui- LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 té de ce lien artistique bien au-delà de l’encadrement scolaire et donner envie aux jeunes adultes de poursuivre de façon plus autonome, notamment par une meilleure connaissance des acteurs de formation, mais aussi en favorisant l’accès (financier, mobilité) aux opérateurs culturels et organes de formation. A cet égard, des démarches comme « Article 27 » mais aussi le Pass Culture pour les jeunes Namurois dès 16 ans sont des initiatives à saluer. Plus largement, l’enjeu pour tous les Namurois est, au-delà de l’insertion, l’intégration critique. Travailler quotidiennement à l’accès aux œuvres et aux pratiques artistiques pour tous les publics, c’est contribuer au rejet des ségrégations sociales et spatiales. Les acteurs culturels doivent s'intéresser à TOUS les habitants. Nous ne faisons donc pas de social, mais de l'action culturelle ; et en revanche, celle-ci peut avoir des incidences sociales ou économiques, médiatiques, etc. Le monde culturel a donc tout intérêt à se frotter au monde social, mais sans que les deux univers ne perdent leur identité.
  • 33. L'intégration des personnes étrangères ou d'origine étrangère doit se penser et se réaliser par la culture et toutes les possibilités de partage et d'échange qu'elle permet. L'insertion socioprofessionnelle ou l'apprentissage du français ne suffisent pas à créer une société multiculturelle. L'évolution des flux migratoires et de la mobilité des citoyens intra ou extra européens fera de la Cité de demain, une Cité où se rencontreront, se mélangeront les cultures du monde entier. En 2022, Namur devrait être une ville cosmopolite où interagissent de façon harmonieuse les cultures et les pratiques. A ce titre, la prise en compte de la dimension interculturelle de notre ville, et plus largement de notre société, et la mise en valeur de la diversité culturelle qui y est présente sont autant de chances pour faire de Namur un exemple de liaison entre cohésion sociale et cohésion culturelle. Échantillon namurois significatif, non exhaustif Bain de Langues10 Par le Réseau namurois de Lecture publique, Carrefour des Cultures, l’Université de Namur, le CPAS et le CIEP11. « Ouvert à tous, Bain de langues propose à chacun de venir écouter régulièrement des textes dans une langue différente et de s’imprégner de leur musicalité. Les textes lus ou racontés proviennent du monde entier, mais aussi de nos régions car mieux se connaître permet de s’ouvrir à la différence et à la tolérance. » ADEPPI (Atelier d’éducation pour personnes incarcérées)12 Association bruxelloise créée par des travailleurs actifs dans la lutte contre l’exclusion sociale et qui agit notamment dans la prison de Namur ADEPPI lutte contre l’exclusion sociale au cœur des prisons via la participation active des détenus et les leviers culturel, de la formation et de l’enseignement. Pour pérenniser leurs actions, des relais sont établis avec des intervenants internes et externes aux prisons. 33 www.ville.namur.be/page.asp?id=5035langue=FR www.ciep.be 12 www.adeppi.be 10 11 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE Interculturalité et diversité culturelle
  • 34. Document amendé par les secteurs artistique et culturel Les Jeunesses musicales de Namur13 De nombreux projets embarquent la culture et les pratiques culturelles dans les écoles. Parmi nam ur conf 34 ceux-ci, les JM de Namur sont un partenaire privilégié en matière d’éveil musical des petits et tout-petits. Ils sont présents dans les crèches et dans les écoles, « pour sensibiliser les enfants au monde musical par le biais d’ateliers ludiques laissant une place de choix à l’expression, l’imagination et la créativité ». luent LES CLASSES DE PATRIMOINE14 culture Proposant une pédagogie participative, cette cellule provinciale d’animateurs existe depuis 1992. Les actions éducatives sont développées avec cet objectif permanent de se situer en LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 prise directe avec les besoins et la réalité du terrain, avec notre société contemporaine et son évolution. C’est à travers des thématiques culturelles très variées que se modèle cette dynamique. Les animations et projets sont à destination d’un large public : enseignements primaire et secondaire, utilisateurs Article 27 et autres groupes organisés. Des projets thérapeutiques créés ou diffusés à Namur • ôpital psychiatrique du Beau Vallon15 H Nombreux ateliers d’expressions artistiques, formations du personnel par des artistes et champ de questionnement relevant « d’un métissage d’art et de soins qui mobilise une capacité humaine et complexe que l’on pourrait nommer expression créatrice ». Ces ateliers (touchant aussi bien les arts graphiques que les arts de la scène) ont pour objet le plaisir de créer, la connaissance de soi et celle de l’autre. Ils sont vecteurs de communication, peuvent être des leviers thérapeutiques et font partie des projets de vie des patients.
  • 35. Exposition et vente annuelle d’œuvres et de travaux artistiques réalisés par des personnes fragilisées et/ou handicapées, mais pas que… Ce sont avant tout des sujets créant inscrits dans des processus d’expressions créatrices, travaillant en institution ou dans leur atelier. « Renc’Art témoigne de ce long cheminement parfois labyrinthique que parcourent les créateurs et leurs accompagnateurs (animateurs créateurs, thérapeutes, parents et amis). De la conception, de l’émergence de l’idée première à l’aboutissement (l’exposition), ils sont présents jour après jour, dans « la surprise de l’oser lâcher prise », dans le bonheur et la découverte » • e Centre d'Arts Différencié Namurois (CADN)17 L Le CADN a pour objet de valoriser toute expression artistique de personnes souffrant de handicaps mentaux, organise des ateliers de peinture, théâtre, danse, musique, deux fois par mois, tout au long de l'année, dans le centre de Namur. Le CADN participe, entre autres, à Namur en mai et au festival Renc'Art. • omplicités (par le CREAHM18 et l'Espace Catastrophe19) C Spectacle présenté au Théâtre de Namur par Namur en Mai. Le CREAHM est une association née à Liège en 1978 qui travaille au « développement des talents artistiques des personnes handicapées mentales en arts plastiques et en arts de la scène et à les promouvoir par des expositions, des spectacles et des concerts. » • Surprise et Silence asbl propose des ateliers d’expression théâtrale aux personnes déficientes mentales et un théâtre d’émotion gestuelle. www.jeunessesmusicales.be/Namur www.province.namur.be/Internet/sections/culture/culture/classes_de_patrimoin/ www.beauvallon.be/index.php?option=com_contentview=articleid=79Itemid=165 16 www.renc-art.be 17 www.cadn.be 18 www.creahm.be Centre international de recherche et de création cirque/rue/clown (www.catastrophe.be). 19 Centre international de recherche et de création cirque/rue/clown (www.catastrophe.be). 13 14 15 35 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE • enc’Art (Rencontre et Arts différenciés asbl)16 R
  • 36. Document amendé par les secteurs artistique et culturel La compagnie Hypothésarts20 « A dater de 2009, chaque avant-première d’une création artistique de la compagnie est nam ur conf 36 offerte au public démuni de l’arrondissement de Namur, mais également à toute personne en situation sociale ou économique qui ne lui permet plus le luxe des dépenses culturelles. » Etc. luent Mais aussi la compagnie Théâtre Cœur de Terre, CIEP-Alpha, le Collectif Grains de sel, le SIS du CPAS de Namur... et toutes les autres structures qui permettent aux citoyens d'être acteurs culture d'une pratique à travers une parole singulière, en-dehors du circuit culturel habituel. LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 Lorsque l’on prend conscience des nombreux apports offerts par les pratiques artistiques, on ne peut que penser aux bénéfices nets en termes de formation et d’éducation, mais aussi dans des domaines aussi divers que l’enfance, la cohésion sociale, la promotion de la santé, la prévention de la délinquance… Ce qui nous amène tout naturellement au point suivant. 2.3. Enjeux économiques La culture est l’un des moyens d’exprimer un projet de ville, une dynamique collective, une cohérence, un potentiel créatif, une perspective, et d’augmenter sa zone d’influence vers de nouveaux territoires et publics. La culture est donc bien un incitant économique. Il ne faut pas se mentir ou sombrer dans un discours démagogue, la culture en tant que telle est majoritairement non rentable sur le plan purement financier. Et ce n’est pas problématique en soi !
  • 37. de la fatalité des coûts qui démontre que le secteur culturel, structurellement déficitaire – les recettes et les prix ne suivent pas la croissance des coûts –, est dépendant des subventions publiques et privées. Les coûts des activités culturelles augmentent sans cesse sans que d’autres moyens de production ne soient en mesure de remplacer l’acte artistique. Le travail est ici une fin en soi. Et les deux économistes de comparer une usine de montage avec un trio de Haydn dont on ne peut réduire le nombre de musiciens, ni la durée de prestation… Cette vision des années’ 60 est caricaturale en ce qu’elle ne tient pas compte des équipements et techniques modernes qui permettent de gagner en productivité (création et diffusion). Elle démontre l’indispensable recours aux subventions publiques, mais nie les projets autofinancés et de coopérative comme celui des Monthy Python et les impacts économiques directs et indirects de la culture et de la créativité.22 Mesurer les impacts Trop longtemps, la culture est restée cantonnée dans un rôle de divertissement ou d’épanouissement intellectuel, sans considération de ses impacts économiques en-dehors des deniers publics. Or, des études récentes démontrent ses impacts directs et indirects sur la croissance (plus rapide que dans les autres domaines), la compétitivité, les emplois durables et l’innovation. Sans compter que la culture booste d’autres secteurs comme les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Les performances socio-économiques des secteurs culturel et créatif sont encore trop peu étudiées en Belgique, par manque de données statistiques et de méthodologie, contrairement aux autres secteurs économiques. Ce type de recherche pour le terrain namurois devrait être réalisé en collaboration avec l’Université de Namur et avec des acteurs économiques comme le Bureau économique de la Province (BEP) et le soutien de l’Union européenne qui place la culture et la création (nouvelles technologies principalement) comme leviers essentiels de développement économique dans nos sociétés actuelles. www.hypothesarts.be William BAUMOL et William BOWEN sont deux économistes et chercheurs, l’un Anglais et né en 1922, l’autre Américain et né en 1933. Ils ont notamment travaillé ensemble sur les questions liées à l’économie culturelle. 22 BENHAMOU Fr., L’économie de la culture, éd. La Découverte, 2004. 20 37 21 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE La « Loi de BAUMOL et BOWEN »21 ou « maladie des coûts » est une approche macroéconomique
  • 38. Document amendé par les secteurs artistique et culturel Dans l’immédiat, c’est donc ailleurs que nous avons trouvé des études approfondies et chiffrées, réalisées à l’échelle de l’Europe, en France et au Royaume-Uni. Passons directement aux nam ur conf 38 conclusions.23 Impacts socio-économiques quantifiables à l’échelle UE-3024 Chiffre d’affaire du secteur culturel : plus de 654 milliards d’euros en 2003 (271 milliards d’euros luent en 2001 pour les fabricants de voiture ; 541 milliards d’euros en 2003 pour les fabricants NTIC) culture Valeur ajoutée de la culture au PNB communautaire : 2,6 % en 2003 (2,1 % pour les activités immobilières ; 0,5 % pour l’industrie textile ; 2,3 % pour l’industrie chimique, du caoutchouc et du plastique) LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 Contribution du secteur culturel à la croissance : 12,3 % plus élevée que la croissance du reste de l’économie en 1999-2003 Emplois du secteur culturel : 5,4 millions d’emplois en 2004, soit 3,1 % des emplois totaux (UE25) • ’emploi total a chuté en 2002-2004 ; il augmente de 1,85 % dans ce secteur pour la L même période. • 6,8 % des travailleurs de la culture ont au moins un diplôme universitaire (25,7 % dans 4 l’emploi total). • 8,8 % de travailleurs indépendants contre 14,1 % dans l’emploi total 2 • 7 % de travailleurs temporaires contre 13,3 % 1 • travailleur partiel sur 4 contre 17,6 % 1
  • 39. • es secteurs culturel et créatif génèrent des performances et des opportunités pour d’autres L secteurs, particulièrement les NTIC. • es secteurs sont davantage ancrés dans un territoire, dans une culture et souffrent moins de C la délocalisation de l’emploi, y compris au niveau manufacturier. Investir dans ces secteurs, c’est créer des emplois durables et locaux. Nuance : dans certains domaines, comme les jeux vidéo et le cinéma, les créateurs sont souvent tentés de s’exiler vers l’étranger à la recherche de meilleures conditions financières. C’est un aspect des choses auquel nous devrons être attentifs à Namur ! • Une offre culturelle diversifiée, un cadre et une qualité attractifs pour les investissements, les talents et le tourisme culturel. • oteur de développement touristique (5,5 % du PNB de l’UE, soit 55 % de parts de marché au niveau M mondial !) Ce ne sont que des chiffres et ils datent d’avant la crise, donc il conviendrait de les mettre en perspective avec le comportement de ces secteurs en temps de crise. Quoi qu’il en soit, ils sont suffisamment univoques quant à leurs performances dans l’activité économique globale que pour bénéficier de notre crédit et caler notre politique économique dans leur sillage pour : • attirer des investisseurs, des nouveaux résidents, des industries créatives et culturelles, des artistes, des TPE26 et des PME liées au secteur culturel ; • ncourager la consommation culturelle ; e • réer de la richesse27. c En outre, tout comme Lille, Namur est propice au développement d’activités tertiaires qui prédominent déjà sur le territoire avec une forte présence de fonctionnaires (écoles, institutions locales, communales, provinciales, régionales, communautaires, hôpitaux…). Mise en garde : Toute personne souffrant du syndrome dit « Calculons » est invitée à passer à la page suivante. K EA European Affairs pour la Commission européenne, L’économie de la culture en Europe. Étude sur l’économie de la Culture en Europe, 2006, pp.5-6. 25 Ibidem, pp.7-8. 26 Très petites entreprises. 27 L'édition 2012 du FIFF a enregistré 1.045 nuitées d'hôtels et 1.250 repas dans les restaurants partenaires, pris uniquement par les invités du Festival (non compris les frais traiteur pour les partenaires de sponsoring et les recettes engendrées par le public du Festival). 23 24 39 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE Impacts socio-économiques indirects non quantifiables25
  • 40. Document amendé par les secteurs artistique et culturel Enfin, Namur regorge de trésors patrimoniaux historiques et folkloriques qui représentent un haut potentiel pour le développement économique. Nous reviendrons sur les enjeux touristiques nam ur conf 40 plus en avant. L’économie du travail des artistes28 luent Pour appréhender toute la complexité de la question économique de la culture et comprendre les artistes et leur condition, il nous reste encore à cerner les caractéristiques économiques du travail artistique. Le constat est tout de suite moins réjouissant : culture • épartition inégale des gains où une très petite minorité mange l’essentiel du gâteau ; r LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 • offre systématiquement supérieure à la demande porteuse de rémunération ; • émunérations systématiquement inférieures au niveau de qualification et au travail r fourni ; • aucune séparation entre l’artiste et son œuvre qui véhicule son image. Les artistes sont aux antipodes des réalités des autres secteurs de production… La grande majorité vit de revenus alternatifs au secteur culturel. Rien d’étonnant quand on sait que le salaire artistique est amputé de 6 % au moins par rapport à une autre activité, à qualification égale. Or, contrairement à d’autres secteurs, la plupart des artistes envisage leur œuvre – leur travail – comme une part d’eux-mêmes, ce qui leur confère un droit/devoir de regard sur son exploitation qui est, dans l’absolu, leur revenu futur. L’artiste est dans un état de production complètement différent des autres travailleurs, ce qui implique une organisation différente du travail et de sa valorisation, dans tous les sens du terme.
  • 41. Un petit bout d’histoire… Liège et Namur se sont longtemps disputé le titre de Capitale régionale. Dans les années 70, Namur s’impose de façon très pragmatique en accueillant d’abord les réunions, ensuite les institutions wallonnes. En 1978, les compétences régionales sont géographiquement dispersées : • Namur – fonction politique ; • Liège – fonction économique ; • Mons – fonction culturelle ; • Charleroi – fonction sociale. En 1985, les premiers agents du Ministère de la Région wallonne transhument de Bruxelles à Namur. Le décret du 11 décembre 1986 proclame : « Namur, Capitale29 de la Région wallonne, est le siège du Conseil Régional Wallon ». L’implication politique namuroise et la position géographique centrale de la ville ont orienté ce choix. 2010 voit la ville de Namur confortée comme siège du Parlement wallon mais aussi, fait nouveau, reconnue comme siège du Gouvernement wallon. Namur est Capitale régionale… Et on perçoit bien les enjeux qui se jouent aujourd’hui avec le basculement à venir de nombreuses compétences aux entités fédérées : accroissement des leviers de décision, rapatriement de services et de personnels avec leurs besoins en termes de mobilité, d’habitat, de qualité de vie, de dynamisme, d’offre culturelle et de loisir, de lieux de travail, d’écoles, de crèches… D’où l’importance de sortir des limites de Namur-Ville pour pouvoir répondre aux nouveaux besoins et enjeux de Namur-Capitale. 41 28 29 E conomie de la culture, un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre (librement adaptée à la sauce namuroise). P olitique et administrative. 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE 2.4. Enjeux pour la Capitale de la Wallonie
  • 42. Document amendé par les secteurs artistique et culturel Namur en réseau nam ur conf 42 D’un point de vue géographique, Namur occupe une position stratégique, au cœur de la Wallonie et au croisement de deux euro-corridors (Bruxelles-Luxembourg / Lille-Maastricht). La ville est desservie par de grands axes autoroutiers, ferroviaires et fluviaux et proche de trois aéroports internationaux. luent Namur est le siège de plusieurs groupes de presse et d’entités médiatiques plus intimes : RTBF, Sud Presse, Les Éditions de l’Avenir, Confluent, Must FM, Nostalgie, RUN, Équinoxe. Cette culture relation géographique ouvre immanquablement des portes de visibilité sur l’actualité namuroise. LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 Mais pour assumer réellement le statut de Ville-Capitale et rompre avec la logique d’enfermement, Namur doit s’aventurer au-delà du strict territoire de l’entité. Une Ville-Capitale doit être en relation avec son hinterland, non seulement pour son rayonnement, mais aussi pour la rentabilité de ses infrastructures et de celles de sa périphérie. Plus largement, Namur s’intègrerait naturellement dans un réseau qui irait de Lille à Charleville-Mézières ; un réseau qu’elle devra susciter et nourrir, mais qui ne l’étouffera pas et ne l’éloignera pas des préoccupations de proximité. Namur devrait prendre l’initiative de créer, avec ces villes, dans une dynamique similaire à celle de l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai, une sorte de toile culturelle européenne. Si Namur n’a pas toujours – à tort – marqué un intérêt poussé pour ses relations internationales, nos artistes et nos talents circulent bel et bien dans des réseaux transnationaux : la Maison de la Poésie et de la Langue française30, le CAVMA31, la Fédération de Chant choral, Promotion des Arts forains asbl32, le FIFF33, le Théâtre de Namur, l’IMEP34, le musée Félicien Rops… Ces institutions exportent loin hors de nos frontières nos talents et/ou une image namuroise d’excellence, qu’il s’agisse de création ou de diffusion artistique. Namur jouit de nombreux titres qui en témoignent : Capitale européenne de l’Aquarelle, grâce à la renommée de la Biennale internationale de l’Aquarelle35, « Ville en Poésie », grâce aux efforts de la Maison de la Poésie, Capitale européenne du chant choral, grâce à la dynamique du CAVMA et de A Cœur joie (titre à relancer), officiellement qualifiée de Capitale des Arts forains par le Ministre Charles
  • 43. et artistes locaux se produisent également à l'étranger comme les tournées internationales des d'Aeroplane36 et la sélection de l'ensemble Sax-à-Fond37 pour représenter la Belgique à l'Exposition universelle de Shangai (Chine, 2010). Une image à construire Tout proche de nous, lille2004 est un exemple de réussite en la matière. En optimalisant les opportunités offertes par le label de Capitale culturelle européenne, les maîtres d’œuvres de ce projet sont parvenus à changer, radicalement et en peu de temps, son image sombre et mélancolique. Les investissements consentis ont permis d’attirer une masse considérable de visiteurs en 2004 et n’en finissent pas de générer des retombées positives pour toute la région, dix ans après. Namur-ville, du fait de son statut de Capitale régionale, mais aussi de sa forte densité de population, doit être un pôle culturel attractif pour les habitants de l’entité et bien au-delà. Le marketing urbain (ou territorial ou City branding ou Region branding) utilise le secteur culturel pour servir son rayonnement ; le marketing culturel-urbain met la culture au service du marketing qui est lui-même au service de la ville. La culture est aussi un outil de promotion d’une ville, d’un esprit, d’une ambition.38 Les événements et projets culturels d’envergure, qualitatifs et originaux promeuvent également la ville qui les porte. L’artiste est une valeur de ce territoire, il doit prendre une place dans ces grands événements. Les villes sont de plus en plus en concurrence et la vigueur culturelle peut faire la différence. www.maisondelapoesie.be L e Centre d’Art Vocal de Musique Ancienne (le Chœur de Chambre de Namur, l’orchestre baroque Les Agrémens, le Chœur Symphonique de Namur et, plus récemment, le Chœur d’opéra de Namur) – www.cavema.be 32 www.namurenmai.be 33 Festival international du Film francophone de Namur (www.fiff.be). 34 Institut supérieur de Musique et de Pédagogie (www.imep.be). 35 www.salon-aquarelle.be 36 www.aeroplanemusic.be 37 www.saxafond.eu 38 Les effets pervers et mise en garde à l’égard d’une instrumentalisation de la culture sont développés en fin de chapitre. 30 31 43 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE Picqué en 1999, grâce à l'impulsion de l'asbl Promotion des Arts forains. De nombreux groupes
  • 44. Document amendé par les secteurs artistique et culturel 2.5. Enjeux touristiques39 nam ur conf 44 Le tourisme en Europe représente 5,5 % du PNB de l’UE, soit 55 % de parts de marché au niveau mondial. L’United Nations World Tourism Organization (UNWTO) a identifié en 2005 que les 443,9 millions d’entrées internationales en Europe en faisaient la première destination au monde. En Europe, le tourisme est sans conteste un des secteurs économiques les plus performants.40 luent Namur doit miser sur son tourisme pour rayonner et contribuer à son développement économique. culture Pour ce faire, elle doit maximiser ses campagnes de communication pour se vendre partout en Belgique et à l’étranger. En termes d’image et de rayonnement, la culture et le tourisme se LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 nourrissent mutuellement. Les conclusions de l’étude réalisée par ODIT France en 2006 orientent l’offre et la communication en matière touristique41 : • a ville est un espace ouvert, patrimonial, culturel, humain et intégré à un territoire plus L large (50 kilomètres autour de la ville-centre).42 • a ville reste un espace du quotidien et de l’exceptionnel (émotions, plaisir, mais aussi L fonctions pratiques comme les achats). • a ville est un espace diversifié où tout semble possible à tout moment (activités, L découvertes, offre d’hébergement). • a ville est un espace ouvert et facile d’accès, sans nécessairement recourir à des L professionnels du tourisme. Namur doit devenir une destination touristique et culturelle pour les publics namurois, wallons, flamands, frontaliers, étrangers. Cette exigence est réaliste et tient compte des nouvelles habitudes de tourisme en ville qui s’amplifient en Europe (City Trips, visites à la journée en ville, visites d’étape, loisirs de proximité, classes de ville, tourisme d’affaire…).
  • 45. nement, en ce compris la gastronomie et le folklore en tant que patrimoine immatériel. La sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine, l’originalité des musées, les efforts urbanistiques, la croissance des bons loisirs et de l’offre en produits forfaitisés, vendus en ligne… favorisent l’attractivité et valorisent l’image d’une ville. Le tourisme culturel complète l’offre en intégrant des programmations et des lieux dans des parcours touristiques traditionnels ou spécifiques, avec des atouts supplémentaires, mais aussi la valorisation des atouts actuels.43 Olivier Strebelle44 confessait récemment que la Citadelle et son surplomb sur le confluent étaient le plus bel écrin pour ses œuvres. Nous devons mettre en valeur et exploiter ces ressources majeures et uniques de notre ville : l’eau, la Citadelle et leur proximité immédiate avec le centre urbain et historique. L’art, la créativité, la culture seront le liant de ces richesses patrimoniales. L'ambition touristique namuroise fera l'objet d'une stratégie spécifique par ailleurs. 2.6. Enjeux urbanistiques et aménagement du territoire L’aménagement global et durable de l’espace urbain doit prendre en compte et intégrer les critères démographiques, environnementaux, économiques, sociaux, mais aussi esthétiques et culturels. La politique culturelle s’invite dans les stratégies urbaines en devenant un outil de valorisation de O DIT France, Tourisme en ville. Pratiques et attentes des visiteurs européens dans les villes françaises. Étude quantitative en ligne auprès des visiteurs allemands, anglais, belges, espagnols, français, italiens, 2006, pp.2-6. 40 K EA European Affairs pour la Commission européenne, L’économie de la culture en Europe. Étude sur l’économie de la Culture en Europe, 2006, pp.7-8. 41 O DIT France, Tourisme en ville. Pratiques et attentes des visiteurs européens dans les villes françaises. Étude quantitative en ligne auprès des visiteurs allemands, anglais, belges, espagnols, français, italiens, 2006, p.171. 42 Il s’agit bien d’une étude française à mettre en perspective avec les réalités territoriales belges, à savoir une ville tous les 30 kilomètres. 43 Voir exemples en point 4.3. 44 P lasticien belge contemporain qui s’expose partout dans le monde et a, entre autres œuvres, réalisé la sculpture dite Cheval Bayard, intitulée Les Quatre Fils Aymon, bronze incrusté de céramiques, qui a participé à l’expo’58 à Bruxelles avant de trouver asile à Namur, en contre-bas du Pont des Ardennes. 39 45 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE Le développement namurois passera aussi par une gestion du patrimoine intelligente et pleine de discer-
  • 46. Document amendé par les secteurs artistique et culturel l’espace. Dans cette optique, la culture a des conséquences sur les politiques urbaines. Elle participe au développement territorial et économique harmonieux et positif, dans ce sens nam ur conf 46 qu’un geste urbanistique fort et audacieux détient un double pouvoir : • un pouvoir attractif et symbolique représentatif (tourisme) ; • un pouvoir fédérateur et identitaire (qualité de vie). luent C’est la qualité de vie qui rend les villes attractives et non l’inverse. L’art et la culture sont des facteurs essentiels pour notre qualité de vie. Nous les intègrerons plus systématiquement culture dans l’environnement par des aménagements permanents, ouverts sur le monde, accessibles, attractifs, mis en valeur et en lumière en usant de la technologie moderne. LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 Or, la hausse des coûts énergétiques, cumulée à des services moins développés en zones périphériques (transports publics, culture…), exclut et isole encore davantage les plus démunis. Des enjeux urbains rejoignent les enjeux d’émancipation sociale. Pour y répondre, soit on délocalise la culture par des infrastructures, aménagements, événements « décentrés » ; soit on leur permet d’accéder aux infrastructures, aménagements, événements urbains… On ne peut dissocier ces deux tentatives de réponses sans générer une culture à deux vitesses. Nous devrons faciliter l’accès au centre-ville, aux infrastructures et parcours culturels. Au vu et à la portée de tous, notre ambition est que Namur subisse des métamorphoses urbaines grâce à l’art et à la culture. L’architecture, les arts plastiques et les arts urbains seront fortement mis à contribution pour agir sur le domaine public. Dans un même temps, nous devons continuer à assurer ou à soutenir une présence culturelle physique et dynamique dans les quartiers et villages de l’entité (salles communales ou d’écoles et espaces partagés par les artistes, organisateurs, bénévoles d’une zone plus restreinte), pour diversifier l’offre culturelle tout en re-créant du lien et une forme douce de contrôle social.
  • 47. Oui Etre créatif ou décliner, telle semble être désormais la seule alternative en termes de développement urbain.45 mais… • ne politique influencée par le concept de ville créative doit, pour pérenniser son action dans le U temps et pour éviter les effets pervers de ce système économique, tenir compte de la diversité culturelle de sa zone d’action (inclusion, intégration, participation) pour résister à l’homogénéisation de la création qui découlerait de l’adoubement d’une culture officielle. • a culture ne doit, en aucun cas, se cantonner dans un rôle économique. Elle doit rester fidèle à ses L missions et n’a pas à se préoccuper de fins matérielles de production de richesses. • a culture devient un outil au service du plan marketing des villes. C’est-à-dire que la ville met L ses attributs culturels et artistiques en avant pour rayonner et attirer ; ce qui ne signifie pas pour autant que l’art est conçu et créé pour servir ces fins. Nous avons pleinement conscience qu’une démarche mercantile qui placerait la culture uniquement au service de la notoriété mettrait en danger les aspects qualitatifs de l’offre culturelle. • ntrés dans une logique de marque, les plus grands musées du monde vendent leur nom et E rentabilisent leur image : « Centre Pompidou de Metz », « Louvres-Lens »46, « Louvre des Sables » à Abou Dhabi, « Guggenheim » à New-York, Bilbao, Las Vegas, Venise, Vilnius, Bucarest et Abou Dhabi… Ces accords d’exploitation qui représentent des sommes vertigineuses garantissent un profit maximum aux exploitants et un beau potentiel de rentabilité pour des musées devenus 47 45 46 Donnons du sens à la ville, dans Divercity, #2, avril 2011, p.6. 500.000 visiteurs attendus par an. 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE 2.7. Une ville créative et innovante
  • 48. Document amendé par les secteurs artistique et culturel institutions et marques commerciales. Ces stratégies commerciales renforcent la crainte d’un délaissement du contenu pour le contenant, la recherche de l’esthétique, du geste nam ur conf 48 architectural fort. Si l’enveloppe doit « avoir de la gueule », le contenu doit être loquace et pertinent… • ne ville croît d’autant plus qu’elle parvient à attirer des « créatifs » qui susciteront des émuU luent lations créatives, moteur de croissance. La gentrification47 modifie le profil socio-économique des habitants d’un quartier en attirant des publics sensibles à l’accessibilité et à la renommée culture de l’offre et des services culturels. Elle modifie également l’offre commerciale de proximité et redynamise les marchés traditionnels. LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 Sur le plan social, la gentrification des quartiers, sans nier qu’elle permet de relancer et d’embellir des zones en déclin, entraîne avec elle l’envolée des loyers et des biens immobiliers ; elle creuse encore davantage les inégalités sociales. Si elle est favorable aux classes supérieures, elle exclut les plus pauvres, en ce compris les artistes… Un cercle vicieux s’installe ! En outre, le rapatriement de compétences fédérales aux entités fédérées va drainer son flot de nouveaux travailleurs et de nouveaux résidents au profil relativement homogène. L’enjeu sera d’attirer des créateurs et de défendre la diversité au sein de la population sous peine d’homogénéiser la demande et, en conséquence, l’offre. Cette diversité est une aubaine, il revient aux autorités locales et provinciales de mettre en place les dispositifs permettant à tous de cohabiter et de bénéficier de l’offre culturelle. Les nouvelles populations sont également à considérer comme potentiellement contributives au développement économique local. Il faut les intégrer et pas les rejeter.
  • 49. 2. PROJET DE VIE, PROJET DE VILLE 49 47 L a « gentrification » est un phénomène urbain d’embourgeoisement d’un quartier. Ce néologisme a été utilisé pour la première fois en 1960 par la sociologue Ruth Glass, dans son étude sur Londres.
  • 50. Document amendé par les secteurs artistique et culturel 50
  • 51. 3.MÉTHODOLOGIE 51
  • 52. Document amendé par les secteurs artistique et culturel nam ur conf 52 luent culture LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 « On ne changera rien par le rapport de force brutal. » Keny Arkana 48
  • 53. stratégie transparente, partagée et durable pour libérer ces potentialités, pour qu’elles passent du rêve à la réalité de terrain. La transparence, la rencontre, la consultation et la connaissance du terrain doivent être les guides permanents de nos actions. 3.1. Décloisonner la culture Les artistes ne se retrouvent pas dans les nomenclatures institutionnelles qui rangent, classent, trient, sectorisent les arts par disciplines. Par ailleurs, il est très difficile de lister les pratiques culturelles car elles sont en constante évolution ; une nomenclature des matières artistiques ne peut être exhaustive.49 Où classer un spectacle de rue ? Dans la catégorie Théâtre ? En Arts de la rue ? Le Cirque de Bouglione et les Baladins du Miroir font-ils le même cirque ? Le design, est-il plus proche des Arts plastiques ou de l’Artisanat de création ? Et que faire des « Projets multidisciplinaires » ? Ils le sont tous de plus en plus, et c’est heureux… Nous avons aussi tenté d’établir une liste des disciplines artistiques pour les ranger dans des catégories. Aucune classification n’a été en mesure de refléter la complexité des multiples formes d’expression artistique. Et l’entrée de Pac-Man, Tétris, Myst, SimCity 2000, The Sims et 9 autres jeux vidéo au musée d’art moderne de New York (MoMa) ou l’exposition Game Over, présentée en mars 2013 à Louvain-la-Neuve et qui démontre leur dimension artistique, ont achevé de nous convaincre que cet exercice serait toujours réducteur. 53 48 La Culture peut-elle sauver Marseille ? Capitale européenne de la culture, dans Les inRocKuptibles, n°893, du 9 au 15 janv. 2013, p.42. Observatoire des Politiques culturelles (OPC), Matières Politiques culturelles (1965-1971), dans Repères : Histoire des Politiques culturelles, n°2, nov. 2012, p.8-9. 49 3. MÉTHODOLOGIE Au vu des enjeux que représente une politique culturelle réussie, Namur doit mettre en place une
  • 54. Document amendé par les secteurs artistique et culturel Trois approches : • laborer une nomenclature détaillée des matières visées (ce qui fige la création et entrave É nam ur conf 54 les nouvelles formes d’expression culturelle et les projets hybrides) ; • éterminer des catégories générales plutôt que des pratiques précises (option prise par d le législateur communautaire qui, selon nous, reste contraignante50) ; • e pas cibler les disciplines, mais considérer la culture comme un tout représentatif de n luent la diversité culturelle et la créativité (option prise par les autorités namuroises). culture Namur ne se positionne pas en opposition avec la Fédération Wallonie-Bruxelles tributaire de son histoire institutionnelle ; nous travaillons simplement en complémentarité et selon LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 d’autres lignes de force stratégiques, guidées par un historique institutionnel tout différent et surtout un niveau d’action différent (le local pour ce qui nous concerne). Il est indiqué de ne pas sectoriser le budget à parts égales entre chaque discipline, notamment pour ne pas avoir à s’arracher les cheveux avec les projets pluri/inter/trans-disciplinaires. La répartition des moyens disponibles tentera de répondre rationnellement aux besoins de tous, et si possible de chacun, selon les pistes d’actions évoquées au chapitre 4. La valorisation, la diffusion et la multiplication des expressions culturelles namuroises passera par un décloisonnement des disciplines pour laisser éclater toute créativité, quel que soit son mode d’expression. Le succès de l’institutionnel peut venir de ce qui ne l’est pas. Namur décide résolument de faire confiance aux intervenants culturels, artistes en premiers, confiance en leurs expériences individuelles ou collectives, vécues ou simplement rencontrées. En contournant le problème de la nomenclature, nous contournons également les écueils de la verticalité par une approche basée sur les motivations intrinsèques des intervenants (la personne) et/ou des interventions (l’action) et des dialogues entre eux.
  • 55. • a création / le créateur ; l • a diffusion / le diffuseur51 ; l • a consommation (active ou passive) / le spectateur. l À savoir trois pivots qui entretiennent des relations très étroites et interagissent constamment l’un sur/avec l’autre. Chacun a ses spécificités, ses besoins, ses forces et contribue au développement des autres. Il arrive que l’un et l’autre ne fassent qu’un, mais à des moments, des lieux ou dans des actes différents. Pour mettre en œuvre ses projets, l’autorité publique locale travaillera en étroite collaboration avec tous les acteurs culturels namurois, qu’ils soient : • es particuliers, des collectivités, des associations, des institutions ; d • es entreprises publiques ou privées ; d • es personnes ou des structures qui consacrent tout ou partie de leurs co-activités, professiond nelles ou non, à des projets culturels. 3.2. Trois pivots La création / Le créateur Qu’elles s’appellent mise en scène, comédie, art plastique, chant, danse, design, costume…, les multiples facettes de la création artistique namuroise doivent se révéler. Nul besoin de créer et de formaliser un xe label, mais plutôt de reconnaître et faire connaître la création namuroise, de lui permettre de s’exprimer au grand public, intra et extra muros. Elle doit être reconnue pour elle-même et par elle-même. La reconnaissance de ses valeurs intrinsèques est bien plus convaincante et durable qu’un label autour duquel la communication perd son objet premier, le contenu. 55 50 51 Ibidem, p.15. Mais aussi la production et la distribution. 3. MÉTHODOLOGIE Trois intervenants / interventions :
  • 56. Document amendé par les secteurs artistique et culturel D’un point de vue ensembliste, et non en termes d’essence, le tout est égal à la somme des parties. La politique culturelle namuroise n’absorbera pas les parties pour reconstituer son tout ; nam ur conf 56 chaque œuvre, chaque créateur doit avoir sa propre place au sein du cénacle (au sens premier) namurois. A contrario, à l’intérieur de ce tout qu’est la culture namuroise, il faut provoquer les interactions entre artistes pour que s’en dégage une production qui serait plus certainement restée morte dans l’œuf s’ils avaient travaillé à huis clos. Beaucoup d'artistes ont besoin d'être luent encouragés dans leur créativité, mais aussi dans leur engagement à travailler. Cet encouragement peut être concrétisé en permettant à l'artiste de travailler dans un lieu commun où il aura culture l'occasion de discuter avec ses collègues artistes de leurs travaux respectifs. LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 Dans le même ordre d’idée, la création ne doit plus s’ancrer uniquement dans les startingblocks de quelques piliers plus ou moins institutionnalisés. Ils sont certes des viviers et des stimulants indispensables, mais on ne peut en aucun cas limiter l’offre culturelle à leur seul jugement. Le peintre qui travaille dans son atelier de fortune, la petite compagnie qui répète dans un salon faute d’infrastructures collectives réellement disponibles, possèdent une valeur artistique qu’il serait improductif de réserver au cercle des intimes ou à la seule reconnaissance extérieure. La Ville de Namur continuera à s’appuyer sur les piliers, mais elle s’ouvrira au foisonnement et à la multiplicité des pratiques culturelles namuroises. Les idées, l’innovation et l’énergie peuvent surgir d’un opérateur institutionnel, mais aussi de l’artiste qui cogite dans son atelier. Ce sont deux cadres différents mais ils sont tous deux essentiels pour créer et dynamiser cette identité culturelle namuroise. D’autant que, en tant que service public, il nous revient de soutenir l’ensemble du secteur. Le lien entre le créateur et les spectateurs doit par ailleurs être resserré, notamment par l’introduction d’œuvres dans la ville, par le développement de galeries publiques, par l’ouverture de lieux de création en cœur de ville, par l’implication des artistes dans les projets de quartier…
  • 57. La Fédération Wallonie-Bruxelles sépare institutionnellement les pratiques professionnelles et amateurs. Ce cloisonnement, si on n’y prend garde, pourrait diminuer la richesse de ces rencontres et la complémentarité de ces démarches. Tous les artistes trouveront leur place dans ce plan stratégique de la Ville de Namur, qu’ils soient amateurs, professionnels en devenir ou méconnus, professionnels réputés voire de renommée internationale… La création culturelle namuroise se nourrit du dynamisme de chacun pour diffuser l’art auprès d’un public aussi large que possible. Tous partagent la passion et la recherche, le dépassement de soi, la volonté de changement dans leur travail. Les pratiques en amateur sont plus présentes sur le territoire, au même titre que les joueurs de tennis ou de football amateurs sont plus nombreux que les professionnels… Comme les professionnels, ils donnent tout. Si le cadre est souvent moins prégnant, les règles du jeu sont les mêmes. Et on a souvent vu des artistes amateurs produire des créations professionnelles ou se lancer passionnément dans une carrière artistique. Ces réalités confirment l’importance de créer des outils collectivisables et des espaces de rencontres pour laisser éclore les créations d’amateurs et de professionnels. Namur foisonne de pratiquants d’art amateurs que ce soit dans le domaine du théâtre (l’ANTA52 regroupe une soixantaine de troupes), de la musique (Rock’s Cool, RKM, les Ateliers musicaux53, harmonies et fanfares…), du chant choral (A Cœur Joie54, la Kyrielle, Voix-ci Voix-là, La Marlagne, Les Jolies Notes…), des arts plastiques (les ateliers de la Maison de la Laïcité…), par exemple. 57 Association namuroise de Théâtre amateur de la Province de Namur (www.anta-theatre.be). Trois écoles de musique namuroises (voir point 4.7. relatif à la formation artistique). 54 Fédération du Chant Choral basée à Namur (http://flavors.me/acoeurjoie). 52 53 3. MÉTHODOLOGIE Quels artistes ?
  • 58. Document amendé par les secteurs artistique et culturel Namur a également vu naître et/ou grandir des artistes de grande renommée comme Jean-Michel Frère55, Cécile De France, Benoît Poelvoorde, Rémy, Bruno et Lucas Belvaux56, Pierre Poucet57, nam ur conf 58 Claude Laverdure, Benoît Mariage, Jean-Claude Pirotte58, Vincent Dujardin59, Xavier Diskeuve60, Nicolas Buysse61, Evelyne Axell62, Marie Warnant63, Félicien Rops, Henri Michaux, FlexaLyndo64, Aéroplane65, le Chœur de Chambre de Namur, les Agrémens, le Chœur Symphonique de Namur, le Chœur d’opéra de Namur66, Namur Chamber Orchestra67, Vox Luminis68… Et tant d’autres ! luent Production / Diffusion / Distribution culture Le producteur réunit et assure les conditions de création. LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 Le diffuseur transmet, propage et distribue commercialement les œuvres ; il est dans une relation de professionnel à professionnel. Le distributeur se charge de la diffusion des œuvres auprès des consommateurs directs. En-dehors des industries culturelles, ces trois fonctions sont souvent exercées par la même personne ou la même structure, voire par l’artiste lui-même ou la compagnie elle-même. Concrètement, la diffusion c’est : • communiquer ; • permettre à l’offre et la demande culturelles de se rencontrer ; • faire connaître le travail artistique ; • donner envie de le découvrir ; • donner aux artistes les moyens de faire leur métier et pas uniquement du fundraising69 ; • … Le politique ne peut pas et ne doit pas être le seul soutien à la création. Même si les pouvoirs publics subsidiants font chez nous la part des choses entre soutien et propagande politique, l’offre culturelle souffrirait d’appauvrissement si les artistes, tenus à une source de financement
  • 59. médiatique, logistique, politique ou financier (…). Lieux, opérateurs, producteurs, organisateurs… Qu’ils soient ponctuels, permanents ou récurrents, publics ou privés, tous doivent contribuer à la diffusion artistique namuroise, quelles que soient leurs motivations. Les piliers culturels ont aussi pour mission d’encourager les productions locales. Cette tendance est souvent bien plus naturelle chez des diffuseurs alternatifs et plus intimistes comme le Théâtre Jardin Passion70 ou la Ruelle aux Baladins71 ou encore les brasseries, librairies et lieux plus improbables qui peuvent accueillir des prestations ou des créations, en permanence ou ponctuellement. A ce titre, il faut reconnaître que la Maison des Notaires, les librairies Papyrus72 et Point Virgule73, des tavernes comme la Boule rouge, le Magick74, le Bouffon du Roi, les Capitaineries de Jambes et d’Amée, le Peanuts Bar, la Brasserie François, le Miroir, le Tasty Burger75, le Piano Bar76, ou le tout récent L’Entrée des Artistes, s’investissent dans la vie culturelle ou festive namuroise et sont effectivement des diffuseurs complémentaires aux lieux plus traditionnels. www.victorb.be www.commeaucinema.com/personne/lucas-belvaux,11239 www.youtube.com/watch?v=okrkruRmy28 58 http://bibliobs.nouvelobs.com/sur-le-sentier-des-prix/20121204.OBS1359/le-goncourt-de-la-poesie-2012-a-jean-claude-pirotte.html 59 www.johanfostier.com/vincent-fr.html 60 Trois courts métrages de Xavier DISKEUVE : www.youtube.com/watch?v=gF57meqRadk 61 www.nicolasbuysse.be 62 N ée à Namur en 1935, Evelyne AXELL fut l’une des seules artistes peintres de Pop Art en Belgique et une des rares élèves de Magritte (www.evelyne-axell.com). 63 www.mariewarnant.be 64 www.youtube.com/watch?v=xADQrIGwVMk 65 www.aeroplanemusic.be 66 www.cavema.be 67 www.namurchamberorchestra.be 68 www.voxluminis.com 69 Ou collecte de fonds. 70 www.theatrejardinpassion.be 71 www.laruelleauxbaladins.be 72 www.librairie-papyrus.be 73 www.librairiepointvirgule.be 74 www.shootmeagain.com/articles/137_lemagickunlieumagique 75 http://tastybar.be 76 http://lepianobardenamur.blogspot.be 55 56 57 59 3. MÉTHODOLOGIE unique, finissaient par se formater d’eux-mêmes pour rentrer dans les cases et bénéficier d’un soutien
  • 60. Document amendé par les secteurs artistique et culturel La Ville doit aussi prendre une part importante dans la diffusion de ses talents. Elle doit aller vers eux, les accueillir, leur faire confiance et donner à chacun l’occasion de montrer son travail, nam ur conf 60 mais sans les brader. Les services publics ont parfois tendance à considérer les artistes locaux comme des « animateurs-décorateurs » de réceptions ou d’événements. Les locaux, lorsqu’ils sont sollicités, se voient proposer des défraiements, alors que les artistes extérieurs repartent avec de vrais cachets. Or tout travail mérite salaire, y compris pour les métiers de la culture et luent de la création… culture La Province est également un pilier dans les domaines des arts de la scène, de la chanson jeune public, des arts plastiques, de l’audiovisuel… Soulignons également le travail du Tap's, LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 Théâtre d'amateurs de la Province de Namur. Le Tap's77 développe des activités d'aide, de promotion, de formation et de rencontres dans des disciplines comme l'expression théâtrale et l'art du conte, destinées aux acteurs essentiellement amateurs. Le Service de la Culture de la Province est un moteur de la création, un opérateur culturel à part entière, au-delà du pouvoir subsidiant qu’il représente pour l’ensemble du secteur. 86 % de ses investissements culturels nourrissent des initiatives propres (BD Bus, Bibliobus, Media 10/10, Maison de la Culture, musée Félicien Rops…). Le Service des musées en Province de Namur – musée des Arts anciens du Namurois-Trésor d'Oignies (TreM.a) développe, au travers de ses projets, activités et expositions, une politique de soutien et de promotion à la création contemporaine mise en confrontation avec l'art ancien. Au vu de la série d’enjeux communs, la Province et la Ville mettent en place conjointement, depuis 2013, un processus de concertation permanent : • éunions bilatérales tous les 15 jours entre le Bourgmestre en charge de la Culture et la r Députée provinciale en charge de cette matière ; • réation d’une plate-forme d’échanges et de discussions Ville/Province qui se réuniront c plusieurs fois par an pour examiner des dossiers communs spécifiques tels que la signalisation des lieux culturels, un agenda culturel commun en ligne, les infrastructures… ;
  • 61. ment et le comité technique du projet de rénovation de la Maison de la Culture ; • ntégration d’un représentant officiel de la Province de Namur dans le comité d’accompai gnement des Abattoirs de Bomel ; • .. . La Fédération Wallonie-Bruxelles est également opérateur culturel et pas uniquement pouvoir subsidiant. Des services communautaires implantés à Namur contribuent à faciliter la diffusion de nos talents : le Centre de Prêt de Matériel (Naninne) et le Centre de rencontre et d’hébergement Marcel Hicter (La Marlagne à Wépion). La consommation / Le spectateur « Les gens ne bougent pas… » « Ils ne s’intéressent à rien… » « On a invité tel(le) illustre artiste et les gens ne se rendent pas compte… » « Ils ont boudé leur plaisir… » « Le public était peu nombreux, mais de qualité… » «…» La création n’existe que dans l’échange avec un public et les diffuseurs doivent aller à sa rencontre, sonder ses envies et ses besoins, susciter son intérêt, l’informer, faire correspondre l’offre à la demande, se faire connaître et puis faire des propositions de découvertes plus spécifiques, des niches et projets plus pointus, intimes voire expérimentaux. 61 77 www.province.namur.be/sections/culture/culture/theatre/theatre_d_amateurs 3. MÉTHODOLOGIE • ntégration d’un représentant officiel de la Ville de Namur dans le comité d’accompagnei
  • 62. Document amendé par les secteurs artistique et culturel Mais qui est ce consommateur ? La consommation culturelle des Namurois reste particulièrement basse. Cibles et potentiel doivent être analysés et mis en perspective pour adapter les nam ur conf 62 canaux de diffusion. Force est de constater que l’offre culturelle augmente mais que les publics ne se renouvellent pas. Le réseau culturel n’a pas établi de connections pour les faire circuler. Il serait intéressant de bien connaître les Namurois, quels qu'ils soient (âges, centres d'intérêts, réseaux familiaux, amicaux ou professionnels, origines familiales, etc.) pour mieux connaître luent les points d'accroche autour de la culture et les blocages. Et nous nous apercevrons peut-être que chacun a, seul ou en réseau, des liens forts avec la culture (sous des formes variables) et culture des difficultés (même les familles les plus consommatrices de biens culturels). LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 Loin de nous l’idée de jauger la réussite ou l’échec d’un projet en fonction de sa fréquentation et sans tenir compte des objectifs, mais nous faisons nôtre celle de s’interroger sur les raisons qui font que le public est au rendez-vous et répond aux ambitions des producteurs. Le marché culturel est frappé par l’incertitude du consommateur qui ne sait si un produit culturel va lui plaire avant de l’avoir consommé. Ses choix se porteront en fonction de critères comme le prix, la (re)connaissance, un nom, les critiques, les médias et réseaux sociaux, etc. Malgré la maîtrise de ces critères, un artiste, un producteur, un diffuseur ne peut prévoir le répondant du public, constat valable pour les majors également. Par ailleurs, certaines productions ne visent pas les attentes d’un public mais bien la reconnaissance artistique des pairs, la reconnaissance et la légitimation par un secteur et des réseaux internes. Reste à coordonner l’offre, à la communiquer de façon claire, perceptible, concertée, commune… D’autant plus si on s’applique à augmenter cette offre culturelle, la réflexion marketing/promotion doit l’accompagner, dès maintenant.
  • 63. La culture à Namur sera vécue avant tout comme une histoire d’hommes, de femmes, de rencontres et de partages. Recenser et connaître Pour encourager, reconnaître et valoriser, il faut avant tout connaître et identifier… Une meilleure connaissance de la réalité culturelle namuroise nous permettra de répondre plus rationnellement aux besoins et de l’appréhender en connaissance de sa globalité. La Ville de Namur tient à jour le cadastre, véritable cartographie des acteurs culturels namurois, pour percevoir la multiplicité des acteurs du secteur. Notre priorité est de recenser les acteurs culturels, créateurs, promoteurs et diffuseurs artistiques, sans discrimination et dans une démarche de curiosité artistique. Tout qui est actif dans la création ou la culture, individuellement ou collectivement, est pris en compte. Le recensement et la localisation des ressources et équipements culturels, permanents ou occasionnels, présents sur le territoire, ainsi que leurs connections avec la périphérie, leur identité éditoriale, les modalités pratiques et les personnes de contact sont d'autres étapes vers la connaissance des secteurs culturel et artistique namurois. Budgets, personnels, compétences, matériels et salles seront répertoriés. Cette tâche englobe le référencement des lieux d’expositions, des ressources humaines et matérielles (des outils du sculpteur à la table du régisseur). Les projets et événements doivent être encodés et systématiquement mis à jour, dans un agenda commun géré par et à l’usage du réseau culturel. Cet agenda reprendra les informations utiles pour une utilisation harmonieuse de l’espace public et une économie des moyens (dates, montage, 63 3. MÉTHODOLOGIE 3.3. Les étapes de la reconnaissance mutuelle
  • 64. Document amendé par les secteurs artistique et culturel démontage, localisation, équipements lourds, dispositifs de circulation, stationnement et sécurité…), dans le respect des procédures administratives et réglementaires communales. Il pernam ur conf 64 mettra en amont d'éviter les télescopages malencontreux, physiques ou de contenu, ce qui impliquerait de déplacer des activités existantes vers d'autres lieux et/ou d'autres moments plus pertinents, mieux intégrés à la vie de la Cité. Une partie publique de cet agenda en ligne sera destinée au public, portail unique et exhaustif de l'offre culturelle namuroise. Province, Ville, luent CCR et Comptoir des ressources créatives en seront les maîtres d’œuvre. culture Mon tout… Une fois recensée l’offre, la demande et les déficits peuvent être dégagés par les autorités LA CULTURE EN CHANTIER • HORIZON 2022 publiques alors en mesure d’envisager, avec les intervenants culturels concernés, les réponses à y apporter. Les cartographies des lieux, ressources, mais aussi des dépenses mettent en perspective les inégalités territoriales et sectorielles. La Ville doit avoir conscience des richesses qui l’habitent pour pouvoir répondre à leurs attentes, mais aussi contribuer à leur épanouissement ; le secteur doit assimiler que l’autorité locale est un partenaire et un relais de choix. Au-delà de la reconnaissance, il y a les échanges de connaissances et le travailler ensemble. S’entourer La force des décideurs est de savoir s’entourer. A fortiori, dans un secteur qu’ils connaissent parfois moins bien. Des professionnels de la culture guident les politiques, proposent des méthodes et se font les relais des/vers les acteurs culturels, au sein des services et au sein des organes politiques. Encore faut-il être en mesure de garantir qu’ils sont représentatifs - à tout le moins significatifs - et légitimés par l’ensemble des secteurs culturel

Related Documents